16 novembre
Carême de la Nativité
Saint apôtre et évangéliste Matthieu (60) ; saint Fulvien, roi d’Ethiopie, nommé Matthieu au baptême (Ier sècle) ; saint Eucher, évêque de Lyon (449) ; sainte Céronne, évangélisatrice du Perche (490) ; saint Domine, ermite en Corrèze (VIème s.) ; saint Emilion, ermite en Aquitaine (vers 767) ; saints néo-martyrs de Russie : Théodore (Kolerov), prêtre et avec les martyrs Ananie (Boïkov) et Michel (Boldakov) (1929) ; Jean (Tsvetkov), Nicolas (Troïtsky), Victor (Voronov), Basile (Sokolov), Macaire (Soloviev) et Michel (Abramov), prêtres, Pantéléimon (Arjanykh) (1937), Dimitri (Spiridonov) (1938).

LE SAINT APÔTRE ET ÉVANGÉLISTE MATTHIEU

Saint apôtre et évangéliste Matthieu (60)

Le saint Apôtre Matthieu portait tout d’abord le nom de Lévi et était le fils d’Alphée, exerçant la profession de collecteur d’impôts (publicain). Un jour qu’il se tenait au bureau de la douane, Jésus vint à passer et derrière lui toute une foule, qui recevait avec avidité son enseignement. Le Seigneur dirigea son regard vers Matthieu et lui dit : « Viens à ma suite ! » Le publicain se leva immédiatement et le suivit, sans une pensée ni même un regard vers ce qu’il laissait derrière lui. Avant de partir sur les routes à la suite du Christ, il offrit chez lui un grand banquet, auquel Jésus et ses disciples prirent part, ainsi qu’un grand nombre de publicains et de pécheurs publics. Comme les Pharisiens s’en scandalisaient, le Seigneur dit : « Ce ne sont pas les gens en bonne santé qui ont besoin du médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs au repentir » (Lc V, 27 ; Mt IX, 13 ; Mc III, 17). Suivant le Christ dans tous ses voyages à travers la Palestine, Matthieu fut témoin de Ses enseignements et de Ses miracles avant sa Crucifixion et après sa Résurrection. Après avoir été rempli de la grâce du Saint-Esprit, le jour de la Pentecôte, avec les autres apôtres, il fut désigné pour évangéliser les Juifs ses compatriotes. C’est pourquoi, huit ans après l’Ascension, il rédigea, le premier, l’Évangile, c’est-à-dire l’exposé des actes et des enseignements du Sauveur, destiné aux populations que son enseignement oral ne pouvait atteindre. Cet Évangile fut, dit-on, traduit en grec quelques années plus tard par saint Jacques, premier évêque de Jérusalem, et copié par le saint Apôtre Barthélemy. Il ne tarda pas à remplacer l’original araméen, dont il ne reste pas d’exemplaire. Par la suite, saint Matthieu partit répandre la Bonne Nouvelle dans le pays des Parthes et fut soumis à de nombreuses tribulations de la part des païens. Ensuite, le saint Apôtre partit vivre dans les âpres solitudes d’une haute montagne pour s’y consacrer à l’ascèse et à la contemplation. C’est là que le Seigneur lui apparut sous la forme d’un enfant et lui remit un bâton, en lui ordonnant d’aller le planter près de l’église de la ville de Myrmène. L’évêque de la ville, Platon, reçut Matthieu solennellement en compagnie de tout son clergé. Dès que l’Apôtre eut planté le bâton en terre, celui-ci germa et donna des fruits d’où suintait un miel délicieux, comme un avant-goût des délices du Paradis. Une source d’eau fraîche jaillit également du pied de l’arbre et tous ceux qui s’y baignaient étaient délivrés de leurs passions et des ténèbres de l’idolâtrie. Malgré tous les bienfaits qu’il procurait aux Parthes et même à la famille royale, le saint Apôtre fut soumis par le roi Fulvien à d’effroyables tortures, avant d’être livré au feu. Il parvint toutefois à convertir le tyran à la foi, par l’intermédiaire des nombreux miracles qu’accomplirent ses saintes reliques. Au moment d’être baptisé, le roi demanda à recevoir le nom de Matthieu. Il renversa les idoles dans tout son royaume et amena son peuple entier à la foi. À la mort de Platon, le roi abdiqua, laissant le trône à son fils, et il devint évêque, conformément à la prédiction du saint Apôtre Matthieu.

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

 

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du saint apôtre Matthieu, ton 3

Toi qui depuis ton péage, as répondu avec ardeur au Christ Maître qui apparut sur terre par bonté, venant à Sa suite, tu fus un apôtre choisi et proclamas l’Évangile à l’univers. C’est pourquoi nous vénérons ta précieuse mémoire, Matthieu héraut de Dieu, prie le Dieu miséricordieux d’accorder la rémission des péchés à nos âmes.

Kondakion du saint apôtre Matthieu, ton 4

Ayant secoué le joug publicain,, tu t’es attaché à celui de la justice, et tu t’es avéré un acquéreur excellent en te procurant comme richesse la sagesse d’en-haut; aussi as-tu prêché la parole de vérité et tu as réveillé les âmes des indolents en décrivant l’heure du jugement.

ÉPITRE DU JOUR

I Cor. IV, 9-16

Frères, il me semble que Dieu a fait de nous, apôtres, les derniers des hommes, des condamnés à mort en quelque sorte, puisque nous avons été en spectacle au monde, aux anges et aux hommes. Nous sommes fous à cause de Christ ; mais vous, vous êtes sages en Christ ; nous sommes faibles, mais vous êtes forts. Vous êtes honorés, et nous sommes méprisés ! Jusqu’à cette heure, nous souffrons la faim, la soif, la nudité ; nous sommes maltraités, errants çà et là ; nous nous fatiguons à travailler de nos propres mains ; injuriés, nous bénissons ; persécutés, nous supportons ; calomniés, nous parlons avec bonté ; nous sommes devenus comme les balayures du monde, le rebut de tous, jusqu’à maintenant. Ce n’est pas pour vous faire honte que j’écris ces choses ; mais je vous avertis comme mes enfants bien-aimés. Car, quand vous auriez dix mille maîtres en Christ, vous n’avez cependant pas plusieurs pères, puisque c’est moi qui vous ai engendrés en Jésus Christ par l’Évangile. Je vous en conjure donc, soyez mes imitateurs.

ÉVANGILE DU JOUR

Matth. IX, 9-13

De là étant allé plus loin, Jésus vit un homme assis au lieu des péages, et qui s’appelait Matthieu. Il lui dit: Suis-moi. Cet homme se leva, et le suivit. Comme Jésus était à table dans la maison, voici, beaucoup de publicains et de gens de mauvaise vie vinrent se mettre à table avec lui et avec ses disciples. Les pharisiens virent cela, et ils dirent à ses disciples: Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les gens de mauvaise vie? Ce que Jésus ayant entendu, il dit: Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades. Allez, et apprenez ce que signifie: Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices. Car je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs.

Print Friendly, PDF & Email


Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Orthodoxie.com, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. Et pour cette raison, votre soutien nous est plus que nécessaire. Nous vous invitons à vous y abonner, ou bien à faire un don de soutien !