Le président du département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, le métropolite de Volokolamsk Hilarion a prononcé une allocution de bienvenue aux participants du IVème forum orthodoxe-catholique (vidéo), qui se déroule à Minsk du 2 au 6 juin.

« Vos Éminences et Vos Excellences, révérends pères et frères, chers organisateurs et participants du Forum,

Au nom de Sa Sainteté le patriarche de Moscou et de toute la Russie Cyrille et en mon nom personnel, je salue chaleureusement tous les participants du IVème forum orthodoxe-catholique, dédié cette année au thème fort actuel « La religion et le pluralisme culturel : les défis aux Églises chrétiennes en Europe ». Je voudrais mentionner avec satisfaction que nos rencontres deviennent régulières. La forme d’interaction retenue en 2008 s’est avérée utile, étant donnée qu’elle permet de réagir promptement aux événements qui se produisent dans le monde. Les sessions précédentes ont été consacrées à des questions telles que la famille, l’Église et l’État, la crise économique et la pauvreté. Dans le monde contemporain se produit non seulement un dialogue intensif entre les cultures, mais également leur interpénétration. Ces processus dynamiques permettent, d’une part, la formation d’une seule communauté mondiale et de l’autre, une nouvelle conscience du caractère unique des différentes cultures. La situation démographique change, les processus migratoires intensifs se poursuivent. L’aspiration à créer une société tolérante amène souvent à des résultats opposés. L’identité chrétienne de l’Europe est menacée. Ces problèmes se manifestent avec toujours plus d’acuité dans la vie réelle et exigent une analyse théorique sérieuse. Cependant, dans la situation actuelle, nous ne pouvons nous limiter à débattre uniquement des questions théoriques. Nous devons agir de façon interactive sur un plan pratique également. Malheureusement, notre forum se déroule sur le fond des tristes événements en Ukraine. Dans le cadre des affrontements politiques, des hommes continuent à mourir, les échanges de tirs ne cessent pas dans les rues et sur les places. Le peuple reste profondément divisé, non seulement selon ses préférences politiques, mais aussi sur le plan religieux. Les Greco-catholiques ont joué un rôle très destructif dans la formation d’une telle situation. Les déclarations de leur archevêque majeur, de leurs hiérarques et prêtres, leurs positions extrêmement politisées, ont fortement contribué à la polarisation de la société, à l’aggravation d’un conflit qui a déjà provoqué de nombreuses victimes. À la différence de l’Église orthodoxe d’Ukraine canonique, qui a réussi durant ces mois difficiles à unir des personnes d’orientations politiques les plus différentes, dont celles qui se trouvent de différents côtés des barricades, les uniates se sont associés de façon ostentatoire avec l’une des forces belligérantes. Les proclamations agressives des uniates, des actions destinées à porter atteinte à l’orthodoxie canonique, des contacts actifs avec les schismatiques, l’aspiration à diviser l’Église orthodoxe russe une et plurinationale, ont porté un coup énorme non seulement à l’Ukraine et à ses habitants, mais au dialogue entre orthodoxes et catholiques. Tout cela nous a fait régresser loin dans le passé, nous rappelant les temps où les orthodoxes et les catholiques ne se considéraient pas mutuellement comme alliés, mais comme concurrents. Aujourd’hui se révèle dans toute son évidence ce que les orthodoxes ont toujours su, à savoir que l’uniatisme et malheureusement reste un projet spécial de l’Église catholique, destiné à miner l’orthodoxie. Ici, sur la terre de Biélorusse, fut conclue en son temps « l’union de Brest » de triste mémoire, en 1596, apportant des souffrances innombrables à la population orthodoxe de cette contrée. Je profite de cette tribune pour m’adresser à tous nos partenaires dans le dialogue orthodoxe-catholique, en les appelant à faire tout ce qui est possible afin de refroidir les « tête brûlées » dans le milieu uniate, d’arrêter les actions des greco-catholiques visant à aggraver la crise en Ukraine. Aujourd’hui, une partie de l’Église catholique engage ses forces, ses talents et ses ressources dans le renforcement de l’interaction orthodoxe-catholique, tandis que l’autre (peut importe qu’elle dispose d’un statut autonome) fait tout pour accroître la méfiance et l’hostilité entre orthodoxes et catholiques, tout comme dans les tristes temps passés. Notre forum, aux travaux duquel prennent part des théologiens orthodoxes et catholiques, est une plateforme remarquable pour étudier les questions qui présentent un commun intérêt, comme pour aussi parvenir à une compréhension mutuelle plus grande entre nos Églises. Je voudrais beaucoup que nos travaux contribuent à l’apaisement de l’hostilité et au renforcement de l’interaction orthodoxe-catholique devant la face de ces nouveaux défis qui se dressent devant nous. Je souhaite à tous du succès dans les travaux à venir ».

Source: Pravoslavie, traduit du russe pour Orthodoxie.com. Photographie: Patriarcat de Moscou

Print Friendly, PDF & Email


Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Orthodoxie.com, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. Et pour cette raison, votre soutien nous est plus que nécessaire. Nous vous invitons à vous y abonner, ou bien à faire un don de soutien !