• Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Passarelli1 Gaetano Passarelli, Icônes des grandes fêtes byzantines, Paris, Éditions du Cerf, 2005, 272 p.

En cette période de fin d’année, qui est aussi celle des cadeaux, paraissent beaucoup de « beaux livres », parmi lesquels figurent toujours quelques volumes consacrés aux icônes.

 

Ceux-ci ont
malheureusement tendance à reprendre des illustrations déjà connues.
Tel est le cas du volume récemment réalisé par Tania Velmans, publié
par les éditions Hazan sous le titre : Icônes. Le monde orthodoxe après Byzance.
Icônes des grandes fêtes byzantines,
de Gaetano Passarelli, publié ces jours-ci par les éditions du Cerf, a
en revanche le mérite de présenter, à côté d’icônes ou de fresques bien
connues, d’autres œuvres qui le sont moins, voire pas du tout.

L’auteur présente les icônes de treize grands fêtes, soit successivement : la Descente du Christ aux Enfers, la Nativité de la Mère de Dieu, l’Exaltation de la Croix sainte et vivifiante, la Présentation de Marie au Temple, la Nativité du Seigneur, la Théophanie (appelée ici Épiphanie), la Présentation de Jésus au Temple (Sainte Rencontre), l’Annonciation, l’Entrée de Jésus à Jérusalem, l’Ascension, la Pentecôte, la Transfiguration et la Dormition de la Mère de Dieu.

L’auteur analyse non seulement la structure de chaque icône jusque dans ses détails, mais aborde aussi son contenu théologique, à travers surtout l’hymnographie relative à la fête considérée, qui est abondamment citée, et les commentaires de Pères grecs et de divers auteurs byzantins. La question de l’origine de la fête et de sa date est aussi dans la plupart des cas abordée. De nombreuses vignettes marginales en noir et blanc, représentant des icônes complètes ou des détails, viennent illustrer le propos de l’auteur. Et surtout, pour chaque fête, sont présentées en pleine page et en couleur, des reproductions d’icônes, de miniatures, de fresques, de sculptures, ou d’autres représentations sous forme d’émaux ou de métal repoussé (l’art géorgien étant bien représenté). Une grande place est faite aux très belles miniatures du Ménologe de Basile II (Xe siècle), conservé à la Bibliothèque vaticane, ainsi qu’aux icônes très peu connues de plusieurs collections italiennes. Toutes ces reproductions en couleur sont d’excellente qualité.

Il est cependant regrettable que l’auteur ne sache pas faire la différence entre une icône orthodoxe et une représentation picturale à thème religieux. Chaque série d’icônes représentant l’événement d’une fête se termine en effet (à quelques exceptions près) par ce qui est plutôt un tableau qu’une icône, fortement marqué par le naturalisme occidental du XVIIIe et du XIXe siècles. Dans son introduction, l’auteur révèle la mauvaise compréhension qu’il a de l’iconographie lorsqu’il écrit : « Qu’on nous permette une comparaison avec une expression de la culture moderne : une image publicitaire peut être une œuvre d’art, mais son objet principal est de transmettre de façon claire le message qu’elle sous-tend. Ce message naît et est élaboré par les soins d’entrepreneurs et d’experts en marketing qui, lorsqu’ils ont abouti à une formulation adéquate, en confient la visualisation à un peintre ou un graphiste. Il en découle une œuvre plus ou moins belle, plus ou moins expressive, plus ou moins claire, plus ou moins suggestive, plus ou moins artistique, l’important étant qu’elle puisse être comprise à New York et à Rome, à Buenos Aires et à Canberra, par l’intellectuel comme par l’homme de la rue. […] Tel est le motif pour lequel, dans ce volume, on trouvera associée à une icône de l’école de Moscou une mosaïque grecque d’une tout autre époque, une miniature arménienne et un émail géorgien: il n’est pas question de styles, mais de contenus. Un milieu peut avoir développé dans une plus ou moins grande mesure une iconographie, mais en allant au cœur de chaque typologie, la structure qui, en définitive, doit transmettre le message, est la même. » Outre que l’iconographe n’est pas l’exécuteur d’un projet qui lui est dicté de l’extérieur et que l’icône n’est pas simplement un message destiné à être compris, on peut objecter à l’auteur qu’il ne suffit pas qu’une représentation ait la même structure qu’une représentation orthodoxe et qu’elle exprime un message identifiable (en l’occurrence un événement commémoré par une fête, avec ses composantes) pour qu’elle soit elle-même une représentation orthodoxe. Dans une représentation iconographique, la forme est indissociable du contenu (à supposer même que celui-ci soit dogmatiquement correct) ; il est indispensable en particulier que la modalité d’existence divino-humaine des personnes représentées et le caractère transfiguré par la grâce de leur environnement naturel ou architectural puissent être exprimés par des moyens adéquats. Or cette condition n’est pas remplie par les tableaux représentant les personnages et leur environnement de manière naturaliste (cas de la plupart des « icônes » du XVIIIe ou du XIXe siècle figurant dans les différentes séries d’illustrations). Sur les critères de l’iconographie orthodoxe, on relira, en complément, les remarques de Léonide Ouspensky dans son excellente Théologie de l’icône dans l’Église orthodoxe, publiée par le même éditeur.

Jean-Claude Larchet

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

Rencontre du métropolite Emmanuel de France avec le roi d’Arabie saoudite À la Une 169060

Le 18 février dernier, Mgr Emmanuel, métropolite de France (Patriarcat oecuménique), a été reçu par Sa Majesté le Roi d’Arabie saoudite Salman bin ...

10 février (ancien calendrier) / 23 février (nouveau) Vivre avec l'Église 96623

10 février (ancien calendrier) / 23 février (nouveau) Dimanche du Jugement dernier / de l’abstinence de viande Saint Charalampe le thaumaturge, hié...

Déclaration du Patriarcat d’Antioche et de tout l’Orient au sujet de la réunion d’Amman À la Une 169055

Le Centre des medias du Patriarcat d’Antioche et de tout l’Orient a procédé à la déclaration suivante, en date du 22 février 2020

A Statement by the Patriarchate of Antioch and All the East Middle East 169051

Balamand, February 22, 2020 Following the generous invitation of His Beatitude Patriarch Theophilos III of Jerusalem to His Beatitude Patriarch Joh...

Mgr Hilarion de Volokolamsk : C’est Jésus Christ qui est le fondateur de l’Église, un président n... À la Une 169043

Le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, a donné une int...

L’archevêque de Chypre Chrysostome se rendra à Constantinople pour le Dimanche de l’orthodoxie Actualités 169036

D’après le site Internet Romfea le primat de l’Église orthodoxe de Chypre, l’archevêque Chrysostome aurait accepté l’invitation du patriarche...

9 février (ancien calendrier) / 22 février (nouveau) Vivre avec l'Église 96564

9 février (ancien calendrier) / 22 février (nouveau) Commémoration des défunts.  Clôture de la sainte Rencontre. Saint Nicéphore d’Antioche, ...

22 février Vivre avec l'Église 96560

22 février Invention des reliques des saints apôtres et martyrs au quartier d’Eugène à Constantinople (VIIème s.) ; saint martyr Maurice d’Apamée e...

Le différend entre les patriarcats de Jérusalem et d’Antioche serait en voie de règlement et le p... À la Une 169028

Le Saint-Synode du Patriarcat de Jérusalem s’est réuni le 21 février sous la présidence du patriarche Théophile. Au cours de la session, les membre...

Communiqué from the office of the Holy Synod of the Bulgarian Orthodox Church regarding the invit... 169016

« In connection with the letters received from His Beatitude Patriarch Theophilos III of Jerusalem, in which he sent an invitation to participate i...

Communiqué du bureau du Saint-Synode de l’Église orthodoxe bulgare à propos de l’invitation du pa... À la Une 169012

« En réponse aux lettres reçues de Sa Béatitude, le patriarche Théophile III de Jérusalem, invitant les présidents des Églises orthodoxes locales e...

8 février (ancien calendrier) / 21 février (nouveau)  Vivre avec l'Église 96509

8 février (ancien calendrier) / 21 février (nouveau)  Saint et grand martyr Théodore le Stratilate (319) ; saint prophète Zacharie (vers 520 avant ...