26/06/2017
Actualités
Page d'accueil > Résultats de la recherche : Luxembourg

Résultats de la recherche : Luxembourg

Liturgie panorthodoxe au Luxembourg

Le métropolite de Belgique et exarque des Pays-Bas et du Luxembourg, Mgr Athénagoras (Patriarcat œcuménique), a célébré la liturgie le deuxième dimanche de Carême en la cathédrale orthodoxe grecque Saint-Nicolas au Luxembourg. La célébration panorthodoxe de la liturgie, le deuxième dimanche de Carême, avait été introduite par le métropolite Athénagoras, et est devenue une tradition. La concélébration était présidée par le métropolite Athénagoras, qui a prononcé l’homélie, assisté par des clercs des patriarcats de Constantinople, Moscou, Roumanie et Serbie. Dans son homélie, le métropolite a évoqué la figure de saint Grégoire Palamas, dont c’était la fête, et a souligné la grande importance de la participation de tous les orthodoxes du Luxembourg à la liturgie, ainsi que celle du témoignage de l’unité en ces temps difficiles que nous vivons. Il a ajouté que l’orthodoxie, unie, donne toujours à l’homme l’espérance, une espérance qui jaillit de la Résurrection du Christ et qui est diffusée à travers les siècles par la présence des Pères de l’Église, comme saint Grégoire Palamas, et par le caractère synodal vivant qui a été relancé par le saint et grand Concile de l’an passé en Crète. À cette liturgie solennelle assistaient l’ambassadeur de Grèce au Luxembourg, Theodoros Georgakelos, et l’ambassadeur de Roumanie, mais aussi de nombreux fidèles, avec trois chorales, grecque, russe, et roumaine. À l’issue de l’office a eu lieu une réception au centre paroissial, où tous les orthodoxes ont eu l’occasion de se rencontrer.

Source

Un entretien avec le P. Panagiotis Moschonas (Luxembourg) à l’occasion de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens

71304707e1b84307941a41d050ba1107dfb2fb49A l’occasion de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, le P. Panagiotis Moschonas, vicaire épiscopal pour le Luxembourg, a donné un entretien au Luxemburger Wort qui est en ligne ici (dont la photographie ci-contre).

Décès de l’archiprêtre Serge Poukh, recteur de la paroisse orthodoxe russe Saint-Pierre-et-Saint-Paul à Luxembourg

Le mardi 19 janvier, jour de la fête de la Théophanie selon l’ancien calendrier, est décédé l’archiprêtre Serge Poukh, recteur de la paroisse Saint-Pierre-et-Saint-Paul à Luxembourg (Église orthodoxe russe hors-frontières). Fils d’émigrés russes, Serge Poukh est né le 18 août 1926 en Bulgarie, puis est parti aux États-Unis en 1959. Il travailla dans l’une des banques de New York, puis fut chef du département import-export de la Banque Générale, au Luxembourg. Alors qu’il vivait à New York Serge Poukh tomba gravement malade en 1973 et se trouvait en danger de mort. C’est alors qu’il pria intensément pour recouvrer la santé et promit que, s’il était remis, il deviendrait prêtre et construirait une église. Il guérit et, la même année, il fut ordonné diacre par le métropolite de New York Philarète (Voznesensky). En 1974, alors qu’il s’était installé au Luxembourg, il fut ordonné prêtre par l’archevêque Antony de Genève et d’Europe occidentale de l’Église orthodoxe russe hors-frontières. Il commença alors à récolter les fonds pour construire une église au Luxembourg. Les autorités du Grand-Duché mirent à sa disposition un terrain et, finalement, le 20 mai 1979 eut lieu la pose de la première pierre de l’église, laquelle a été achevée en 1982. L’archiprêtre Serge Poukh est décédé des suites d’une longue maladie. Les funérailles sont prévues le jeudi 21 janvier, et seront présidées par Mgr Michel, archevêque de Genève et de l’Europe occidentale de l’Église orthodoxe russe hors-frontières.
Source

Fête patronale de la paroisse orthodoxe russe Saint-Pierre-et-Saint-Paul à Luxembourg, en présence de l’icône miraculeuse de la Mère de Dieu de Koursk

D’année en année, la communauté orthodoxe russe de Luxembourg s’accroît. Elle a fêté l’an passé son 85ème anniversaire. Il y a de plus en plus de jeunes, de jeunes familles et d’enfants dans la paroisse. Cette année est venue l’icône miraculeuse de la Mère de Dieu de Koursk, avec laquelle est liée la paroisse. En effet, il y a quarante ans, le recteur de la paroisse, l’archiprêtre Serge Pukh a prié devant cette icône, promettant d’ériger cette église si la guérison lui était accordée, ce qui se produisit. En 1979 fut posée la première pierre de l’édifice, achevé trois ans plus tard. L’archevêque Michel de Genève et de l’Europe occidentale a présidé la célébration de la liturgie, assisté de l’archiprêtre Stéphane Weerst de Bruxelles, de l’archiprêtre Pierre Sturm de Zurich, de l’archiprêtre Emilien Pocinok et du diacre Vladimir Svistun de Genève, de l’archiprêtre Igor Efremouchkine de Prague, du prêtre Georges Machtalère de Luxembourg, ainsi que de l’archiprêtre Spyridon Tsekouras de la paroisse du Patriarcat de Constantinople à Luxembourg.

Source

Doxologie en la cathédrale orthodoxe Saint-Nicolas de Luxembourg à l’occasion de la fête nationale du Grand-Duché

Le dimanche 21 juin a eu lieu une doxologie (Te Deum) à l’occasion de la de la fête nationale du Grand-Duché en la cathédrale orthodoxe Saint-Nicolas de Luxembourg. La liturgie, puis la doxologie qui suivait, ont été présidées par le métropolite de Belgique, exarque des Pays-Bas et du Luxembourg, Mgr Athénagoras (Patriarcat œcuménique). Il était assisté des archiprêtres Spyridon Tsekouras (Patriarcat œcuménique), Zoran Radivojević (Patriarcat de Serbie), du prêtre Georges Machtalère (Église orthodoxe russe hors-frontières) et du prêtre Constantin Dutuc (Patriarcat de Roumanie). Le grand-duc était représenté par Pierre Bley, maréchal de la Cour. Étaient présents l’ambassadeur de Grèce au Luxembourg, Théodore Georgakellos, le représentant de l’archevêque catholique-romain du Luxembourg et encore d’autres personnalités. À l’issue de la doxologie, le métropolite de Belgique Athénagoras a exprimé les sentiments de reconnaissance de tous les orthodoxes envers l’État accueillant du Luxembourg et pour l’estime dont jouit l’Église orthodoxe dans un pays traditionnellement catholique-romain qui ouvre ses bras et accepte, mais aussi protège, les autres communautés religieuses et particulièrement l’orthodoxie qui, depuis 1997, est l’une des religions reconnues par l’État. Une réception a suivi au centre spirituel de l’église, où le métropolite a eu l’occasion de parler avec le maréchal de la Cour, auquel il a transmis le souhait des orthodoxes que le grand-duc leur fasse l’honneur de sa présence en la cathédrale orthodoxe pour rencontrer ainsi les fidèles du diocèse métropolitain. Le maréchal de la Cour du Grand-Duché a répondu chaleureusement et a promis de transmettre ce souhait au grand-duc. Il convient de mentionner que le grand-duc montre un intérêt particulier envers la protection des religions reconnues dans son État.

Source

La visite du patriarche Bartholomée en Belgique et au Luxembourg

Nous vous proposons ci-dessous la vidéo de l’émission de télévision belge « Orthodoxie », produite et présentée par le métropolite Athénagoras de Belgique, sur la récente visite du patriarche Bartholomée en Belgique et au Luxembourg. Présentation: « Le patriarche œcuménique Bartholomée fut en Belgique du 29 janvier au 1 février, où il a été invité par l’Université catholique de Louvain (KU Leuven). Le patriarche a été accueilli à l’aéroport de Bruxelles par le métropolite Athenagoras de Belgique (Patriarcat œcuménique), les ambassadeurs de Turquie et de Grèce en Belgique, ainsi que par le directeur du protocole du ministère belge des Affaires étrangères. Le soir du même jour, le patriarche œcuménique a été reçu à l’Université de Louvain par son doyen, le professeur Rik Torfs, et a prononcé une conférence sur le sujet de «La déification dans la tradition orthodoxe». Il y a vingt ans, le patriarche œcuménique avait reçu le titre de docteur honoris causa de ladite université. Le 30 janvier, le patriarche œcuménique a été reçu par le roi Philippe de Belgique, puis ensuite par le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders. Des rencontres, dans l’après-midi, ont eu lieu avec les évêques orthodoxes et catholiques-romains de Belgique. Le dimanche 1er février il présida ‘en chorostasie’ les matines et la liturgie en présence en la cathédrale des Archanges à Bruxelles, et le soir le patriarche a également présidé les vêpres en la cathédrale Saint-Nicolas du Luxembourg. À l’occasion de cette visite, le patriarche Bartholomée fut accompagné par les métropolites Athénagoras de Belgique et Cléopas de Suède et de toute la Scandinavie, ainsi que du grand archidiacre André, et de MM. Petros Bazgarlo et Nicolas Magginas. »

 

Liturgie panorthodoxe en la cathédrale Saint-Nicolas à Luxembourg

La liturgie panorthodoxe habituelle a eu lieu cette année non pas le Dimanche de l’orthodoxie, mais le 8 mars, deuxième dimanche du grand Carême, en la cathédrale Saint-Nicolas à Luxembourg. La liturgie était présidée par le métropolite de Belgique et exarque des Pays-Bas, Mgr Athénagoras (Patriarcat œcuménique), assisté par l’archimandrite Hilarion Keim (Patriarcat œcuménique, paroisse de tradition ukrainienne), le père Georges Machtalère (Église orthodoxe russe hors-frontières), le père Zoran Radivojević (Église orthodoxe serbe), l’archiprêtre Panayotis Moschonas et le prêtre Spyridon Tsekouras, le protopresbytre Spyridon Antonios, professeur de musique byzantine à la Faculté de théologie de Thessalonique, et l’archidiacre du diocèse métropolitain de Belgique Athanase Toparlakis. La liturgie a été chantée en grec et en slavon. Le père Panayotis Moschonas a prêché en français sur la vie et l’enseignement de saint Grégoire Palamas. Enfin, le métropolite Athénagoras a remercié les prêtres, le représentant de l’ambassadeur de Grèce au Luxembourg, M. Danassis, l’archonte Georges Petros et son épouse, les chorales, mais aussi tous les présents, évoquant brièvement l’importance de l’unité des Églises orthodoxes. Une réception a suivi dans la salle de l’église.

Source

Visite du patriarche œcuménique Bartholomée en Belgique et au Luxembourg

Le patriarche œcuménique Bartholomée est arrivé le 29 janvier en Belgique, où il a été invité par l’université de Louvain (KU Leuven). Le patriarche a été accueilli à l’aéroport de Bruxelles par le métropolite de Belgique Athénagoras (Patriarcat œcuménique), les ambassadeurs de Turquie et de Grèce en Belgique, ainsi que par le directeur du protocole du ministère belge des Affaires étrangères. Le soir du même jour, le patriarche œcuménique a été reçu à l’Université de Louvain par son doyen, le professeur Rik Torfs, et a prononcé une conférence sur le sujet de « La déification dans la Tradition orthodoxe ». Il y a vingt ans, le patriarche œcuménique avait reçu le titre de docteur honoris causa de ladite Université. Le 30 janvier, le patriarche œcuménique a été reçu par le Roi Philippe de Belgique, puis ensuite par le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders. Des rencontres, dans l’après-midi, ont eu lieu avec les évêques orthodoxes et catholiques-romains de Belgique. Le dimanche 1er février 2015 auront lieu les matines et la Liturgie en présence du patriarche en la cathédrale des Archanges à Bruxelles, et le soir, en présence du patriarche également, les vêpres en la cathédrale Saint-Nicolas du Luxembourg. À l’occasion de cette visite, le patriarche Bartholomée est accompagné par les métropolites du Patriarcat œcuménique Athénagoras de Belgique et Cléopas de Suède et de toute la Scandinavie, ainsi que du grand archidiacre André, et de MM. Pierre Bazkarlo et Nicolas Maggina.

Source

L’intronisation du nouveau métropolite de Belgique et exarque des Pays-Bas et du Luxembourg

Le 21 décembre, Mgr Athénagoras de Sinope a été intronisé nouveau métropolite de Belgique et exarque des Pays-Bas et du Luxembourg du Patriarcat oecuménique. Un compte rendu est proposé ici avec différents documents attenants et deux albums de photographies. Il comprend aussi une relation de la première liturgie de Mgr Athénagoras en tant que métropolite.

L’intronisation du nouveau métropolite de Belgique et exarque des Pays-Bas et du Luxembourg

Le 21 décembre, Mgr Athénagoras de Sinope a été intronisé nouveau métropolite de Belgique et exarque des Pays-Bas et du Luxembourg du Patriarcat oecuménique. Un compte rendu est proposé ici avec différents documents attenants et deux albums de photographies. Il comprend aussi une relation de la première liturgie de Mgr Athénagoras en tant que métropolite.

Demain: intronisation du nouveau métropolite de Belgique et exarque des Pays-Bas et du Luxembourg du Patriarcat oecuménique de Constantinople

Demain aura lieu à Bruxelles l'intronisation du nouveau métropolite de Belgique et exarque des Pays-Bas et du Luxembourg du Patriarcat oecuménique de Constantinople, Mgr Athénagoras de Sinope. Pour plus d'informations, voir cette page.

Les textes des interventions au colloque « Vécu et promesses de la laïcité dans le cadre de la loi de 1905 » au Palais du Luxembourg

Colloque_laiciteLe 17 octobre à Paris, s'est déroulé, au Palais du Luxembourg, un colloque organisé par la Conférence des responsables de culte en France sur le thème "Vécu et promesses de la laïcité dans le cadre de la loi de 1905". Nous vous proposons les textes des conférences, d'une part, le livret de l'ensemble des interventions, d'autre part, la contribution orthodoxe de Michel Sollogoub et Carol Saba. Nous vous invitons aussi à écouter l'enregistrement audio de l'allocution de Carol Saba.

Podcast audio :

Cliquez ici pour télécharger le MP3

Pour lancer la diffusion, cliquez sur play (le carré vert). Vous pouvez également télécharger directement le fichier audio en cliquant sur le logo "podcast".

L’exposition d’icônes du Mont-Athos à Weiler-la-Tour (Grand Duché du Luxembourg) est prolongée jusqu’au 26 avril.

Catherine Devant le grand succès rencontré par l’exposition d’icônes du Mont-Athos « Le visage de l’Absolu », les organisateurs ont décidé de la prolonger jusqu’au 26 avril.
L’exposition se tient dans la salle paroissiale de l’église grecque constuite récemment dans le village de Weiler-la-Tour, au sud du Grand Duché de Luxembourg, et dont le recteur est l'archiprêtre Elefthérios Anyfantakis.
Cette exposition (dont l’entrée est libre) réunit quatre-vingt-cinq icônes, de différents thèmes, tailles et styles, toutes peintes au Mont-Athos dans des dépendances du monastère Saint-Paul, en particulier dans le méthochion de Monoxilitis. Elle propose aussi à la vente divers produits qui y sont élaborés (chapelets, vins, liqueur, encens, céramiques, tisanes, préparations médicinales…).

Lire la suite »

Exposition d’icônes du Mont Athos au Luxembourg

Elie Du 2 au 17 avril 2011 aura lieu, au Luxembourg (à 10 km de la ville de Luxembourg) une exposition inédite dans le monde francophone d’icônes byzantines contemporaines des moines du Mont Athos, exposition intitulée : Le visage de l'Absolu. Au cours de cette exposition (dont l’entrée libre est libre et gratuite), seront présentées pour la première fois au sein du monde francophone quelques-unes des plus belles et plus riches icônes réalisées par les moines du Mont Athos. Deux moines du Mont Athos, père Nikodimos (moine du monastère Saint Paul – ou « Aghiou Pavlou) et père Paisios (moine de la « Nouvelle skite » – ou « Nea Skiti »), s’étant déplacés spécialement du Mont Athos pour l’occasion, présenteront les icônes aux visiteurs, en en expliquant la dimension religieuse et spirituelle. Le peintre d’icône, Jakobos Aghigraphos, organisateur de l’exposition, répond aux questions en présentant le travail de réalisation des icônes d’un point de vue spirituel, mais aussi et surtout d’un point de vue artistique et technique.

Lire la suite »

Pour la création d’une assemblée des évêques orthodoxes pour la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg

"Le 26 mars, le métropolite Panteleimon de Belgique, exarque des Pays-Bas et du Luxembourg (Patriarcat œcuménique) a été reçu – à sa demande – par l’archevêque Simon de Bruxelles et de Belgique, pour une réunion de travail consacrée aux modalités de la mise en œuvre des décisions adoptées par la IVe conférence panorthodoxe préconciliaire de Genève-Chambésy (6-13 juin 2009), à savoir la création d’une assemblée épiscopale orthodoxe de la région : Belgique, Hollande et Luxembourg (Benelux). A la réunion assistaient également l’évêque Athénagoras de Sinope (auxiliaire du métropolite Panteleimon) et le prêtre Serge Model, secrétaire diocésain de l’archevêché orthodoxe russe."

Source: Archevêché de Bruxelles et de Belgique

Autres notes sur cette question: 1 (Suisse), 2 (Allemagne), 3 (États-Unis), 4 (Italie)

 

L’Eglise russe affirme son soutien au grand-duc du Luxembourg

Le 1er décembre dernier, le grand-duc du Luxembourg a refusé de signer la loi adoptée au parlement qui dépénalise une forme d’euthanasie. Le 19 décembre, le parlement luxembourgeois, a réitéré le vote à une faible majorité. Le 20 décembre, le métropolite Cyrille de Smolensk, locum tenens du siège patriarcal russe, a adressé une lettre au soutien au grand-duc Henri.

Lire la suite »

Dédicace de la nouvelle église Saint-Nicolas au Luxembourg

Samedi 18 octobre a eu lieu la dédicace de la nouvelle église Saint-Nicolas à Weiler-la-Tour au Luxembourg. La consécration fut présidée par le métropolite Pantéléimon de Belgique (Patriarcat oecuménique de Constantinople). Un compte rendu est disponible ici (voir des photographies, lire l’allocution du métropolite Pantéléimon).

Concert du chœur Branko à Luxembourg

Hor
Ce vendredi 30 mai 2008 à 20 heures, à Luxembourg-ville, en l’église Saint-Michel (Marché-aux-poissons) le chœur Branko, de la cathédrale de Niš (Serbie), placé sous la direction de Sara Sincarevic, donnera un concert public, avec, au programme, des chants liturgiques mis en musique par des compositeurs serbes, russes, bulgares et géorgiens des XVIIIe, XIXe et XXe siècles.
Ce concert est organisé par l’Église orthodoxe serbe au Luxembourg, en partenariat avec l’Église catholique au Luxembourg et avec le patronage du ministère de la culture du Luxembourg, du Fonds culturel national luxembourgeois et du Cercle culturel serbe.
Le dimanche 1er juin à 10h, en l’église de Schuttrange (Grand duché du Luxembourg), le chœur Branko chantera la divine liturgie célébrée par S. E. Mgr Luka à l’occasion de la fête de la paroisse orthodoxe serbe Saints Constantin et Hélène.

Lire la suite »

Luxembourg : entrée solennelle dans la nouvelle église Saint-Nicolas

Dscn5870
Au Luxembourg,
à l’occasion du dimanche des Rameaux, le 20 avril, a eu
lieu l’entrée dans la nouvelle église
, Saint-Nicolas (paroisse
grecque des Saints Anargyres), située à côté de Luxembourg. Les offices ont été
présidés par Mgr
Athénagoras
de Sinope. Un album de photographies est consultable
ici
.

Photographie :
Mgr Athénagoras célèbre dans la nouvelle église (source)

Exposition d’art religieux orthodoxe à Luxembourg

Descenteauxenfers2_2
Dans le cadre des manifestations culturelles «Luxembourg, ville européenne», la paroisse orthodoxe serbe Saints-Constantin-et-Hélène de Luxembourg organise au centre culturel de l’Abbaye de Neumünster (28 rue Münster, L-2160 Luxembourg-ville) une grande exposition consacrée à l’œuvre de l’archiprêtre Vojislav Bilbija, recteur de la paroisse serbe de Rotterdam et artiste renommé (auteur notamment de l’habillage en argent repoussé du tombeau de saint Siméon le Myroblite au monastère athonite de Chilandar).
Intitulée « L’argent repoussé à la recherche de la Vérité », cette exposition rassemble plus de  cent soixante pièces qui reflètent les diverses facettes du talent de l’artiste : icônes ; rizas ; peintures à l’huile, sculptures sur bois, pierre et plâtre ; gravures sur ivoire, bois et verre ; moulages en or, argent, bronze et laiton ; et une série monumentale de bas-reliefs en argent repoussé. On pourra voir ici la présentation de l’artiste et de son œuvre qui figure en pages 1 et 2 du catalogue.

Illustration : La descente aux enfers. Partie centrale (argent repoussé).

Lire la suite »

Luxembourg : un Te Deum dans la nouvelle église consacrée à saint Nicolas

Le 17
juin dernier, non loin de Luxembourg, un Te Deum pour la fête nationale, a été
célébré dans l’église dédiée à saint Nicolas dont la construction s’achève
actuellement. Un compte rendu, ainsi que le discours du métropolite
Pantéléimon, se trouvent sur cette
page
et des photographies ici.

Luxembourg : exposition d’icônes serbes contemporaines

Catalogue_page01
Du 1er au 7 mai 2006, avec la bénédiction de Mgr
Luka, évêque du diocèse d’Europe occidentale de l’Église serbe et de Mgr
Grégoire, évêque de Zahumlje et d’Herzégovie, la paroisse orthodoxe serbe
Saints-Constantin-et-Hélène de Luxembourg présente une exposition d’icônes
serbes contemporaines au Centre Convict, 5 avenue Marie-Thérèse,
Luxembourg-ville.
Cette exposition est organisée en collaboration
avec la galerie Crkvina de Trebinje (Herégovine), le Cercle culturel Serbe,
l’Association humanitaire orthodoxe serbe Ozren et l’Association Vidovdan de
Luxembourg.
Toutes les pièces exposées sont des réalisations
récentes d’iconographes appartenant à l’Église orthodoxe serbe et exerçant leur
art dans différents pays ou régions de l’ex-Yougoslavie : Serbie, Kosovo et
Métochie, Monténégro, Bosnie et Herzégovine. Elles sont représentatives du
renouveau actuel de l’iconographie serbe en même temps que de sa fidélité aux
sources byzantines.

Lire la suite »

Rencontres œcuméniques à Bruxelles et à Luxembourg

Une veillée œcuménique, dans le cadre de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens, a eu lieu jeudi 19 janvier à Bruxelles. Mgr Pantéléimon, métropolite de Belgique, exarque du patriarche œcuménique, et Mgr l’archevêque Simon, du Patriarcat de Moscou en Belgique, représentaient l’Eglise orthodoxe. Dimanche 22 janvier, une rencontre oecuménique s’est déroulée à Notre Dame de Luxembourg. Mgr Athénagoras de Sinope (de la Métropole de Belgique du Patriarcat œcuménique) et des prêtres de plusieurs juridictions, y ont participé.

Visite canonique de l’évêque Luc (diocèse d’Europe occidentale de l’Église orthodoxe serbe) aux paroisses du Benelux

L’évêque d’Europe occidentale Mgr Luc (Église orthodoxe serbe) a effectué du 3 au 18 juin une visite canonique aux paroisses de Belgique, Pays-Bas et Luxembourg de son diocèse. À cette occasion, Mgr Luc a rendu visite aux quatre Serbes encore détenus au Tribunal international de La Haye. Le 3 juin a été célébré un office des défunts à Rotterdam. Le lendemain, dimanche 4 juin, à l’occasion de la fête patronale de l’église de la Sainte-Trinité, l’évêque Luc a présidé la liturgie. Il était assisté de l’archimandrite Justin (Jeremić), des archiprêtres Velizar Rakić et Milan Živanović d’Anvers, du prêtre Jean Bilbija de la paroisse d’Emmen ainsi que des prêtres de Rotterdam Vojislav Bilbija et Goran Kovačević, et de quatre diacres. Du 7 au 10 juin, une consultation a été organisée auprès de la nouvelle cathèdre orthodoxe de l’Université libre d’Amsterdam, destinée aux études pastorales, à laquelle, outre vingt autres théologiens orthodoxes, participait l’évêque d’Amérique occidentale Maxime (Vasiljević), professeur à la Faculté de théologie de l’Université de Belgrade. À cette occasion ont été examinées avec l’administration universitaire les formes de coopération avec le diocèse d’Europe occidentale, particulièrement en ce qui concerne le travail pastoral avec les malades et les prisonniers d’origine serbe aux Pays-Bas. Le jour de la fête de Tous les saints, le dimanche 11 juin, l’évêque Maxime a célébré à la paroisse Saint-Nicolas à Amsterdam, assisté de l’archiprêtre Peran Bošković de Ljubljana. L’évêque Luc a célébré le 11 juin, dimanche de Tous les Saints, à Luxembourg à l’occasion de la fête patronale de l’église des saints Constantin-et-Hélène. Il était assisté du protopresbytre Panagiotis Moschonas, vicaire épiscopal de la Métropole grecque pour le Luxembourg, du recteur de l’église l’archiprêtre Zoran Radivojević et de l’archimandrite Justin (Jeremić). Le samedi et dimanche 17 et 18 juin, a eu lieu une rencontre des délégations du diocèse de l’Europe occidentale de l’Église orthodoxe serbe et de l’archevêché de Belgique et des Pays-Bas du Patriarcat de Moscou, avec à sa tête l’archevêque Simon. La possibilité a été examinée de collaborer à l’occasion de l’achat d’une église à Nimègue, aux Pays-Bas, que les paroisses serbe et russe louent actuellement conjointement.

Source

Ordination sacerdotale à Utrecht (Pays-Bas)

Le métropolite de Belgique et exarque des Pays-Bas et du Luxembourg, Mgr Athénagoras, a célébré la divine liturgie en l’église de l’Annonciation à Utrecht ce dimanche 28 mai, jour de la commémoration des saints Pères du Ier concile œcuménique. Au cours de la liturgie, il a ordonné prêtre l’un des diacres de la Métropole, p. Alexandros Pitsikakis, qui sera en charge de cette paroisse. Le p. Alexandros est originaire de Héraklion en Crète, il est marié, et il remplacera prochainement le responsable de la paroisse d’Utrecht, p. Georgios Perris qui, après dix-sept années au service de l’Eglise en Hollande, a décidé de rentrer dans son île natale, Syros.  Dans son homélie, le métropolite a souligné la grandeur du ministère dont le nouveau clerc est appelé à se rendre digne, pour ensuite évoquer la nécessité de réorganiser la pastorale en Hollande. Il a également appelé le nouveau prêtre de la paroisse à être fier de servir le patriarcat œcuménique, ce qui engendre la responsabilité de préserver son identité œcuménique et supranationale. A la fin de la liturgie, le métropolite a élevé le prêtre sortant au rang honorifique de protopresbytre et il le remercia pour ces années de bon service.

Le métropolite de Belgique à la grande procession de Bruges

Le métropolite de Belgique et exarque des Pays-Bas et du Luxembourg, Mgr Athenagoras, était présent lors de la grande procession de Bruges le jeudi 25 mai à la mi-journée. Il était accompagné de l’archidiacre Philadelphos Kaphali. Une coutume ancestrale de la ville veut que la procession du « Saint-Sang » ait lieu le jeudi de l’Ascension dans les rues et ruelles de la ville moyenâgeuse de Flandre, dans le Nord-Ouest de la Belgique. Selon la tradition catholique-romaine, le « Saint-Sang », un linge imbibé du sang de notre Sauveur Jésus-Christ, a été offert par le Vatican à la ville de Bruges au XIIIe siècle et, depuis, les édiles de la ville, le clergé et le peuple ont voulu qu’il soit porté en procession le premier lundi du mois de mai ; la procession a toutefois été transférée au jeudi de l’Ascension afin qu’elle coïncide avec un jour férié. La procession part de la basilique du Saint-Sang, devant laquelle des scènes de la vie du Christ sont représentées, pour ensuite traverser toute la ville et s’achever sur la place de l’hôtel de ville où l’évêque catholique-romain bénit le peuple avec le reliquaire. C’est suite à l’aimable invitation de l’évêque catholique-romain de Bruges, et après avoir pris part au déjeuner festif à l’évêché, que le métropolite de Belgique a participé aux festivités, d’une part afin de manifester la présence orthodoxe lors de cet événement important de la ville de Bruges et, d’autre part, afin de pérenniser les bonnes relations avec l’Église locale, pour le bien des orthodoxes de la région. Le métropolite de Belgique est le fondateur de la paroisse orthodoxe des saints Constantin et Hélène à Bruges et en a été le premier desservant.

Le métropolite Hilarion est intervenu au Sommet mondial pour la défense des chrétiens persécutés

Le 11er mai 2017, le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, a présenté un exposé lors de l’assemblée plénière du Sommet mondial pour la défense des chrétiens persécutés, à Washington.

Présentant le métropolite Hilarion, le président de l’association évangélique Billy Graham, F. Graham, a mentionné sa visité en Russie, fin 2015, expliquant que l’idée de ce sommet pour la défense des chrétiens persécutés lui était venue à Moscou, pendant son entretien avec le président du DREE.

Le métropolite Hilarion a salué les participants du sommet au nom de l’Église orthodoxe russe. Il a remercié l’Association Billy Graham et son président Franklin Graham d’avoir organisé un forum de cette ampleur, afin d’attirer l’attention de la communauté internationale sur l’épouvantable tragédie des chrétiens persécutés dans le monde d’aujourd’hui.

Le hiérarque orthodoxe a rappelé que les persécutions contre les disciples du Christ ne sont pas un phénomène nouveau. « Heureux êtes-vous quand on vous insultera, qu’on vous persécutera, et qu’on dira faussement toute sorte d’infamie à cause de Moi », disait le Seigneur Jésus Christ (Mt 5, 10). Le thème des persécutions est un des leitmotivs de sa prédication, revenant sans cesse dans ses entretiens avec les apôtres. « L’apôtre Pierre dit : « Très chers, ne jugez pas étrange l’incendie qui sévit au milieu de vous pour vous éprouver, comme s’il vous survenait quelque chose d’étrange. Mais, dans la mesure où vous participez aux souffrances du Christ, réjouissez-vous, afin que lors de la révélation de sa gloire, vous soyez aussi dans la joie et l’allégresse. Heureux, si vous êtes outragés pour le nom du Christ, car l’Esprit de gloire, l’Esprit de Dieu repose sur vous. Que nul de vous n’ait à souffrir comme meurtrier, ou voleur, ou malfaiteur, ou comme délateur, mais si c’est comme chrétien, qu’il n’ait pas honte, qu’il glorifie Dieu de porter ce nom » (I P 4, 12-16).

L’Église a été persécutée partout durant les trois premiers siècles de son existence, a souligné le métropolite Hilarion. Durant les siècles suivants, les chrétiens ont aussi été soumis à de nombreuses persécutions, sous différentes formes. « Il n’y a pas un siècle dans l’histoire du christianisme où nous n’ayons pas été persécutés, dans une partie du monde ou dans l’autre », a témoigné l’hiérarque.

Poursuivant la même idée, le métropolite Hilarion de Volokolamsk a rappelé que le XX siècle avait posé avec plus que jamais d’acuité la question du prix que les chrétiens devaient payer pour leur foi. Ainsi, la série de révolutions qui a bouleversé tant d’états en Europe, en Asie et en Amérique latine, a provoqué une puissante vague de violences contre les chrétiens. En Turquie, le début du XX siècle a été marqué par une extermination massive des Arméniens, des Assyriens et des représentants d’autres peuples chrétiens. L’état des Jeunes Turcs a lancé un génocide contre la population chrétienne de l’Empire ottoman, qui s’est poursuivi après la chute de l’empire. Les exécutions, particulièrement cruelles, les assassinats, les déportations massives ont touché plus d’un million de personnes. Dans l’Allemagne d’Hitler et dans l’Espagne républicaine des années 30, les chrétiens de différentes confessions ont fait l’objet de persécutions plus ou moins violentes. Les persécutions contre l’Église catholique ont été particulièrement cruelles et sanglantes au Mexique dans les années 1920. Au milieu du XX siècle, la « révolution culturelle » chinoise a entraîné des répressions massives contre le clergé chrétien.

« Cette année, la Russie et les autres pays de ‘l’espace post-soviétique’ commémorent le centenaire de la révolution d’octobre 1917, point de départ d’une époque de cruelles persécutions contre l’Église orthodoxe russe, a rappelé le président du DREE. Le pouvoir, en la personne de Lénine et de Staline, a initié des répressions d’une ampleur sans précédent contre son propre peuple ; des dizaines de millions de personnes ont été victimes de ces répressions. » Durant ces années, a constaté le métropolite, l’Église s’est enrichie d’une multitude de saints qui, selon le mot de l’apôtre, « se sont laissés torturés afin d’obtenir une meilleure résurrection. D’autres subirent l’épreuve des dérisions et des fouets, et même celles des chaînes et de la prison » (Heb 11, 35-36). »

« Au XX siècle, les nouveaux martyrs et confesseurs russes n’étaient pas mis à mort à cause d’actes concrets, à cause de transgressions, de violations de la loi ou de crimes. Ils étaient systématiquement éliminés parce qu’ils croyaient en Jésus Christ, Dieu et Sauveur, a souligné Mgr Hilarion. Les églises chrétiennes étaient dynamitées pour la seule raison qu’elles étaient chrétiennes. Les icônes étaient brûlées parce qu’elles représentaient le Christ. »

Elle est longue, la triste liste des pays où les chrétiens ont été l’objet de persécutions au XX siècle, a constaté l’archipasteur. Le début du XXI siècle s’ouvre sur une nouvelle vague de persécutions de grande envergure contre les chrétiens dans différentes parties du monde. »

« Les chrétiens souffrent surtout aujourd’hui dans les pays du Proche-Orient et d’Afrique, a raconté le métropolite. Depuis près de deux mille ans, les chrétiens vivent dans ces régions. Aujourd’hui, ils entravent la voie d’intérêts politiques ou économiques pour des forces qui ne répugnent pas à employer des terroristes pour atteindre leurs buts, faisant de ces terroristes des combattants pour la liberté et la démocratie. L’ampleur des persécutions contre les chrétiens est obstinément tue dans les médias et au sein de la communauté internationale. »

Mgr Hilarion a cité plusieurs exemples illustrant la détresse des chrétiens dans différents pays du Proche-Orient. Si près d’un million et demi de chrétiens vivaient en Irak avant 2003, ils ne sont plus aujourd’hui que 150 à 250 000, selon les estimations, la plus grande partie de cette population ayant dû quitter le pays après le début du soi-disant « printemps arabe ». En Lybie, le « printemps arabe » a entraîné la quasi-disparition des chrétiens. Les autorités actuelles du pays déclarent ouvertement qu’elles ne souhaitent pas que les chrétiens y restent.

En Égypte, après la venue au pouvoir des « Frères-musulmans », les assassinats de chrétiens et les incendies d’églises étaient devenus systématiques. La population chrétienne a commencé à quitter le pays. Depuis l’arrivée au pouvoir d’As-Sissi, la situation s’est améliorée, mais des explosions meurtrières ont toujours lieu dans les églises d’Égypte, et des dizaines de personnes tombent victimes des bombes des terroristes.

Dans les régions de Syrie tombées aux mains des terroristes pendant la guerre, les chrétiens ont été exterminés sans pitié. Le monde n’aurait sans doute rien su de ces tragédies si les terroristes eux-mêmes n’avaient partagé sur internet les scènes atroces de ces exécutions contre les chrétiens. Ceux des chrétiens qui sont restés en vie sont soumis à des tortures et à différentes humiliations.

Le président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou a constaté : « Nous partageons la position de Leurs Saintetés les Patriarches Jean X (Église orthodoxe d’Antioche) et Ephrem II (Église syro-jacobite), formulée récemment dans un message commun à l’occasion de l’anniversaire de l’enlèvement de deux hiérarques, les métropolites Paul d’Alep et Jean Ibrahim. Ce message témoigne que les chrétiens d’Orient sont désireux de rester sur la terre de leurs ancêtres, que les discours du « monde civilisé » sur la démocratie ne doivent pas distraire des véritables problèmes de la population syrienne et de la nécessité de cesser la guerre, qu’il est aussi nécessaire d’arrêter de financer les groupements terroristes, donnant plutôt du pain aux affamés ». Il faut entendre cette voix et la faire entendre aux grands de ce monde, parce qu’elle exprime l’opinion des chrétiens de Syrie, a souligné l’hiérarque.

Le génocide des chrétiens se poursuit aujourd’hui sous les yeux du monde civilisé, a témoigné le métropolite Hilarion. Jusqu’à une date récente, l’Occident se taisait, les hommes politiques et les médias gardant obstinément le silence sur ce thème. « Aujourd’hui, ce ‘complot du silence’ a été brisé, on commence à parler des persécutions contre les chrétiens au plus haut niveau international. Mais beaucoup de ceux qui évoquent ce thème, aujourd’hui encore, s’efforce de le détourner : « Ne parlons pas des chrétiens, parlons plutôt des minorités ». Ils appellent ainsi à taire le problème, détournant la conversation dans le domaine des discours politiquement corrects sur la tolérance envers n’importe quelle minorité, notamment sexuelle, ou autre » a constaté Mgr Hilarion.

Le président du DREE a aussi rappelé que le monde était peu au courant du génocide des chrétiens en Afrique. Pourtant, au Nigéria et dans les pays limitrophes, les terroristes du groupe « Boko Haram » et les tribus nomades tuent les chrétiens par villages entiers. Rien qu’au Nigéria, les extrémistes ont détruit 900 églises ces derniers temps. Les autorités du Soudan du Nord jettent des bombes sur les chrétiens et les soumettent à des discriminations permanentes. Les attaques contre les chrétiens se poursuivent en Somalie et en Tanzanie.

« Nos frères et sœurs sont aussi soumis à de multiples souffrances et persécutions dans les pays d’Asie, en Afghanistan, au Pakistan, en Indonésie, en Inde, en Birmanie » a continué le métropolite Hilarion.

L’archipasteur a constaté que l’Église orthodoxe russe avait été l’une des premières à parler publiquement des persécutions contre les chrétiens à une époque où tout le monde se taisait. Le Patriarcat de Moscou a exprimé ses inquiétudes quant au sort de la population chrétienne du Proche-Orient et en Afrique dès le début des évènements du printemps arabe.

En novembre 2011, le Patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie s’était rendu en Syrie et au Liban pour une visite irénique dont l’objet était, notamment, d’entretenir les liens fraternels entre les Églises chrétiennes dans le contexte d’un conflit pressenti.

Durant les années qui ont suivi, l’Église orthodoxe russe s’est efforcée et continue à s’efforcer d’entreprendre tout ce qui est en son pouvoir pour défendre les droits des chrétiens persécutés, a témoigné le métropolite Hilarion de Volokolamsk. Aucune rencontre de Sa Sainteté le Patriarche de Moscou et de toute la Russie et du président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou avec les hommes politiques étrangers ne se passe sans que soit évoquée la situation des communautés chrétiennes du Proche-Orient et d’Afrique. La hiérarchie et les représentants de l’Église orthodoxe russe participent activement aux forums internationaux et interreligieux consacrés à la situation au Proche-Orient.

Mgr Hilarion a aussi évoqué le rôle du dialogue interreligieux dans l’aide aux chrétiens persécutés. Le 12 février 2016, le Patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie et le Pape François de Rome se sont rencontrés à La Havane. « Les primats des deux plus grandes Églises chrétiennes ont témoigné de ce que les deux parties comprenaient que la situation dans le monde exigeait des mesures urgentes et, comme il est écrit dans la déclaration commune signée à La Havane, des actions coordonnées » a constaté Mgr Hilarion.

L’Église orthodoxe russe défend aussi les droits des chrétiens persécutés dans le dialogue qu’elle mène avec les autres religions, a poursuivi le métropolite.

« Les manifestations d’agression à l’encontre des chrétiens dans le monde contemporaine, en dehors des violences physiques, prennent souvent la forme de la négation du droit des gens à exprimer publiquement leur foi, à en suivre les valeurs, à porter ouvertement des symboles religieux, a poursuivi le président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou. Nous constatons avec affliction et inquiétude le processus de déchristianisation de l’espace public de l’Ancien et du Nouveau monde, historiquement pourtant les bastions les plus importants de la civilisation chrétienne. Les églises et les communautés chrétiennes sont regardées comme des reliquats de l’ancien temps et non comme des acteurs de plein droit des processus sociaux. »

L’archipasteur a rappelé que, dans la société contemporaine, des phénomènes qui contredisent les commandements évangéliques sont de plus en plus souvent considérés comme normaux. La volonté de nombreux états de légaliser la pratique de l’euthanasie suscite de sérieuses inquiétudes. Dans certains pays (Pays-Bas, Belgique, Canada, Luxembourg), le patient est autorisé par la loi à mettre fin à ses jours. Récemment, en Italie, une nouvelle discussion sur la possibilité de l’euthanasie a suscité de vifs débats. Dans beaucoup de pays d’Europe et d’Amérique, les médias et le système éducatif font la promotion d’une idéologie favorable aux minorités sexuelles et à la propagande d’un mode de vie homosexuel.

L’Église orthodoxe russe proclame la sainteté de la vie humaine dès l’instant de la conception jusqu’à la mort naturelle, elle confesse les idéaux évangéliques du mariage et de la famille, a souligné le métropolite de Volokolamsk, rappelant : « La position de notre Église est une position de principe. La société doit préserver les valeurs traditionnelles, apprendre à observer un équilibre entre les droits et les libertés de l’homme, d’une part, et la responsabilité pour le bien-être moral de la personne, de l’autre. Il est triste que la réalisation des droits de l’homme soit de plus en plus souvent synonyme de permissivité et de débauche morale. Cette tendance est une impasse pour le développement social ».

L’hiérarque de l’Église orthodoxe russe a appelé les représentants des différentes confessions chrétiennes à ne pas rester indifférents devant les souffrances de leurs frères et sœurs persécutés. « Aujourd’hui, plus que jamais, les chrétiens doivent être solidaires et intercéder pour ceux qui souffrent, pour les persécutés qui glorifient le Christ par leurs prouesses » a souligné le président du DREE.
« Cette solidarité interchrétienne doit être plus importante au niveau pratique que les divergences entre confessions chrétiennes qui se sont accumulées depuis des siècles. Ces divergences continueront à nous diviser, mais elles ne doivent pas être un obstacle à des actions concertées pour la défense des chrétiens persécutés, indépendamment de la confession à laquelle ils appartiennent » a déclaré l’archipasteur.

Par ailleurs, selon le président du DREE, la coopération interreligieuse revêt aujourd’hui une importance particulière. « Le terrorisme est un défi commun aux chrétiens, aux musulmans et aux représentants d’autres traditions religieuses. Il faut que tous en aient clairement conscience. La bombe du terroriste ne choisit pas qui sera touché par ses éclats : ses victimes seront des hommes de différentes appartenances religieuses » a dit le métropolite.

On peut, a-t-il poursuivi, citer beaucoup d’exemples de construction d’un climat social de paix et d’harmonie interreligieux. Les chrétiens et les musulmans vivent en bon voisinage au Liban et en Jordanie. L’Égypte a choisi la voie du dialogue interreligieux et de l’éradication de l’extrémisme. Il y a aussi l’expérience séculaire de coopération interreligieuse qui est celle de la Russie, où les chrétiens, les musulmans, les juifs et les bouddhistes non seulement ne sont pas en conflit, mais se réunissent dans le cadre du Conseil interreligieux de Russie pour résoudre les problèmes de l’actualité, pour élaborer ensemble une position commune et défendre les valeurs morales et spirituelles.

« Aujourd’hui, le rôle d’une instruction religieuse de qualité devient de plus en plus important, estime le métropolite Hilarion. Le succès des terroristes tient notamment au fait que, dans beaucoup de pays du monde, le niveau de connaissances religieuses est extrêmement bas. Les gens rejoignent les terroristes parce qu’ils ne connaissent pas la vérité ni sur l’islam, ni sur le christianisme. Les idéologues de la terreur affirment à leurs adeptes que les chrétiens sont les suppôts des colonisateurs étrangers, les ennemis de l’islam et qu’il n’y a pas d’autre moyen de défendre l’islam que d’éliminer les chrétiens. Des âmes fragiles se laissent influencer par cette idéologie. »

« Ensemble, nous pouvons faire beaucoup, a souligné le président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou. Le monde entier prête aujourd’hui attention à notre sommet. Les confessions chrétiennes doivent témoigner d’une seule voix de notre solidarité avec nos frères et sœurs persécutés, appeler la communauté internationale à intensifier la lutter contre l’extrémisme, le terrorisme et la christianophobie. »

Les travaux du Sommet mondial pour la défense des chrétiens persécutés se poursuivront jusqu’au 13 mai. Le forum est organisé par l’Association évangélique Billy Graham et rassemblé 800 participants venus de plus de 135 pays.

Office de commémoration annuelle de l’archiprêtre Ignace Peckstadt

L’office de commémoration annuelle de l’archiprêtre Ignace Peckstadt a été célébrée le samedi 6 mai 2017 à la paroisse de Saint André à Gand. Un an après le décès de Père Ignace d’éternelle mémoire, son fils par la chair Son Eminence le Métropolite Athénagoras de Belgique et Exarque des Pays-Bas et du Luxembourg accompagné par des prêtres et de nombreux fidèles de la Sainte Métropole ont honoré sa mémoire et souhaité son repos éternel dans la paroisse de Gand qu’il a lui-même fondé. Au côté de Son Eminence se trouvaient Son Excellence l’Evêque Eymenios de Lefkis, Evêque auxiliaire de la Sainte Métropole d’Allemagne et ancien ami du défunt père, ainsi que son frère par la chair père Bernard et son gendre père Dominique, accompagnés des prêtres et diacres de la Sainte Métropole de Belgique. En prière, étaient également présentes Mère Ioanna, Mère Supérieure du Monastère de la Nativité de la Mère de Dieu à Asten aux Pays-Bas et soeur Sophia du Monastère de Saint Jean Baptiste à Essex en Grande Bretagne. Père Ignace était un avocat renommé à son époque puisqu’il a agit activement avec Son Eminence Panteleimon l’ancien Métropolite de Belgique pour la reconnaissance de l’Eglise Orthodoxe par l’Etat Belge. Il devint prêtre, organisant les paroisses de la région de Flandre et donnant à l’Eglise ses deux fils et son gendre qui servent comme clercs l’Orthodoxie au centre de l’Europe jusqu’à ce jour. Son Eminence le Métropolite Athénagoras de Belgique a célébré avec émotion, après la Divine Liturgie, l’office de commémoration annuelle et, à sa fin, il remercia toutes les personnes présentes qui honorèrent la mémoire de son père par la chair, exprimant également le message d’espoir de Résurrection qui émane de la Résurrection du Christ notre Sauveur.Après la Divine Liturgie et de l’office de la commémoration, une petite réception à été offerte à la salle de fête de la paroisse.

Source

Ordination d’un nouveau prêtre au Limbourg (Belgique)

Le 5éme dimanche du Carême, le Métropolite Athénagoras de Belgique et Exarque des Pays-Bas et du Luxembourg a célébré la divine liturgie dans la paroisse de Sainte Barbe à Genk. Durant la divine liturgie, Son Eminence a ordonné prêtre l’un des diacres de la Sainte Métropole, le père Antonios Tarlizos qui va dorénavant servir la paroisse néerlandophone des Trois Hiérarchies à Hasselt, capitale du Limbourg, région dans le Nord-Est de Bruxelles.Lle père Antonios est marié et père de trois enfants, qui vont bientôt devenir quatre. Il est néerlandophone d’origine grecque et a été ordonné diacre à Bruxelles le Dimanche de l’Orthodoxie, tandis que précédant l’ordination, il aidait en tant que chantre la paroisse historique d’Anvers.
Dans son discours, le Métropolite Athénagoras de Belgique loua le grand mystère du sacerdoce, donna des conseils patristiques au nouveau prêtre et remercia son épouse et ses proches pour leur soutient dans le chemin difficile du service dans le vignoble du Seigneur. « Quel Dieu est grand comme notre Dieu? Tu es le Dieu qui fait tes merveilles »! Quelle joie peut se comparer avec la joie que nous vivons aujourd’hui? Quels mots peuvent décrire le miracle qui est accompli aujourd’hui? Quel homme peut comprendre l’honneur magistral qui t’es donné, c’est à dire te trouver dans le sacristain devant le trône du Seigneur? Dans peu de temps tu procèderas au sacrifice non sanglant, tu diviseras l’Agneau de Dieu, pour la vie et le salut de l’Humanité … Dans monde polymorphe d’aujourd’hui, l’Eglise Orthodoxe a beaucoup à apporter. Quiconque connaît la théologie et pratique orthodoxe, est appelé à donner une réponse aux questions de l’homme contemporain, tant du point de vue théologique qu’anthropologique et existentiel. L’Orthodoxie aujourd’hui est plus que jamais avec un esprit d’ouverture et porteuse de sens. »
A la joie du père Antonios se sont joints plusieurs prêtres de la Métropole, des chorales interprétant des hymnes en grec et en néerlandais, les proches et amis du père ainsi que de nombreux fidèles.

Source

Visite de hiérarques géorgiens à la métropole du Patriarcat œcuménique en Belgique

Le métropolite de Belgique et exarque des Pays-Bas et du Luxembourg, Mgr Athénagoras, a reçu une délégation de hiérarques du Patriarcat de Géorgie le 10 novembre, au siège de métropole à Bruxelles. Les cinq hiérarques géorgiens avec, à leur tête l’évêque de l’Église de Géorgie en Belgique, Mgr Dosithée, se trouvaient à Bruxelles sur l’invitation des Organisations internationales en vue de l’intégration de leur pays dans l’Union européenne. Ils ont été chaleureusement accueillis par le métropolite Athénagoras, qui leur a présenté l’histoire de son diocèse, dont l’œuvre s’accomplit au cœur de l’Union européenne. Dans sa réponse, le métropolite de Zougdidi et Tsaïsi Gérasime a remercié le métropolite Athénagoras pour son accueil fraternel et l’a félicité pour l’œuvre très diversifiée de la métropole, et lui a fait cadeau d’une copie de l’icône de la cathédrale de la Sainte-Trinité de Sioni (Géorgie), invitant le hiérarque a visiter prochainement la Géorgie. Lors de la réunion, des échanges ont eu lieu sur les questions actuelles concernant la Géorgie et, par extension, son patriarcat, découlant de l’intégration européenne. Une discussion approfondie a eu lieu sur le système éducatif en Belgique et particulièrement l’enseignement religieux. Participaient à la réunion le métropolite de Zugdidi et Tsaichi Gérasime, président du département des affaires extérieures, le métropolite de Gori et Ateni André, le métropolite de Rustavi et Marneul Jean, le métropolite Dosithée de Belgique et le métropolite d’Allemagne Lazare, ainsi que cinq autres clercs.

Source

Composition de la délégation de l’Église orthodoxe roumaine au saint et grand Concile

La délégation de l’Église orthodoxe roumaine, qui participera au saint et grand Concile, est la suivante :

S.B. Daniel, patriarche de l’Église orthodoxe roumaine
S.E. Théophane, archevêque de Iaşi et métropolite de Moldavie et de Bucovine
S.E. Laurent, archevêque de Sibiu et métropolite d’Ardeal
S.E. André, archevêque de Vad, Feleac et Cluj, et métropolite de Cluj, Maramureş et Sălaj
S.E. Irénée, archevêque de Craiova et métropolite d’Olténie
S.E. Jean, archevêque de Timișoara et métropolite du Banat
S.E. Joseph, archevêque orthodoxe roumain de l’Europe occidentale et métropolite orthodoxe roumain en Europe occidentale et méridionale
S.S. Séraphin, archevêque orthodoxe roumain d’Allemagne, Autriche et Luxembourg, et métropolite orthodoxe roumain d’Allemagne, Europe centrale et septentrionale
S.E. Niphon, métropolite honorifique, archevêque de Târgovişte
S.E. Irénée, archevêque d’Alba Iulia
S.E. Barsanuphe, archevêque de Râmnicu
S.E. Joachim, archevêque de Roman et Bacău
S.E. Cassien, archevêque du Bas-Danube
S.E. Timothée, archevêque d’Arad
S.E. Nicolas, archevêque orthodoxe roumain des deux Amériques
S.E. Sophrone, évêque orthodoxe roumain d’Oradea
S.E. Nicodème, évêque de Severin et Strehaia
S.E. Bessarion, évêque de Tulcea
S.E. Petronios, évêque de Sălaj
S.E. Silouane, évêque orthodoxe roumain de Hongrie
S.E. Silouane, évêque orthodoxe roumain d’Italie
S.E. Timothée, évêque orthodoxe roumain d’Espagne et du Portugal
S.E. Macaire, évêque orthodoxe roumain d’Europe du Nord
S.E. Barlaam de Ploieşti, évêque-vicaire patriarcal, secrétaire du Saint-Synode
S.E. Émilien de Loviştea, évêque-vicaire de l’archevêché de Râmnicu

Source

Vidéo de l’intronisation de Mgr Jean de Charioupolis, archevêque de l’archevêché des paroisses orthodoxes de tradition russe en Europe occidentale

Le 26 mai dernier a eu lieu la cérémonie d’intronisation de Mgr Jean de Charioupolis en la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky. L’office de l’intronisation a été dirigé par le métropolite Emmanuel de France, président de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France et membre du Saint-Synode du Patriarcat œcuménique et en présence des évêques orthodoxes : Mgr Michel, diocèse de Genève et d’Europe occidentale de l’Église russe hors frontières (Patriarcat de Moscou), Mgr Marc, évêque auxiliaire de l’archevêché du patriarcat de Roumanie en Europe occidentale et méridionale, Mgr Irénée (Avramidis) de Régions, évêque auxiliaire auprès du métropolite de l’Église grecque orthodoxe de France, Mgr Petros (Bozinis) de Troas, évêque auxiliaire du métropolite Athénagoras de Belgique, exarque des Pays-Bas et du Luxembourg (Patriarcat oecuménique), ainsi que des invités de l’Église catholique, l’Église gréco-catholique ukrainienne, la communauté des frères de Taizé, des représentants de l’autorité civile, Jean-Christophe Peaucelle (conseiller pour les affaires religieuses) et de Arnaud Schaumasse (chef du bureau central des cultes).

Messages de Pâques

La-Résurrection1Messages de Pâques en français: du patriarche oecuménique de Constantinople Bartholomée, du patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie, du patriarche Irénée de Serbie, du métropolite Tikhon (Église orthodoxe en Amérique), du métropolite Stéphane de Tallinn et de toute l’Estonie, du métropolite Emmanuel, du métropolite Athénagoras de Belgique, exarque des Pays-Bas et du Luxembourg, de l’archevêque Jean, de Mgr Nestor de Chersonèse, du métropolite Joseph.

Icône de la Résurrection ci-contre: blog “Icône et tradition”

La diaspora orthodoxe

IVe Conférence panorthodoxe préconciliaire
Chambésy, 6-12 juin 2009

La diaspora orthodoxe

Décision

Convoquée par Sa Sainteté le patriarche œcuménique Bartholomaios, avec le consensus de Leurs Béatitudes les primats des très saintes Eglises orthodoxes exprimé au cours de leur Sommet au Phanar en octobre 2008, la IVe Conférence panorthodoxe préconciliaire s’est réunie au Centre orthodoxe du Patriarcat œcuménique à Chambésy, du 6 au 12 juin 2009, sous la présidence de Son Eminence le métropolite Jean de Pergame, délégué du Patriarcat œcuménique.
Cette Conférence, à laquelle toutes les très saintes Eglises orthodoxes autocéphales ont été invitées et se sont fait représenter, a examiné la question de l’organisation canonique de la Diaspora orthodoxe. Conformément à l’article 16 du Règlement des Conférences panorthodoxes préconciliaires, elle a discuté les documents afférents élaborés en 1990 et 1993 par la Commission interorthodoxe préparatoire et soumis à elle, documents qu’elle a modifiés et approuvés comme suit :

1. a) Il a été constaté que toutes les très saintes Eglises orthodoxes ont la volonté unanime que le problème de la Diaspora orthodoxe soit résolu le plus rapidement possible et que celle-ci soit organisée conformément à l’ecclésiologie orthodoxe, et à la tradition et la praxis canoniques de l’Eglise orthodoxe.
b) Il a été aussi constaté que durant la présente phase il n’est pas possible, pour des raisons historiques et pastorales, de passer immédiatement à l’ordre canonique strict de l’Eglise sur cette question, c’est-à-dire qu’il y ait un seul évêque dans un même lieu. Pour cette raison, elle est arrivée à la conclusion de proposer la création d’une situation transitoire qui préparera le terrain pour une solution strictement canonique du problème, sur la base des principes et des directives définis ci-dessous. Cette préparation ne devra pas excéder la date de convocation du futur saint et grand Concile de l’Eglise orthodoxe, de sorte que celui-ci puisse procéder à une solution canonique du problème.
2. a) La présente Conférence propose que, pour la période transitoire où la solution canonique de la question sera préparée, soient créées (ou établies) dans chacune des régions définies ci-dessous des « Assemblées Episcopales » réunissant tous les évêques reconnus canoniques de cette région, qui continueront à être soumis aux mêmes juridictions canoniques qu’aujourd’hui.
b) Ces assemblées seront composées de tous les évêques de chaque région, qui se trouvent en communion canonique avec toutes les très saintes Eglises orthodoxes et seront présidées par le premier parmi les prélats relevant de l’Eglise de Constantinople et, en l’absence de celui-ci, conformément à l’ordre des diptyques. Elles auront un Comité exécutif formé des premiers hiérarques des diverses juridictions qui existent dans la région.
c) Ces Assemblées épiscopales auront pour travail et responsabilité de veiller à manifester l’unité de l’Orthodoxie et à développer une action commune de tous les orthodoxes de chaque région pour remédier aux besoins pastoraux des orthodoxes vivant dans la région, représenter en commun tous les orthodoxes vis-à-vis des autres confessions et l’ensemble de la société de la région, cultiver les lettres théologiques et l’éducation ecclésiastique, etc. Les décisions à ces sujets seront prises à l’unanimité des Églises représentées dans l’assemblée de la région.
3. Les régions dans lesquelles des assemblées épiscopales seront créées, dans une première étape, sont définies comme suit :

  • i. Amérique du Nord et Amérique Centrale.
  • ii. Amérique du Sud.
  • iii. Australie, Nouvelle Zélande et Océanie.
  • iv. Grande Bretagne et Irlande.
  • v. France.
  • vi. Belgique, Hollande et Luxembourg.
  • vii. Autriche.
  • viii. Italie et Malte.
  • ix. Suisse et Lichtenstein.
  • x. Allemagne.
  • xi. Pays scandinaves (hormis la Finlande).
  • xii. Espagne et Portugal.

Les évêques de la Diaspora, qui résident dans la Diaspora et ont des paroisses dans plusieurs régions, seront aussi membres des assemblées épiscopales de ces régions.

4. Ces assemblées, qui sont constituées sur décision de la présente Conférence, sont chargées de compléter les détails du règlement de leur fonctionnement approuvé par elle (la Conférence) et appliquer celui-ci le plus rapidement possible et, certainement avant la convocation du saint et grand Concile.
5. Les Assemblées épiscopales ne privent pas leurs évêques membres des compétences de caractère administratif et canonique, ni ne limitent les droits de ceux-ci dans la Diaspora. Les Assemblées épiscopales visent à dégager la position commune de l’Église orthodoxe sur diverses questions. Cela n’empêche nullement les évêques membres, qui continuent de rendre compte à leurs propres Églises, d’exprimer les opinions de leurs Églises devant le monde extérieur.
6. Les présidents des Assemblées épiscopales convoquent et président toutes les réunions communes des évêques de leur région (liturgiques, pastorales, administratives, etc.). Quant aux questions d’intérêt commun qui, sur décision de l’Assemblée épiscopale, nécessitent d’être examinées à l’échelon panorthodoxe, le président de celle-ci se réfère au Patriarche œcuménique pour que suite soit donnée selon la pratique panorthodoxe en vigueur.
7. Les Églises orthodoxes s’engagent à ne pas procéder à des actes pouvant entraver le processus susmentionné destiné à régler de façon canonique la question de la Diaspora et feront tout leur possible pour faciliter le travail des Assemblées épiscopales et pour rétablir la normalité de l’ordre canonique dans la Diaspora.

Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski