25 juin
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

25 juin

Carême des saints Apôtres

Après-fête de la Nativité de St Jean Baptiste. Sainte Fébronie, vierge, martyre en Mésopotamie (vers 304) ; saint Gallican, évêque d’Embrun (VIème s.) ; saint Amand, abbé en Dordogne (VIème s.) ; sainte Thècle, ermite en Maurienne (VIème s.) ; saint Pierre, dans le monachisme David, prince, et sa femme, sainte Fébronie, dans le monachisme Euphrosynie (1229) ; saint néomartyr Procope de Smyrne ; saint néomartyr Georges d’Attalia (1823) ;  saints néomartyrs de Russie : Basile (Militzyne), prêtre (1918) ; Nicone (Beliaïev), confesseur (1931) ; Basile (Protopopov), prêtre (1940).

SAINTE FÉBRONIE

Sainte FébronieSous le règne de Dioclétien, le préfet de Rome, Anthime, étant tombé gravement malade, confia son fils, Lysimaque, à son frère Sélinos. Trois jours après la mort d’Anthime, l’empereur convoqua le jeune Lysimaque et lui annonça qu’il avait le projet de le nommer préfet de Rome, à condition toutefois qu’il lui fournisse d’abord la preuve de sa fidélité, en se rendant en Orient pour y persécuter les chrétiens, car la rumeur circulait qu’il avait été gagné à leur cause par sa mère. Lysimaque ne pouvant rien objecter, se mit donc en route avec son oncle, à la tête d’une forte troupe. Parvenus à Palmyre, aux confins de la Syrie et de la Mésopotamie, Sélinos mit à mort de la manière la plus cruelle une grande quantité de chrétiens, et il acquit ainsi dans tout l’Orient la réputation d’un tyran sanguinaire. Lysimaque, qui effectivement éprouvait une profonde sympathie pour les chrétiens, s’affligea fort de cette campagne et il recommanda à son neveu, Prime, qui commandait le détachement de soldats, de faire informer les chrétiens de leur venue, partout où ils se rendraient, de manière à ce qu’ils puissent se cacher. À Nisibe, se trouvait alors un couvent, où cinquante vierges consacrées menaient les combats de la vertu sous la direction de la sage Bryène. Parmi les disciples de celle-ci, se distinguait notamment Fébronie, sa propre nièce, âgée de vingt ans, qui avait été élevée au monastère dès l’âge de deux ans et qui était dotée d’une radieuse beauté, relevée par la grâce de ses vertus. Un jour, une jeune fille païenne de haute naissance, Hiéria, se présenta au monastère et demanda avec insistance à parler à Fébronie. Elle eut le cœur si bouleversé par son entretien avec la jeune moniale qu’elles restèrent toute la nuit à veiller, versant des torrents de larmes. De retour chez elle, Hiéria raconta sa visite au monastère et exhorta ses parents à accueillir la Bonne Nouvelle.

Peu après, Sélinos se préparant à faire son entrée à Nisibe, tous les chrétiens, prévenus à l’avance par Prime, allèrent se réfugier dans les grottes et les montagnes. Au monastère, Bryène engagea ses disciples à affronter courageusement la mort par amour du Christ ; mais certaines des vierges, prenant pour argument que même l’évêque et les chrétiens les plus influents s’étaient enfuis, demandèrent à aller se cacher. Prenant la parole, Fébronie s’exclama : « Par le Christ, le Dieu vivant, dont je suis devenue l’épouse, pour rien au monde je ne quitterai ce lieu ! » Bryène laissa néanmoins chacune agir selon sa conscience, et toutes les moniales ayant cédé devant la faiblesse de la nature, elle resta seule en compagnie de Fébronie et de Thomaïs. Tremblant pour la jeune Fébronie, à la pensée des outrages que les persécuteurs ne manqueraient pas d’infliger à sa délicate beauté, elle lui rappela la constance admirable que, peu de temps auparavant saintes Libye, Léonis et Eutrope (cf. notice suivante), avaient montrée dans les tourments. Au matin, Sélinos ordonna de jeter en prison tous les chrétiens qu’on trouverait et de les soumettre à la torture. Des soldats firent irruption dans le monastère en fracassant les portes et, ne trouvant que les trois moniales, ils levèrent leurs glaives sur Bryène pour lui faire avouer où se trouvaient ses autres disciples. Mais Fébronie tomba à leurs pieds, les suppliant de la tuer en premier, afin de lui épargner le spectacle de la mort de sa mère en Christ. Sur ces entrefaites, Prime arriva au monastère, chassa les soldats et, apprenant que les autres religieuses s’étaient enfuies, il conseilla à Bryène et à ses compagnes de faire de même. De retour au prétoire, il rapporta à Lysimaque qu’il avait vu au monastère une vierge d’une incomparable beauté, et il lui proposa de la choisir comme épouse. Mais Lysimaque rétorqua, qu’ayant reçu de sa mère l’ordre de ne pas maltraiter les chrétiens, à plus forte raison devait-il se garder d’outrager une vierge consacrée à Dieu et tout faire pour la protéger. Les soldats ayant fait leur rapport à Sélinos, vantant à leur tour la beauté de Fébronie, celui-ci les envoya s’emparer de la vierge et la lui amener, sans permettre à ses compagnes de l’accompagner. Thomaïs réussit cependant à suivre l’escorte en se revêtant d’habits masculins. Lorsqu’on présenta Fébronie dans l’amphithéâtre, où une foule nombreuse s’était rassemblée, le magistrat, frappé par son charme, laissa de côté ses motifs d’accusation pour lui proposer d’épouser son neveu Lysimaque, avec la promesse de jouir d’une immense gloire à Rome. Mais la sainte lui répondit d’un ton assuré qu’elle était déjà promise à un Époux immortel, qui l’attendait dans Son palais, au ciel, et elle lui assura que rien ne la ferait y renoncer. Furieux, Sélinos donna l’ordre de l’exposer, nue, à la risée publique. Ayant vaincu la honte des premiers parents et revêtue de l’Homme nouveau, Fébronie assura au tyran qu’ainsi dévêtue, elle était prête à engager le combat, telle un athlète, contre le diable et ses suppôts. Quatre hommes l’étendirent au-dessus d’un brasier qu’on avait avivé en y jetant de l’huile, tandis que quatre autres la fustigeaient sans pitié, malgré les cris de la foule qui demandait grâce pour la frêle jeune fille. Loin d’obtempérer, Sélinos la fit frapper de plus belle, et les bourreaux la laissèrent à demi-morte. Dès qu’elle fut revenue à elle, la sainte manifesta son mépris pour les idolâtres, aussi fut-elle livrée derechef aux soldats qui lui lacérèrent les côtes ; puis on lui arracha les dents, une à une, et, comme elle restait inébranlable, on lui coupa les seins puis on lui brûla la poitrine. Hiéria, qui était présente dans la foule, éleva des cris d’indignation et prit la défense de la sainte. Elle fut aussitôt arrêtée, mais craignant sa haute dignité et les réactions du peuple, Sélinos ne la livra pas à la torture, et pour montrer combien il méprisait ses protestations, il ordonna de couper les deux mains et un pied de Fébronie. La sainte offrit ses mains au glaive, mais le bourreau s’y étant repris à trois fois pour lui couper le pied, il lui provoqua une douleur tellement insupportable, qu’elle tendit son autre pied sur le billot, en le priant d’en finir au plus vite. Il s’exécuta et, comme elle restait agonisante devant le magistrat, celui-ci, pressé d’aller dîner, donna ordre de la décapiter. De retour dans son palais, Sélinos fut alors pris de démence et il périt après s’être frappé la tête contre une colonne. Lysimaque, lui, restait inconsolable à la suite de la mort de la sainte. Il envoya des soldats pour recueillir ses précieux restes et les transférer au monastère, où Bryène et ses moniales les reçurent avec de grandes lamentations. Puis renonçant à sa fortune et à sa carrière, il se présenta au monastère, suivi de Prime et d’un grand nombre de soldats. Après avoir reçu le saint baptême, ils devinrent moines ; et Hiéria, baptisée avec toute sa famille, devint moniale au monastère de Bryène. Par la suite, quand on célébrait chaque année sa mémoire, sainte Fébronie apparaissait dans le chœur parmi les sœurs, cependant si quelqu’un s’avisait de la toucher ou de lui adresser la parole, elle devenait aussitôt invisible. Lorsque l’évêque du lieu fit ériger une nouvelle église en l’honneur de la sainte, il demanda à y transférer ses reliques ; mais dès qu’on approcha de sa châsse, un tremblement de terre accompagné de coups de tonnerre repoussa les impudents, manifestant la volonté de sainte Fébronie de rester dans son monastère. On ne put lui soustraire qu’une dent qui, une fois déposée dans la nouvelle église, accomplit de nombreux miracles.

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du Précurseur, ton 4

Baptiste et Précurseur de la venue du Christ, * nous ne pouvons te louer dignement, nous qui t’honorons avec amour: * par ta glorieuse et vénérable nativité * la stérilité d’une mère et le mutisme d’un père ont cessé, * tandis qu’est annoncée au monde l’incarnation du Fils de Dieu.

Tropaire de Ste Fébronie, ton 4

Ta brebis, ô Jésus, * s’écrie de toute la force de sa voix: * C’est toi que j’aime, divin Epoux, * c’est toi que je cherche en luttant; * avec toi crucifiée, * je suis ensevelie en ton baptême; * pour toi je souffre, afin de régner avec toi; * pour toi je meurs, afin de vivre aussi en toi; * reçois comme victime sans défaut * celle qui s’immole par amour pour toi. * Par ses prières, Dieu de miséricorde, sauve nos âmes.

Kondakion du Précurseur, ton 3

La Stérile de jadis enfante en ce jour le Précurseur du Christ, * le dernier de tous les prophètes et le plus grand; * car à celui que tous ils avaient annoncé * il imposa la main dans les flots du Jourdain * et du Verbe divin s’est de la sorte montré * Prophète, Prédicateur en même temps que Précurseur.

ÉPÎTRE DU JOUR

Rom. VIII, 22-27

Or, nous savons que, jusqu’à ce jour, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l’enfantement. Et ce n’est pas elle seulement ; mais nous aussi, qui avons les prémices de l’Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l’adoption, la rédemption de notre corps. Car c’est en espérance que nous sommes sauvés. Or, l’espérance qu’on voit n’est plus espérance : ce qu’on voit, peut-on l’espérer encore ? Mais si nous espérons ce que nous ne voyons pas, nous l’attendons avec persévérance. De même aussi l’Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il nous convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables ; et celui qui sonde les cœurs connaît quelle est la pensée de l’Esprit, parce que c’est selon Dieu qu’il intercède en faveur des saints.

ÉVANGILE DU JOUR

Matth. X, 23-31

Quand on vous persécutera dans une ville, fuyez dans une autre. Je vous le dis en vérité, vous n’aurez pas achevé de parcourir les villes d’Israël que le Fils de l’homme sera venu. Le disciple n’est pas plus que le maître, ni le serviteur plus que son seigneur. Il suffit au disciple d’être traité comme son maître, et au serviteur comme son seigneur. S’ils ont appelé le maître de la maison Béelzébul, à combien plus forte raison appelleront-ils ainsi les gens de sa maison! Ne les craignez donc point; car il n’y a rien de caché qui ne doive être découvert, ni de secret qui ne doive être connu. Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le en plein jour; et ce qui vous est dit à l’oreille, prêchez-le sur les toits. Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l’âme; craignez plutôt celui qui peut faire périr l’âme et le corps dans la géhenne. Ne vend-on pas deux passereaux pour un sou? Cependant, il n’en tombe pas un à terre sans la volonté de votre Père. Et même les cheveux de votre tête sont tous comptés. Ne craignez donc point: vous valez plus que beaucoup de passereaux.

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

Sainte-Sophie : les nationalistes turcs considèrent que le patriarche œcuménique « outrepasse ses... À la Une 174233

İsmet Büyükataman, secrétaire général du Parti d’action nationaliste (MHP) Devlet Bahçeli, dans une déclaration sur Twitter, a parlé d’u...

Sainte-Sophie : déclaration du Département d’État des États-Unis À la Une 174223

Le secrétaire d’État des État-Unis, Mike Pompeo, a publié hier 1er juillet le communiqué suivant : Le gouvernement turc administre de façon remarqu...

Les icônes orthodoxes : « Des fenêtres vers le Royaume » Revue du Web 174208

Nous vous invitons à lire un entretien avecMaciej Leszczynski, paru sur le site Le Parratonerre. Maciej Leszczynski st le directeur pédagogique de ...

Vient de paraître « Réparer la maison de Dieu » – Noël Ruffieux Lire 174196

Ce livre fait suite à un éditorial publié par Noël Ruffieux dans le bulletin œcuménique « Chrétiens en Marche », publié par le Centre Saint Irénée,...

Une conférence en ligne : « De l’abus au pardon : quel chemin de guérison ? » – jeudi... À la Une 174188

L’Association MedSciF (« Médecine, Science et Foi ») vous invite à une nouvelle conférence : « De l’abus au pardon: quel chemin de guéri...

Un clip vidéo de Jonathan Jackson consacré au Kosovo À la Une 174171

Jonathan Jackson, acteur, chanteur et guitariste américain a enregistré un nouveau clip vidéo Kosovo – Joy of All Who Sorrow (Kosovo – ...

18 juin (ancien calendrier) / 1er juillet (nouveau) Vivre avec l'Église 110325

18 juin (ancien calendrier) / 1er juillet (nouveau) Carême des saints Apôtres Dispense de poisson Saints Léonce, Hypatios et Théodule, martyrs en P...

1er juillet Vivre avec l'Église 110323

1er juillet Saints Côme et Damien, médecins, anargyres, martyrs à Rome (284) ; saint Potit, martyr  (IIème s.);  saint Martin, évêque de Vienne (II...

Les remerciements de Mgr Syméon et de Mgr Élisée À la Une 174155

A l’issue de nos consécrations épiscopales respectives, nous tenons à adresser nos plus sincères remerciements à Sa Sainteté le Patriarche Cy...

Le patriarche œcuménique Bartholomée et la transformation de l’église Sainte-Sophie en mosquée À la Une 174145

Durant la divine Liturgie célébrée ce mardi 30 juin en l’église des Saints Douze Apôtres (Communauté de Feriköj), et quelques jours avant la discus...

L’ambassadeur américain en Turquie a visité le Patriarcat œcuménique À la Une 174137

David Satterfield, ambassadeur des États-Unis en Turquie a visité hier le siège du Patriarcat œcuménique. M. Satterfield a été reçu par le patriarc...

Discours de Xénia Krivochéine prononcé lors l’inauguration d’une plaque commémorative consa... À la Une 174131

Une plaque commémorative dédiée à sainte Mère Marie Skobtsov a été inaugurée lors la cérémonie qui s’est déroulée le 24 juin au cimetière russ...