29 novembre (ancien calendrier) / 12 décembre (nouveau)

477

29 novembre (ancien calendrier) / 12 décembre (nouveau)

Carême de la Nativité

Saint Paramon, martyr avec 370 chrétiens de Nicomédie (250) ; saint Philomène, martyr à Ancyre (vers 274) ; Saint Brendan de Birr (573) ; saint Acace du Sinaï (VI) ; saint Nectaire des Grottes de Kiev (XII) ; saint Habib, évêque de Nekressi en Géorgie, martyr (VI) ; saint Pityroun (IV), disciple de Saint Antoine le Grand ; saint Denis, évêque de Corinthe, martyr (182) ; saint Pitirim d’Égypte (IV) ; saint Tiridate, roi d’Arménie (IV) ; saint Saturnin, premier évêque de Toulouse, martyr (305) ; saint Mardaire, évêque de Libertyville (1935) ; saint hiéromartyr Serge (Kotchourov), prêtre (1941).

SAINT MARTYR PARAMON

Saint ParamonAkylin, le gouverneur d’Orient pendant le règne de l’empereur Dèce (vers 250), partit un jour en cure aux eaux thermales de Balsatia. Il ordonna d’emmener à cette occasion trois cent soixante-dix chrétiens de Nicomédie, qui avaient été emprisonnés sur son ordre, afin de les mettre en demeure d’y offrir un culte au temple d’Isis. Comme ils avaient refusé, ils furent tous décapités. En voyant ce spectacle, le juste Paramon cria au gouverneur : « Quelle grande impiété je vois ! Un infâme massacre de tant de justes, étrangers de surcroît, comme s’ils étaient des bestiaux ! » Akylin entendit ces paroles et ordonna de l’arrêter. En chemin, les soldats de son escorte maltraitèrent saint Paramon de différentes manières : les uns le frappèrent de leur lance, d’aucuns lui percèrent la langue et d’autres membres au moyen de roseaux aiguisés. Enfin parvenus auprès du gouverneur, ils le mirent à mort. Son corps fut enseveli avec les autres saints martyrs.

SAINT HIÉROMARTYR SATURNIN DE TOULOUSE

Grec d’origine et de noble naissance, saint Saturnin fut un des sept saints missionnaires envoyés de Rome pour évangéliser la Gaule, sous le règne de Dèce (250). Lorsque ces saints hommes parvinrent à Arles, Saturnin se vit attribuer les régions du Languedoc, de la Gascogne (sud-ouest de la France) et les frontières de l’Espagne. Après avoir connu de rapides succès, il se heurta ensuite à l’endurcissement des païens à Carcassonne, et fut emprisonné. Délivré par l’intervention d’un ange, il poursuivit sa mission vers la ville de Toulouse où, trouvant des âmes mieux disposées à recevoir la Parole de Dieu, il fonda une église. Il guérissait les malades et les lépreux par le signe de la Croix et inspirait par sa parole un ardent amour de Dieu à ses auditeurs. Puis, laissant saint Papoul poursuivre son œuvre, il continua son périple vers l’Espagne et évangélisa Pampelune et Tolède.

De retour à Toulouse après le martyre de saint Papoul, le saint évêque resplendissait tellement de la grâce de Dieu que les idoles cessèrent de rendre leurs oracles trompeurs, et restèrent muettes malgré les prières et les sacrifices de leurs adeptes. Les païens étaient désespérés et se préparaient à offrir un taureau en sacrifice sur le Capitole, lorsque Saturnin vint à passer pour se rendre à un office religieux. Dans la foule quelqu’un le reconnut et s’écria : « Voici l’ennemi de notre religion, le porte-étendard de la nouvelle secte, celui qui enseigne qu’il faut détruire nos temples, celui qui condamne nos dieux en les appelant des démons. C’est lui qui, par sa présence, nous empêche d’obtenir nos réponses accoutumées. Vengeons l’injure qu’il nous fait et qu’il fait à nos dieux. Obligeons-le à sacrifier pour apaiser les dieux et sinon à mourir pour que sa mort, du moins, leur soit agréable ! » Tandis que ses compagnons prenaient la fuite, Saturnin, gardant son calme, répondit : « Je ne connais que le seul et vrai Dieu. Comment voulez-vous que je craigne vos dieux imaginaires, alors que, selon vous, ce sont eux qui sont effrayés par moi ? » À ces mots de l’évêque, le tumulte de la foule ne fit que croître. Ils se saisirent de Saturnin, lui attachèrent une grosse corde aux pieds et le fixèrent derrière le taureau sauvage qui, frappé à coups d’aiguillons, se précipita furieusement hors du temple. Dès les premières marches, la tête du saint martyr se brisa en laissant répandre sa cervelle à terre ; puis la bête, poursuivant sa course folle dans les rues de la ville, réduisit en lambeaux son corps jusqu’à ce que la corde se rompît à un endroit où l’on édifia plus tard une église en l’honneur du saint évêque. Au mépris du danger, deux pauvres femmes chrétiennes vinrent peu après sur les lieux, déposèrent le corps de saint Saturnin dans un cercueil de bois et l’ensevelirent dans une fosse voisine. Très fréquenté pendant des siècles par de nombreux pèlerins, le tombeau du saint apôtre de Toulouse, au-dessus duquel on édifia par la suite une grande basilique, était célèbre dans toute l’Europe pour les miracles qui s’y accomplissaient. En France, de nombreuses localités portent son nom (Saturnin, Cernin, Sornin, etc).

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du saint martyr Paramon, ton 4

Ton Martyr, Seigneur, pour le combat qu’il a mené / a reçu de toi, notre Dieu, la couronne d’immortalité; / animé de ta force, il a terrassé les tyrans / et réduit à l’impuissance l’audace des démons; / par ses prières sauve nos âmes, ô Christ notre Dieu.

Tropaire du saint hiéromartyr Saturnin, ton 4

Par les premiers Apôtres tu fus envoyé comme premier évêque de Toulouse, Saturnin ; dans les ténèbres des païens tu as porté la lumière du Christ ; intercède auprès de Lui pour que nos âmes soient sauvées.

Тropaire de saint Mardaire de Libertyville, ton 4

Tu aimas le Christ dès ta jeunesse, et tu ne servis que Lui durant toute ta vie, tu n’écoutas que le Dieu Créateur, et tu prêchas à tous la parole de l’Amour divin, aimant la beauté de la maison du Seigneur, ô Mardaire l’illuminateur récemment apparu, édificateur de l’Église du Christ ; aussi le Seigneur Ami des hommes t’a honoré de la gloire éternelle de Son Royaume, sur terre et dans les cieux.

Kondakion du saint martyr Paramon, ton 2

Devenus soldats du Christ par la foi, / vous avez enfoncé les rangs de l’ennemi; / ayant reçu la couronne des vainqueurs, / bienheureux Paramon et Philoumène, vous partagez avec les Anges même honneur.

Kondakion du saint hiéromartyr Saturnin, ton 6

Tu n’as pas craint les faux dieux des païens, effrayés plutôt par ta lumière, Saturnin ; ceux qui sacrifiaient à ces démons, pour la mort de leur âme, des taureaux, te firent traîner par l’un de ces animaux jusqu’aux marches du Capitole, où ton chef, se brisant, fit éclater la puissance de satan et, comme tête des fidèles, édifia pour toujours, à la gloire du Père, sous la motion de l’Esprit, l’Église toulousaine du Christ notre Dieu.

Kondakion de saint Mardaire de Libertyville, ton 8

Du village de Kornet de Lech, du Monténégro de Pierre de Tsétinié, tu survolas tel un aigle montagnes et mers, depuis la Russie impériale jusques en lointaine Amérique, Mardaire ami de Dieu, tu as témoigné à tous du Seigneur Christ ; tu édifias l’église de Libertyville, et fus le bienfaiteurs des indigents et des orphelins. Aussi, après la mort, tu te réjouis dans l’éternel royaume de Dieu.

ÉPITRE DU JOUR

Hébr. V, 11 – VI, 8

Nous avons beaucoup à dire là-dessus, et des choses difficiles à expliquer, parce que vous êtes devenus lents à comprendre. Vous, en effet, qui depuis longtemps devriez être des maîtres, vous avez encore besoin qu’on vous enseigne les premiers rudiments des oracles de Dieu, vous en êtes venus à avoir besoin de lait et non d’une nourriture solide. Or, quiconque en est au lait n’a pas l’expérience de la parole de justice ; car il est un enfant. Mais la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux dont le jugement est exercé par l’usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal. C’est pourquoi, laissant les éléments de la parole de Christ, tendons à ce qui est parfait, sans poser de nouveau le fondement du renoncement aux œuvres mortes, de la foi en Dieu, de la doctrine des baptêmes, de l’imposition des mains, de la résurrection des morts, et du jugement éternel. C’est ce que nous ferons, si Dieu le permet. Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint Esprit, qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du siècle à venir, et qui sont tombés, soient encore renouvelés et amenés à la repentance, puisqu’ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l’exposent à l’ignominie. Lorsqu’une terre est abreuvée par la pluie qui tombe souvent sur elle, et qu’elle produit une herbe utile à ceux pour qui elle est cultivée, elle participe à la bénédiction de Dieu ; mais, si elle produit des épines et des chardons, elle est réprouvée et près d’être maudite, et on finit par y mettre le feu.

ÉVANGILE DU JOUR

Lc XX, 1-8

Un de ces jours-là, comme Jésus enseignait le peuple dans le temple et qu’il annonçait la bonne nouvelle, les principaux sacrificateurs et les scribes, avec les anciens, survinrent, et lui dirent: Dis-nous, par quelle autorité fais-tu ces choses, ou qui est celui qui t’a donné cette autorité? Il leur répondit: Je vous adresserai aussi une question. Dites-moi, le baptême de Jean venait-il du ciel, ou des hommes? Mais ils raisonnèrent ainsi entre eux: Si nous répondons: Du ciel, il dira: Pourquoi n’avez-vous pas cru en lui? Et si nous répondons: Des hommes, tout le peuple nous lapidera, car il est persuadé que Jean était un prophète. Alors ils répondirent qu’ils ne savaient d’où il venait. Et Jésus leur dit: Moi non plus, je ne vous dirai pas par quelle autorité je fais ces choses.

This post is also available in: English (Anglais)

  Notre lettre d'informations hebdomadaire gratuite  

Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Orthodoxie.com, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. Et pour cette raison, votre soutien nous est plus que nécessaire. Nous vous invitons à vous y abonner, ou bien à faire un don de soutien !

Emma Cazabonne was born and raised in France. She taught English before entering the Cistercian Order. She translated and published articles relevant to her interest in Cistercian spirituality, the Middle Ages, and Orthodoxy. She moved to the United States in 2001, converted to Orthodoxy in 2008, and married. Her husband is an Orthodox priest. She continued to publish articles, a Cistercian texts anthology, then finally launched her career in literary translation, while teaching French. If you are interested in having your book translated into French, she can be contacted here https://wordsandpeace.com/contact-me/