17/10/2017
Actualités
Page d'accueil > Résultats de la recherche : Athènes

Résultats de la recherche : Athènes

Le métropolite Hilarion de Volokolamsk a rencontré l’archevêque Jérôme d’Athènes

Le 4 septembre, le président du département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou a entamé une visite en Grèce. Le métropolite Hilarion a été reçu par l’archevêque Jérôme d’Athènes et de toute la Grèce, à la résidence des primats de l’Église orthodoxe de Grèce à Athènes. Son Éminence a transmis au primat de l’Église orthodoxe de Grèce les salutations fraternelles du patriarche Cyrille, ainsi qu’une invitation à venir à Moscou pour les célébrations du centenaire de la restauration du Patriarcat dans l’Église orthodoxe russe.L’entretien a porté sur le développement de la coopération entre les deux Églises sœurs dans les domaines de l’enseignement et de la culture. Les deux hiérarques ont échangé leur avis sur la situation des chrétiens au Proche-Orient et dans d’autres régions du monde. L’archevêque Jérôme a parlé des efforts entrepris par l’Église orthodoxe de Grèce pour défendre les valeurs chrétiennes traditionnelles dans la société grecque.Sa Béatitude a souligné qu’elle gardait de chaleureux souvenirs de sa visite officielle à l’Église orthodoxe russe, en 2012, ainsi que de ses échanges avec le patriarche Cyrille, les clercs et les laïcs du Patriarcat de Moscou.A la fin de la rencontre, l’archevêque Jérôme d’Athènes et le métropolite Hilarion de Volokolamsk ont donné une brève interview à la station de radio de l’Église orthodoxe de Grèce. Le protosyngèle de l’archidiocèse d’Athènes, l’archimandrite Siméon (Voliotis), le secrétaire de la Commission synodale de l’Église orthodoxe grecque aux relations interorthodoxes, l’archimandrite Ignace (Sotiriadis), ainsi que le hiérodiacre Grégoire (Sokolov), qui accompagne Mgr Hilarion dans son voyage, participaient à la rencontre.

Source

L’archevêque d’Athènes Jérôme : « Le peuple grec a été et sera toujours orthodoxe »

La ville de Thèbes a fêté solennellement, en présence du président de la République hellénique Prokopis Pavlopoulos, la fête de la Dormition de la Mère de Dieu. Cette année, l’église de Thèbes dédiée à la Mère de Dieu, dite « Megali Panaghia », fêtait son 150ème anniversaire. Dans son homélie, l’archevêque d’Athènes Jérôme, qui présidait la divine liturgie, a déclaré que « ce peuple a été et sera toujours orthodoxe », rappelant que les Grecs, non seulement maintenant, mais à travers les siècles, accouraient à l’église lors de chaque difficulté de leur vie pour vénérer les saintes icônes et demander l’aide de la toute sainte Mère de Dieu afin de faire face aux difficultés de leurs vies. L’archevêque a également fêté le cinquantenaire de son accession au sacerdoce. À l’issue de la liturgie, le métropolite de Thèbes Georges a remis au président de la République Prokopis Pavlopoulos la plus haute distinction de son diocèse.

Source (dont photographie): Amen

Des incendies de forêt mettent en danger deux monastères dans les environs d’Athènes

Des incendies de forêt se sont déclenchés dimanche après-midi, lesquels ont mis en danger deux monastères à Kalamo, dans l’Attique. Selon les informations de l’agence Romfea.gr, il s’agit du couvent féminin de la Transfiguration, métochion du monastère de Pendeli, et du monastère masculin Saint-Syméon-le-Nouveau-Théologien. Dans un premier temps, le couvent de la Transfiguration a été évacué. Selon les dernières informations, celui-ci a échappé par miracle à l’incendie, toute la forêt aux alentours ayant entièrement brûlé. Les sept moniales sont finalement revenues dans leur monastère, qui n’est plus en danger. Le monastère Saint-Syméon-le-Nouveau-Théologien n’a quant à lui pas échappé entièrement au danger, des foyers d’incendie ayant repris. Les moines n’ont pas été touchés. Néanmoins, l’atelier d’iconographie a été entièrement dévoré par les flammes. Le couvent féminin dédié à l’icône de la Mère de Dieu « Axion estin », dans le village de Varnavas, n’est actuellement pas en danger, mais les moniales sont inquiètes.

Sources : Romfea (1, dont photographie), traduit du grec pour Orthodoxie.com

Un court métrage sur l’école ecclésiastique « Athonias » du Mont Athos est primé à Athènes

Un film documentaire sur l’école ecclésiastique athonite dite « Athonias » a été présenté et primé au festival du film documentaire à Athènes, sur un nombre total de 287 films à court métrage. Le film raconte l’histoire d’un prêtre qui avait étudié à l’Athonias. La voie de sa vie vers Dieu est présentée comme une sorte d’ascension vers la cîme du Mont Athos. Les prises de vue uniques de la vie athonite, des études à l’Athonias, et de la nature du Mont Athos, conjuguées avec de pieuses pensées et des citations de la Sainte Écriture, permettent au spectateur de pénétrer dans la vie de prière que l’on inculque aux élève de l’Athonias. Ce film que l’on peut visionner ici en grec existe également en version russe et roumaine « L’Athonias », un séminaire pour les jeunes gens, fut fondé en 1748 sur l’initiative du patriarche de Constantinople Cyrille V. Le premier recteur fut Eugène Voulgaris, professeur de philosophie, qui fut par la suite archevêque de Chersonèse. Dans cette école enseignèrent également saint Côme d’Etolie et saint Athanase de Paros. L’école disposait de 170 chambres, d’un réfectoire, d’une église, d’une bibliothèque et d’une grande salle. Après 1809, l’école a été fermée. En 1844, une nouvelle « Athonias » fut ouverte à Karyès. Au milieu du XXème siècle « l’Athonias » a déménagé sur son lieu actuel, dans l’aile ouest de la skite Saint-André, à Karyès. Hormis les matières prévues par le programme éducatif en vigueur en Grèce, l’enseignement théologique, la musique liturgique et l’iconographie y sont dispensés. Il convient de mentionner qu’y étudient des jeunes gens venus de Grèce et de Chypre, mais aussi quelques Russes, Roumains, Albanais et encore des ressortissants d’autres pays.

Source

Rencontre chaleureuse de l’archevêque d’Athènes et du patriarche oecuménique

Le patriarche œcuménique Bartholomée a rencontré, le 6 juin, l’archevêque Jérôme, à l’archevêché d’Athènes. Le patriarche a mentionné la situation actuelle en Grèce, soulignant que « l’Église se tient aux côtés du peuple grec et le soutient dans les nécessités auxquelles il fait face », et, s’adressant à l’archevêque, il a souligné que « par vos paroles et vos actes, vous soulagez le peuple ». Le patriarche a ensuite remercié l’archevêque pour son soutien absolu au sujet du grand événement du saint et grand Concile, mentionnant que « malheureusement, certaines Églises, au dernier moment, n’ont pas voulu cheminer avec nous, malgré ce que nous avions décidé tous ensemble à Genève ». Le patriarche a également évoqué la nécessité de diffuser les décisions du Concile, faisant observer que 

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

La famille royale de Grèce a vénéré les reliques de sainte Hélène qui séjournent actuellement en l’église d’Aghia Varvara, près d’Athènes

Le roi Constantin de Grèce, accompagné de son épouse la reine Anne-Marie et de leur fils le prince Paul, s’est rendu à Aghia Varvara, près d’Athènes, où sont actuellement exposées les reliques de sainte Hélène. Le primat de l’Église de Grèce, l’archevêque Jérôme a accueilli la famille royale sur le parvis de l’église, et a célébré un court office devant les saintes reliques. Étaient également présents l’évêque de Phanarion Agathange, directeur général de l’Apostoliki Diakonia, ainsi que le maire de la ville d’Aghia Varvara M. Georges Kaplanis. Le primat, s’adressant à la famille royale, a souhaité que ce pèlerinage apporte du bien à tous. Ensuite, la famille royale s’est dirigée vers l’internat de l’Apostoliki Diakonia où l’évêque Agathange a évoqué l’œuvre de cette institution dans les domaines de la mission, de la diffusion de l’Évangile, mais aussi de la civilisation. Il a proposé ensuite aux membres de la famille de visiter l’internat, afin de communiquer avec les étudiants, ce qu’ils ont accepté volontiers.

Source

L’archevêque d’Athènes Jérôme : « L’Église doit être libre et indépendante économiquement »

L’archevêque d’Athènes, dans une interview à la chaîne télévisée grecque ERT1 a parlé de « l’Europe de l’exploitation ». Il a, entre autres, souligné ce qui suit : « Je ne vois pas aujourd’hui une Europe de la solidarité, mais je vois chaque jour plus encore et plus manifestement l’Europe de l’exploitation », ajoutant « qu’il faudrait que les fondements de cette Europe reviennent à leur point de départ, de là où elle a démarré, avec les mêmes pensées et le même but ». Le primat de l’Église de Grèce a abordé également le récent attentat de Manchester, au sujet duquel il a exprimé sa consternation et a condamné cette attaque, mentionnant que « le terrorisme est l’un des pires effets de la guerre », ajoutant « qu’il faut que nous voyons aussi l’autre face du problème, quels sont ceux qui mènent ces hommes à devenir terroristes ». Ensuite, l’archevêque a évoqué les relations entre l’Église et l’État, déclarant que le rôle de l’Église est de parler avec tous les hommes, dont ceux qui sont responsables de l’État, car « l’Église n’est pas un parti » et, par conséquent, « la collaboration est nécessaire ». À ce sujet, l’archevêque a abordé également la question des propriétés ecclésiastiques et a souligné que « sans soutien économique, l’œuvre spirituelle comme l’exige notre époque, ne peut avoir lieu ». L’archevêque a mentionné qu’il avait fait la proposition d’exploiter ces propriétés au profit du peuple et a déclaré que « l’Église doit être libre et indépendante économiquement ». Le primat a également évoqué ses relations avec le ministre de l’Éducation Kostas Gavroglou et a précisé qu’il était en contact avec celui-ci. « C’est un homme avec lequel la discussion est possible », a-t-il déclaré, ajoutant au sujet du cours de religion [dans les établissements scolaires publics, ndt], « les choses, jusqu’à présent, ont montré un bon cheminement », il suffit qu’il y ait une collaboration. Enfin, au sujet des réfugiés, l’archevêque a répété que « nous voyons les réfugiés comme des hommes dans le besoin », et a ajouté que leur destination devrait être leur patrie. Toujours est-il, a constaté le primat, qu’il faudrait à l’avenir se demander si « les réfugiés ne sont pas devenus une partie de l’exploitation de l’homme ».

Source

Accueil solennel des reliques de sainte Hélène à Athènes

Dans le cadre des festivités à l’occasion des 80 ans de l’organisation « Apostoliki Diakonia », la maison d’édition et l’institution missionnaire de l’Église orthodoxe de Grèce, les reliques de la sainte impératrice Hélène, actuellement à Venise, seront exposées à la vénération des fidèles à Athènes du 14 mai au 15 juin 2017. Ces saintes reliques avaient été transférées à Venise en 1211, après avoir été enlevées de l’église des Saints-Apôtres à Constantinople suite à la IVème croisade. Les reliques de la sainte, avec un fragment de la Croix du Seigneur conservé également à Venise, sont arrivés à Athènes dimanche soir par vol spécial. Elles ont été accueillies par l’archevêque d’Athènes Jérôme en l’église Sainte-Barbara, située dans la commune qui porte le nom de la sainte, Aghia Varvara, dans la banlieue ouest d’Athènes. L’archevêque a célébré une doxologie, en présence de plusieurs métropolites de l’Église orthodoxe de Grèce, du président de la République hellénique, Prokopis Pavlopoulos, de membres du gouvernement, du parlement, des forces armées, des partis politiques, et du corps diplomatique. Les offices des matines, de la sainte Liturgie, et des Vêpres auront lieu chaque jour pendant la présence des reliques. Des vigiles nocturnes sont également prévues. Un site internet  avec tous les détails a été mis en place, lequel comprend également une page en français. Les reliques demeureront dans l’église Sainte-Barbara jusqu’au 15 juin 2017. Des milliers de fidèles y sont attendus. On peut visionner ci-dessous l’accueil des reliques :

Source

Célébration solennelle à Nea Makri, près d’Athènes, de la fête de saint Éphrem le Nouveau, un néomartyr de la période ottomane, en présence du président de la République hellénique

En présence du président de la République hellénique, M. Prokopis Pavlopoulos, a été commémorée le 5 mai la mémoire du saint moine martyr Éphrem au monastère de l’Annonciation de la Mère de Dieu, qui est également dédié au saint et qui se trouve sur le « Mont des Immaculés » situé dans l’Attique. Devenu moine dans ce monastère, saint Éphrem fut martyrisé par les Turcs le 5 mai 1426. Son histoire était totalement ignorée jusqu’en 1950, lorsque ses reliques furent découvertes, exhalant un parfum. Le saint apparut de nombreuses fois depuis 1965 aux habitants du village, leur racontant son martyre et accomplissant de nombreux miracles. Le 5 mai de cette année, la Liturgie solennelle en l’honneur du saint était présidée par l’archevêque Jérôme d’Athènes, assisté des métropolites Chrysostome de Chalcis, Macaire de Sidirokastro, Athénagoras d’Ilia, Timothée de Thessalie, ainsi que du métropolite du lieu, Cyrille de Kifisia. Celui-ci a prononcé l’homélie, évoquant la vie du saint et la découverte miraculeuse de ses reliques, puis il a remercié l’archevêque et les métropolites qui sont venus concélébrer dans ce monastère. Il a également remercié le président de la République, qui était son professeur à la Faculté de droit d’Athènes, pour avoir honoré de sa présence la fête de saint Éphrem. Ensuite, l’archevêque Jérôme a décerné à M. Prokopis Pavlopoulos la plus haute distinction du diocèse métropolitain de Kifisia, la Grande Croix du saint moine martyr Éphrem le Nouveau. Le président a remercié l’archevêque d’Athènes pour cette distinction et à déclaré : « Cet honneur très élevé détermine la hauteur de mon devoir. Ici, sur le Mont des Immaculés, saint Éphrem a remis son corps et son esprit, il s’est sacrifié sur l’autel des saints et vénérables de notre foi et de notre patrie. Cet exemple est celui qui illumine ma propre route dans l’exercice de mes devoirs de servir ce qui est sacré et saint dans notre patrie, notre peuple, ce qui est inspiré des principes et des valeurs du christianisme, et particulièrement des grandes valeurs de l’humanisme, de la paix et de la justice et, comme je vous l’ai dit, je sais honorer aussi la dette que j’ai reçue aujourd’hui ».

Source

Après un décennie d’actions en justice, la Cour d’appel d’Athènes acquitte définitivement l’archimandrite Éphrem

Après un décennie d’actions en justice, la Cour d’appel d’Athènes acquitte définitivement l’archimandrite Éphrem et tous les autres accusés au sujet d’un échange de terrains controversé entre l’État hellénique et le monastère athonite de Vatopédi. En 2008 avait eu lieu un accord entre l’État hellénique et le monastère athonite de Vatopédi au sujet d’un échange de terrains, lequel a fait l’objet d’actions en justice, pendant presque dix ans, avec de nombreux rebondissements. Finalement, la Cour d’appel d’Athènes, par sa décision du 21 mars 2017, a acquitté définitivement l’archimandrite Éphrem, higoumène de Vatopédi, ainsi que tous les accusés. Le monastère de Vatopédi a publié le communiqué suivant : « Par la décision de ce jour de la justice hellénique est rétabli l’honneur de ceux qui ont souffert injustement pendant quasiment une décennie. Le saint monastère de Vatopédi, rendant grâce à Dieu qui a permis que justice fût rendue, pourra ainsi continuer sans encombres son œuvre spirituelle et caritative. Gratitude est exprimée au patriarche œcuménique Bartholomée, à l’Église de Grèce, aux patriarcats d’Alexandrie, Jérusalem et à tout le clergé et le peuple qui ont été à nos côtés durant toutes ces années ».

Source

Dimanche de l’orthodoxie à Athènes

Le dimanche de l’orthodoxie a été fêté en la cathédrale métropolitaine de l’Annonciation à Athènes en présence du président de la République hellénique, Prokopis Pavlopoulos. La divine liturgie était présidée par l’archevêque d’Athènes Jérôme, assisté des métropolites de Dimitrias Ignace, d’Hydra Éphrem, du Pirée Séraphim, d’Édesse Joël, d’Éleuthéroupolis Chrysostome, de Kozani Paul, d’Alexandroupolis Anthime, de Neapolis Barnabé, et de l’évêque de Methoni Clément. Assistaient notamment à l’office le ministre de l’instruction publique M. Gavroglou, le responsable du domaine de l’éducation et de la religion au sein du parti de la Nouvelle Démocratie M. Fortsakis, les représentants de l’armée, de la marine et de la police, ainsi qu’un grand nombre de fidèles. Avant la fin de la liturgie a eu lieu la procession des saintes icônes, présidée par l’archevêque Jérôme, en mémoire du rétablissement de la vénération des icônes à Constantinople en 843.

Source

Doxologie pour la nouvelle année à la cathédrale d’Athènes

L’archevêque d’Athènes et de toute la Grèce Jérôme a célébré la doxologie de nouvel an en la cathédrale de la capitale hellénique, en présence du président grec Prokopis Pavlopoulos, du Premier ministre Alexis Tsipras, des représentants des patriarcats orthodoxes et des confessions hétérodoxes, des ministres, parlementaires, politiciens, des chefs des forces armées de la police et des pompiers, des clercs et laïcs. Après la doxologie, l’archevêque a souhaité « de nombreuses années et une année bonne et bénie, paisible et créatrice, à la patrie et au monde entier ». Ensuite, l’archevêque s’est rendu au palais présidentiel et a présenté ses vœux à M. Pavlopoulos pour la nouvelle année.

Source

L’archevêque d’Athènes Jérôme évoque des exemples de pauvreté dans la Grèce d’aujourd’hui

Au cours de son allocution, lors d’une action de bienfaisance dimanche après-midi, l’archevêque d’Athènes a mentionné trois exemples d’extrême pauvreté dans la Grèce actuelle : « Des nouveaux pauvres viennent recevoir une assiette de nourriture dans les foyers, mais parce qu’il y a ce jour-là la télévision et des appareils photo, ils cachent leurs visages lorsqu’ils reçoivent l’assiette. C’est là le moindre respect pour la personne humaine. C’est pour cette raison que l’Église a pensé à envoyer les colis dans les maisons », a déclaré l’archevêque. Il a ensuite parlé d’une mère qui venait dans les foyers avec une casserole, demandant poliment qu’on lui mette dedans quatre ou cinq portions. La femme en question, voyant l’archevêque, lui expliqua qu’elle « prenait la nourriture dans la casserole, afin de poser celle-ci en arrivant sur la cuisinière pour que les enfants, de retour de l’école, ne le sachent pas et ignorent que j’avais reçu la nourriture du foyer ». L’archevêque a ensuite donné un troisième exemple : le responsable d’une chapelle de l’archevêché d’Athènes se plaignait que quelques cierges, chaque jour, restaient impayés. Après enquête, il s’avéra que deux enfants les volaient et avaient dit au prêtre : « Mon père, nous n’avons pas de lumière à la maison et nous prenons ces cierges, les mettons ensemble, pour pouvoir apprendre nos leçons le soir ».

Source

Rencontre de l’archevêque d’Athènes avec le conseiller du futur président des États-Unis Donald Trump

L’archevêque d’Athènes Jérôme a rencontré le 1er décembre M. Georges Papadopoulos, proche collaborateur du futur président des États-Unis Donald Trump. En marge du Congrès annuel des maires de Grèce qui a lieu à Thessalonique, l’archevêque a eu une rencontre de trente minutes avec M. Papadopoulos. L’archevêque, dans le cadre de la rencontre, a informé le conseiller du futur président américain sur l’œuvre accomplie par l’Église de Grèce, l’archevêché d’Athènes et l’association caritative « Apostoli » pour soutenir les gens qui sont frappés par la crise économique, soulignant que le peuple grec ne supporte plus les politiques d’austérité qui, si elles se poursuivent, auront des conséquences tragiques pour le pays. Au sujet des relations entre la Grèce et la Turquie, l’archevêque a exprimé sa très profonde inquiétude au sujet de la rhétorique provocante d’Ankara, soulignant qu’elle peut affecter les relations des deux pays et le cheminement de la Turquie dans la dynamique européenne. Enfin, l’archevêque a demandé à M. Papadopoulos de transmettre ses vœux au nouveau président des États-Unis pour un mandat réussi. L’archevêque avait rencontré au préalable l’archevêque d’Amérique du Patriarcat œcuménique, Mgr Dimitri, avec lequel il a discuté les questions concernant l’Église, le peuple grec et les développements aux États-Unis.

Source

Le patriarche de Constantinople Bartholomée à l’archevêque d’Athènes Jérôme : « Sauvegardez les décisions de Crète ! »

Le patriarche œcuménique Bartholomée a appelé l’archevêque d’Athènes Jérôme à garder intactes les décisions du saint et grand Concile de Crète. Selon les informations du site grec Romfea.gr, le patriarche Bartholomée a envoyé à l’archevêque Jérôme une lettre à l’occasion de la convocation de l’assemblée extraordinaire des évêques de l’Église orthodoxe de Grèce qui, entre autres, examinera la question du saint et grand Concile de Crète. Dans sa lettre, le patriarche œcuménique Bartholomée appelle l’archevêque Jérôme et l’Église de Grèce à sauvegarder les décisions qui ont été prises au saint et grand Concile. Le patriarche souligne que les décisions du Saint-Synode manifestent l’unité de l’Église orthodoxe qui résulte de sa conciliarité. Parallèlement, le patriarche appelle l’archevêque à ne pas se laisser influencer par des personnes qui, au sein de la hiérarchie de l’Église de Grèce, sont en désaccord avec les décisions en question, mentionnant nommément les métropolites Ambroise de Kalavryta et Séraphim. du Pirée. Toujours selon les informations de Romfea.gr, le patriarche œcuménique, dans sa lettre, informe l’archevêque que le Patriarcat interrompra tout contact avec de telles personnes. Dans sa lettre à l’archevêque d’Athènes, le métropolite du Pirée Séraphim avait exprimé son mécontentement au sujet de la délégation de l’Église de Grèce au Concile, soulignant que, de son « point de vue, la délégation de notre Église au soi-disant « saint et grand Concile » à Koymbari, en Crète, à dépassé toutes les limites de son pouvoir discrétionnaire et a déçu les attentes formulées dans le mandat qu’elle avait reçu de notre organisme sacré ».

Source

« Apostoli », l’organisme caritatif de l’archevêché d’Athènes, continue à soutenir les familles dans les régions éloignées de Grèce

Apostoli, l’institution caritative de l’archevêché d’Athènes, continue sans interruption, pour le sixième mois, à soutenir les familles se trouvant dans les régions éloignées de Grèce. Une équipe de l’organisme et son directeur général, M. Constantin Dimtsas, s’est rendue à Lesbos et à Chios avec l’aide d’Aegan Airlines, et a transmis plus de 7 tonnes de produits alimentaires, offrant ainsi une aide substantielle à 413 familles qui font face à de sérieux problèmes en raison de la crise économique. À Lesbos, une aide humanitaire comprenant 2200 kg de conserves répartis en 200 colis a été transmise, et le diocèse métropolitain de Chios a reçu pour sa part 4900 kg répartis en 400 colis. Constantin Dimtsas, directeur général de l’institution caritative, a eu des entretiens avec les familles, écoutant les problèmes qu’ils affrontent pour survivre. La crise économique a déchiré et épuisé psychiquement ces familles, dont l’espoir pour trouver un soulagement ne trouve un écho que de la part de l’Église, comme ils le mentionnent de façon caractéristique. M. Dimtsas a déclaré qu’Apostoli  fait ce qui va de soi. Nous nous trouvons aux côtés de ceux qui sont dans la nécessité et qui ont besoin de nous. Cet effort rencontre des difficultés car les besoins sont continuels et augmentent, les familles qui vivent sous le seuil de pauvreté se multiplient. Tant que nos possibilités le permettent, Apostoli  continuera à soutenir et prêtera attention à chaque voix qui souhaite être entendue pour obtenir une aide essentielle. Ce sont nos compatriotes, nos frères et nous cherchons à obtenir pour eux une vie décente ».

Source

L’archevêque d’Athènes Jérôme, primat de l’Église de Grèce : « Notre pays avance sur la voie de l’éradication de l’identité grecque et de la déchristianisation »

L’archevêque d’Athènes a souligné encore une fois que, lors de la rencontre entre la hiérarchie de l’Église orthodoxe de Grèce et le gouvernement hellénique, le premier ministre Alexis Tsipras avait donné des garanties selon lesquelles, cette année, le cours de religion ne serait pas enseigné d’après les nouveaux manuels, et que la réforme de cette matière serait coordonnée avec l’Église. Le ministre de l’Instruction publique, N. Filis, qui était présent à la rencontre, a confirmé également qu’il soutiendrait cette position. « Le problème est que M. Filis est un « homme problématique ; il est inconséquent : il dit une chose le soir, une autre le matin. Par conséquent, d’une telle collaboration, on ne peut attendre de bons fruits », a mentionné l’archevêque. Le primat de l’Église de Grèce a souligné que, dans une situation où « tout est bouleversé dans l’enseignement, nos traditions, l’histoire » l’Église avait le droit d’exprimer et de défendre sa position. Commentant la construction d’une mosquée à Athènes, l’archevêque a déclaré : « Que deviendra la mosquée ? Un lieu de prière ou d’enseignement ? Ce sera un lieu de querelles internes entre musulmans. Ce sera une grande épreuve et un grand problème et nous devons avoir les yeux ouverts ». Au sujet du danger d’islamisation de la Grèce, le primat a déclaré : « C’est une tentative d’altération de ce pays par des centres que nous connaissons. Notre pays avance sur la voie de la déchristianisation et de l’éradication de l’identité grecque. Ceux qui ne le voient pas sont loin de la réalité et ceux qui le voient se réjouissent parce que leur plan avance ».

Source

Une dizaine de cocktails Molotov ont été jetés par des anarchistes dans la cour du bâtiment du Saint-Synode de l’Église de Grèce à Athènes

Le 8 août, une dizaine de cocktails Molotov ont été jetés par des anarchistes dans la cour du bâtiment du Saint-Synode de l’Église de Grèce à Athènes. Le Saint-Synode a publié le communiqué suivant : « Après l’irruption [d’un groupe d’anarchistes] dans une église de Thessalonique et des attaques dans d’autres églises, un groupe d’inconnus a jeté environ dix cocktails Molotov sur le parvis du bâtiment du Saint-Synode. Nous prions pour que Dieu pardonne aux auteurs ».
Source

L’archevêque d’Athènes Jérôme : « Saint Païssios a joué un rôle dans ma vie et mon cheminement »

« Je viens avec émotion et componction » a déclaré l’archevêque Jérôme à son arrivée au monastère Saint-Jean-le-Théologien à Souroti, près de Thessalonique, où reposent les reliques de saint Païssios du Mont Athos, dont la fête est célébrée pour la deuxième fois depuis sa canonisation par le Patriarcat œcuménique en 2015. L’archevêque d’Athènes, accompagné du métropolite de Syros Dorothée et du métropolite de Kassandra Nicodème, ainsi que de l’archimandrite Syméom Voliotis, a été accueilli sur place par l’évêque local, le métropolite de Kassandra Nicodème. L’higoumène du monastère, Mère Philothée a souhaité la bienvenue à l’archevêque, soulignant l’importance de l’événement de la venue de celui-ci au monastère. Dans sa réponse, l’archevêque a souligné que « dans un monde fatigué, les monastères sont les poumons de l’Église » et que « ce pèlerinage a également un caractère de reconnaissance et de gratitude » car, a-t-il dit, « saint Païssios a joué un rôle dans ma vie et mon cheminement ». Ensuite, l’archevêque a évoqué avec émotion la figure de saint Païssios, et s’est rendu sur sa tombe, qu’il a vénérée. L’office des vigiles a commencé à huit heures du soir et s’est achevé à quatre heures du matin. Il était présidé par l’archevêque d’Athènes, assisté du métropolite de Serrès Théologue, du métropolite de Syros Dorothée, du métropolite de Messinia Chrysostome, et du métropolite de Kassandra Nicodème ainsi que des prêtres de plusieurs diocèses. Des milliers de fidèles se sont rendus au monastère pour la fête du saint. Des photos sont disponibles sur les liens ci-dessous.

Sources : 1 et 2

Première liturgie en la cathédrale d’Athènes après les travaux de restauration

La divine liturgie a été célébrée dimanche dernier par l’archevêque Jérôme et les membres du Saint-Synode en la cathédrale d’Athènes, après la fin des travaux de restauration, qui ont duré huit ans. Le primat de l’Église de Grèce présidait la Liturgie et était assisté par les métropolites Alexandre de Mantineia, Ignace de Larissa, Alexis de Nikaia, Hiérothée de Nafpaktos, Eusèbe de Samos, Séraphim de Kastoria, Nicodème de Kassandra, Théologue de Serrès, Macaire de Sidirokastro, Paul de Neochorion et de l’évêque Clément de Méthone. Assistaient à la liturgie plusieurs hiérarques de l’Église de Grèce, le métropolite Georges de Guinée, représentant du patriarcat d’Alexandrie à Athènes, l’archimandrite Damien Panos exarque du Saint-Sépulcre, le vice-ministre d’État Terence Quick, ainsi qu’un grand nombre de fidèles. L’homélie était prononcée par le prédicateur de la cathédrale et directeur du bureau de l’archevêque, l’archimandrite Chrysostome Papathanasiou. On peut visionner sur cette vidéo la fin des matines avec l’intégralité de la sainte liturgie.

Source

Fête des saints apôtres Pierre et Paul à Athènes

Les vêpres solennelles de la fête des saints apôtres Pierre et Paul (selon le nouveau calendrier), ont été célébrées à Athènes, comme chaque année, sur l’emplacement de l’aéropage, lequel est situé sur le flan de l’acropole. L’archevêque d’Athènes Jérôme, plusieurs évêques et des officiels étaient présents. Dans sa prédication, le protosyncelle de l’archevêché d’Athènes, l’archimandrite Syméon Voliotis, a rappelé que l’apôtre Paul était « l’apôtre des nations et non des nationalismes ». On peut voir de nombreuses photos de l’office sur le lien ci-dessous.

Source

L’archevêque d’Athènes Jérôme a demandé la condamnation de l’uniatisme par le Concile

L’archevêque d’Athènes a proposé que soit condamné l’uniatisme, comme une méthode étrangère à l’esprit orthodoxe. « Il doit être condamné par toutes les Églises orthodoxes » a souligné le primat de l’Église de Grèce. La proposition de l’archevêque Jérôme a été acceptée par les membres du saint et grand Concile et sera mentionnée dans les documents officiels.

Source

L’archevêque d’Athènes s’exprime au sujet de l’absence de certaines Églises au Concile panorthodoxe

L’archevêque d’Athènes a exprimé des reproches indirects aux Églises qui déclarent leur absence au saint et grand Concile en Crète, dans une déclaration recueillie par le journaliste grec Georges Ferdis (diplômé de l’Institut Saint-Serge) pour le site grec Orthodoxia.info. « Puisque nous avons communément décidé que le Concile aurait lieu, comment chacun peut-il décider qu’il ne viendra pas » demande le primat de l’Église de Grèce, depuis Chios, où il se trouve actuellement. Mgr Jérôme se prononce pour que le Concile se déroule normalement, indépendamment des absences, et a clairement fait savoir que l’Église de Grèce participera comme convenu. Ci-après la déclaration en question : « Je suis étonné ! Puisque nous avons communément décidé que le Concile aurait lieu, comment chacun peut-il décider qu’il ne viendra pas. Chacun est libre de décider ce qu’il veut. Mais d’un autre côté, le Concile n’est pas panorthodoxe, il est appelé « saint et grand Concile ». Par conséquent, tous tant que nous sommes, nous ferons ce Concile ».

Source

Vidéo de l’exposé du P. Jivko Panev au colloque international sur les médias numériques et la pastorale orthodoxe à Athènes en mai 2015

Les vidéos du 1er colloque international sur les médias numériques et la pastorale orthodoxe qui s’est tenu du 7 au 9 mai 2015 à l’hôtel Divani Apollon à Vouliagmeni, près d’Athènes, sont maintenant disponibles en ligne (en anglais, en russe et en grec). Ce colloque a été organisé par les collaborateurs du site orthodoxe grec Pemptousia en collaboration avec le site orthodoxe russe Bogoslov.ru et le site orthodoxe américain Orthodox Christian Network. Trois de collaborateurs d’Orthodoxie.com, Jean-Claude Larchet, Bernard Le Caro et Claude Lopez-Ginisty  y ont  présenté des exposés, et le P. Jivko Panev, a été associé au comité scientifique. Nous vous invitons à regarder l’exposé du P. Jivko, en anglais, en russe ou en grec, ainsi que son intervention lors de la discussion finale du comité scientifique. Vous pouvez également télécharger le texte de son exposé (anglais, russe et français).

What are the positions of the Orthodox Church in a “Modern World? :

 

Final Discussion by the Scientific Committee of the Conference (à partir 14′:01 ») ;

 

Vidéo de la soirée « Contre l’oubli » à Athènes – 18 mai

Le 18 mai dernier dans l’auditorium du musée de la Guerre d’Athènes, plus de 500 personnes ont participé à une soirée « Contre l’oubli« , organisée par le site Internet Pemptoussia et le monastère patriarcal Notre-Dame de Balamand (Liban), à l’occasion du 3e anniversaire de l’enlèvement Mgr Paul (Yazigi) évêque d’Alep. Vous pouvez regardez la vidéo de cette évènement depuis cette page. Jean-François Colosimo a salué les participants avec cette vidéo préenregistrée :

« Contre l’oubli » – Réunion à Athènes à l’occasion du troisième anniversaire de l’enlèvement du métropolite d’Alep Paul

Le 18 mai, le site internet Pemptousia et le monastère patriarcal de la Très-Sainte-Mère-de-Dieu de Balamand (Liban) organisent à Athènes un événement intitulé « Contre l’oubli », à l’occasion du troisième anniversaire de l’enlèvement du métropolite d’Alep. Les intervenants sont des personnalités de Grèce et de Syrie qui ont été en relation avec le métropolite d’Alep Paul, du Patriarcat orthodoxe d’Antioche. Le principal orateur est le métropolite de Mésogée et Laurentie Nicolas (Église orthodoxe de Grèce). Les représentants du Patriarche d’Antioche, de l’archevêque d’Athènes et du monde politique salueront l’assemblée. Près de trois années se sont écoulées depuis l’enlèvement du métropolite d’Alep Paul qui, avec le métropolite syro-jacobite Johanna Ibrahim, a été enlevé alors qu’il revenait à Alep depuis la Turquie. Depuis lors, leur sort est inconnu. Durant la manifestation, des films vidéo seront projetés provenant d’interviews, de l’œuvre et de la vie du métropolite d’Alep ainsi que des images de manifestations similaires en sa faveur à l’étranger. Participeront à la soirée la chorale des pères du monastère de Hamatoura au Liban, ainsi qu’une chorale de chant byzantin. L’allocution de clôture sera prononcée par le métropolite de Buenos Aires du Patriarcat d’Antioche, Mgr Silouane. Une résolution sera lue ensuite au sujet du silence international qui dure depuis trois ans autour de cet enlèvement. L’événement sera retransmis en direct à partir de 16h00.

La visite sur l’île de Lesbos du patriarche Bartholomée avec le pape François et l’archevêque Jérôme d’Athènes

Carol Saba a donné un entretien à Radio-Vatican sur la visite Pape-Francois-Patriarche-Bartholomee-600x425du patriarche Bartholomée avec le pape François et l’archevêque Jérôme d’Athènes sur l’île de Lesbos. En ligne ici.

Communiqué au sujet de la visite commune prochaine du pape François, du patriarche Bartholomée et de l’archevêque Jérôme d’Athènes sur l’île de Lesbos

« Il est communiqué que, au cours de cette dernière période, le Patriarcat œcuménique et Sa Toute-Sainteté le patriarche Bartholomée en personne, suivent avec une attention soutenue les développements et les affrontements armés dans la région du Moyen Orient élargi ainsi que les persécutions des chrétiens qui y ont lieu. Ainsi, Sa Toute-Sainteté le patriarche a exprimé de différentes façons, jusqu’à aujourd’hui, son angoisse au sujet du vaste flot de réfugiés. Dans cet esprit, il a communiqué au mois de février, par son représentant, avec Sa Sainteté le pape François, et, le 30 mars, il a envoyé à celui-ci une lettre à ce sujet. Dans le cadre de ce vif intérêt et en raison de l’inquiétude commune des dirigeants religieux ainsi que de la nécessité impérative d’une prise d’initiative et d’action communes pour sensibiliser l’opinion publique internationale et les organes et acteurs compétents, Sa Sainteté le pape de Rome François, Sa Toute-sainteté le patriarche œcuménique Mgr Bartholomée et Sa Béatitude l’archevêque d’Athènes et de toute la Grèce Mgr Jérôme visiteront très prochainement l’île de Lesbos afin de communiquer avec les réfugiés qui s’y trouvent et de les soutenir. Cette démarche et initiative des dirigeants religieux soutiendra et réconfortera les milliers de réfugiés éprouvés et favorisera la prise d’initiatives appropriée pour la protection des communautés chrétiennes très éprouvées ainsi que la prise en charge correcte du problème majeur des réfugiés.
Au patriarcat, le 5 avril 2016 »

Source

Lettre de l’archevêque d’Athènes Jérôme à Olav Fykse Tveit, secrétaire général du COE, au sujet de la crise des réfugiés

Révérend,

Avec un profond sens de la responsabilité et avec grande peine dans le cœur, le Saint-Synode de l’Église de Grèce suit les tribulations sans fin des réfugiés qui affluent dans notre petit pays. Dans leur long et difficile voyage de la guerre vers la paix, des centaines de milliers de réfugiés souffrants traversent, dans des circonstances dramatiques, notre pays, affligés et épuisés en raison de la crise économique. Conscient de la gravité de la situation, notre Saint-Synode vous lance un appel, afin que les membres de la communauté internationale avec leur autorité institutionnelle, leur bonne volonté, leur voix respectée et une influence sociale, joignent leurs forces pour résoudre le plus grand problème et la vague de réfugiés la plus importante sur le sol européen depuis la seconde guerre mondiale. Les confrontations armées, les guerres civiles, les intérêts économiques, la pauvreté et l’injustice croissante dans la zone élargie de la Méditerranée continue a pousser des millions d’êtres humains, nos frères, vers un voyage incertain et dangereux qui, très souvent, connaît une fin tragique. Nos mers sont devenues des tombes liquides. Nos îles et notre peuple se tiennent aux côtés des désespérés avec un altruisme émouvant. L’Église de Grèce, profondément affligée par l’hécatombe de victimes produite par la guerre et leur besoin de trouver un refuge, prie pour les âmes des victimes innocentes, pour la cicatrisation des conséquences douloureuses des conflits armés et pour la restauration de la paix dans le monde entier. Aussi, nous vous appelons à déployer, conformément à votre autorité institutionnelle, tous les efforts possibles de telle façon que la guerre civile (« la guerre fratricide ») dans la zone étendue de la Syrie prenne fin, que les gens et les familles ne soient plus déracinés de leurs foyers ancestraux, et que ceux qui vivent déjà comme réfugiés soient assistés pour surmonter leurs peines. Par ses organisations caritatives et ses structures institutionnelles, l’Église de Grèce continue à offrir son soutien, contribuant à l’assistance des réfugiés affligés. C’est ce que nous avons fait en tant qu’Église à travers notre histoire deux fois millénaire, c’est ce que nous faisons aujourd’hui et ce que nous ferons à l’avenir, dans la mesure où nos ressources limitées et le cœur généreux de notre peuple nous le permettent. Cependant, nous partageons le point de vue du gouvernement hellénique, et nous croyons que notre petit pays, exsangue du fait de la crise économique qui dure depuis de longues années, n’est pas en mesure de faire face seul à ce problème majeur des réfugiés. Pour cette raison, des interventions importantes sont requises impérativement. Nous considérons que la manifestation de la solidarité européenne, avant tout par le réexamen de la décision de fermer les frontières, mais aussi par des efforts substantiels pour éliminer la racine des causes de la crise des réfugiés, doivent être prises.

Révérend,

Dans le contexte de la crise actuelle, il est fait fréquemment référence à la crise budgétaire et financière. Ce serait très triste que nous fassions ensemble l’expérience de quelque chose de pire et que personne ne désire, à savoir la banqueroute des valeurs fondamentales de l’esprit européen et des principes qui ont construit l’Union européenne. Malgré le soutien caritatif de l’Église de Grèce, le gouvernement hellénique n’a pas le pouvoir de gérer ce problème crucial à lui-seul. Nous croyons que les solutions existent réellement et qu’il est de notre devoir sacré d’agir de façon responsable. Notre Église a la responsabilité de se faire l’écho et d’amplifier la voix de ceux qui demandent notre assistance, de condamner toute tentative de rabaisser et de dégrader le caractère sacré de la personne humaine, de déclarer notre peine pour tout ce qui tourmente les êtres humains, de servir et d’assister tout être humain de toutes nos forces et de tout notre puissance. Au sein de la communauté plus large des Églises européennes, à tous ceux qui restent fidèles aux principes fondateurs de l’aventure européenne, notre discours constitue un signe prometteur de coopération et de réconciliation, un appel à l’unité et à la sagesse, une déclaration de paix et de fraternité. Dans les circonstances actuelles défavorables, assister et aider mutuellement doit être une priorité absolue. Il est impératif que règne la paix, que prévale la sagesse, que la solidarité européenne se manifeste et que la coopération de toutes les parties soit assurée. Nous croyons que, avec votre sens aigu du discernement, vous reconnaîtrez le poids auquel nous sommes ici exposés. Aussi, nous attendons votre réceptivité et votre intervention substantielle. Dans un tel espoir, nous vous remercions par avance et vous souhaitons l’aide de Dieu dans l’exercice de vos importantes fonctions, et vous saluons avec profonde estime et grand respect. Jérôme II, archevêque d’Athènes et de toute la Grèce.

Source

L’archevêque d’Athènes participera au Concile panorthodoxe avec 24 métropolites de l’Église orthodoxe de Grèce

L’Assemblée extraordinaire des évêques de l’Église orthodoxe de Grèce s’est réunie le 8 mars à Athènes sous la présidence de l’archevêque Jérôme. Parmi les questions à l’ordre du jour se trouvait le Concile panorthodoxe qui doit se réunir en Crète au mois de juin 2016. À ce sujet, le communiqué officiel de l’Église a donné l’information suivante : « Concernant le sujet crucial du Concile panorthodoxe, Sa Béatitude [l’archevêque Jérôme] a remercié le patriarche œcuménique Bartholomée pour ses efforts afin que se réalise en juin prochain en Crète, cet événement ecclésiastique historique. Soulignant la grande importance de l’unité orthodoxe vis-à-vis du reste du monde chrétien, l’archevêque a mentionné qu’il « était particulièrement important de donner ce témoignage commun de la part des Églises locales sœurs et que les frères Primats partagent le Calice commun de Vie, manifestant notre identité et notre diaconie eucharistiques, ainsi que d’envoyer un message de vie et d’espoir à ceux qui sont près et ceux qui sont loin ». La proposition du Synode permanent concernant la composition de la délégation des hiérarques qui participera au Saint et Grand Concile a été approuvée à bulletin secret (52 pour, 25 contre, et deux bulletins blancs). La composition de la délégation sera comme suit : L’archevêque d’Athènes Jérôme, présidence du Saint-Synode, les métropolites, membres du Saint-Synode : Germain d’Ilias, Alexandre de Mantineia et Kynouria, Ignace d’Arta, Ignace de Larissa et Tyrnavos, Alexis de Nikaia, Hiérothée de Navpatktos et Aghios Vlasios, Eusèbe de Samos et d’Icarie, Séraphim de Kastoria, Théoclète de Florina, Prespa et Eordaia, Nicodème de Kassandra, Théologue de Serrès et Nigrita, Macaire de Siderokastron ; les métropolites suivants, non membres du Saint-Synode : Procope de Philippi, Neapolis et Thasos, président de la Commission synodale des questions dogmatiques et nomocanoniques, Chrysostome de Peristerion, président de la Commission synodale des questions inter-orthodoxes, Damascène de Didymoteikhon, Orestias et Souphlion, membre permanent de la Commission synodale des questions dogmatiques et nomocanoniques, Ignace de Dimitrias et Almyros, membre permanent de la Commission synodale des questions inter-orthodoxes, Éphrem d’Hydra, Spetsai et Égine, Chrysostome de Messinia, membre permanent de la Commission synodale des questions inter-orthodoxes, Athénagoras d’Ilion, Acharnon et Petroupolis, membre suppléant de la Commission synodale des questions dogmatiques et nomocanoniques, Cyrille de Kifisia, Amarousion et Oropos, membre permanent de la Commission synodale des questions dogmatiques et nomocanoniques, Jean de Langadas, Liti et Rentina, membre suppléant de la Commission synodale des questions dogmatiques et nomocanoniques, Chrysostome de Nikopolis et Preveza, membre suppléant de la Commission synodale des questions dogmatiques et nomocanoniques, Théoclète, de Ierissos, Mont Athos et Ardamerion, membre suppléant de la Commission synodale des questions dogmatiques et nomocanoniques, Gabriel de Nea Ionia et Philadelphie, membre suppléant de la Commission synodale des questions inter-orthodoxes.

Source

Le Saint-Synode de l’Église de Grèce a démenti « les raisons personnelles » justifiant l’absence de l’archevêque d’Athènes à la synaxe des primats orthodoxes

Le Saint-Synode de l’Église de Grèce a démenti « les raisons personnelles » justifiant l’absence de l’archevêque d’Athènes à la synaxe des primats orthodoxes et mentionnées dans le communiqué officiel de celle-ci.
Rappelons que le communiqué de la synaxe des primats, réunie au mois de janvier 2016, mentionnait que l’archevêque Jérôme en était absent « pour des raisons personnelles », ce que le Saint-Synode de l’Église de Grèce a démenti lors de sa récente session. Suite à cela, en date du 19 février, le Patriarcat œcuménique a publié le communiqué suivant : « En raison des publications répétées concernant le communiqué de la synaxe des primats orthodoxes tenue récemment à Genève et faisant référence à l’absence à celle-ci de S.B. l’archevêque d’Athènes pour des raisons personnelles (que le Patriarcat œcuménique respecte, quelles qu’elles soient), nous publions, sur décision synodale, telle quelle, la lettre [N°5822 du 8 décembre 2015] de Sa Béatitude [i.e. l’archevêque d’Athènes] en vue de confirmer l’affirmation susmentionnée : « Toute-sainteté, archevêque de Constantinople la Nouvelle Rome et patriarche œcuménique, très cher frère et concélébrant de notre humilité, seigneur Bartholomée, embrassant votre Toute-sainteté dans le Seigneur, nous vous communiquons volontiers ce qui suit. En réponse aux lettres patriarcales N°1081/14.11.2015 et 1114/27.11.2015, par décision synodale, prise lors de la session du Synode permanent du 8 décembre de cette année, nous communiquons à Votre Sainteté que :

1epistoli°) l’Église orthodoxe de Grèce, à la commission spéciale inter-orthodoxe, convoquée à Athènes du 15 au 19 décembre de cette année, sera représentée par le métropolite Chrysostome de Peristerion, et le métropolite Ignace de Dimitrias et Almyros ;
2°) au titre de la convocation de la sainte synaxe des primats orthodoxes du 21 au 28 janvier 2016 à Chambésy en Suisse, notre humilité étant empêchée d’y participer pour des raisons personnelles, les représentants du Saint-Synode de l’Église de Grèce ont été désignés comme suit : Leurs Éminences le métropolite de Karystia et Skyros Séraphim, le métropolite de Peristerion Chrysostome et le métropolite de Messinia Chrysostome, accompagnés du révérend archimandrite Ignace Sotiriadis, secrétaire de notre commission synodale pour les relations inter-orthodoxes et interchrétiennes. En outre, ayant la conviction que la participation de ces distingués représentants de notre sainte Église fera avancer positivement l’œuvre des éminentes synaxes susmentionnées, nous souhaitons chaleureusement, par avance, Dieu voulant, leur succès, et nous embrassons Votre Toute Sainteté très-aimée et pleine de sagesse. Votre frère aimé en Christ, +Jérôme II d’Athènes, président du Saint-Synode ». Suite à cette publication, le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce a procédé au communiqué suivant, le 20 février 2016 : « Pour la meilleure information des médias électroniques, relativement à leurs publications concernant la représentation de l’Église de Grèce à la synaxe des primats à Genève, et afin de ne pas créer d’impressions erronées, nous vous envoyons une copie exacte, tirée des archives du Saint-Synode, de la lettre de celui-ci, en date du 13 janvier 2016, concernant la représentation de notre Église à la synaxe des primats, qui a eu lieu du 21 au 28 janvier à Genève. « Des raisons personnelles » relatives à l’absence de S.B. l’archevêque d’Athènes et de toute la Grèce Jérôme II à la synaxe susmentionnée n’y sont pas mentionnées, du fait que les circonstances, entre temps, ne s’y prêtaient pas. Il va de soi que les positions définitives de l’expéditeur sont constituées par sa dernière lettre et non par quelque lettre intermédiaire » : « Toute-sainteté, archevêque de Constantinople la Nouvelle Rome et patriarche œcuménique, très cher frère et concélébrant de notre humilité, seigneur Bartholomée, embrassant votre Toute-Sainteté dans le Seigneur, nous vous communiquons volontiers ce qui suit : suite à notre lettre N°5822 et notre acte synodal du 8 décembre 2015 ainsi qu’à votre lettre patriarcale N°8/1.1.2016, par la décision synodale prise lors de la session du Synode permanent du 13 janvier de cette année, nous informons votre Toute-Sainteté que, au titre de la convocation de la sainte synaxe des primats orthodoxes du 21 au 28 janvier 2016 à Chambésy en Suisse, notre humilité étant empêchée d’y participer, le représentant du Saint-Synode a été désigné en la personne de S.E. le métropolite d’Ilia Germain, accompagné de leurs Éminences les métropolites de Peristerion Chrysostome et de Messinia Chrysostome. En outre, ayant la conviction que la participation de la représentation susmentionnée de notre sainte Église fera avancer positivement l’œuvre de l’éminente synaxe susmentionnée, nous souhaitons chaleureusement, par avance, Dieu voulant, son succès, nous embrassons Votre Toute Sainteté très-aimée et pleine de sagesse ». Par conséquent, le Saint-Synode de l’Église de Grèce considère que le Patriarcat œcuménique aurait dû publier la dernière lettre de l’archevêque d’Athènes, celle-ci ne mentionnant plus « les raisons personnelles » et constituant la seule lettre faisant foi. Selon le site Orthodoxia.gr, il existe encore une troisième lettre, qui aurait été écrite sur la même question entre les deux lettres susmentionnées et qui, de même, ne mentionne aucune « raison personnelle ».

Sources : 12. et 3.

« Mystères du chant byzantin » avec Nektaria Karantzi, soliste d’Athènes

neuchtelL’ensemble a cappella de chant orthodoxe Yaroslavl’, sis en Suisse, a la joie et l’honneur de recevoir la chanteuse de chant byzantin, Nektaria Karantzi pour trois concerts à l’honneur de la tradition byzantine. Ayant reçu la vocation de chanter par Père Porphyre de Grèce, Nektaria Karantzi chante depuis une trentaine d’années en paroisse et en concert, et est l’une des figures les plus reconnues du chant orthodoxe grec. Elle viendra pour la première fois chanter en Suisse, accompagné du choeur Yaroslavl, dirigé par Yan Greppin et composé de chanteurs professionnels et amateurs.
Les trois concerts auront lieu dans la région de Neuchâtel, entre Bâle et Genève, non loin de la frontière française.
Me 16 mars 20h Basilique Notre-Dame de Neuchâtel
Ve 18 mars 20h Temple de Couvet
Di 20 mars 17h Blanche-Eglise de La Neuveville
L’entrée est libre, avec collecte.
D’autres informations sont disponibles sur le site internet.

Une conférence théologique, avec pour but une analyse critique de certains aspects du Concile panorthodoxe et de ses projets de documents, aura lieu le 23 mars à Athènes

conf_greceAvec le soutien des diocèses de Glyfada, Gortyna, Kythira et du Pirée, une conférence au sujet du prochain Concile panorthodoxe aura lieu le 23 mars au Pirée. Les intervenants seront les métropolites Hiérothée de Nafpaktos, Paul de Glyfada, Séraphim de Kythira, Jérémie de Gortyna, Séraphim du Pirée, les archimandrites Athanase, pro-higoumène du monastère de la Transfiguration aux Météores et Paul Demtriakopoulos, les archiprêtres Georges Metallinos, Théodore Zisis, Sarantis Sarantou, Anastasios Gotsopoulos, Anghelos Anghelokopoulos et Peter Heers, les professeurs Demetrios Tselingides et Stavros Botzovitis. Divers aspects du futur Concile orthodoxe seront évoqués de façon critique, notamment le problème ecclésiologique et pastoral de la non-participation de l’ensemble des évêques orthodoxes, l’échec des dialogues théologiques, la question de l’attribution d’ecclésialité aux hétérodoxes, le texte adopté par la synaxe des primats sur les « relations de l’Église orthodoxe avec le reste du monde chrétien » à la lumière des saints canons. Le programme de la conférence est disponible ici en anglais.
Source

L’archevêque d’Athènes Jérôme s’est prononcé sur la crémation des défunts

À Ioannina, où il se trouve en visite pastorale, l’archevêque d’Athènes Jérôme a exprimé posément mais avec détermination la position de l’Église orthodoxe de Grèce pour ce qui concerne la crémation des défunts. L’archevêque a déclaré que chacun a le droit à son choix et est responsable de ses actes, précisant que l’Église ne recherche pas à imposer son point de vue avec « le fouet ou la violence ». Il a souligné entre autres : « Il faut que tous comprennent que l’Église n’est pas un gendarme, elle est un père, une mère, elle a une façon de vivre, une tradition, un enseignement, elle affirme que c’est là la vérité. Elle ne peut devenir un gendarme et prendre le fouet et imposer par la violence quelque chose, parce que cela est en dehors de son enseignement. Le Christ Lui-même a dit que vienne près de Lui celui qui le veut ». L’archevêque a souligné catégoriquement qu’il n’était pas souhaitable que l’on installât des incinérateurs dans les cimetières chrétiens. En même temps, il a proposé aux maires qui souhaitent installer des incinérateurs, à chercher d’autres secteurs et domaines loin des cimetières.

Source

L’archevêque d’Athènes ne se rendra pas à la synaxe des primats des Églises orthodoxes prévue le 21 janvier, et le patriarche de Bulgarie pose ses conditions pour y participer

Lors de la session du Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce du 13 janvier, il a été décidé que l’archevêque d’Athènes ne se rendrait pas en personne à la synaxe des primats des Églises orthodoxes prévue le 21 janvier,

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Sources : 1 et 2[/private]

Des pressions seraient exercées sur l’archevêque d’Athènes Jérôme pour participer à la réunion des primats des Églises orthodoxes

Alors que l’archevêque d’Athènes Jérôme avait exprimé le souhait de ne pas participer à la synaxe des primats des Églises orthodoxes, prévue maintenant à Genève, et de se faire représenter par trois métropolites du Saint-Synode de l’Église de Grèce, le Phanar aurait

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

 

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a rendu visite à l’archevêque d’Athènes Jérôme

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a rendu visite à l’archevêque d’Athènes Jérôme, dans le cadre de ses rencontres officielles en Grèce. Il a demandé à l’archevêque ses prières pour la paix en Palestine, car « tous les croyants ont besoin de la paix », a-t-il affirmé. À son tour, l’archevêque a déclaré : « Notre pensée est là-bas, non seulement en ces jours, mais toujours. Nous suivons avec anxiété les difficultés des gens qui y vivent et luttent pour leurs droits ». L’archevêque a offert à son hôte un album avec les monuments de Grèce, et lui a dit : « Lorsque vous le feuilletez, souvenez-vous de la Grèce, comme nous nous souvenons de votre patrie, car là-bas sont nos racines, là où est né le Roi de la Paix, Jésus-Christ ». De son côté, le président de l’Autorité palestinienne a offert à l’archevêque un tableau représentant la basilique de la Résurrection à Jérusalem avec le Saint Sépulcre, ainsi qu’un album avec des photos de Bethléem, « en marque d’estime et de respect », comme il l’a déclaré. À la rencontre étaient présents le ministre des Affaires étrangères de Palestine, l’ambassadeur et consul de Palestine en Grèce et l’ambassadeur de Palestine au Liban. La partie grecque était représentée par le vice-ministre des Affaires étrangères, Ioannis Amanatidis.

Source

A Athènes, début des travaux de la commission interorthodoxe spéciale pour la préparation du Concile panorthodoxe

Le 16 décembre, le commission interorthodoxe spéciale pour la préparation du Concile panorthodoxe a débuté ses travaux à Athènes. L’objectif de la commission est d’élaborer un projet de règlement pour le déroulement du saint et grand Concile de l’Église orthodoxe.
A la bénédiction de Sa Sainteté le patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie, l’Église orthodoxe russe est représentée par le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou. La délégation se compose également de l’archiprêtre Nicolas Balachov, vice-président du DREE, et du père Anatole Tchouriakov, interprète, employé du DREE.

Les séances sont présidées par le métropolite Jean de Pergame, (Patriarcat de Constantinople). Les Églises orthodoxes locales sont représentées comme suit :

  • Patriarcat de Constantinople : métropolite Emmanuel de France, archimandrite Bartholomée (Samaras), archimandrite Prodrome (Xenakis) ;
  • Patriarcat d’Alexandrie : métropolite Georges de Guinée, P. Dzoumerkas ;
  • Patriarcat d’Antioche : métropolite Basile d’Arcadia, G. Gandour ;
  • Patriarcat de Jérusalem : archevêque Aristarque de Constandini, professeur T. Yiangou ;
  • Patriarcat de Géorgie : métropolite Gérassime de Zoukdidi et de Tsaïssi, métropolite André de Gori, protopresbytre professeur Giorgi Zviadadze, moine Anthimoz Javakhichvili ;
  • Patriarcat de Serbie : évêque Irénée de Batska, évêque Jérôme de Jegar ;
  • Patriarcat de Roumanie : métropolite Niphon de Târgoviste, archiprêtre professeur Viorel Ionita :
  • Patriarcat de Bulgarie : métropolite Jean de Varna et de Preslav-la-Grande, métropolite Séraphin de Nevrokop, Dr Dimitar Arnaudov :
  • Église orthodoxe de Chypre : métropolite Georges de Paphos, évêque Christophore de Karpassia ;
  • Église orthodoxe de Grèce : métropolite Chrysostome de Peristerion, métropolite Germain, d’Ilion, métropolite Ignace de Dimitrias ;
  • Église orthodoxe d’Albanie : métropolite Jean de Korçë, Pyrros Kondylis ;
  • Église orthodoxe de Pologne : archiprêtre Andrzej Kuzma ;
  • Église orthodoxe des Terres tchèques et de Slovaquie : archevêque Georges de Michalovce-Kosice, archimandrite Séraphin Semiatovsky.

La commission spéciale poursuivra ses travaux jusqu’au 18 décembre.

Source

L’archevêque d’Athènes Jérôme au sujet des migrants : « L’Europe civilisée les a bombardés »

L’archevêque d’Athènes s’est exprimé lors de l’émission télévisée « Week end » de la chaîne grecque MEGA, au sujet des œuvres caritatives de l’Église, de ses relations avec le Premier ministre Alexis Tsipras, des problèmes actuels qui préoccupent la société grecque. Évoquant la crise économique qui déchire, ces dernières années, la Grèce, l’archevêque a déclaré que, la crise spirituelle était venue la première, puis ensuite la crise morale, pour finir par la crise économique. Le primat a souligné que l’œuvre caritative de l’Église, qui a pris en charge des milliers de gens frappés par la crise, n’est pas son œuvre, ni celle des évêques et des prêtres, mais du peuple lui-même, qui appuie les efforts des paroisses et des diocèses. Lorsque « nous disons que l’Église aide, cela veut dire que nous aidons tous. Le miracle et l’optimisme qui ressortent de la crise sont que c’est le peuple même qui s’est révélé aussi généreux, aussi fort dans son apport. Ce n’est pas l’Église qui fait d’elle-même ces choses. Elle ne fait que les organiser et les suivre », a expliqué l’archevêque. Celui-ci « n’a pas mâché ses mots » au sujet de la crise des migrants, la qualifiant de problème du siècle, et développant son point de vue en ce qui concerne les causes qui ont provoqué celle-ci : « Pourquoi sont-ils partis ? Parce que nous les avons bombardés. L’Europe civilisée les a bombardés. Elle les a fait sortir de leurs maisons, elle créé ce flux. Ceux-ci viennent ici sont noyés dans la mer, nous les recevons et ils vont maintenant en Europe et voient les barrières que l’on installe pour qu’ils ne passent pas. Les coupables ne doivent-ils pas prendre leurs responsabilités ? Ou bien les expulseront-ils, pour les renvoyer en Grèce ? » Au sujet de la construction et du fonctionnement d’une mosquée à Athènes, l’archevêque s’est montré réservé. Tout en qualifiant le droit de chacun à disposer d’un lieu de culte pour ses devoirs religieux, il a souligné qu’il ne fallait pas se précipiter en ce qui concerne cette question et a ajouté : « En l’état actuel, ce serait de la naïveté que de nous presser, sans savoir qui administrera [la mosquée]. Sans savoir si ce sera un lieu de prière ou un lieu d’endoctrinement et de fondamentalisme ». Questionné au sujet de ses bonnes relations avec le Premier ministre Alexis Tsipras, malgré tous les différends qui peuvent les séparer, l’archevêque a répondu que celui-ci l’avait honoré en ayant fait sa connaissance avant de devenir Premier ministre et a ajouté qu’il peut parler aisément avec lui. Le primat a ajouté qu’une entente entre les partis et l’Église était nécessaire, le but est commun et doit viser à aide le citoyen. Pour ce qui concerne la crémation des défunts et la construction d’un incinérateur à Athènes, l’archevêque a déclaré que c’était le droit de chacun de choisir la crémation s’il était opposé au credo de l’Église orthodoxe mais, pour cette raison, les incinérateurs ne doivent pas être placés à l’intérieur des cimetières. Évitant de commenter les voix extrêmes des évêques au sujet du pacte de cohabitation [rendant possible les unions homosexuelles, ndt] envisagé par le gouvernement hellénique, l’archevêque s’est écrié : « Une telle question, qui est le choix de quelques-uns, doit-elle entrer dans le droit de la famille ? Doit-elle passer devant le parlement et devenir une loi de l’État ? »

Source

Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski