11 mai

Jour de jeûne

Saint Mocius (ou Mucius), prêtre, martyr à Constantinople (vers 295) ; saint Udaut, apôtre des Huns, martyr (452) ; saint Mamert, évêque de Vienne (477) ; saint Possesseur, évêque de Verdun (vers 486) ; saint Gengoux, martyr à Availon (760) saints Cyrille et Méthode, égaux aux apôtres, apôtres des Slaves (IXème s.) ; saint Sophrone, reclus des Grottes de Kiev (XIIIème s.) ; saint Nicodème, archevêque de Serbie (1325) ; saint Joseph, métropolite d’Astrakan, martyr (1671) ; saints néomartyrs de Russie : Michel (Biélorossov), prêtre (1920), Alexandre, archevêque de Kharkov (1940).

SAINT MOCIUS DE CONSTANTINOPLE

11 mai

Né à Amphipolis (Macédoine), au sein d’une noble famille originaire de Rome, saint Mocius fut ordonné prêtre et, pendant de longues années, il montra un zèle ardent pour prêcher l’Évangile et exhorter ses concitoyens à renoncer au culte des idoles. La dix-neuvième année du règne de Dioclétien (303), des païens dénoncèrent Mocius au proconsul Laodicios, qui venait d’arriver en ville pour prendre part aux festivités en l’honneur de Dionysos (Bacchus). Traduit devant le tribunal, le soldat du Christ, radieux et plein d’assurance, répondit avec fermeté au magistrat, que pour lui il n’existait pas d’autre vie que le Christ, et c’est pourquoi il s’efforçait de tirer les autres hommes des ténèbres pour les amener à la lumière de la Vérité. Irrité par cette audace, Laodicios le fit étendre sur un chevalet et déchirer jusqu’aux os à coups de fouet. Mais le martyr puisa de nouvelles forces dans ce supplice, et c’est avec une audace redoublée qu’il confessa de nouveau sa foi devant le tribunal. Le proconsul fit alors allumer une grande fournaise, attisée par des branchages et de l’étoupe, pour lui inspirer de la terreur. Mocius feignit de se rendre et accepta d’être conduit au temple de Dionysos. Mais dès qu’il y entra, en s’armant du signe de la Croix et en invoquant le Nom du Christ tout-puissant, l’idole sans vie s’écroula dans un grand fracas. Jeté aussitôt dans la fournaise, le saint martyr apparut invulnérable au milieu des flammes, en compagnie de trois personnages, dont l’un avait le visage plus brillant que le soleil, et le feu, se répandant à l’extérieur, dévora le proconsul et neuf prêtres de Dionysos. Mocius fut alors jeté en prison, sur ordre du prince Thalassios. Vingt-six jours après, le remplaçant de Laodicios, nommé Maximin, arriva à Amphipolis. Après s’être informé sur les événements, il fit comparaître Mocius, qui refusa de se soumettre et proclama de plus belle la victoire du Christ sur les idoles, déclarant préférer mille morts plutôt que de se montrer ingrat envers Dieu. Maximin ordonna de l’attacher à deux roues, de sorte qu’en tournant elles mettent son corps en pièces. Alors que son sang se répandait abondamment à terre, le saint élevait une hymne d’action de grâces à Dieu. Soudain, les roues se démantelèrent et le martyr réapparut au tribunal, ensanglanté mais indemne.

Trois jours plus tard, il fut jeté aux fauves dans l’amphithéâtre. Mais ceux-ci vinrent lécher tendrement les plaies du saint, aussi la foule admirative cria-t-elle de relâcher le soldat du Christ. Obligé de se rendre à la volonté populaire, Maximin envoya Mocius à Périnthe (Thrace), où, après huit jours d’internement, le préfet Philippisios donna l’ordre de le transférer à Byzance. Traduit devant le tribunal local de cette cité, alors de peu d’importance, saint Mocius accueillit la sentence de mort avec une nouvelle prière d’action de grâces. Il demanda à Dieu de pardonner à ce peuple qui agissait par ignorance, et pria pour qu’il soit amené à la connaissance de la Vérité. Lorsque sa tête tomba sous le glaive, une voix céleste se fit entendre, qui saluait l’entrée de ce vaillant guerrier dans le chœur des saints. Des évêques qui se trouvaient là ensevelirent son corps à quelque distance de la ville. On y érigea plus tard une grande église dédiée à saint Mocius, qui devint une des plus célèbres de la capitale, et à laquelle fut adjoint un monastère .

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de Pâques, ton 5

Le Christ est ressuscité des morts, par Sa mort Il a vaincu la mort, et à ceux qui sont dans les tombeaux, Il a donné la vie.

Tropaire de la fête, ton 2

Le noble Joseph, ayant descendu de la Croix Ton Corps immaculé, L’enveloppa d’un linceul blanc avec des aromates et Le coucha avec soin dans un tombeau neuf ; mais Tu es ressuscité le troisième jour, Seigneur, faisant au monde Grande Miséricorde.

Tropaire de la Résurrection du 2ème ton

Lorsque Tu descendis dans la mort, Toi, la Vie immortelle, Tu anéantis l’enfer par l’éclat de la Divinité. Lorsque Tu ressuscitas les morts des demeures souterraines, toutes les Puissances des cieux s’écrièrent : « ô Christ, Source de Vie, notre Dieu, gloire à Toi ! »

Tropaire des Myrrhophores, ton 2

Près du tombeau l’ange apparut aux saintes femmes myrrhophores et clama : La myrrhe convient aux mortels, mais le Christ est étranger à la corruption. Aussi annoncez : Le Seigneur est ressuscité et Il accorde au monde la grande miséricorde.

Tropaire des saints Cyrille et Méthode, ton 4

Émules des apôtres et docteurs des pays slaves, Cyrille et Méthodes sages en Dieu, priez le Maître de toutes choses de confirmer tous les peuples slaves dans l’Orthodoxie et la concorde, d’apaiser le monde et de sauver nos âmes.Kondakion du dimanche de Thomas, ton 8

Voulant s’assurer de Ta Résurrection, Thomas scruta de sa droite curieuse Ton côté vivifiant, ô Christ Dieu ; aussi, lorsque Tu entras, les portes étant fermées, il Te clama avec les autres apôtres : Tu es mon Seigneur et mon Dieu.

Kondakion des saints Cyrille et Méthode, ton 3

Honorons nos deux saints illuminateurs, qui par la traduction des Écritures divines nous ont fait jaillir la source de la connaissance de Dieu ; en y puisant en abondance jusqu’à présent, nous vous glorifions, Cyrille et Méthode, vous qui vous tenez devant le Trône du Très-Haut et qui priez ardemment pour nos âmes.

Kondakion des femmes myrophores, ton 2

Tu as dis aux myrophores : « Réjouissez-vous ! » et par Ta Résurrection, ô Christ Dieu, Tu as mis fin aux lamentations d’Ève, notre première mère. À Tes Apôtres, Tu as ordonné de proclamer : le Sauveur est ressuscité du Tombeau.

ÉPITRE DU JOUR

Actes VIII, 18-25

Lorsque Simon vit que le Saint Esprit était donné par l’imposition des mains des apôtres, il leur offrit de l’argent, en disant : Accordez-moi aussi ce pouvoir, afin que celui à qui j’imposerai les mains reçoive le Saint Esprit. Mais Pierre lui dit : Que ton argent périsse avec toi, puisque tu as cru que le don de Dieu s’acquérait à prix d’argent ! Il n’y a pour toi ni part ni lot dans cette affaire, car ton cœur n’est pas droit devant Dieu. Repens-toi donc de ta méchanceté, et prie le Seigneur pour que la pensée de ton cœur te soit pardonnée, s’il est possible ; car je vois que tu es dans un fiel amer et dans les liens de l’iniquité. Simon répondit : Priez vous-mêmes le Seigneur pour moi, afin qu’il ne m’arrive rien de ce que vous avez dit. Après avoir rendu témoignage à la parole du Seigneur, et après l’avoir prêchée, Pierre et Jean retournèrent à Jérusalem, en annonçant la bonne nouvelle dans plusieurs villages des Samaritains.

Hb VII, 26-VIII,2 (Ss Cyrille et Méthode)

Frères, il nous convenait, en effet, d’avoir un souverain sacrificateur comme lui, saint, innocent, sans tache, séparé des pécheurs, et plus élevé que les cieux, qui n’a pas besoin, comme les souverains sacrificateurs, d’offrir chaque jour des sacrifices, d’abord pour ses propres péchés, ensuite pour ceux du peuple, -car ceci, il l’a fait une fois pour toutes en s’offrant lui-même. En effet, la loi établit souverains sacrificateurs des hommes sujets à la faiblesse ; mais la parole du serment qui a été fait après la loi établit le Fils, qui est parfait pour l’éternité. Le point capital de ce qui vient d’être dit, c’est que nous avons un tel souverain sacrificateur, qui s’est assis à la droite du trône de la majesté divine dans les cieux, comme ministre du sanctuaire et du véritable tabernacle, qui a été dressé par le Seigneur et non par un homme.

ÉVANGILE DU JOUR

Jn VI, 35-39

Jésus leur dit: Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim, et celui qui croit en moi n’aura jamais soif. Mais, je vous l’ai dit, vous m’avez vu, et vous ne croyez point. Tous ceux que le Père me donne viendront à moi, et je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi ; car je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. Or, la volonté de celui qui m’a envoyé, c’est que je ne perde rien de tout ce qu’il m’a donné, mais que je le ressuscite au dernier jour.

Matth V,14-19 (Ss Cyrille et Méthode)

En ce temps-là, Jésus déclara : « Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée ; et on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison. Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes œuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé. Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux ; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. »

À propos de l'auteur

Photo of author

Jivko Panev

Jivko Panev, cofondateur et directeur de la rédaction d'Orthodoxie.com. Producteur de l'émission 'Orthodoxie' sur France 2 et journaliste.
Lire tous les articles par Jivko Panev

Articles similaires

27 mai

Jour de jeûne Saint Théraponte, évêque de Sardes, martyr (IIIème s.) ; sainte martyre Théodora, vierge et saint martyr Didyme le soldat, d’Alexandrie (304) ; saint Eutrope, évêque d’Orange (Vème…

13 mai (ancien calendrier) / 26 mai (nouveau)

Sainte Glycérie, martyre à Héraclée, et saint Laodice, gardien de prison (vers 177) ; saint Alexandre, martyr à Rome (284-305) ; saint Onésime, évêque de Soissons (vers 360) saint Servais,…

26 mai

Saints Carpe et Alphée, apôtres (Ier s.) ; saint Abercius et sainte Hélène martyrs (Ier s.) ; saint Zacharie, évêque de Vienne, martyr (vers 106) ; saint Prisque et ses…

24 mai

Saint Siméon le jeune, stylite au Mont Admirable en Syrie (596) ; saint Mélèce le stratélate, avec saints Étienne, Jean, Sérapion l’égyptien, Callinique le mage, Théodore, Fauste et 11208 guerriers,…

11 mai (ancien calendrier) / 24 mai (nouveau)

Saint Mocius (ou Mucius), prêtre, martyr à Constantinople (vers 295) ; saint Udaut, apôtre des Huns, martyr (452) ; saint Mamert, évêque de Vienne (477) ; saint Possesseur, évêque de…

23 mai

Saint Michel, évêque de Synades en Phrygie, confesseur (831) ; sainte Marie de Cléopas (Ier s.) ; saint Didier, évêque de Langres, martyr avec plusieurs compagnons (407) ; saint Syagre,…

10 mai (ancien calendrier)/23 mai (nouveau)

Saint Simon le Zélote, apôtre ; saints Alphée, Philadelphie, Cyrin, Onésime, Erasme et leurs compagnons, martyrs en Italie du Sud (251) ; saint Aurélien, évêque de Limoges (IIIème s.) ;…

22 mai

5e dimanche de Pâques, de la Samaritaine Saint Basilisque, évêque de Comanes, martyr à Amasée dans le Pont (vers 312) ; commémoration du second Concile Œcuménique de Constantinople (381) ;…

9 mai (ancien calendrier) / 22 mai (nouveau)

5e dimanche de Pâques, de la Samaritaine Transfert des reliques de saint Nicolas le Thaumaturge à Bari (1087). Saint prophète Isaïe (VIIIème s. avant Jésus-Christ) ; saint martyr Christophore (vers 250) ;…

21 mai

Saints Constantin, empereur (337) et sa mère, sainte Hélène (327), égaux aux apôtres ; saint Hospice, ermite à Nice (VIème s.) ; saint Constantin, prince de Mourom (1129), et ses…

8 mai (ancien calendrier) / 21 mai (nouveau)

Saint Jean le Théologien, apôtre et évangéliste (98-117) ; saint Arsène le Grand, ermite au désert de Scété (vers 450) ; saint Arsène le laborieux (XIVème s.) et saint Pimène…

Accueil

Articles populaires

Recension: Hiéromoine Grégoire du Mont-Athos, «La foi, la liturgie et la vie de l’Église orthodoxe. Une esquisse de catéchisme orthodoxe»

Ce catéchisme est particulièrement bienvenu pour les parents en attente, pour leurs enfants d’un catéchisme orthodoxe fiable, mais aussi pour un certain nombre d’adultes qui pour des raisons diverses, n’ont

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

4 mai (ancien calendrier) / 17 mai (nouveau)

Sainte Pélagie, vierge, martyre à Tarse (vers 290) ; saint Curcodome, diacre à Auxerre (IIIème s.) saint Érasme, évêque de Formia (303) ; saint Albian, évêque d’Anée, martyr avec ses…

17 mai

Saint Andronique, apôtre, et son épouse sainte Junia (Ier s.) ; saint Tropez, martyr (Ier s.) ; saints Solocane, Panphamer et Pamphylon, guerriers, martyrs à Chalcédoine (305) ; saint Étienne,…

L’Église orthodoxe russe salue la décision de l’Église orthodoxe serbe de rétablir la communion canonique avec l’Église orthodoxe macédonienne

« L’Église orthodoxe russe se félicite de la décision de l’Église sœur serbe de rétablir la communion canonique avec l’Église orthodoxe macédonienne – Archevêché d’Ohrid”, a déclaré a déclaré à RIA

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

3 mai (ancien calendrier) / 16 mai (nouveau)

Saint Timothée et son épouse sainte Maure, martyrs en Égypte (298) ; saint Théodose, higoumène des Grottes de Kiev (1074) ; saint Pierre, thaumaturge, évêque d’Argos (922) ; saint Théophane,…

16 mai

Saint Théodore le Sanctifié (ou le Consacré), disciple de saint Pacôme en Égypte (368) ; saints Guy, Modeste et Crescence (env. 303) ; saint Pèlerin, premier évêque d’Auxerre, martyr (304)…

Message du patriarche Daniel : « L’Église orthodoxe roumaine a joué un rôle majeur dans l’obtention de l’indépendance nationale »

Dans l’obtention de l’indépendance nationale, « l’Église orthodoxe roumaine a joué un rôle majeur à travers ses ministres des saints autels, les habitants de ses monastères et ses fidèles laïcs », a affirmé mardi le patriarche Daniel.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

2 mai (ancien calendrier) / 15 mai (nouveau)

Invention des reliques de saint Athanase le Grand, archevêque d’Alexandrie (373) ; saints martyrs Exupère, son épouse sainte Zoé et leurs fils saints Cyriaque et Théodule, martyrs en Pamphilie (IIème…

15 mai

4ème dimanche de Pâques, du Paralytique Saint Pacôme le Grand, fondateur du cénobitisme en Haute-Égypte (348) ; saint hiéromartyr Euphrase, évêque, patron d’Ajaccio (Ier s.) ; saints Cassius, Victorin, Maxime…

2 mai (ancien calendrier)/15 mai (nouveau)

4e dimanche de Pâques, du Paralytique Saint Athanase le Grand, archevêque d’Alexandrie (373) ; saints martyrs Exupère, son épouse sainte Zoé et leurs fils saints Cyriaque et Théodule, martyrs en…