24/09/2017
Actualités
Page d'accueil > Actualités > Le patriarche Cyrille de Moscou déclare : « C’est au nombre des avortements que l’on peut juger de l’état moral de la société »

Le patriarche Cyrille de Moscou déclare : « C’est au nombre des avortements que l’on peut juger de l’état moral de la société »

2NOV_4432Le patriarche Cyrille de Moscou a visité, le jour de Noël selon l’ancien calendrier, la maternité d’une clinique de Moscou. « Lorsque, dans une maternité, le médecin pose la question : « Interromprons-nous la grossesse ? », il pousse la femme par cette question à procéder à un avortement. Je suis convaincu qu’il s’agit là d’un crime » a dit le patriarche Cyrille, qui s’adressait aux patients et aux collaborateurs de maternité. « Non seulement, c’est un crime moral, mais je pense qu’il s’agit encore d’un crime contre l’homme, contre la personne. Parce que le Seigneur a prédestiné la femme à mettre au monde un enfant. C’est, peut-être, sa finalité principale, sans laquelle ne pourrait exister le genre humain. Et si par notre volonté perverse, nous intervenons, nous empiétons sur le plan divin au sujet de la femme, si nous nous efforçons de corriger celui-ci, nous causerons un tort immense, détruisant la personne humaine et les relations dans la société (…) C’est au nombre des avortements que l’on peut juger de l’état moral de la société. Selon ces indicateurs, la Russie, malheureusement, se trouve en tête parmi de nombreux pays » a constaté le patriarche, remerciant le personnel de la maternité parce que « dans cette institution, on ne pousse pas les futures mamans à interrompre la grossesse ». « Si dans chaque maternité, on persuade la maman qu’il faut laisser naître l’enfant, que grâce  à la science contemporaine, les médecins feront tout pour que l’enfant vienne au monde et aideront la maman à s’occuper de l’enfant, même si la santé de celui-ci est défectueuse, alors, je pense, le climat moral dans notre société changera également » a poursuivi le patriarche. Répondant aux questions des journalistes après sa visite, le patriarche Cyrille a déclaré qu’il y avait « environ 50 refuges pour femmes dans la Fédération de Russie ». Les pensionnaires de ces refuges sont, en partie, de jeunes mamans, qui ont réussi à refuser de procéder à l’avortement mais qui, ce faisant se trouvent dans des conditions d’existence difficiles. Dans ces refuges, les femmes « peuvent séjourner quelques années, on les aide à s’insérer dans la vie et on leur fournit une assistance financière. En outre, on a ouvert toute une série de centre de consultation pour femmes enceintes. Si la future mère émet soudain le souhait d’interrompre la grossesse, des consultants appartenant à l’Église commencent à travailler avec elle. Ceux-ci, dans la majorité des cas, aident à préserver la vie de l’enfant. Nous collaborons dans ce domaine avec les institutions de l’État et les forces sociales et nous considérons qu’il s’agit là d’une direction importante du travail. Nous ferons de notre mieux pour la développer » a souligné le primat de l’Église orthodoxe russe.

Sources: Pravoslavie, traduit du russe pour Orthodoxie.com, Patriarcat de Moscou (dont photographie prise lors de la visite de la maternité, autres photographies) (vidéos)

 

Print Friendly, PDF & Email
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski