Au cours d’une récente prédication, le métropolite de Phtiotide Nicolas (Église orthodoxe de Grèce), a abordé la question du nouveau projet de loi sur le changement de sexe, adopté récemment en première lecture par les parlementaires grecs. Le métropolite a déclaré : « La parole de Dieu, mes frères, est toujours actuelle, et elle parle au cœur de chaque homme, de chaque époque. L’apôtre Paul délivre aujourd’hui un message à ces parlementaires qui ont voté pour le changement de sexe. L’apôtre Paul parle du caractère sacré de notre corps : « Vous êtes le corps du Dieu vivant ». C’est Dieu qui a créé notre corps et qui vit en lui. Notre corps renferme l’Esprit Saint. N’avez-vous pas vu la déchéance des parlementaires grecs orthodoxes ? Heureusement pas tous. Ils ont voté en blasphémant le corps. Ils ont donc voté que chacun peut, après l’âge de 15 ans, signer une déclaration selon laquelle il peut changer de sexe. Cela est inconcevable pour un être raisonnable et, naturellement, est satanique par rapport à la loi divine. Cependant, certains ont été poussés à faire de notre État, l’État du péché. Le premier gouverneur de notre pays, Jean Capo d’Istria et les députés ont fondé la constitution de la Grèce sur les idéaux, les valeurs, sur le respect envers Dieu, Auquel ils ont attribué la liberté de la Grèce. Dieu et la très sainte Vierge nous ont libérés, et la première constitution a été conservée telle quelle jusqu’à ce jour : elle comporte l’invocation de la sainte Trinité dans son préambule, et contient des paragraphes qui se rapportent à la valeur même de la personne humaine. C’est pourquoi aujourd’hui, nous protestons et nous manifestons notre désaccord. Non, vous ne pouvez pas faire de l’État celui du péché. On vient nous dire aujourd’hui que Dieu n’a pas créé le masculin et le féminin, et ils rendent fous les enfants. Chaque homme pourra dire plus tard qu’il ne veut pas être homme, mais femme, et inversement. Savez-vous pourquoi ils le font ? Parce que les homosexuels veulent quoi qu’il en soit adopter des enfants. Ne vous seriez-vous jamais attendu à ce que nous arrivions à une telle déchéance ? Nous respectons chaque homme, quel qu’il soit, mais il y a une différence entre respecter et accepter servilement. On nous impose des choses opposées à la nature, au droit, à Dieu et à la vie spirituelle. Je demande aux politiciens qui ont de telles convictions de ne pas franchir le seuil des églises pour se railler de nous, nous tromper pour obtenir nos suffrages. Que voulons-nous de leur part ? Ils ont besoin de nous et puisqu’ils ont besoin du peuple, qu’ils en tiennent compte, ainsi que de l’Église. Mes frères, le problème est l’indifférence du peuple. Si celui-ci était fort, nul ne pourrait le renverser dans ses convictions, mais, vous le voyez, nous sommes exsangues économiquement et nous sommes chaque jour étouffés par les impôts, nous ne savons pas ce qui va nous arriver et en plus nous nous sommes désagrégés intérieurement. La pire chose qu’il puisse arriver à l’homme est le désespoir. C’est un piège du diable. « Espérez dans le Seigneur et réjouissez-vous, les justes » (cf Ps. 31,11). Il ne faut pas que nous désespérions, mais il nous faut rester inébranlables dans nos traditions. Je vous demande, puisque vous habitez une région héroïque connue pour son amour de la tradition, de l’Église, de la patrie, de donner les réponses appropriées et à parler à nos politiciens… Ils jettent la Grèce dans les ordures. Qui leur en a donné le pouvoir ? »

Source (dont photographie): Vima Orthodoxias

Print Friendly, PDF & Email


Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Orthodoxie.com, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. Et pour cette raison, votre soutien nous est plus que nécessaire. Nous vous invitons à vous y abonner, ou bien à faire un don de soutien !