Intervention du patriarche Bartholomée lors de la semaine de l’eau à Amsterdam le 4 novembre 2019
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

C’est vraiment un grand honneur pour moi d’assister et de prendre la parole à cette séance plénière de clôture de la conférence de la Semaine internationale de l’eau d’Amsterdam. Il est encourageant de voir des personnes et des institutions aspirant à une coopération mondiale et à des solutions intégrées, ainsi qu’à une gestion et à une sécurité liées à ce qui constitue un enjeu majeur du changement climatique. Comme il est stimulant de voir ici des personnes et des organismes de tous les horizons – des dirigeants politiques et civils aux innovateurs industriels et commerciaux, mais aussi des municipalités et des villes ainsi que des universités et des ONG – considérer l’eau comme la plus précieuse des ressources dont nous disposons sur la planète.

D’une certaine façon, vous vous demandez peut-être pourquoi un chef religieux participe à un événement qui semble aussi technique ou technologique. Pourquoi le chef spirituel des Églises orthodoxes du monde entier – en fait, pourquoi notre ami le cardinal Turkson, représentant notre cher frère le pape François, chef spirituel de l’Église catholique romaine dans le monde entier – se soucierait-il de quelque chose d’aussi matériel et terrestre ? En effet, c’est la première fois – et nous prions pour que ce soit le début d’une relation durable – que la Semaine internationale de l’eau d’Amsterdam invite des représentants religieux à participer aux discussions.

La vérité est qu’il existe une interdépendance étroite entre l’environnement externe et notre environnement interne. Nous nous sentons donc chez nous parmi vous parce que, en prônant la primauté des valeurs spirituelles dans la détermination de l’action écologique, nous avançons qu’il ne peut y avoir deux façons de voir le monde. En soulignant le caractère sacré de l’eau comme le sang qui donne vie au monde, nous soulignons que l’eau ne peut jamais être la propriété d’un individu ou d’une industrie. Nous avons appris que les plus touchés par le réchauffement climatique sont les plus vulnérables et les plus marginalisés, ce qui signifie que la crise écologique est directement liée à la promotion du droit à l’eau et à l’élimination de la pénurie d’eau. Par conséquent, l’eau potable n’est rien de moins qu’une crise morale et un défi moral.

Le langage de la science et la volonté d’innover, la détermination des écologistes et l’esprit d’initiative des responsables politiques, toutes ces énergies complètent l’objectif de la théologie qui est d’ouvrir nos yeux sur le mystère et la splendeur divine de la création. Toutes les nuances de la connaissance humaine sont complétées par les voies du cœur, nous détournant d’une culture d’exploitation et de consommation, tout en nous convertissant à une culture de gratitude et de générosité. Bref, nos efforts pour la gestion et la sécurité de l’eau, pour la distribution et la gestion de l’eau et l’adaptation, sont en fin de compte un cri de l’âme humaine qui reconnaît que l’eau est essentiellement un don précieux et un cadeau à faire partager à la création entière. Notre conviction profonde est que l’eau constitue un droit inviolable et non négociable pour tout être humain et tout être vivant.

L’eau nous berce dès notre naissance, nous soutient dans la vie et nous guérit dans la maladie. Elle nous enchante dans le jeu, vivifie notre esprit, purifie notre corps et rafraîchit notre esprit. Nous partageons le miracle de l’eau avec tous les habitants de notre planète. En effet, chacun d’entre nous est un microcosme des océans qui entretiennent la vie. Chaque personne ici, chaque personne dans le monde, est par essence un océan miniature. C’est précisément la raison pour laquelle, il y a plus de deux décennies, nous avons déclaré que « contaminer les eaux de la terre par l’homme (…), est synonyme de péché ».

Il est de notre responsabilité à tous – en tant que chefs d’État et chefs religieux, en tant que communautés et personnes, en tant qu’entreprises et industries – de fournir une eau durable, propre et sûre pour l’avenir de nos villes et de nos citoyens, ainsi que de tous les peuples et notre planète. Une telle durabilité n’est pas seulement une technologie saine, de bonnes affaires ou une politique prudente. Une telle durabilité est le seul moyen d’assurer la coexistence pacifique et la survie mondiale.

Nous le devons à notre monde et aux générations futures, tout comme nous le devons à nous-mêmes et à ceux qui dépendent de nous, non seulement pour agir, mais aussi pour agir en partenariat afin de préserver la ressource critique et le patrimoine commun de l’eau. Nous vous remercions de tout cœur pour vos efforts louables et vos initiatives communes. Et nous vous sommes sincèrement reconnaissants de nous avoir fait participer à la séance plénière de clôture de votre conférence et de nous avoir entendus à cette occasion.

Source

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.



Divider

Articles populaires

« L’orthodoxie, ici et maintenant » : « La religion française » avec Jean-François Colosimo À la Une 140605

Jean-François Colosimo était l’invité de l’émission de télévision L’orthodoxie, ici et maintenant de décembre sur KTO pour son de...

Le métropolite du Monténégro et du Littoral Amphiloque a rencontré le primat de l’Église orthodox... Actualités 140210

Le métropolite du Monténégro et du Littoral Amphiloque a rendu visite, le 2 décembre, à l’archevêque de Tirana Anastase, primat de l’Église orthodo...

22 novembre (ancien calendrier) / 5 décembre (nouveau) Vivre avec l'Église 92734

22 novembre (ancien calendrier)/ 5 décembre (nouveau) Carême de la Nativité Après-Fête de la Présentation au Temple de la Très-Sainte Mère de Dieu ...

5 décembre Vivre avec l'Église 92732

5 DÉCEMBRE    Carême de la Nativité – Dispense de poisson Saint Sabas le Sanctifié, abbé en Palestine (532) ; saint Anastase, martyr ; saint Diogèn...

4 décembre Vivre avec l'Église 59179

4 décembre Carême de la Nativité Sainte Barbara (ou Barbe), mégalomartyre à Nicomédie, et sa compagne, sainte Julienne, martyre (vers 305) ; saint ...

21 novembre (ancien calendrier) / 4 décembre (nouveau) Vivre avec l'Église 59177

21 novembre (ancien calendrier)/4 décembre (nouveau) Carême de la Nativité, dispense de poisson Présentation au Temple de la Très-Sainte Mère de Di...

Le calendrier liturgique 2020 de la Fraternité orthodoxe en Europe occidentale À la Une 139383

La Fraternité orthodoxe en Europe occidentale propose d’ores et déjà son calendrier liturgique 2020 sous deux formes (voir l’affiche ci...

L’Église orthodoxe russe définira sa position à l’égard des Églises ayant reconnu l’autocéphalie ... À la Une 139362

Au cours du repas qui a suivi la sainte liturgie en la cathédrale du Christ Sauveur le 2 décembre 2019, le patriarche de Moscou Cyrille a déclaré: ...

L’Église orthodoxe d’Ukraine appelle à cesser la guerre de l’information entre l’Ukraine et la Ru... À la Une 139345

L’archiprêtre Nicolas Danylievitch, vice-président du département des affaires extérieures de l’Église orthodoxe d’Ukraine qui se trouve sous l’omo...

La présentation du livre de Xénia Krivochéine « Des bulbes d’or dans le ciel de Paris » Actualités 139312

Lundi 2 décembre, le livre de Xénia Krivochéine, Des bulbes d’or dans le ciel de Paris, a été présenté dans les locaux du Centre spirituel et cultu...

Vient de paraître : « Discours ascétiques » de saint Isaac le Syrien À la Une 139038

Les Éditions du Cerf vient de publier la traduction de l’oeuvre majeure de saint Isaac le Syrien « Discours acétiques » d’après le text...

3 décembre Vivre avec l'Église 59185

3 décembre Carême de la Nativité Saint Sophonie, prophète (VIIème s. av. J.-C.) ; saint Théodore, archevêque d’Alexandrie, martyr (606) ; sai...