3 octobre

15e dimanche après la Pentecôte

Saints hiéromartyrs Denys l’Aréopagite, évêque d’Athènes, Rustique, prêtre, et Éleuthère, diacre (96), saint Cyprien, évêque de Toulon (VI), saint Jean le Chozébite, évêque de Césarée (VI), saint Hésychius du Mont Horeb (VI), saint Denis, reclus de la Laure des Grottes de Kiev (XV), saints néo-martyrs de Russie : Agathange, métropolite de Yaroslavl (1928).

SAINT DENYS L’ARÉOPAGITE

Saint Denys vivait à Athènes à l’époque des apôtres. Issu d’une riche et noble famille, il avait acquis une telle sagesse et une vertu si éminente par les moyens que lui procurait la science païenne, qu’il avait été choisi comme l’un des neuf conseillers de l’Aréopage, tribunal suprême de la cité. Lorsque, guidé par le Saint-Esprit, le grand Apôtre Paul vint proclamer la bonne nouvelle du salut à Athènes, c’est Denys qui l’invita lui-même à prendre la parole sur l’Aréopage. Du haut de ce rocher qui surplombe la ville, le pauvre monteur de tentes dénoua les sophismes des philosophes, et révéla clairement aux Athéniens que le « Dieu inconnu » — dont leur raison naturelle leur avait donné une vague intuition — est le Seigneur du ciel et de la terre, qui a fait le monde et tout ce qui s’y trouve, et qui n’habite pas dans des temples faits de main d’homme. Il n’est pas non plus servi par des mains humaines, comme s’il avait besoin de quoi que ce soit, lui qui donne à tous vie, souffle et toutes sortes de biens (Act 17, 23-25). Il leur enseigna aussi que l’homme est fait à l’image de Dieu, et qu’il est appelé à participer à la vie de Dieu en Jésus-Christ, son Fils, qui s’est incarné, est ressuscité des morts et reviendra pour juger le monde.

En entendant parler de résurrection des morts, la plupart des auditeurs, l’intelligence enténébrée par les préjugés de la sagesse humaine, se moquèrent de saint Paul. Néanmoins quelques hommes eurent alors le cœur touché par ces paroles de vie éternelle et ils embrassèrent la foi. Parmi eux se trouvaient saint Hiérothée et saint Denys. En entendant parler de la Passion du Sauveur et des prodiges qui accompagnèrent sa mort, le sage Denys se souvint qu’en effet, plusieurs années auparavant, alors qu’il se trouvait à Héliopolis en Égypte avec d’autres sages, il avait assisté un jour à une éclipse du soleil, qui défiait toutes les lois de l’astronomie. Il s’était alors écrié : « Ou Dieu souffre ou c’est la fin du monde ! » Ainsi préparés à reconnaître Celui en qui, selon son bon vouloir, les lois de la nature sont vaincues, Denys et son maître Hiérothée écoutèrent avec avidité l’enseignement du saint Apôtre et lui demandèrent le baptême.

Après quelque temps, Paul partit pour de nouvelles tribulations en laissant saint Hiérothée comme évêque d’Athènes. Tel l’aigle qui peut regarder en face l’éclat du soleil, Hiérothée pénétrait les mystères divins, mais il livra peu de chose par écrit, préférant initier oralement et dans le secret son disciple Denys aux ineffables contemplations que Dieu lui accordait. À la mort de Hiérothée, Denys devint à son tour évêque d’Athènes et reçut de Dieu la grâce de pouvoir révéler, par écrit, les sublimes enseignements de ses maîtres sur l’infinité inexprimable de la nature divine — à laquelle conviennent seulement des expressions négatives et antinomiques (théologie apophatique ou négative) — et sur la richesse inépuisable de sa révélation par ses Noms et ses énergies (théologie affirmative ou cataphatique). Il décrivit comment le monde sensible et le monde intelligible sont unis à Dieu en une grandiose disposition hiérarchique. Il expliqua comment la hiérarchie de l’Église — de d’évêque au moine — reproduit sur la terre les neuf ordres angéliques et distribue à chacun la divine lumière selon le degré de sa purification. Certains l’ont accusé d’être un philosophe néo-platonicien déguisé, mais l’Église Orthodoxe, illuminée par les rayons lumineux de son enseignement, croit, quant à elle, que le « divin Denys », a certes emprunté le langage philosophique de son époque, mais en renversant totalement les thèses fondamentales de la philosophie païenne. Usant de ce stratagème pour montrer que la folie de la Croix a rendu folle la sagesse de ce monde (1 Cor 1), tout au long de ses écrits, il affirme que Celui qui est au-delà de tout nom et de toute essence, et qui demeure impassiblement dans la ténèbre plus que lumineuse du Silence, est apparu dans la chair pour nous faire participer à sa lumière.

Denys parvint à un si haut degré dans la contemplation, qu’il fut jugé digne d’être compté parmi les apôtres et, avec eux, il fut mystérieusement transporté à Jérusalem pour la célébration des funérailles de la Mère de Dieu. De retour à Athènes pour quelque temps, il s’employa à convertir les païens et à guider avec sagesse son troupeau spirituel.

Vers la fin du règne de Néron (vers 68), il se rendit, dit-on, à Rome pour rendre compte de ses missions à son maître saint Paul. Il assista à son martyre puis repartit pour la Grèce. De retour à Rome sous le pontificat de saint Clément [24 nov.], sur l’ordre de ce dernier, il partit avec ses disciples, le prêtre Rustique et le diacre Éleuthère, pour évangéliser la Gaule. Après avoir proclamé la Parole de vérité en de nombreux endroits, Denys s’installa à Paris, qui n’était encore qu’une petite ville plongée dans les ténèbres de l’ignorance et du paganisme. Il y bâtit une église, dans laquelle il célébrait les saints Mystères et proclamait les grandeurs de Dieu. Il accomplit aussi de nombreux miracles, si bien qu’en quelque temps ses disciples se multiplièrent et partirent répandre le saint Évangile en Grande-Bretagne et même jusqu’en Espagne.

La notoriété de saint Denys attira la jalousie du démon, lequel insinua dans la pensée de l’empereur Domitien (vers 96) que cet évêque grec, qui proclamait un nouveau Dieu, voulait fomenter des troubles et susciter la révolte contre son autorité. C’est en vain que l’on tenta de persuader Denys et ses compagnons de renier le Dieu pour lequel ils vivaient et désiraient mourir. Aussi, ce fut pour eux une joie d’apprendre qu’ils avaient été condamnés à avoir la tête tranchée. Dieu ne se contenta pas de donner au saint évêque la grâce de la connaissance et de l’enseignement, il voulut aussi montrer par son martyre que, par la foi, les chrétiens ont vaincu la mort. Après avoir été décapité, saint Denys se releva, à la stupeur de tous les assistants, prit sa tête entre ses mains et marcha ainsi sur une distance de deux milles, jusqu’à ce qu’il rencontre une femme vertueuse, nommée Catoula, à qui il remit cette précieuse relique. La plus grande partie du crâne de saint Denys est aujourd’hui vénérée au monastère de Dochiariou au Mont Athos, auquel l’empereur Alexis Comnène (xie s.) en fit don.

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du dimanche du 6ème ton

Les puissances angéliques vinrent à Ton Sépulcre, et ceux qui le gardaient gisaient comme des morts. Marie se tenait près du Tombeau, cherchant Ton Corps immaculé. Toi qui as dépouillé l’enfer, Tu n’as pas été dominé par lui ; Tu es allé à la rencontre de la Vierge, Toi qui donnes la Vie. Ressuscité d’entre les morts, Seigneur, gloire à Toi !

Tropaire de saint Denys l’Aréopagite, ton 4

Maître en douceur, sobre en tout * et de noble conscience, comme prêtre, revêtu, * au Vase d’élection tu as puisé * les ineffables vérités; * tu as gardé la foi et, comme lui, * mené ta course à bonne fin; * pontife et martyr, saint Denys, * prie le Christ notre Dieu * de sauver nos âmes.

Kondakion de saint Denys l’Aréopagite, ton 8

Toi qui as franchi les portes célestes en esprit * comme disciple de l’Apôtre qui fut ravi jusqu’au troisième ciel, * tu as acquis la science parfaite des mystères ineffables, saint Denys, * et tu as illuminé ceux qui dormaient * dans les ténèbres de l’ignorance; c’est pourquoi nous te chantons: * réjouis-toi, Père célébré par tout l’univers.

Kondakion du dimanche du 6ème ton

Par Sa main vivifiante, le Donateur de vie a ressuscité tous les morts de leurs retraites ténébreuses, Lui, le Christ Dieu, qui a fait don de la Résurrection à la race des humains, car, de tous Il est le Sauveur, la Résurrection et la vie et le Dieu de l’univers.

ÉPITRE DU JOUR

II Cor. IV, 6-15

Car Dieu, qui a dit: La lumière brillera du sein des ténèbres! a fait briller la lumière dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Christ. Nous portons ce trésor dans des vases de terre, afin que cette grande puissance soit attribuée à Dieu, et non pas à nous. Nous sommes pressés de toute manière, mais non réduits à l’extrémité; dans la détresse, mais non dans le désespoir; persécutés, mais non abandonnés; abattus, mais non perdus; portant toujours avec nous dans notre corps la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre corps. Car nous qui vivons, nous sommes sans cesse livrés à la mort à cause de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre chair mortelle. Ainsi la mort agit en nous, et la vie agit en vous. Et, comme nous avons le même esprit de foi qui est exprimé dans cette parole de l’Écriture: J’ai cru, c’est pourquoi j’ai parlé! nous aussi nous croyons, et c’est pour cela que nous parlons, sachant que celui qui a ressuscité le Seigneur Jésus nous ressuscitera aussi avec Jésus, et nous fera paraître avec vous en sa présence. Car tout cela arrive à cause de vous, afin que la grâce en se multipliant, fasse abonder, à la gloire de Dieu, les actions de grâces d’un plus grand nombre.

ÉVANGILE DU JOUR

Matth. XXII, 35-46

Les pharisiens, ayant appris qu’il avait réduit au silence les sadducéens, se rassemblèrent, et l’un d’eux, docteur de la loi, lui fit cette question, pour l’éprouver : Maître, quel est le plus grand commandement de la loi ? Jésus lui répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C’est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes. Comme les pharisiens étaient assemblés, Jésus les interrogea, en disant : Que pensez-vous du Christ ? De qui est-il fils ? Ils lui répondirent : De David. Et Jésus leur dit : Comment donc David, animé par l’Esprit, l’appelle-t-il Seigneur, lorsqu’il dit: Le Seigneur a dit à mon Seigneur: Assieds-toi à ma droite, Jusqu’à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied? Si donc David l’appelle Seigneur, comment est-il son fils ? Nul ne put lui répondre un mot. Et, depuis ce jour, personne n’osa plus lui proposer des questions.

À propos de l'auteur

Photo of author

Jivko Panev

Jivko Panev, cofondateur et directeur de la rédaction d'Orthodoxie.com. Producteur de l'émission 'Orthodoxie' sur France 2 et journaliste.
Lire tous les articles par Jivko Panev

Articles similaires

18 octobre

Saint Luc, évangéliste (I) ; saint Marin l’ancien, martyr en Cilicie (IV) ; saint Julien, moine au Mont Sinaï (IV) ; saint Just, enfant, martyr à Beauvais (287) saint Joseph,…

5 octobre (ancien calendrier)/18 octobre (nouveau)

Sainte martyre Charitine d’Amasée (304), saint hiéromartyr Denis, évêque d’Alexandrie (264), sainte martyre Malmecta de Perse (344), saint martyr Placide (541), saint Grégoire de Khandzta en Géorgie (861), saint Damien,…

17 octobre

17e dimanche après la Pentecôte Mémoire des Pères du VIIe Concile œcuménique Saint Osée, prophète; saint André de Crète, moine, martyr (767) ; saints Côme et Damien, anargyres, martyrs en…

4 octobre (ancien calendrier)/17 octobre (nouveau)

17e dimanche après la Pentecôte Saint hiéromartyr Hiérothée, évêque d’Athènes, sainte martyre Domnine d’Édesse et ses filles Bernice et Prosdoquée (305), saints martyrs Gaius, Fauste, Eusèbe et Chaeremon d’Alexandrie (III),…

16 octobre

Saint Longin le Centurion qui était près de la croix du Christ, martyr en Cappadoce; saint Longin des Grottes de Kiev (XIIIème s.) ; saint Longin de Yarenga (1544) ;…

3 octobre (ancien calendrier)/16 octobre (nouveau)

Saints hiéromartyrs Denys l’Aréopagite, évêque d’Athènes, Rustique, prêtre, et Éleuthère, diacre (96), saint Cyprien, évêque de Toulon (VI), saint Jean le Chozébite, évêque de Césarée (VI), saint Hésychius du Mont…

15 octobre

Jour de jeûne Saint Lucien, prêtre à Antioche, martyr à Nicomédie (312) ; saint Barsès, évêque d’Édesse, confesseur (378) ; saint Sabin, évêque à Chypre (Vème s.) ; saint Antioche,…

2 octobre (ancien calendrier) / 15 octobre (nouveau)

Jour de jeûne Saint hiéromartyr Cyprien, la vierge Justine, et le martyr Théoctiste, de Nicomédie (304), bienheureux André le fol en Christ (936), saint hiéromartyr Léger, évêque d’Autun (679), bienheureuse…

14 octobre

Saints martyrs Nazaire, Gervais, Protais et Celse (54-68) ; saint Sylvain, prêtre à Gaza, (IVème s.) ; saint Céleste, évêque de Metz (vers 300) ; sainte Menehould, vierge en Lorraine…

30 septembre (ancien calendrier) / 13 octobre (nouveau)

Jour de jeûne Saint hiéromartyr Grégoire, illuminateur de la Grande Arménie (vers 335). Saint Grégoire de Pelchemsk, thaumaturge de Vologda (1442). Saint Michel, premier métropolite de Kiev (992). saintes Ripsime,…

13 octobre

Jour de jeûne Saint Carpe, évêque de Thyatire, saint Papyle, diacre, saint Agathodore et sainte Agathonique, martyrs à Pergame (251) ; saint Florent, martyr à Thessalonique (vers 310) ; saint…

Accueil

Articles populaires

Recension: Hiéromoine Grégoire du Mont-Athos, «La foi, la liturgie et la vie de l’Église orthodoxe. Une esquisse de catéchisme orthodoxe»

Ce catéchisme est particulièrement bienvenu pour les parents en attente, pour leurs enfants d’un catéchisme orthodoxe fiable, mais aussi pour un certain nombre d’adultes qui pour des raisons diverses, n’ont

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

9 octobre

Saint Jacques, fils d’Alphée, apôtre (Ier s.) ; saint Abraham et son neveu Lot (vers 2000 av. J.-C.) ; saint Denis, premier évêque de Paris, et ses compagnons, saint Rustique,…

26 septembre (ancien calendrier) / 9 octobre (nouveau)

Dormition de saint Jean le Théologien, apôtre et évangéliste (début du II) ; saint Gédéon, juge en Israël ; saint Éphrem de Novgorod (1492) ; saint Nil de Rossano (1004) ; saints néo-martyrs

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

8 octobre

Jour de jeûneSainte Pélagie (457), sainte martyre Pélagie d’Antioche, vierge (303), sainte Thaïs, pénitente à Alexandrie (IVème s.), sainte Benoite, vierge, martyre à Laon (362), sainte Libaire, vierge et martyre…

25 septembre (ancien calendrier) / 8 octobre (nouveau)

Jour de jeûne Sainte Euphrosyne d’Alexandrie (V) ; saint Firmien, évêque d’Amien (IV) ; saint Serge, higoumène de Radonège, thaumaturge et protecteur de la Russie (1392) ; saint Paphnuce l’Égyptien et avec lui…

L’évêque Victor de Barychevka : Nous assistons à un extraordinaire élan spirituel chez les fidèles ukrainiens

L’évêque Victor de Barychevka, chef de la Représentation de l’Église orthodoxe ukrainienne auprès des organisations européennes internationales, a donné une interview au portail pravoslavie.ru. Il a parlé du séjour à

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Préservation de cent manuscrits de l’Église d’Alexandrie

Le mercredi 6 octobre dernier, la célèbre Bibliothèque d’Alexandrie, le Patriarcat d’Alexandrie et la Fondation A. G. Leventis de Chypre ont célébré l’achèvement de la préservation de cent manuscrits anciens

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

7 octobre

Saints martyrs Serge et Bacque (292) ; saints martyrs Julien, prêtre et Césaire, diacre, martyrs en Campanie (I), sainte Pélagie de Tarse (290), saint hiéromartyr Polychrone, prêtre (IV), saint Gustave…