26/03/2017
Actualités
Page d'accueil > A la Une > Communiqué de l’assemblée du diocèse métropolitain du Monténégro et du Littoral
Communiqué de l’assemblée du diocèse métropolitain du Monténégro et du Littoral

Communiqué de l’assemblée du diocèse métropolitain du Monténégro et du Littoral

Le 24 décembre a eu lieu à Bar (Monténégro) l’assemblée annuelle du clergé du diocèse du Monténégro et du Littoral de l’Église orthodoxe serbe. Le communiqué suivant, abordant les questions de la vie de l’Église dans la région, l’enseignement du catéchisme et les problèmes avec le gouvernement monténégrin, a été adopté :
« Le clergé paroissial des doyennés de Cetinje, Podgorica-Kolašin, Podgorica-Danilovgrad, Bar, Budva, Boko Kotor et Herceg Novi, ainsi que les pères et mères higoumènes des monastères du diocèse métropolitain du Monténégro et du Littoral se sont réunis à nouveau cette année, le 24 décembre, à Bar, autour de leur père spirituel et archipasteur, le métropolite Amphiloque, pour leur assemblée annuelle ordinaire. La réunion du clergé paroissial et monastique a commencé par la concélébration de la sainte Liturgie en la cathédrale nouvellement construite de Saint-Jean-Vladimir à Bar. Après l’office divin s’est tenue, dans la crypte de l’église, la réunion de cette année, commencée par le chant de la prière « Roi céleste ». Ensuite, S.E. le métropolite Amphiloque, par des paroles paternelles, a salué les clercs rassemblés de notre diocèse métropolitain. Le métropolite a présenté un exposé exhaustif de son ministère et de sa mission épiscopales au cours de l’année 2016. Il a particulièrement commenté le jubilé important, historique, du millénaire du martyre du roi saint Jean Vladimir, ainsi que la consécration panorthodoxe de la cathédrale dédiée à ce saint martyr, laquelle a été précédée par un symposium scientifique international, au cours duquel près de cinquante participants venus de différents pays ont évoqué la personne, l’œuvre, le temps, les circonstances, le culte et la canonisation du saint roi. Le métropolite a constaté que la mission de l’Église et le renouveau spirituel dans le diocèse métropolitain et dans les autres diocèses de l’Église sur le territoire du Monténégro se développent avec succès. Cela se reflète en premier lieu dans le fait des milliers et des milliers de gens qui ont reçu le baptême au cours de cette année et, ensuite, dans l’augmention du nombre des diacres et des prêtres nouvellement ordonnés, des moines et moniales ayant prononcé leurs vœux monastiques, et aussi par la poursuite de la restauration et de la construction d’églises et de monastères. Le métropolite, considérant qu’il s’agissait là d’une grande bénédiction de Dieu, a souligné sa joie au sujet de la fréquentation du catéchisme orthodoxe par près de 1500 enfants. Cet enseignement est organisé dans plus de 40 localités auprès des paroisses, des communautés et centres spirituels. À ce sujet, le métropolite Amphiloque a appelé le gouvernement monténégrin et le ministère de l’instruction publique de s’atteler, le plus vite possible et immanquablement, à l’instar des autres gouvernements et États européens, à la création des conditions permettant l’introduction de l’enseignement religieux dans le système de l’instruction publique, afin de permettre enfin aux enfants de toutes confessions au Monténégro de réaliser leur droit à l’enseignement religieux dans les écoles, ce qui est garanti par toutes les conventions internationales en vigueur sur les libertés et les droits de l’homme. Les doyens épiscopaux ont présenté des rapports sur leur travail et sur la situation actuelle dans les doyennés qui leur sont confiés. Il est particulièrement réjouissant de constater que les offices sont régulièrement célébrés dans toutes les zones urbaines et sururbaines, tandis que ceux-ci sont célébrés les dimanches et jours de fêtes dans les villages. Une attention particulière est dédiée à la question de la mission de l’Église dans les circonstances actuelles au Monténégro. Le clergé continuera, comme par le passé, son ministère divin passant par la Croix et culminant dans la Résurrection, et une attention particulière sera consacrée à améliorer l’enseignement religieux non seulement pour les enfants, mais aussi pour les adultes. Nous soulignons en particulier que certains fonctionnaires du Ministère de l’intérieur du Monténégro, sans fondement légal et sans raisons, continuent à refuser l’autorisation de séjour provisoire aux prêtres et moines qui ne sont pas détenteurs de la nationalité monténégrine. Nous considérons qu’une telle attitude illégale constitue un abus de pouvoir et un agissement discriminatoire qui est punissable en vertu des lois du Monténégro. En outre, une autre question est préoccupante, à savoir les agissements hâtifs et sans transparence du ministère de l’économie au sujet de la construction des barrages et centrales électriques sur les rivières Morača et Komarnica, par laquelle la beauté naturelle, spirituelle et culturelle de ces cours d’eaux est menacée. L’opinion publique et les spécialistes sont inquiets du fait que le ministère de l’économie, sans appels d’offres publics, sans documents de planification préalables et sans participation des parties intéressées, ait conclu le mémorandum et l’accord avec les entreprises Norinco en Chine et Bereket Group en Turquie. Dans ce but, le diocèse métropolitain avec le monastère de Morača et le Comité d’initiative pour la préservation des sites naturels, spirituels et culturels de Morača ont entrepris de nombreuses actions au niveau national et international afin que le projet intégral d’utilisation du potentiel hydroélectrique soit mené conformément à l’ordre juridique, pratique et scientifique, et surtout en fonction des intérêts des citoyens, et non de la façon prévue qui menace irréparablement non seulement la survie du monastère de Morača mais aussi celle du bassin de la Morača, unique en Europe, avec sa flore et sa faune exceptionnelles, ainsi que son héritage culturel préhistorique et historique, pré-néolithique et néolithique. Le diocèse métropolitain, avec son clergé, ses moines et moniales ainsi que son peuple fidèle s’oppose de même fermement à la profanation annoncée de l’icône de la Très sainte Mère de Dieu dite « de Filerimos » [icône offerte au roi Alexandre de Yougoslavie par l’évêque Tikhon de l’Église russe hors-frontières en 1932. La police communiste yougoslave s’en est emparée après la guerre, puis l’a entreposée dans les réserves du musée national de Cetinje, ndt] qui, dans la capitale de Cetinje, après l’échec de l’ainsi nommée « chapelle bleue » au musée national, a décidé de l’installer dans la grotte de Cetinje. Il nous semble inacceptable que 2 millions d’Euros soient alloués à la construction d’une pseudo-chapelle dans la grotte de Cetinje, alors que le nombre non seulement de pauvres, mais aussi de ceux qui ont faim augmente continuellement, particulièrement à Cetinje, où l’Église a ouvert une cantine pour les nécessiteux, et ce pour la première fois depuis 1916. Aucun objet saint, et en premier lieu une icône comme celle de la Mère de Dieu « Filermosa », n’a de place dans une grotte et des pseudo-chapelles, mais seulement dans l’église de Dieu, celle de la Sainte-Trinité. La première pierre de celle-ci a été posée à Cetinje par le roi Nicolas du Monténégro et le métropolite Mitrophane Ban en 1910 déjà, entre le palais du « Billard » et la maison du Gouvernement ; entre les deux guerres, le métropolite Gabriel Dožić [futur patriarche de Serbie, ndt] a fait raser une colline au-dessus du monastère de Cetinje pour bâtir cette église, et a préparé un projet qui est resté sans suite après la guerre. Il en avait été question déjà avec des personnalités ecclésiastiques les plus influentes en Europe, liées historiquement avec ces trois objets saints chrétiens [l’icône de la Mère de Dieu « Filermosa », et des reliques de la Croix du Seigneur ainsi que du bras de St Jean Baptiste, qui se trouvent tous à Cetinje, ndt] de la plus grande importance et il était convenu qu’une église à trois nefs serait le meilleur endroit pour elles à Cetinje, cela restant valable jusqu’à maintenant. La grotte ne peut être utilisée que comme une entrée originale à l’église et à la vénération des reliques. Sa désacralisation et sa transformation en un objet entrant dans un projet économique serait la marque d’un primitivisme sans précédent, non seulement au Monténégro, mais dans tout le monde civilisé. Il ressort de la documentation accessible que la construction illégale et illicite de la « chapelle » dans la grotte de Cetinje constitue le mode le plus grossier de profanation de l’icône de la Mère de Dieu et de Cetinje elle-même comme capitale qui, durant des siècles se trouve sous la protection de la Très sainte Mère de Dieu. Le diocèse métropolitain a donné les pouvoirs à son Conseil juridique pour entreprendre toutes les mesures juridiques indispensables afin que l’icône soit protégée de la profanation, et que Cetinje soit préservée d’un tel blasphème et de la malédiction de saint Pierre de Cetinje. Alors que nous nous trouvons dans le carême de Noël et que, presque quotidiennement, des jeunes gens s’entretuent [au Monténégro, ndt], il est impossible de ne pas se demander les causes d’une telle conduite. Des générations entières au cours des décennies passées ont été privées d’une véritable éducation et instruction, et leur vie est guidée uniquement par des intérêts matériels. Tout cela se reflète, entre autres, de cette attitude envers la Mère de Dieu de Filerimos et les autres valeurs humaines spirituelles éternelles et morales. Priant le Christ Dieu afin que cessent ces tueries mutuelles au Monténégro, nous appelons les jeunes gens à respecter leurs objets sacrés ainsi que la vie d’autrui, et à se réchauffer au feu de l’amour fraternel et de la foi dans l’Enfant-Dieu, le Christ. Saluant tous les hommes aux quatre coins du monde à l’occasion de la venue de la fête lumineuse de la Nativité du Christ et de la nouvelle année de la bonté du Seigneur, nous adressons à tous nos vœux de paix et de joie. Que la paix de Dieu soit avec vous ! Le Christ est né ! »

Source

Print Friendly
Scroll To Top
Jovan Nikoloski