17/10/2017
Actualités
Page d'accueil > Actualités > Symposium commémoratif du cercle du « Buisson ardent » à Bucarest

Symposium commémoratif du cercle du « Buisson ardent » à Bucarest

Les 17 et 18 novembre a eu lieu au monastère Antime de Bucarest un symposium commémoratif intitulé « Le Buisson ardent, témoignage et prière dans l’esprit de l’orthodoxie ». L’événement a eu lieu à l’occasion du 100ème anniversaire de la naissance du père archimandrite Sofian Boghiu et le 10ème anniversaire de son trépas, ainsi que pour le cinquantenaire du trépas du hiéromoine Daniel Sandu Tudor. Le symposium a été organisé par le Patriarcat de Roumanie, l’archevêché de Bucarest, la bibliothèque du Saint-Synode, le monastère Antime et le Conseil national pour l’étude des archives de la « Securitate ».
En 1943, un groupe d’intellectuels, moines et laïcs, passionnés d’hésychasme et de la prière de Jésus, se constitua discrètement sous le nom de «Buisson ardent». Le groupe du Buisson ardent a été formé sur l’inspiration du poète Sandu Tudor, qui deviendra le père Daniel du monastère d’Antime, et d’un moine russe, anciennement du monastère d’Optino. Le Buisson ardent devint un lieu de réflexion sur un renouveau de l’orthodoxie à travers l’hésychasme. Ses réflexions ne se cantonnaient pas au domaine religieux mais s’ouvraient à tous les champs du savoir, mis en perspective par la théologie. Il se proposait de faire vivre parmi les intellectuels la foi orthodoxe dans son expression hésychaste, C’est dans le cadre du Buisson ardent que le père Daniel composa l’«Acathiste du Buisson ardent,» chef-d’œuvre poétique glorifiant la Mère de Dieu, la «Mère de la prière continuelle», que le poète Vasile Voiculescu écrivit le poème «Voyage vers le lieu du cœur,» et que le compositeur Paul Constantinescu créa une pièce musicale homophone et chorale, sur le texte de la prière de Jésus. Bien que le groupe du Buisson ardent se réunissait discrètement et que ses intérêts ne touchaient pas, directement au moins, la politique, la « Securitate », qui eut vent des activités du Buisson ardent, y mit fin brutalement en arrêtant la plupart de ses membres ; tous furent emprisonnés, à l’exception d’André Scrima. Certains membres du groupe moururent en prison, d’autres sortiront des années plus tard. Le Buisson ardent eut néanmoins une très grande influence sur la spiritualité roumaine au XXème siècle.

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Dans le cadre du symposium a été inaugurée  l’exposition « Le Buisson ardent sous la persécution communiste » avec des photographies et des documents.

Source (dont photographie) : Ziarul lumina, traduit du roumain pour Orthodoxie.com

 

Print Friendly, PDF & Email
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski