Discours du patriarche serbe Porphyre à l’occasion de l’anniversaire des bombardements de l’OTAN
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

À l’occasion de la cérémonie commémorative de l’anniversaire des bombardements de l’OTAN, qui ont commencé le 24 mars 1999, le patriarche serbe Porphyre a prononcé l’allocution suivante :

« Ce soir, avant de venir en ce lieu, j’ai ouvert le Nouveau Testament et je suis tombé sur le début du septième chapitre de l’Évangile de Matthieu où il est dit : Ne vous posez pas en juge, afin de n’être pas jugés. Je suis venu ici avec le sentiment que nous ne nous étions pas réunis pour juger, mais pour nous souvenir et dire la vérité.

Nous nous sommes réunis pour nous souvenir ensemble, à l’échelle nationale, conciliairement comme on dit à l’Église, de ces jours malheureux d’il y a vingt-deux ans. Avant tout, pour nous souvenir et prier pour des victimes innocentes ; et nos victimes sont innocentes, parce que notre peuple s’est défendu contre une agression, ce qui est clair aujourd’hui dans le monde entier. Nous nous souvenons de nos soldats et policiers, nos grands héros de Košare [Kosovo], de Paštrik [montagne située sur la frontière de l’Albanie] et d’autres champs de bataille ; de nos « chevaliers » des airs – les pilotes, puis des civils innocents – des victimes des bombes à fragmentation à Niš et à travers le Kosovo-et-Métochie, le Monténégro, des gens tués dans un train de voyageurs dans la gorge de Grdelica, tués dans les rues et les places de nos villes, usines, hôpitaux, télévision, des enfants morts… Nous nous souvenons de tout le monde, nous prions pour eux tous, et je suis sûr que nous devrions aussi leur adresser nos prières, car Dieu les a inscrits dans le Livre de l’éternité, le livre de la vie éternelle, et les noms de nombreuses victimes tués pendant ces 78 jours peuvent être et ils devraient être inscrits dans le calendrier de l’Église orthodoxe.

Ce soir, cependant, je tiens à souligner qu’au cours de ces 78 jours, notre peuple, non pas seulement ceux qui ont défendu des ponts à Novi Sad, à Beška, à Belgrade – mais aussi d’autres, qui, avec des enfants et des familles, se sont protégés des bombes dans des sous-sols, des abris, ont manifesté alors un trait et une vertu essentielle de notre éthos, une part précieuse de notre identité, à savoir la solidarité mutuelle, en un mot, l’amour chrétien pour son prochain. Ces jours-là, nous partagions entre nous tout ce qui était nécessaire et tout ce que nous possédions.

On dit que le peuple serbe, surtout après 1945, a perdu ses qualités chrétiennes, mais je suis sûr et je dis qu’au moment des bombardements, pendant ces 78 jours nous avons tous été témoins du profond amour chrétien et de la solidarité de notre peuple qui accomplissait le commandement divin de l’amour envers son prochain.

Cet amour, voire ce courage, ce véritable héroïsme, se manifeste à nouveau dans ces mois de souffrance de l’épidémie. Maintenant, les « chevaliers » sont des médecins, des infirmières, tous des travailleurs médicaux ; puis, à leur manière, de nombreux employés des services publics, des femmes travaillant aux caisses des supermarchés, et bien d’autres…

Enfin, je voudrais poser une question à moi-même et à vous : qu’est-ce qui nous a fait subsister pendant ce mal invisible qui a attaqué notre peuple pendant et après les bombardements ? Qu’est-ce qui nous a soutenu après le Golgotha ​​albanais pendant la Première Guerre mondiale, après les souffrances sans précédent de la Seconde Guerre mondiale ? Et qu’est-ce qui nous fera tenir dans cette épidémie ?

Nous avons été soutenus par l’attitude chrétienne envers la vie, le mode de vie chrétien, l’amour chrétien que Saint Sava et tous les saints serbes nous ont enseignés. Un soldat ou un officier, après la guerre ou en temps de paix, quand il rentre enfin à la maison, ou maintenant un médecin de clinique, un ouvrier d’usine, un employé – quand ils sont accueillis à la maison par une famille en bonne santé – femme, enfants – ce sont les fondements d’une société saine, de la survie et du progrès d’un peuple et d’un État. L’État de concert avec l’Église doit veiller à préserver, par l’éducation et la culture, parallèlement au développement économique, ce qui fait l’identité de notre peuple à travers les siècles.

Ce n’est que lorsque nous sommes ancrés dans notre propre identité, lorsque nous savons qui nous sommes, lorsque nous parlons notre propre langue, que nous pouvons apprendre d’autres langues également, que nous pouvons parler les uns aux autres et construire la paix entre nous. Ce sera alors une garantie que nous saurons parler aux autres tout en les respectant, que nous saurons construire des relations vraies et authentiques en respectant les autres.

C’est pourquoi nous sommes venus ici, non pour juger et condamner, mais pour nous souvenir des victimes innocentes des bombardements qui ont duré 78 jours et qui ont été effectués par l’alliance de l’OTAN dans notre pays. Nous nous sommes réunis pour prier pour les victimes, mais aussi pour prier Dieu pour que tous ceux qui font preuve de mauvaise volonté en général, mais aussi par rapport à nous, deviennent meilleurs.

Source

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

Parution du Feuillet de l’Archevêché n. 2-2021 Actualités 184592

Nous vous invitons à lire le nouveau numéro du Feuillet de l’Archevêché qui vient de paraître.

Le foyer des étudiants de la Colline Saint-Serge a rouvert ses portes À la Une 184585

Sur le site de la Colline Saint-Serge, à Paris, le foyer des étudiants a rouvert ses portes pour la rentrée universitaire 2020-2021. 10 chambres so...

Bertrand Vergely : « Le Vigneron » – 19 avril 2021 À la Une 184577

Nous vous invitons à voir la 27e conférence de Bertrand Vergely intitulée : « Le Vigneron » donnée dans le cadre de la huitième série de conférence...

Un chant orthodoxe interprété lors des funérailles du prince Philippe, duc d’Édimbourg À la Une 184554

Lors des funérailles du prince Philippe, duc d’Édimbourg, le 17 avril, à sa demande, un chant orthodoxe a été interprété. Il s’agit du kontak...

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce a publié ses décisions concernant le déroulement d... À la Une 184562

En raison des restrictions sanitaires en vigueur actuellement en Grèce, le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce a décidé d’avancer d’une dem...

Soixantième anniversaire de la canonisation de saint Nectaire d’Égine À la Une 184558

Saint Nectaire d’Égine a été canonisé le 20 avril 1961 par le Patriarcat œcuménique. La vénération du saint avait déjà commencé immédiatement après...

L’Église orthodoxe ukrainienne appelle à la désescalade dans le conflit au Donbass À la Une 184553

L’Église orthodoxe ukrainienne (sous l’omophore du métropolite de Kiev Onuphre) continue à prier pour la paix en Ukraine et appelle à nouveau à la ...

8 avril (ancien calendrier) / 21 avril (nouveau) Vivre avec l'Église 102368

Grand Carême. Saints Hérodion, Agabus, Asyncrite, Rufus, Phlégon et Hermès, apôtres (Ier s.) ; saint martyr Pausilippe (138) ; saint Célestin, pape...

21 avril Vivre avec l'Église 62917

Grand Carême Saint Janvier, évêque de Bénévent en Italie et ses compagnons, saints Procule, Sosie et Fauste, diacres, saint Désiderius, lecteur, sa...

8 avril (ancien calendrier) / 21 avril (nouveau) Vivre avec l'Église 62914

MARDI LUMINEUX Saints Hérodion, Agabus, Asyncrite, Rufus, Phlégon et Hermès, apôtres (Ier s.) ; saint martyr Pausilippe (138) ; saint Célestin, pap...

« A quoi sert la religion ? » Revue du Web 184539

Texte en ligne sur le site Sagesse orthodoxe : « A quoi sert la religion ? »

L’archevêque de Tirana Anastase : « La grandeur n’est pas dans le nombre de ceux que tu opprimes,... À la Une 184532

« La grandeur n’est pas dans le nombre de ceux que tu oppresses, mais dans celui de ceux que tu sers » a souligné l’archevêque d’Albanie Anastase d...