12 mars (ancien calendrier) /  25 mars (nouveau)     
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Grand Carême. Saint Théophane le Confesseur, moine au Mont Sigriane, près de Cyzique (818) ; saint Paul-Aurélien, premier évêque de Saint-Pol-de-Léon en Bretagne (573) ; saint Grégoire le Grand, dit le Dialogue, pape de Rome, auteur de la Liturgie des saints Dons présanctifiés (604) ; saint Syméon le Nouveau Théologien (1021) ; saint Phinès le juste (vers 1500 av. J.-C.) ; saints néo-martyrs de Russie : Alexandre (Derjavine), confesseur (1933), Jean (Plekhanov), Constantin (Sokolov), prêtres, Vladimir (Volkov), moine (1938), Serge (Skvortsov), prêtre (1943).

SAINT THÉOPHANE LE CONFESSEUR

12 marsNotre saint Père Théophane naquit à Constantinople en 759, sous le règne de l’empereur iconoclaste Constantin Copronyme (741-775), au sein d’une noble et opulente famille. Élevé par sa mère, il avait été fiancé dès l’âge de douze ans à une riche héritière, nommée Mégalo. Au bout de huit années de fiançailles, quand vint le jour des noces, dès qu’ils se retrouvèrent seuls, le soir venu, Théophane révéla à son épouse qu’il avait toujours désiré embrasser la vie monastique, et il la convainquit de vivre ensemble dans la continence, comme frère et sœur. Ils menèrent ainsi ce glorieux combat de la virginité au sein du mariage pendant deux années, malgré les pressions du père de Mégalo. Finalement, celui-ci obtint de l’empereur Léon IV (775-780) que Théophane fût nommé gouverneur de Cyzique, chargé de surveiller la construction de la forteresse, avec l’espoir que les soucis de cette charge le détourneraient de ses aspirations ascétiques. Mais le résultat fut tout autre, car le pieux magistrat profitait de tous ses moments libres pour visiter les ascètes de la région. L’un d’eux, nommé Grégoire, tempéra son désir de renoncer au monde en lui conseillant de persévérer encore dans son mode de vie. Au cours d’un voyage à Constantinople, il reçut la dignité de spatharios, mais rien ne pouvait le détourner de sa soif de Dieu. Aussi, dès la mort de l’empereur et de son beau-père, il obtint son congé de l’impératrice régente, Irène, et, après avoir libéré ses serviteurs et distribué ses richesses, il conduisit son épouse dans un monastère de l’archipel des Princes. Il ne devait plus la revoir dans cette vie, mais il lui écrivait pour l’encourager à persévérer dans les devoirs de sa profession. Quant à lui, il devint moine au monastère de Polychronion au mont Sigriane, près de Cyzique. De là, il passa une brève période dans une propriété de famille située dans l’île de Calonymos (Propontide). Les candidats à la vie monastique accoururent bientôt, mais Théophane, renonçant à les diriger, confia la direction de la communauté à un moine expérimenté venu d’un autre monastère et alla vivre en ermite à proximité pendant environ six années, en exerçant le travail de copiste. Lorsque l’higoumène du monastère vint à mourir, les frères lui demandèrent unanimement de prendre la succession. Craignant de perdre la grâce de la sainte hésychia, le saint retourna au mont Sigriane, où il acquit une propriété nommée le Grand-Champ (Megas Agros), dans laquelle il fonda un monastère qui devint par la suite un des plus prestigieux centres spirituels de l’époque. Revêtu de l’armure des preux combattants du Seigneur : le jeûne mesuré qui dessèche les ardeurs de la chair, la veille qui rend l’esprit pénétrant au milieu de la nuit et les larmes qui purifient le cœur, il était pour tous une image vivante de la parfaite observance monastique. Une fois de plus des disciples se rassemblèrent autour de lui et il dut assumer leur direction. D’une douceur avenante, il savait s’entretenir d’égal à égal avec les plus simples comme avec les plus lettrés, et il leur enseignait avec autorité, mais sans violence, les saints dogmes et l’art de la maîtrise des passions. Pour compléter son expérience, il entreprit alors un voyage dans les monastères de Bithynie et de l’Hellespont. En plus de ses labeurs spirituels et de ses devoirs de pasteur, il travailla aussi à la rédaction d’une vaste Chronographie, qui reste un des meilleurs documents pour la connaissance de l’histoire byzantine. Devenu vase d’élection de la grâce, il couvrait tous ceux qui se présentaient au monastère de la charité même de Dieu, et lors d’une terrible disette il ordonna à son économe de distribuer toutes les réserves aux indigents. Par la grâce de Dieu celles-ci se remplirent de nouveau.

En 787, il fut convoqué au Concile de Nicée, réuni pour la défense du culte des saintes images. Il apparut dans cette assemblée dans un simple et pauvre appareil, mais étonna tous les assistants par sa profonde connaissance de la tradition des saints Pères. Rentré à son monastère, il fut atteint de la très cruelle maladie de la pierre et de coliques néphrétiques, qui l’obligèrent à rester constamment alité. Ces épreuves, acceptées avec patience, se transformaient pour lui en de saintes ascensions vers le Royaume des cieux.

Lorsque l’empereur impie Léon V l’Arménien reprit la persécution contre les saintes images (815), averti de la réputation de confesseur acquise par l’higoumène du Grand-Champ, il convoqua Théophane à Constantinople, sous prétexte de demander ses prières à la veille de sa campagne contre les Bulgares. Les soldats envoyés pour quérir l’homme de Dieu, le saisirent de force, malgré son infirmité, et incendièrent le monastère. Une fois rendu à la capitale, Théophane refusa de voir l’empereur hérétique en face, ce qui déclencha la fureur du tyran qui le fit incarcérer au monastère des Saints Serge-et-Bacchus, où le futur patriarche hérétique, Léon le Grammairien, essaya de le faire céder. Mais le saint réfutait avec éclat tous ses arguments. Il resta, pendant deux ans, enfermé dans un sombre cachot du palais d’Éleuthère ; puis l’empereur, constatant qu’il demeurait inflexible dans sa confession de la vraie foi, ordonna de l’exiler dans l’île de Samothrace. Le saint confesseur ne put survivre qu’une vingtaine de jours aux peines de ce voyage, et il remit son âme au Seigneur le 12 mars 817 (818). Son tombeau devint immédiatement une source de guérisons pour les habitants de Samothrace. En 822, ses disciples vinrent prendre son corps pour le transférer au monastère du Grand-Champ. Saint Théodore Stoudite, dont saint Théophane avait été le parrain de profession monastique et qui lui portait une vive admiration, prononça à cette occasion un discours en son honneur. Il est acclamé parmi les saints confesseurs dans le Synodikon de l’Orthodoxie, lu dans les églises le Premier Dimanche du Grand Carême.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de saint Théophane, ton 8

Guide de l’orthodoxie, maître de piété et de sainteté, / luminaire de l’univers, ornement des moines inspiré de Dieu, / sage Théophane, pour les saintes images tu as combattu; / toi qui fus comme une lyre vibrant au souffle de l’Esprit, / intercède auprès du Christ notre Dieu pour qu’il sauve nos âmes.

Kondakion de saint Théophane, ton 2

Du ciel ayant reçu la divine révélation, / tu t’empressas de quitter le tumulte d’ici-bas; / en moine, vénérable Père, ayant vécu, / tu reçus le pouvoir des miracles et le don de prophétie, / toi qui te privas de ton épouse et de tes biens.

Lectures de l’Ancien Testament

Isaïe XXVI, 21 – XXVII, 9

Car voilà que le Seigneur, de son lieu saint, amène sa colère sur les habitants de la terre, et la terre montrera le sang qu’elle a bu, et elle ne recèlera plus ceux qu’on avait tués. En ce jour-là Dieu tirera son épée sainte, sa grande et forte épée, contre le dragon fuyant, contre le dragon aux replis tortueux, et Il tuera le dragon. Et ce jour-là, il y aura un beau vignoble, et le désir de chanter sur la vigne. Je suis une ville forte, une ville assiégée; vainement Je lui porterai à boire. Car elle sera prise la nuit, et le jour ses murs tomberont ; il n’est point de femme qui ne s’en soit emparée. Qui me placera pour garder la récolte dans un champ ? À cause de cet état de guerre, Je l’ai négligée. C’est pourquoi le Seigneur a fait toutes les choses qu’Il avait ordonnées. J’ai été brûlée. Ses habitants crieront : Faisons la paix avec lui, faisons la paix. Ceux qui viennent sont des enfants de Jacob. Et Israël germera, et il fleurira, et la terre sera remplie de son fruit. Est-ce que Dieu les frappera, comme Il a frappé? Les tuera-t-Il comme Il a tué les autres ? Il les renverra avec des paroles de reproche et de colère. N’est-ce pas vous qui, dans un esprit de dureté, vouliez les tuer du souffle de votre courroux? A cause de cela l’iniquité de Jacob lui sera remise; et cela même sera pour lui une bénédiction, puisque Je lui remettrai ses péchés lorsqu’ils auront brisé les pierres de leurs autels, et qu’ils les auront réduits en poudre, et que leurs arbres n’existeront plus, et que leurs idoles seront abattues comme leurs grands bois sacrés.

Genèse IX, 18 – X, 1

Or, les fils de Noé qui sortirent de l’arche étaient Sem, Cham et Japhet ; Cham fut le père de Chanaan. Tels sont les trois fils de Noé, pères des hommes qui furent semés sur toute la terre. Noé commença à travailler à la terre, et il planta une vigne. Et il but du vin, et, s’étant enivré, il se mit nu en sa demeure. Or, Cham, le père de Chanaan, vit la nudité de son père, et il s’en alla le dire à ses deux frères au dehors. Mais Sem et Japhet ayant pris un manteau, l’étendirent ensemble sur leurs épaules, s’approchèrent à reculons, et cachèrent la nudité de leur père ; leur visage regardait à l’opposé, et ils ne virent point la nudité de leur père406. Or, Noé, étant sorti du sommeil causé par le vin, apprit ce qu’avait fait à son sujet son fils puîné. Et il dit : Maudit soit l’esclave Chanaan ; il sera le serviteur de ses frères. Il dit ensuite : Béni soit le Seigneur, le Dieu de Sem, et l’esclave Chanaan sera serviteur de Sem. Que Dieu multiplie Japhet, que celui-ci habite sous les tentes de Sem, et que Chanaan soit son esclave. Noé vécut, après le déluge, trois cent cinquante ans. Et tous les jours de Noé formèrent neuf cent cinquante ans, et il mourut. Voici les générations des fils de Noé : Sem, Cham et Japhet ; des fils leur naquirent après le déluge.

Proverbes XII, 23 – XIII, 9

L’homme intelligent est un trône de science ; le cœur des insensés ne rencontrera que malédictions. La main des élus aura sans peine la domination ; les trompeurs seront livrés au pillage. Les rumeurs sinistres troublent le cœur des justes ; une bonne nouvelle les réjouit. L’arbitre équitable est ami de soi-même ; les calamités poursuivront le pécheur, et la voie des impies les mènera aux égarements. Le trompeur n’atteindra pas de proie ; c’est une richesse précieuse que d’être pur. Dans les voies de la justice est la vie ; les voies des vindicatifs mènent à la mort. Le fils habile obéit à son père ; le fils indocile marche à sa perte. L’homme bon se nourrit des fruits de la justice ; les âmes des pécheurs périront avant le temps. Veiller sur sa bouche, c’est garder son âme ; avoir les lèvres téméraires, c’est se préparer des sujets de crainte. L’oisif est toujours dans les regrets ; les mains de l’homme fort sont diligentes. Le juste hait les paroles injustes ; l’impie sera confondu, et n’aura pas la liberté. La justice protège les hommes intègres, mais l’impiété entraîne les méchants dans le péché. Les uns se donnent pour riches, et n’ont rien ; et d’autres se font humbles avec une grande richesse. La richesse d’un homme est la rançon de sa vie ; le pauvre ne réside pas à une menace. La lumière brille perpétuellement sur les justes ; la lumière des impies s’éteint. Les âmes artificieuses s’égarent dans le péché, tandis que les justes sont compatissants et miséricordieux.

Chers lecteurs,

Ceci est l’un des cinq articles que nous vous donnons à lire gratuitement.

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

À propos de l'auteur

Jivko Panev

Jivko Panev

Jivko Panev, maître de conférence en Droit canon et Histoire des Églises locales à l’Institut de théologie orthodoxe Saint Serge à Paris, recteur de la paroisse Notre Dame Souveraine, à Chaville en banlieue parisienne.

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

Communiqué du Saint-Synode de l’Église orthodoxe serbe du 28 mars : « les rites religieux d... À la Une 170469

À l’occasion des dernières recommandations du gouvernement serbe selon lesquelles, afin d’arrêter la propagation du virus COVID-19, « les rites rel...

Dans le contexte du coronavirus, le patriarche de Moscou Cyrille a appelé les fidèles à ne pas fr... À la Une 170479

Dans son homélie en la cathédrale du Christ Sauveur, le dimanche 29 mars, le patriarche de Moscou Cyrille a appelé les fidèles à prier chez eux et ...

30 mars Vivre avec l'Église 100068

Grand Carême. Saint Jean Climaque, abbé du Mont Sinaï (VIIème s.) ; saints apôtres Sosthène, Apollos, Céphas, César, Épaphrodite (Ier s.) ; saint J...

17 mars (ancien calendrier) / 30 mars (nouveau) Vivre avec l'Église 62315

Saint Alexis de Rome, l’homme de Dieu (411) ; saint Marin, martyr ; saint Patrick (ou Patrice), évêque, apôtre de l’Irlande (461) ; sai...

Greek Church petitions to be allowed to serve Liturgy, lawyers seeking to annul order to ban Chur... 170463

Although the Greek Orthodox Church earlier agreed to limit its services to just one-hour Divine Liturgies on Sundays, the state was not content, an...

« Jean-Claude Pennetier, une touche d’orthodoxie en musique » (« Orthodoxie », France 2) À la Une 170452

« Orthodoxie » sur France 2 a présenté, ce dimanche 29 mars, une passionnante émission de télévision (ci-dessous), encore une fois !, intitulée « J...

Metropolitan John Zizioulas: « The Church without the Eucharist Is No Longer the Church » 170441

We wish to hear your views on the current situation, since your theology plays a great role in the present circumstances. Metropolitan John: M...

Le métropolite de Pergame Jean (Zizioulas) : « L’Église sans l’eucharistie n’est plus l’Église ! » À la Une 170435

Le 23 mars 2020, le métropolite de Pergame Jean (Zizioulas) a donné l’interview suivante, au téléphone, au site serbe « Sabornik ». Nous en publion...

Comment l’Église russe hors-frontières en Allemagne vit-elle l’épidémie du coronavirus ? Entretie... À la Une 170421

Le métropolite de Berlin et d’Allemagne Marc (Église orthodoxe russe hors-frontières) a accordé l’interview suivante au site Pravoslavie.ru concern...

L’Église de Grèce demande que la célébration de la Liturgie soit permise, et des avocats tentent ... À la Une 170428

Bien que l’Église de Grèce ait précédemment accepté de limiter ses offices à la seule célébration des divines Liturgies dominicales, l’État ne s’en...

L’Église de Grèce demande que la célébration de la liturgie soit permise, et des avocats tentent ... Actualités 170415

Bien que l’Église de Grèce ait précédemment accepté de limiter ses offices à la seule célébration des divines liturgies dominicales, l’État ne s’en...

16 mars (ancien calendrier) / 29 mars (nouveau) Vivre avec l'Église 100061

Grand Carême. Dispense d’huile et de vin. Saint Jean Climaque ; Saint Sabin, martyr en Égypte (IVème s.) ; saint Aristobule, évêque de Grande-Breta...