6 septembre

Jour de jeûne

Commémoration du miracle du saint Archange Michel à Chonais en Phrygie (IVème s.) ; saint martyr Romulus et ses 11000 compagnons en Arménie (107-115) ; sainte Ève, martyre à Dreux ; saints martyrs Cyriaque, Fauste, Abib et 11 autres à Alexandrie (250) ; saints martyrs et martyres Calodote, Macaire, André, Cyriaque, Denis, André le soldat, Andropélagie, Thècle, Théoctiste et Sarabon le sénateur, en Égypte (256) ; saints Sanctien et Augustin et sainte Béate, martyrs près de Sens (273) ; saint hiéromartyr Cyrille, évêque de Gortyne (III-IVème s.) ; saint martyr Eudoxe et ses compagnons Zénon, Macaire et 1104 soldats à Mélitène (311-312) ; saint Archippe de Hiérapolis (IVème s.) ; saint David d’Hermopolis en Égypte (VIème s.) ; saint Cagnoald, évêque de Laon (632) ; saints Félix et Augebert, martyrs (VIIème s.) ; saint Imbert, ermite du Nivernais (VIIème s.) ; saint hiéromartyr Maxime (Sandovitch, 1914) ; saints nouveaux martyrs de Russie : Dimitri (Spassky), prêtre (1918), Constantin (Bogoslovsky), Jean (Pavlosky) et Vsevolod (Poteminsky), prêtres (1937).

MÉMOIRE DU MIRACLE DE L’ARCHANGE MICHEL À CHONAIS[1]

Longtemps avant l’Incarnation du Christ, le grand Archange Michel témoigna de différentes manières sa sollicitude et sa bienveillance pour le genre humain et, après la venue du Sauveur en ce monde, les marques de son amour se firent encore plus manifestes pour les chrétiens [8 nov.]. Lorsque le saint Apôtre Jean vint à passer par la Phrygie pour y annoncer l’Évangile, il prophétisa la prochaine visite du prince des Archanges, Michel, dans un endroit nommé Chérétopa. En effet, peu après, une source qui guérissait toute maladie, jaillit miraculeusement de terre. Un des fidèles, dont la fille avait été guérie par cette eau, fit construire sur les lieux, en signe de reconnaissance, une belle petite église dédiée à l’Archange Michel. Quatre-vingt-dix ans plus tard, un jeune homme nommé Archippe, originaire de Hiérapolis, s’y installa pour y pratiquer l’ascèse et servir de sacristain. Son zèle et son amour de Dieu étaient tels qu’il acquit bientôt la grâce de faire des miracles. Furieux de voir ces prodiges s’accomplir et les grâces abonder de la source miraculeuse, le diable déchaîna la jalousie de certains païens des environs. Après avoir, à plusieurs reprises, insulté et frappé le vaillant Archippe, une nuit, ils essayèrent d’obstruer la source. Mais leurs efforts furent vains, car le saint Archange était invisiblement présent pour les en empêcher. Cet échec ne les découragea pas. Ils tentèrent ensuite de détourner la rivière coulant à proximité, afin qu’elle inondât l’église et les fidèles qui s’y trouvaient en permanence, mais leur entreprise échoua une fois de plus. Une autre fois, ils détournèrent deux rivières qui coulaient plus haut que l’église, firent un barrage et s’apprêtaient à le rompre que l’église soit engloutie sous les eaux, quand l’Archange Michel apparut au bienheureux Archippe. Il le rassura et, semblable à une colonne de feu, il se tint debout face aux eaux furieuses qui dévalaient la colline. Au moment où elles parvinrent à lui, il frappa la pierre du bâton qu’il tenait en main, et le rocher se fendit, laissant passer les eaux, comme dans une gorge naturelle, préservant ainsi l’église. C’est parce que le fleuve semble depuis lors absorbé par le rocher qu’on a appelé ce lieu « Chonais » (de chônè, “creuset”, “entonnoir”), à la gloire de Dieu et en l’honneur de notre céleste protecteur, le saint Archange Michel.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

 Tropaire du saint Archange, ton 4

Archistratège des célestes armées, * malgré notre indignité, nous te prions * de nous protéger par tes prières et nous garder * à l’ombre des ailes de ta gloire immatérielle, * nous qui nous prosternons devant toi et te supplions instamment: * Délivre-nous de tout danger, * grand Prince des Puissances d’en-haut.

Kondakion du saint Archange, ton 2

Archistratège de Dieu, serviteur de la gloire divine, chef des Anges et guide des hommes, demande ce qui nous est utile et la grande miséricorde, comme archistratège des incorporels.

ÉPITRE du jour

(Hébr. II, 2-10)

Car, si la parole annoncée par des anges a eu son effet, et si toute transgression et toute désobéissance a reçu une juste rétribution, comment échapperons-nous en négligeant un si grand salut, qui, annoncé d’abord par le Seigneur, nous a été confirmé par ceux qui l’ont entendu, Dieu appuyant leur témoignage par des signes, des prodiges, et divers miracles, et par les dons du Saint Esprit distribués selon sa volonté. En effet, ce n’est pas à des anges que Dieu a soumis le monde à venir dont nous parlons. Or quelqu’un a rendu quelque part ce témoignage: Qu’est-ce que l’homme, pour que tu te souviennes de lui, Ou le fils de l’homme, pour que tu prennes soin de lui? Tu l’as abaissé pour un peu de temps au-dessous des anges, Tu l’as couronné de gloire et d’honneur, Tu as mis toutes choses sous ses pieds. En effet, en lui soumettant toutes choses, Dieu n’a rien laissé qui ne lui fût soumis. Cependant, nous ne voyons pas encore maintenant que toutes choses lui soient soumises. Mais celui qui a été abaissé pour un peu de temps au-dessous des anges, Jésus, nous le voyons couronné de gloire et d’honneur à cause de la mort qu’il a soufferte, afin que, par la grâce de Dieu, il souffrît la mort pour tous. Il convenait, en effet, que celui pour qui et par qui sont toutes choses, et qui voulait conduire à la gloire beaucoup de fils, élevât à la perfection par les souffrances le Prince de leur salut. 

Évangile du jour

(Lc X, 16-21)

Celui qui vous écoute m’écoute, et celui qui vous rejette me rejette; et celui qui me rejette rejette celui qui m’a envoyé. Les soixante-dix revinrent avec joie, disant: Seigneur, les démons mêmes nous sont soumis en ton nom. Jésus leur dit: Je voyais Satan tomber du ciel comme un éclair. Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi; et rien ne pourra vous nuire. Cependant, ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous sont soumis; mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont écrits dans les cieux. En ce moment même, Jésus tressaillit de joie par le Saint Esprit, et il dit: Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants. Oui, Père, je te loue de ce que tu l’as voulu ainsi.

[1] Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras

Print Friendly, PDF & Email


Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Orthodoxie.com, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. Et pour cette raison, votre soutien nous est plus que nécessaire. Nous vous invitons à vous y abonner, ou bien à faire un don de soutien !