20/10/2017
Actualités
Page d'accueil > Lire (page 20)

Archives de catégorie : Lire

Souscrire au flux

De l’histoire récente de l’Eglise orthodoxe russe

Le site pravoslavie.ru publie une interview de Mme Olga Vassiliev, professeur et docteur en histoire, au sujet de la lettre de Lénine au politburo, rédigée il y a 90 ans, qui exigeait la confiscation des objets précieux appartenant à l’Église dans le but, soi-disant, d’aider ceux qui souffraient de la famine. Nous vous proposons la traduction en français de cet entretien.

Déclaration à la presse du métropolite Emmanuel à la suite de la tuerie de Toulouse

A la suite de la tuerie de Toulouse, hier, le métropolite Emmanuelprésident de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France a fait la déclaration suivante à la presse: « La violence sans nom qui a fait irruption ce matin d’une manière aveugle devant un collège de la communauté juive de Toulouse, ne peut que susciter les plus vives indignations et les émotions les plus profondes. Au nom de mes frères évêques orthodoxes de France, je condamne avec la plus grande fermeté cet acte barbare qui vise des personnes sans défense. Nous partageons la grande peine des familles des victimes touchées dans leur propre chair. Tout en présentant nos condoléances aux familles des victimes, nous exprimons toute notre solidarité avec la communauté juive de France éprouvée par ce drame. »

Une résolution du conseil de l’Archevêché

 » Le conseil de l’Archevêché, réuni le 6 mars 2012 sous la présidence de l’archevêque Gabriel de Comane, a entendu le rapport du p. Jean Gueit, recteur de la paroisse Saint-Nicolas-le-Thaumaturge, à Nice. La communauté paroissiale a été contrainte de quitter la cathédrale Saint Nicolas suite à la décision de la cour d’appel d’Aix en Provence en date du 19 mai 2011. Le conseil de l’Archevêché apporte son plein soutien à la paroisse de Nice dans son pourvoi en cassation contre le jugement de la cour d’appel. »

Source: Archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale

Précédentes notes sur cette actualité: 123.

Communiqué de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France à la suite du décès de Shenouda III, primat de l’Eglise copte

Le pape des coptes, Shenouda III, primat de l’Eglise copte, est décédé samedi 17 mars au Caire. L’Assemblée des évêques orthodoxes de France a publié un communiqué (au format pdf) qui rappelle notamment: « Le monde chrétien fait ainsi ses adieux à un grand pasteur de renommée internationale et une des plus grandes figures chrétiennes du XXème siècle. Shénouda III a présidé depuis plusieurs décennies aux destinées de l’Eglise copte. Pasteur proche de son peuple, il était connu pour ses talents liturgiques et pastoraux. Prédicateur averti, il était capable de répondre aux interrogations pastorales les plus diverses de ses fidèles avec une interminable patience pendant des heures. Il quitte aujourd’hui son Eglise, à un moment crucial alors que l’Egypte passe des moments difficiles qui suscitent inquiétudes et interrogations quant au devenir de cette nation et particulièrement de la communauté copte, qui en constitue une des composantes essentielles. »

Photographie: Shenouda III (source: Wikipedia)

Recension: Michel Quenot, « L’icône des martyrs, témoins de l’au-delà »

QuenotMichel Quenot, « L’icône des martyrs, témoins de l’au-delà », Éditions Saint-Augustin, Saint-Maurice (Suisse), 2011, 228 p.
Contrairement à la plupart des livres du Père Michel Quenot, ce livre ne traite pas des icônes : le titre, ambigu, se réfère moins aux icônes des martyrs (bien que ce livre en comporte de nombreuses et belles reproductions) qu’aux martyrs comme icônes.
Ce livre dresse un panorama des martyrs et du martyre depuis les origines du christianisme jusqu’à nos jours et dans toutes les régions du monde.
Il ne prétend pas à l’exhaustivité (difficile à atteindre tant les martyrs sont nombreux) ni être un ouvrage scientifique. L’auteur annonce d’emblée qu’il est mû par un désir d’éveil, que son souci est pédagogique et son approche pastorale, et que dans son intention la formation l’emporte sur l’information. Le style est simple et l’exposé ne s’embarrasse pas de notes.
Outre d’indispensables rappels historiques, on trouvera ici des réflexions sur la nature du martyre, ses formes et son sens. L’auteur pense – cela est exprimé en particulier dans le quatrième et dernier chapitre intitulé « La persécution comme critère chrétien » – que la persécution subie et le martyre sont indissociables du christianisme. Le premier chapitre présente les persécutions et le martyre des chrétiens au cours des trois premiers siècles, qui furent surtout le fait des empereurs, pour la raison que le christianisme s’opposait à leur propre culte ou à celui des idoles qu’ils vénéraient. Lire la suite »

Mont-Athos : édition critique des « Discours ascétiques » de saint Isaac le Syrien

Isaaccouverture

Le monastère d’Iviron, au Mont-Athos, a publié, le 29 février dernier, une édition critique de la version grecque des Discours ascétiques de saint Isaac le Syrien, établie par Marcel Pirard (Belgique). Un communiqué de presse est disponible ici en grec, ainsi qu’un historique en français de la version grecque.

Prédication du patriache Daniel de Roumanie à l’occasion du Dimanche de saint Grégoire Palamas

Patriarche_daniel

Le patriarche Daniel, primat de l’Église orthodoxe roumaine, dans sa prédication du 11 mars en la chapelle Saint-Grégoire-l’Illuminateur de la résidence patriarcale, a expliqué la signification de la péricope évangélique du deuxième dimanche de Carême ou Dimanche de saint Grégoire Palamas, à savoir l’Évangile selon saint Marc (2, 1-12), qui présente la guérison du paralytique à Capharnaüm. Sa Béatitude a mentionné la péricope évangélique lue en ce jour comme une exhortation à aider les malades et à manifester de la solidarité envers eux. Le primat a aussi souligné la nécessité de la guérison de l’âme car les maladies peuvent être une conséquence de nos péchés. « Tout d’abord il faut chercher dans notre vie la guérison de l’âme de ses péchés et ce par la pénitence, la confession et l’obtention du pardon accordé par Christ par l’intermédiaire du prêtre confesseur. C’est pourquoi, lors du Carême d’avant Pâques, nous devons d’abord rechercher la guérison de l’âme plutôt que celle du corps. Il faut guérir l’âme parce que souvent nos maladies du corps sont la conséquence des péchés, bien que cela ne soit pas toujours le cas, mais il s’agit là d’une généralité. C’est la raison pour laquelle le Sauveur a dit « Fils, tes péchés te sont pardonnés » avant de guérir le paralytique à Capharnaüm. Nous voyons dans ces quatre hommes ceux qui prennent soin des malades, que ce soit à domicile, à l’hôpital, dans les unités de soins médicaux. Ces hommes qui se taisent, ne disent rien, mais aident par leurs mains les malades, représentent la multitude d’hommes miséricordieux et anonymes qui ont compassion des pauvres, que ce soit le personnel médical, ceux qui achètent des médicaments pour les malades, ou ceux qui prient pour les malades. Leur foi aide chacun des malades. Nous voyons dans cette prière et cette œuvre de l’Église pour la santé des malades une grande œuvre d’amour saint et miséricordieux, particulièrement dans un monde de plus en plus égoïste, de plus en plus individualiste. Il y a un grand besoin de prier pour les autres et d’aider le plus grand nombre possible d’hommes qui souffrent à ressentir que par nos mains et nos prières vient l’amour miséricordieux du Christ envers eux » a dit le patriarche. Lire la suite »

Le « Feuillet de l’exarchat » de mars 2012 (n°43)

Le Feuillet de l’exarchat de mars 2012 (n°43) est en ligne ici (lien direct, in english). Au sommaire: le doyenné de l’ouest de la France, l’implantation orthodoxe en Bretagne, les 25 ans de prêtrise du P. Jean Roberti, la paroisse Saint-Jean de Cronstadt et Saint-Nectaire d’Egine à Rennes, le père Pierre Tchesnakoff, ancien doyen de l’ouest, un week-end autour des icônes à la paroisse orthodoxe de Banneux (Belgique), etc.

« L’édition orthodoxe en Roumanie », par Elena Dulgheru

Da 1 crop

Elena Dulgheru, éditrice (éditions Arca Invierii à Bucarest), traductrice, écrivain et journaliste (au quotidien orthodoxe roumain Ziarul Lumina), est intervenue lors des Journées du livre orthodoxe pour parler de l'édition en Roumanie. Nous vous proposons le texte de son intervention.

 

Photographie: Elena Dulgheru

Un compte rendu des Journées du livre orthodoxe dans le quotidien orthodoxe roumain « Ziarul Lumina »

Imagine.php

Elena Dulgheru, auteur et éditrice, présente lors des  premières Journées du livre orthodoxe en France, a publié hier un compte rendu de cet évènement dans le quotidien orthodoxe roumain Ziarul Lumina. Celui-ci évoque aussi Paris et le développement de l'orthodoxie en Europe occidentale ainsi que la présence active de paroisses de la Métropole roumaine à Paris.

Un nouvel ouvrage du théologien orthodoxe Vladimir Lossky

Photo Lossky TD

Vladimir Lossky, Théologie dogmatique, édité par Olivier Clément et Michel Stavrou Paris, éditions du Cerf, coll. « Patrimoines – Orthodoxie », 2012, ISBN 978-2-204-09340-8 Prix : 20 €.

Cet ouvrage nouvellement paru aux éditions du Cerf contient l’édition augmentée du cours dispensé par Vladimir Lossky (1) (1903-1958), l’un des plus grands théologiens orthodoxes du XXe siècle, entre 1954 et 1958, sur la base des notes de son disciple Olivier Clément (1921-2009), classées et enrichies des références patristiques par Michel Stavrou, professeur à l’Institut Saint-Serge. Une première version de ce cours avait été publiée dans des revues dès 1964 : elle est ici corrigée sur la base de transcriptions revues par V. Lossky et enrichie de plusieurs parties et chapitres supplémentaires représentant 35 % de textes entièrement inédits. Dans la lignée de son célèbre Essai sur la théologie mystique de l’Église d’Orient, Vladimir Lossky propose dans ce volume une synthèse claire et accessible de la doctrine chrétienne, s’appuyant sur la pensée vivante des Pères de l’Église.

Lire la suite »

Recension: Géronda Païssios l’Athonite, « Paroles I. Avec amour et douleur. Pour le monde contemporain »

Scan-120303-0001Géronda Païssios l’Athonite, « Paroles I. Avec amour et douleur. Pour le monde contemporain ». Traduit du grec par mère Photini Marchal, en collaboration avec le monastère Saint Jean le Théologien. Édition du monastère Saint Jean le Théologien, Souroti (Grèce), 2011, 400 p.
Les moniales du monastère Saint Jean le Théologien de Souroti, près de Thessalonique, fondé par le père Païssios l’Athonite, ont recueilli les propos de celui-ci durant les vingt-huit années qu’il a guidé le monastère et les ont classés en cinq  volumes publiés en grec et dans de nombreuses autres langues. Le premier volume paraît maintenant en langue française dans une bonne traduction de sœur Photini  Marchal révisée par les sœurs francophones du monastère.
Ce volume comporte quatre parties : 1) Le péché et le diable ; 2) La civilisation contemporaine ; 3) L’esprit de Dieu et l’esprit du monde ; 4) L’Église à notre époque.
On retrouve dans ces enseignements au caractère très concret et qui abordent de nombreuses questions actuelles, la sagesse et le discernement du grand spirituel athonite, ainsi que son sens de l’humour et de la métaphore.

Lire la suite »

Recension: Théoclète Dionysiatis, « Entre ciel et terre »

Scan-120225-0001Recension: Théoclète Dionysiatis, « Entre ciel et terre », traduit du grec par le P. Ambroise Fontrier, L’Age d’Homme, Lausanne 2011, 227 p. (« La Lumière du Thabor »).
Le père Théoclitos (1916-2006) fut un moine réputé du Mont-Athos, appartenant au monastère de Dionysiou, qui eut, pendant la période où il y vécut, deux illustres higoumènes: le père Gabriel et le père Charalampos (fils spirituel de Joseph l’Hésychaste). Apprécié pour son érudition, il est l’auteur de nombreux livres et articles – consacrés notamment à saint Denys l’Aréopagite, saint Nicodème l’Hagiorite, Saint Grégoire Palamas, saint Nectaire d’Égine, et à divers grands spirituels athonites du XIXe et du XXe siècles – et de nombreuses traductions en grec moderne de textes patristiques (Évagre, Marc l’Ermite, Diadoque de Photicé, Maxime le Confesseur, Grégoire Palamas). L’un de ses livres a déjà paru en français en 1989 aux éditions Axios, traduit par M. J. Montsaingeon, dans le cadre du recueil « Écrits du Mont-Athos. Une anthologie hagiorite contemporaine » ; ce livre, intitulé « Dialogues athonites sur la théologie de la prière du cœur » (en partie inspiré par l’enseignement du maître de la prière hésychaste que fut le P. Charalampos) a connu un grand succès en Grèce. Le présent livre y fut également célèbre. Il traite essentiellement de la vie monastique, présentant la conception particulière qu’en a l’Église orthodoxe et faisant l’éloge de la forme qu’elle prend dans le cadre, empreint de beauté et de pureté, de la Sainte Montagne. Le texte a la forme d’un dialogue entre un moine athonite, le père Chrysostome, et un théologien, un juriste et l’auteur du récit. Alors que le théologien a du monachisme une conception mondaine et moderniste (centrée sur l’activité sociale du moine, le christianisme étant, selon lui, une religion essentiellement sociale et altruiste), le moine athonite défend le monachisme tel qu’il est conçu par la tradition orthodoxe, spécialement la tradition hésychaste où, comme le disait saint Maxime le Confesseur, l’action est contemplative et la contemplation active, et où le moine tant dans la vie communautaire ecclésiale que dans la solitude et le silence de l’hésychia, a un mode de vie qui n’est plus de ce monde, tout en incluant le monde dans son amour et dans sa prière. Cette dernière conception est confirmée par l’ancien Théolepte, qui vient rejoindre les autres interlocuteurs, puis par un ermite dont tous font la rencontre. Différents sujets relatifs à la vie spirituelle sont successivement abordés – la foi, l’ascèse, la prière, l’amour, la paix … – d’une manière à la fois vivante et poétique, fondée sur l’expérience et non sur la spéculation abstraite  (dont les limites sont souvent soulignées), ce qui n’empêche pas d’en définir la nature avec profondeur.

Lire la suite »

Vient de paraître: le Grand canon de saint André de Crète, édition bilingue slavon-français

IMG

Le périodique « La voix orthodoxe » (Lyon) vient de publier, en version bilingue slavon-français, le Grand canon de Saint André de Crète, traduit par Bernard Le Caro dans le cadre des « Feuillets liturgiques » de la cathédrale orthodoxe russe de Genève. Il s’agit d’une version revue et corrigée par rapport aux éditions précédentes.
Le livret comporte d’abord le Grand canon en quatre parties, comme il est lu durant la première semaine de Carême, puis en entier pour le jeudi de la cinquième semaine. Des notes explicatives complètent la version intégrale du jeudi. La traduction a été établie sur la base d’une édition critique du texte original grec publié par l’université de Vienne, mais tient compte des versions slavonne et roumaine, ainsi que des traductions modernes en anglais et en français. Le texte slavon est accentué, ce qui permet au célébrant, dans les paroisses bilingues, de passer rapidement du slavon au français et inversement.
Cet ouvrage est disponible au prix de 10 Euros à l’adresse suivante: Église orthodoxe russe Saint-Jean-le-Russe, 4, petite rue de la Viabert, F-69006 Lyon.

Métropolite Hilarion (Alfeyev) de Volokolamsk : « L’Orthodoxie » II – La doctrine de l’Église orthodoxe

Orthodoxie2

Vient de paraître aux éditions du Cerf le deuxième tome du livre L'Orthodoxie écrit par Mgr Hilarion (Alfeyev) qui traite de la doctrine de l'Église orthodoxe. L'Orthodoxie du métropolite Hilarion présente le christianisme comme un système théologique et liturgique, comme une vision du monde achevée dont tous les éléments sont organiquement liés : la théologie orthodoxe est fondée sur l'expérience liturgique, les principales caractéristiques de l'art orthodoxe — icône, chant, architecture des églises — découlent de la théologie et de la liturgie. Théologie et liturgie inspirent les pratiques ascétiques, la piété personnelle de chaque chrétien. Elles marquent l'élaboration de la doctrine morale et sociale de l'Église, les rapports de celle-ci avec les autres confessions chrétiennes, les autres religions et le monde séculier.  Dans le premier volume, l'auteur a présenté l'enracinement historique de l'orthodoxie — elle est historique par essence, donc de tradition — et a posé les fondements canoniques dont découlent ses structures et son organisation.  Le présent volume — second tome de la synthèse du métropolite Hilarion — aborde et présente la doctrine théologique de l'Église orthodoxe. D'abord, il traite des sources de celle-ci : les saintes Écritures, l'Ancien et le Nouveau Testament, puis les décrets des conciles universels et locaux, les œuvres des Pères et docteurs de l'Église, et enfin les monuments de la poésie liturgique. Ensuite, il expose et développe, à partir des sources, chacun des traités de la doctrine de Dieu : son Nom et sa gloire, son unité et Trinité, Dieu et le mal, la Providence divine, l'amour divin, l'essence et les énergies divines, la lumière divine. Enfin sont traités la doctrine du monde et de l'homme, le Christ, l'Église et l'eschatologie. Le tome suivant sera consacré à la liturgie, aux sacrements et aux rites de l'Église, à sa doctrine ascétique et mystique, ainsi qu'à l'art chrétien, à l'architecture, à l'iconographie et au chant liturgique. Un dernier volume recueillera la doctrine sociale et morale de l'Église orthodoxe ainsi que l'exposé des relations de cette dernière avec les autres confessions chrétiennes, les autres religions et le monde séculier.

Parution du « Feuillet de l’exarchat » du mois de février (n°42)

Le Feuillet de l'exarchat du mois de février (n°42) vient d'être mis en ligne (lien direct, in english). Au sommaire: la Semaine de prière pour l'unité des chrétiens, un entretien avec le P. Alexandre Fostiropoulos, la colline Saint-Serge et le mouvement oecuménique, la paroisse Saint-Serge et la prière pour l'unité des chrétiens (des photographies sont proposées ici), Institut Saint-Serge et formation.

Un nouveau livre de Jean-Claude Larchet: « L’Église, corps du Christ », tome 1, « Nature et structure »

Larchet_Eglise_t1_Couv

Peu de temps après avoir publié un recueil de ses écrits dogmatiques sous le titre « Personne et nature », Jean-Claude Larchet publie un nouveau livre aux éditions du Cerf. Ce volume de 256 pages, qui est intitulé « L’Église, corps du Christ, I, Nature et structure » et qui paraît dans la collection « Théologies », est le premier tome d’une série de trois consacrée à la conception orthodoxe de l’Église.
L’auteur examine d’abord l’origine, les fondements, la nature et les qualités de l’Église. Il s’arrête ensuite sur la nature et l’importance de la tradition ecclésiale.
Puis il analyse l’organisation de l’Église dans les premiers siècles, accordant toute son attention à l’Église locale et précisant son rapport avec les autres Églises locales et avec l’Église universelle. Il souligne à cette occasion l’importance de la synodalité qui, aujourd’hui encore, régit le fonctionnement des Églises orthodoxes. Sont ensuite présentées les évolutions historiques qui ont vu apparaître le système de la Pentarchie, puis de nouvelles Églises autocéphales et autonomes ; l’auteur aborde alors les problèmes, toujours actuels, posés par le nationalisme et le principe de territorialité.
Une partie importante de l’ouvrage est consacrée à la hiérarchie ecclésiastique. Y sont examinés la place et le rôle fondamentaux de l’évêque, puis la place et le rôle du prêtre. À propos de ce dernier point, sont abordées les questions du mariage des prêtres et de l’accès des femmes à la prêtrise. Sont analysés ensuite le rôle du diacre et celui de tous les ordres mineurs. Une annexe s’intéresse au symbolisme, très significatif pour l’ecclésiologie, des vêtements liturgiques. Un dernier chapitre définit la place des laïcs dans l’Église.
Cet ouvrage apparaît au total comme une synthèse vaste, claire et bien documentée sur la nature et l’organisation de l’Église. Il constitue une contribution importante à la compréhension  de l’ecclésiologie orthodoxe dont, à la différence de certaines théories modernes, il donne une vision très équilibrée, se fondant constamment sur les sources scripturaires, conciliaires et patristique.
On peut télécharger ici la table des matières complète de ce volume.

Recension : Métropolite Amphiloque (Radović) du Monténégro et du Littoral, « Le mystère de la sainte Trinité selon saint Grégoire Palamas ».

PalamasMétropolite Amphiloque (Radović) du Monténégro et du Littoral, « Le mystère de la sainte Trinité selon saint Grégoire Palamas », suivi d’un entretien avec l’archiprêtre Jivko Panev, traduit du grec par Yvan Koenig, préface de Jean-Claude Larchet, éditions du Cerf, Paris, 2012, 326 p., collection « Orthodoxie ».
La thèse de doctrorat en théologie de Mgr Amphiloque Radović, dont la traduction française paraît dans ce volume, a acquis une grande célébrité en Grèce, où elle a d’abord été publiée en 1973 dans l’excellente collection « Analekta Vlatadôn », puis dans le monde orthodoxe et dans la sphère des études patristiques où elle est devenue une référence. Le subtil et profond chapitre sur « le Filioque et l’énergie trinitaire incréée », qui fut publié dans deux traductions différentes par des revues françaises (le « Messager de l’exarchat du patriarche russe en Europe occidentale », 91-92, 1975; « Le Messager orthodoxe », 110, 1989), donnait envie depuis longtemps de disposer d’une édition intégrale, que la diligence du père Jivko Panev en tant que directeur de collection et d’Yvan Koenig en tant que traducteur, a enfin permis de réaliser.
Cette étude constitue un apport important aux études palamites, par son sujet et par son interprétation du palamisme. Elle est aussi une contribution majeure à la théologie trinitaire orthodoxe. Elle donne accès à une meilleure compréhension des divergences entre l’Église orthodoxe et l’Église latine dans les domaines de la théologie, de l’anthropologie et de la spiritualité, et par là contribue au dialogue théologique entre elles. Elle apporte enfin des réponses à certains problèmes existentiels et spirituels que doit affronter l’homme contemporain.

Lire la suite »

Réimpression du livre d’Olivier Clément « Byzance et le christianisme »

Olivier-clement-byzance-et-le-christianisme-9782220063997

Le livre d’Olivier Clément, « Byzance  et le christianisme », paru en 1964 aux Presses universitaires de France et depuis longtemps épuisé, vient d’être réédité par les éditions Desclée de Brouwer qui ont aussi réédité en 2009 « L’essor du christianisme oriental » dont il est la suite. Ce livre est surtout consacré au mouvement hésychaste, le dernier chapitre présentant « la relève russe ». Il s’agit d’une initiation claire et vivante à une période complexe et riche en controverses, qui englobe à la fois le plan historique et le plan théologique.

Réimpression du livre de Jean-Claude Larchet sur saint Maxime le Confesseur paru aux éditions du Cerf dans la collection « Initiation aux Pères de l’Église »

Couv6110g_260

Le livre de Jean-Claude Larchet « Saint Maxime le Confesseur (580-662) » paru en 2003 aux éditions du Cerf  dans la collection « Initiation aux Pères de l’Église » et qui était depuis quelque temps indisponible vient d’être réimprimé. La bibliographie n’a pas pu être actualisée, mais le livre reste une référence par sa présentation synthétique et claire de la vie et de la pensée de saint Maxime le Confesseur, qui le destine non seulement aux spécialistes mais au grand public intéressé par le grand théologien byzantin.
Outre la recension de R. Winling, professeur émérite de patrologie à l’Université de Strasbourg que l’on peut consulter sur le site d’ « Esprit et Vie », on trouvera dans ce dossier de presse des extraits des recensions de diverses revues françaises et étrangères.

Le rapport 2011 de l’ACAT

Le rapport 2011 de l'ACAT (Action des chrétiens pour l'abolition de la torture) est en ligne sur cette page (lien direct) où il est aussi possible de lire des extraits à partir sur cette même page de la carte interactive et du menu (le commander).

Recension : « Le Grand Carême. Lectures orthodoxes pour chaque jour »

Grand Carême« Le Grand Carême. Lectures orthodoxes pour chaque jour ». Textes rassemblés par Bernard Le Caro, avec la participation de Matthieu Malinine, éditions des Syrtes, Paris, 2012, 300 p.
Bernard Le Caro qui, par ses « Feuillets liturgiques » bilingues (slavon-français, slavon-russe) publiés depuis plusieurs années sur le site du diocèse russe de Genève, accompagne chaque dimanche et aux fêtes la participation liturgique de nombreux fidèles des églises de tradition slave, a eu l’heureuse idée d’adapter ce concept à l’ensemble du Grand Carême.
Ce volume fournit pour le dimanche de ce jour (dimanche de Zachée), pour les dimanches suivants du Triode, puis pour chaque jour du Grand Carême jusqu’au samedi de Lazare, des textes nourrissants pour la vie spirituelle.
Chaque chapitre, consacré à chacun de ces jours, présente en général :
– les lectures néotestamentaires du jour ;
– le tropaire et le kondakion du jour ;
– le particularités liturgiques du jour (c’est-à-cette partie qu’a contribué Matthieu Malinine, chef de chœur de la cathédrale russe de Genève et enseignant de chant liturgique à l’Institut Saint-Serge) ;
– des extraits typiques des services liturgiques du jour (stichères des vêpres ; cathismes, tropaires et ikos du canon des matines…) ;
– le synaxaire du jour (souvent emprunté au « Synaxaire » du hiéromoine Macaire de Simonos-Pétras) ;
– une lecture biblique (en général l’extrait des Proverbe prescrit par l’oustav)
– un extrait des vies des saints ou, plus couramment, une homélie généralement empruntée à un Père grec (saint Jean Chrysostome, saint Jean Climaque, saint Isaac le Syrien, saint Dorothée de Gaza, saint Syméon le Nouveau Théologien, saint Grégoire Palamas…) ou latin (saint Vincent de Lérins), à un saint russe récent (Jean de Changhaï, Jean de Cronstadt, Théophane le Reclus…) où à un spirituel renommé (le père Pétronios Tanase…) ; la plupart de ces textes n’avaient pas encore été traduits en français.

Lire la suite »

Recension: « Riches et pauvres dans l’Église ancienne »

 

LC2« Riches et pauvres dans l’Église ancienne ». Nouvelle édition, revue et augmentée, « Lettres chrétiennes » n° 2, Éditions Migne, Paris, 2011, 397 p.
C’est une heureuse idée d’avoir réédité l’anthologie qu’avait composée le P. Hamann sous les titre « Riches et pauvres dans l’Église ancienne » et qui était depuis longtemps indisponible. Pour cette nouvelle édition, la directrice de la collection, M.-H. Congourdeau a fait refaire toutes les traductions selon les normes actuelles, et ajouté quelques textes.
Ce volume rassemble les principaux textes des Pères de l’Église sur les thèmes de la richesse et de la pauvreté, qui présentent au total des vues assez variées et subtiles, et montrent que le christianisme ne fait pas l’éloge de toute forme de pauvreté ni ne condamne toute forme de richesse. Par exemple, d’un point de vue spirituel, une richesse partageuse est supérieure à une pauvreté envieuse. Bien qu’anciennes, ces réflexions rejoignent beaucoup préoccupations actuelles concernant la propriété, le partage des biens, le prêt à intérêt, le surendettement, l’exploitation des salariés, la spéculation, de la dignité des pauvres et de celle des riches. Car bien que le monde ait beaucoup changé depuis que ces textes ont été écrits, beaucoup de situations et de problèmes sont communs aux deux époques. La division que connaissait l’Antiquité entre une minorité de gens très riches et une majorité de personnes très pauvres a fait sa réapparition dans les sociétés modernes et touche maintenant nos sociétés occidentales développées après avoir affecté les pays du tiers-monde. Si la forme ancienne de l’esclavage a été abolie, de nouvelles formes d’esclavage et d’exploitation ont fait leur apparition. L’absence d’engagement de l’État, autrefois, dans la protection sociale, amenait les riches à s’engager dans la prise en charge des malades, des indigents et des personnes âgées. Le désengagement progressif des États dans les sociétés modernes pourrait redonner une nouvelle actualité à l’engagement des nantis dans la prise en charge des plus démunis. La lecture des textes des Pères contenus dans cet ouvrage constituera donc une aide précieuse pour comprendre, d’un point de vue spirituel et dans une perspective chrétienne, les conditions économiques et sociales du monde dans lequel nous vivons et pour trouver des solutions à certains problèmes qui s’y posent.

Lire la suite »

Parution du « Feuillet de l’exarchat » n°41 (janvier 2012)

Le Feuillet de l'exarchat n°41 (janvier 2012) est paru (lien direct, in english). Au sommaire: voeux pour la Nativité de Mgr Gabriel, la réception traditionnelle au siège de l'Archevêché à l'occasion des fêtes de la Nativité et de la Théophanie, le 50e anniversaire de l'Acer-Russie.

« Chroniques antiochiennes » n°44

ConferenceposterDans cette nouvelle édition, n°44, de ses "Chroniques antiochiennes", Carol Saba aborde plusieurs sujets d’actualité qui font débat au sein de l’Eglise orthodoxe d’Antioche. Dans son "Edito" « La nécessaire recherche de constantes en temps de transformation », il fait un bilan de l’année écoulée, dominée par les crises, et aborde la complexité de la situation actuelle du Proche Orient dans le contexte du « printemps arabe » et le rôle des chrétiens orientaux dans ce contexte. Il présente les propos du patriarche Ignace IV à la télévision libanaise sur la situation en Syrie, mais aussi une interview du métropolite Georges (Khodr) du Mont Liban qui effectue une lecture intéressante et réaliste du « printemps arabe » et son impact sur les chrétiens en Orient en se montrant confiant sur la pérennité de la présence chrétienne en Orient, en fraternité avec les musulmans. Carol Saba fait part également du vibrant appel à l’unité, adressé par le métropolite Elie de Beyrouth, au peuple libanais lors de la liturgie de la Nativité mais signale aussi la prise de position avancée du patriarche maronite libanais en faveur de la séparation de l’Etat et de la religion en Orient. Carol Saba présente aussi une traduction française du texte du « Message des patriarches orthodoxe, syriaque orthodoxe et grec-catholique d’Antioche à leurs fidèles et concitoyens en Syrie », publié à Damas, avant Noël. Dans la rubrique « Nouvelles en vrac », il informe de plusieurs activités passées et à venir de l’Eglise orthodoxe d’Antioche et évoque plus particulièrement la situation de l’Eglise orthodoxe au Liban et les débats au sein de la communauté orthodoxe dans ce pays, sur ses droits, son organisation et le rayonnement de sa présence. Dans la rubrique « Parutions », il mentionne la parution de deux ouvrages, en arabe, l’un « L’office de consécration (dédicace) d’une église », du métropolite Jean (Yazigi) d’Europe, premier né des parutions des Editions de l’Archevêché orthodoxe antiochien d’Europe et l’autre « Du feu dans un buisson », un livre intéressant regroupant une sélection de paroles et des lettres pastorales du métropolite Paul (Yazigi) d’Alep. Il fait part finalement de la tenue d’un colloque international organisé à Balamand (Liban) par l’Institut de théologie orthodoxe Saint Jean Damascène et l’université Balamand du 21 au 25 février 2012 portant sur le thème de « l’approche exégétique et théologique dans les écoles antiochiennes, d’Antioche, d’Edesse, et de Nisibe » (ci-dessus l’affiche du colloque). Pour lire ces "Chroniques antiochiennes", cliquez ici.

Le communiqué de presse pour les journées du livre orthodoxe en France en anglais, en russe et en roumain

Le communiqué de presse pour les journées du livre orthodoxe en France (17 et 18 février 2012 à Paris) est également disponible en anglais (in english), en russe (По-русски) et en roumain (în limba română). Organisé par Orthodoxie.com, sous le haut patronage de l'Assemblée des évêques orthodoxes de France, cet évènement a pour partenaires les éditions du Cerf, la Mutuelle Saint-Christophe assurances, l'hebdomadaire La Vie et la librairie La Procure. Nous vous invitons à télécharger l'affiche de l'évènement (format PDF et JPG) pour la distribuer autour de vous.

Une bande dessinée consacrée à saint Séraphin de Sarov

51enAr6YltL._SS500_Après une vie de saint Silouane et un volume copnsacré au Pélerin russe, les éditions belge Coccinelle viennent de publier une bande dessinée sur saint Séraphin de Sarov. Présentation: " Dès l'âge de sept ans, le petit Prochore nous plonge dans une aventure extraordinaire : la découverte de la beauté, de la joie et de la force de la prière. Accompagné par l'attention bienveillante de la sainte Mère de Dieu, il chemine, prononce ses voeux monastiques et sera désormais appelé Séraphim, ce qui veut dire "flamboyant". Quel est ce feu qui illuminera toute sa vie et celles des autres ? Où se trouve le Royaume de Dieu ? Quel est le but de la vie ? Pas de grands discours mais de petites phrases toutes simples. Aujourd'hui encore, Séraphim parle au coeur de chacun !"

La « Patrologia Graeca » sur un DVD

La "Patrologia Graeca", avec la traduction latine de éditée par Jacques-Paul Migne de 1857 à 1866 (161 volumes), peut être obtenue sur un DVD contre un don d'au moins cinquante dollars (US) à la Fraternité orthodoxe de Tous les saints de la Chine. La Patrologie est en ligne ici. Pour tout renseignement sur le DVD, voir ici et .

Un « communiqué de l’administration diocésaine sur Nice »

L'administration diocésaine, de l'Archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale, a publié un communiqué au sujet de l'affaire de Nice: " A la suite du jugement en référé de la cour d’appel d’Aix rejetant la demande de l’ACOR visant à suspendre l’exécution du jugement en date du 31 octobre dernier, la communauté de Nice a dû donner un jeu de clés de la cathédrale de Nice à l’huissier agissant pour le compte de la Fédération de Russie, le mercredi 7 décembre dernier à l’issue d’un inventaire contradictoire qui s’est terminé vers 15 heures. Aussitôt des vigiles d’une société privée de gardiennage ont été placés devant le portail du territoire de la cathédrale empêchant l’entrée sur le site y compris pour les prêtres de la paroisse alors qu’aucune décision d’expulsion n’a été prononcée par la justice à l’encontre de l’ACOR. Des pourparlers téléphoniques s’en sont suivis pour déterminer les conditions des célébrations des samedi 10 et dimanche 11. A l’issue de la divine liturgie du dimanche présidée par le père Jean Gueit, entouré de père Nicolas Ozoline, père Michel Philippenko et père Igor Koritzky, le père Jean a annoncé que dans les circonstances présentes la paroisse Saint-Nicolas de Nice allait désormais célébrer à l’église Saint-Nicolas et Sainte-Alexandra (rue Longchamp) du moins jusqu’aux travaux de remise en état. L’ administration diocésaine déplore vivement la vigueur des méthodes utilisées et apporte tout son soutien à la paroisse Saint-Nicolas de Nice qui va devoir trouver un lieu de culte dès janvier 2012 pendant la durée des travaux à la rue Longchamp.

Lire la suite »

Les dernières années du ministère de l’archevêque Séraphim (Sobolev)

SobolevUne biographie détaillée de l’archevêque Séraphim (Sobolev, 1881-1950), concernant principalement ses dernières années, a été publiée par le site pravoslavie.ru et est disponible en traduction française ICI. Pasteur, théologien et même thaumaturge, il fut archevêque de l’Église orthodoxe russe hors-frontières, qu’il représentait en Bulgarie, puis lors de l’instauration dans ce pays du régime communiste, il rejoignit le Patriarcat de Moscou. La biographie que nous publions ici a été rédigée à l’occasion du 130è anniversaire de sa naissance et est basée sur nombre de documents inédits, émanant entre autres des archives du KGB, désormais propriété de la Fédération de Russie (GARF). On y apprend entre autre que le patriarche Alexis Ier voulait nommer ce remarquable hiérarque à Paris, mais dut y renoncer en raison de l’opposition du « Conseil pour les affaires de l’Eglise russe auprès du Soviet suprême ». Pour cette raison l’archevêque Séraphim resta en Bulgarie, accomplissant une œuvre pastorale importante, dont la fondation d’un couvent. Il décéda dans ce pays en 1950.

Le communiqué de presse pour les journées du livre orthodoxe en France en anglais et en russe

Le communiqué de presse pour les journées du livre orthodoxe en France (17 et 18 février 2012 à Paris) est également disponible en anglais (in english) et en russe (По-русски). L'évènement compte un nouveau partenaire: l'hebdomadaire La Vie.

Sur la situation ecclésiale au Monténégro

Le journaliste Jean-Arnault Dérens a publié récemment sur le site Religioscope un article sous le titre « Monténégro : vers une Église réunifiée et autonome ? ». Cet article appelle de nombreuses réserves mentionnées dans une réponse à l’auteur rédigée par Bernard Le Caro, mise en ligne également par le site susmentionné. Ce dernier est auteur du livre Saint Jean de Changhai paru dans les éditions de l'Âge d'Homme.

« Personne et nature », un nouveau livre de Jean-Claude Larchet

Personne et natureJean-Claude Larchet vient de publier aux éditions du Cerf un nouveau livre, intitulé « Personne et nature, La Trinité – Le Christ – L’homme » (collection « Théologies », 403 p.).
Ce livre rassemble les œuvres dogmatiques de l’auteur.
Il reprend ses deux études célèbres sur « La question du Filioque » et « La question christologique. À propos du projet d’union entre l’Église orthodoxe et des Églises non chalcédoniennes », après les avoir actualisées en fonction des publications et déclarations parues depuis leur première édition jusqu’à cette année.
La deuxième étude est complétée par une étude, précédemment parue dans la revue de l’Académie théologique de Moscou mais encore inédite en français, sur les fondements et la nature du monophysisme de l’Église arménienne ».
Une quatrième étude, totalement inédite, qui occupe la moitié du livre, soit près de deux cents pages, est « Une critique orthodoxe des théories personnalistes de Christos Yannaras et du métropolite Jean Zizioulas »; l’auteur développe, approfondit et complète ici les critiques dont ces deux représentants du mouvement néo-orthodoxe grec font maintenant l’objet dans l’ensemble du monde orthodoxe.
Ces quatre études ont en commun de critiquer des fausses conceptions, anciennes ou modernes, des notions de personne ou d’hypostase et d’essence ou de nature et de leurs relations, dans la Trinité, dans le Christ ou dans l’homme, et de présenter, à travers cette critique, une clarification et un approfondissement de celles-ci en accord avec la tradition des Pères et la foi orthodoxe.
Dans son avant-propos à cette œuvre qui se situe dans l’esprit et le style apologétiques qui était ceux de la plupart des Pères, l’auteur explique ainsi sa démarche:

Lire la suite »

Traduction française de la totalité de la déclaration du 10 décembre de l’Eglise russe hors frontières

A l'occasion de la concélébration à New York, le 10 décembre, du premier hiérarque de l'Eglise russe hors-frontières, le métropolite Hilarion (Kapral), avec le primat de l'Eglise orthodoxe en Amérique, le métropolite Jonas, l'Eglise russe hors frontières a publié, le même jour, une déclaration. Pour lire la traduction française, par nos soins, de la totalité de cette déclaration, cliquez ici.

Le livre de Jean-Claude Larchet, « Le starets Serge » traduit en allemand.

Starez SergijLes éditions du monastère Saint Job de Pocaev à Munich (Allemagne) ont récemment publié, sous le titre « Starez Sergij », une traduction allemande du livre de Jean-Claude Larchet, « Le starets Serge », avec la bénédiction de S. E. l’archevêque Mark (Arndt), évêque du diocèse d’Allemagne de l’Église russe hors frontières qui regroupe la quasi totalité des fidèles russes résidant en Allemagne (où plus de deux millions de russes-allemands ont émigré à partir de 1980) et possède dans ce pays l’ensemble des églises historiques.
Le starets Serge (l’archimandrite Serge [Schevitch], 1903-1987), qui a vécu près de Paris, fut le recteur de la paroisse de Vanves et l’higoumène du skit du Saint-Esprit au Mesnil-Saint-Denis (sous la juridiction du Patriarcat de Moscou), est, avec le starets Sophrony d’Essex, l’une des plus éminentes figures spirituelles de l’émigration russe en Europe au XXe siècle. Sa personnalité et son enseignement présentent de nombreux points communs avec ceux du starets Alexis Métchev, sur lequel un livre vient d’être publié aux éditions L’Age d’Homme ; c’est l’une des raisons pour lesquelles Nicolas Berdiaev, qui avait été en Russie le fils spirituel du starets Alexis, choisit le starets Serge comme père spirituel lors de son séjour en France.
Le livre sur le starets Serge, dont l’édition originale a paru aux éditions du Cerf, a déjà été traduit en Russie (où la première édition, de 20 000 exemplaires, est épuisée), en Roumanie, en Serbie et en Grèce (avec, dans chaque cas, plusieurs éditions). Les nombreux articles publiés dans des revues et dans des notes que l’on peut trouver sur le web émanant de ces différents pays, ainsi que les conseils de lecture qu’y donnnent de nombreux pères spirituels, témoignent du rayonnement international de cette grande personnalité spirituelle dont le patriarche Alexis II, lors de son dernier voyage en France, disait qu’elle restait pour lui l’une des plus inoubliables.

Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski