L’office d’action de grâce à Paris pour le rétablissement de la communion avec l’Eglise russe hors frontières

Un office d’action de grâce, pour la restauration de la communion canonique avec l’Eglise russe hors frontières, a eu lieu le jeudi de l’Ascension, 17 mai, en soirée, dans la cathédrale Saint-Sava du diocèse de France et d’Europe occidentale de l’Eglise serbe. Un compte rendu se trouve sur cette page. Une vidéo d’une vingtaine de secondes peut être vue ici. Un album de photographies de l’office et de la table ronde est également en ligne. Mgr Luka avait adressé le message suivant aux participants : "Je vous salue, dans la joie de la fête de l’Ascension, me réjouissant du rétablissement de la communion entre le Patriarcat de Moscou et l’Eglise russe hors frontières. Comme vous le savez, après la révolution soviétique qui fut une période de tentations et de martyres du peuple et de l’Eglise russe, l’Eglise et l’Etat serbe ont accueilli des milliers de réfugiés parmi lesquels il y avait des évêques, prêtres et moines. L’Eglise orthodoxe serbe menée par l’amour et l’Esprit d’économie ecclésiastique a permis l’institution d’un synode de l’Eglise russe hors frontières à Sremski Karlovci, avec en tête le métropolite Antoine (Krapovitski) de bienheureuse mémoire.Le métropolite Euloge dans ses Mémoires témoigne de cet amour du clergé serbe et du roi Alexandre pour le peuple russe exilé en Serbie. De même, il se rappelle la volonté de l’Eglise serbe de les intégrer pleinement dans la vie de l’Eglise et écrit ainsi dans ses Mémoires: « La hiérarchie serbe, ayant des sentiments fraternels envers nous, souhaitant que la voix d’un évêque de l’Eglise russe puisse aussi se faire entendre l’envoyât au « Congrès mondial des Eglises ».Malgré de grandes difficultés que rencontra l’Eglise serbe durant le 20e siècle, y compris les pressions exercées par le pouvoir communiste athée, la communion eucharistique à la fois avec le Patriarcat de

La suite de l'article est réservée aux abonnés d'Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d'articles complets, veuillez :

À propos de l'auteur

Photo of author

Articles similaires

5 On-line Cassino Scams You Indigence to Be Cognisant Of

Butt 20, Twenty-twenty The huge bulk of on-line casinos are decriminalize, but woefully, thither are a few bad apples who downfall it for everyone. I’ve seen many cassino scams in my meter, and I’m expiration to contribution roughly of them with you tod. I’ll besides learn you how to deflect them. Goldbrick casinos can shuffle your biography a animation sin. It goes way bey good losing a sediment in the pip cases. Unluckily, thither are approximately truly bad actors operative varlet casinos. As you’ll see, these on-line cassino scams objective you in many unlike shipway. But finally, they’re all around thieving your hard-earned money. So, what are the whip on-line cassino scams? How can you obviate them? Goy a coldness one, locate in, and let me prove you! Cassino Gip One: Instantly Depositary Thieving This is by far the near park on-line cassino diddle. In fact, it is the endgame of almost cassino scams, although they all let dissimilar slipway of doing it. Depositary thieving is incisively what it says. The cassino entices you to piddle a repository, so makes it insufferable for you to swallow your money. You sign, show, and the cassino either closes your explanation or freezes it spell putt up eternal basketball to start done ahead you can reactivate it. So, the client accompaniment stave strings you on or ignores you when you try to get answers. These operators cognise that virtually masses leave get defeated and forego if the deposits are minor. How belike are you to pass years and weeks chasing a $20 alluviation? Afterwards all, sentence is money, and it’s fair wagerer to cut your losings at around detail. The more malicious ones leave swordplay the hanker con and win your combine o’er a serial of littler deposits and withdrawals which go without

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

A inclination of card-playing systems that ferment

What is a Dissipated Organization? It is a supposed strategical project disposed afterwards a sketch of anterior wins and losings, and is supposititious to addition player’s chances of fetching more bets in less meter. let’s scratch from the bedrock. Thither are 3 unlike types of dissipated systems in exercise: Cocksure Procession Card-playing: Therein organization gamblers step-up their bet apiece sentence they win. This arrangement is more pop than others, because it relatively doesn’t need you to sustain a big sum to beginning the gage. Electronegative Advancement Sporting: Thither are masses who want to bet fifty-fifty higher every clock they mislay. They do so with an prospect to regain premature losings in a one taking bet. It requires a bigger roll and a firm bosom to practise this scheme, thus is considered a more bad card-playing organisation than its parry parts. Policy Dissipated Organization: Equitable perverse to supra, therein dissipated organisation you diminution your bet every clock you recede. This supports a safer play conception and is considered a god sporting organization. Hither we bear more data on another sporting systems. But the ecumenical fact is that none of these techniques is a guaranty of achiever. The alone logic is that these systems are based on about equations intentional out of victorious chronicle. But games are not based on any rigid par; they instead work a set dimension of odds and evens but. Gaming Fallacy Players do make roughly fallacies in their judgment, which are alone based on perceptions, or rumors sole. If a issue has not appeared up late, a actor would first concentrating thereon as a potential hit in future few attempts, which is not rightful, in fact. The gaming odds does not work such calculations. Master Play Systems Around green play systems Martingale Card-playing Arrangement: Mass ofttimes recrudesce

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

4 décembre (ancien calendrier)/17décembre (nouveau)

4 décembre (ancien calendrier)/17décembre (nouveau) Carême de la Nativité Sainte Barbara (ou Barbe), mégalomartyre à Nicomédie, et sa compagne, sainte Julienne, martyre (vers 305) ; saint Jean Damascène moine, confesseur (vers 749) ; sainte Berthoare, abbesse en Savoie (614) ; Saint Cyran, abbé au diocèse de Bourges (657) ; sainte Ada (ou Adrehilde ou Adnette), abbesse près du Mans (VIIème s.) ; saint Jean, évêque de Polybote en Phrygie (VIIIème s.) ; sainte Gennade, archevêque de Novgorod (1505) ; saint Séraphin, évêque de Phanarion, néomartyr grec (1601) ; saints néo-martyrs de Russie : Alexis (Sabourov) ; Jean (Piankov) ; Alexandre (Posokhine) et Nicolas (Iakhontov), prêtres, Basile (Kachine), diacre et avec eux 10 martyrs (1918) ; Démètre (Nevedomsky), prêtre, Anastasie (Titov), moniale, Catherine (Arsk) et Cyre (Obolensky) (1937). SAINTE GRANDE-MARTYRE BARBARA Fille d’un riche païen d’Héliopolis , nommé Dioscore, sainte Barbara vivait sous le règne de l’empereur Dioclétien (284-305). Jaloux de sa remarquable beauté, Dioscore, sur le point de partir pour un lointain voyage, fit enfermer sa fille au sommet d’une tour élevée de son palais, afin qu’aucun homme ne la vît. Il avait pris soin de la combler de tous les biens et de lui donner une éducation raffinée, mais il n’avait pu empêcher la jeune fille d’exercer sa fine intelligence de manière conforme à l’image de Dieu déposée en chaque homme. D’elle-même, en contemplant le reflet de la présence de Dieu dans la nature, elle était parvenue à la connaissance du Dieu Un dans la Trinité et, se détournant des vanités, elle ne sentait son cœur s’émouvoir que pour le Christ, l’Époux céleste. Dioscore avait fait entreprendre la construction d’un bain au pied de la tour et avait ordonné de n’y percer que deux fenêtres. En regardant la construction pendant l’absence de son père, Barbara commanda aux ouvriers d’ouvrir une troisième fenêtre, pour que la salle soit éclairée

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

12 septembre (ancien calendrier) / 25 septembre (nouveau)

12 septembre (ancien calendrier) / 25 septembre (nouveau) Clôture de la fête de la Nativité de la Très sainte Mère de Dieu ; saint Autonome, évêque en Italie, martyr en Bithynie (313) ; saint Julien, prêtre, martyr en Galatie avec ses 40 compagnons (IV) ; saint Théodore d’Alexandrie, martyr (IV); saint Cornutus, évêque de Nicomédie, martyr (III) ; saint Sacerdos, évêque de Lyon (552) ; saint Bassien, moine de Tiksen (Vologda) (1624) ; saint Athanase de Serpoukhov (1395) ; translation des reliques de saint Syméon de Verkhotourié (1704) ; saint néo-martyrs de Russie : Théodore (Lebedev), Jean (Proudentov), Nicolas (Jitov), prêtres, Alexis (Vorochine) (1937). VIE DU SAINT HIÉROMARTYR AUTONOME Saint Autonome était évêque en Italie, quand éclata la violente persécution déclenchée contre les chrétiens par l’empereur Dioclétien (vers 303). Pour échapper aux recherches, il s’enfuit d’Italie et se réfugia dans un village de Bithynie appelé Soréoi. Il y fut accueilli par un fidèle du nom de Corneille. Après y être resté un certain temps, il décida d’y bâtir une chapelle dédiée à l’Archange Michel et il ordonna Corneille diacre. Lui ayant laissé le soin de la chapelle et des fidèles qui s’y réunissaient, Autonome partit pour la Lycaonie et l’Isaurie, afin d’y répandre la parole de Dieu. Il revint ensuite en Bithynie et ordonna Corneille prêtre. C’est alors que l’empereur Dioclétien se rendit à Nicomédie, furieux contre les chrétiens, que les persécutions ne réussissaient pas à décourager, et en particulier contre Autonome, dont la renommée s’étendait partout. Une fois de plus, le bienheureux prit la fuite, et alla évangéliser les villes qui se trouvaient sur les rives de la Mer Noire. Au bout de quelque temps, il revint vers Corneille pour le consacrer évêque. Infatigable, il se rendit dans l’ouest de l’Asie Mineure pour y déraciner l’idolâtrie et y affermir les germes de la foi.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

23 août (ancien calendrier)/5 septembre (nouveau)

23 août (ancien calendrier)/5 septembre (nouveau) Clôture de la fête de la Dormition de la Très sainte Mère de Dieu ; Saint martyr Lupus (ou Loup), martyr à Thessalonique (vers 306) ; saint hiéromartyr Irénée, évêque de Lyon (202) ; saints hiéromartyr Irénée, évêque de Sirmium, et ses compagnons Ôr et Oropsis (304) ; saints Timothée et Apollinaire, martyrs à Reims (III) ; saints Eutyque (vers 540) et Florence (547) ; saint Callinique, patriarche de Constantinople (705) ; saints néo-martyrs de Russie : Éphrem, évêque de Selenguinsk, Jean (Vostorgov), prêtre et Nicolas, martyr (1918), Paul (Galdaïa) et Jean (Karabanov), prêtres (1937). VIE DU SAINT HIÉROMARTYR IRÉNÉE ÉVÊQUE DE LYON Notre saint Père théophore Irénée, qui reçut providentiellement le nom de la paix (eiréné) pour se faire messager de l’Esprit Saint, naquit en Asie Mineure vers 140. Dans sa prime jeunesse, il avait suivi à Smyrne l’enseignement du vieil évêque saint Polycarpe [23 fév.], qui rapportait la tradition reçue de l’Apôtre saint Jean. C’est ainsi qu’il apprit à s’en tenir fidèlement à la tradition apostolique, transmise dans l’Église. « C’est dans l’Église, enseignait-il, que Dieu a placé les Apôtres, les prophètes et les docteurs, et tout le reste de l’opération du Saint-Esprit. De cet Esprit s’excluent donc tous ceux qui, refusant d’accourir à l’Église, se privent eux-mêmes de la vie par leurs doctrines fausses et leurs actions dépravées. Car là où est l’Église, là est aussi l’Esprit de Dieu ; et là où est l’Esprit de Dieu, là est l’Église et toute la grâce. Et l’Esprit, c’est la Vérité » . Après avoir séjourné à Rome, il devint prêtre de l’Église de Lyon en Gaule, à l’époque de la persécution de Marc Aurèle (vers 177). C’est en tant que presbytre de cette Église qu’il fut chargé de porter au pape Éleuthère

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Émission de radio “Orthodoxie” (France-Culture) du dimanche 22 février : “Saint Païssios du Mont-Athos”, avec Jean-Claude Larchet

L’émission de radio “Orthodoxie”, sur France-Culture, de ce dimanche 22 février, à partir de 8h07, aura pour thème: “Saint Païssios du Mont-Athos”. Elle portera sur la vie, les œuvres et l’enseignement de ce père spirituel de grande renommée dans le monde orthodoxe, qui a été inscrit le 13 janvier 2015 par le Patriarcat œcuménique au calendrier de l’Église et est désormais vénéré comme un saint. L’invité d’Alexis Chryssostalis sera Jean-Claude Larchet, qui a connu saint Païssios et qui est l’éditeur et l’auteur de l’introduction du livre du hiéromoine Isaac, L’Ancien Païssios de la Sainte Montagne, traduit du grec par Yvan Koenig et publié dans la collection “Grands spirituels orthodoxes du XXe siècle” aux éditions l’Âge d’Homme. L’émission pourra être écoutée en direct par l’Internet sur le site de France-Culture, puis, ensuite, sur cette page où se trouvent également les précédentes émissions en podcasts. Une présentation de l’émission, ainsi qu’une bibliographie figure sur cette page du site de France-Culture.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

A l’Ecole pratique des hautes études, un séminaire d’Alexis Chryssostalis intitulé “Recherches sur Nicéphore de Constantinople”

Ce séminaire d’Alexis Chryssostalis à l’Ecole pratique des hautes études vise à étudier la pensée du patriarche iconophile Nicéphore de Constantinople (758-828), à partir essentiellement d’un de ses textes antirrhétiques majeurs, connu sous le nom de Contra Eusebium. Il sera articulé en trois parties: 1/ Introduction : Bref aperçu historique de l’iconoclasme. Premier et second iconoclasme. Sources et bibliographie générale. 2/Nicéphore. Élements biographiques à partir de la “Vie de Nicéphore” d’Ignace le diacre et du “Synaxaire constantinopolitain” 3/Contra Eusebium. Étude approfondie de plusieurs extraits. Première séance : jeudi 23 octobre (17h00-19h00) en Sorbonne Source (et autres informations) : Ecole pratique des hautes études

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Entretien fraternel du patriarche œcuménique Bartholomée et du patriarche de Moscou Cyrille à Constantinople

Le 5 mars 2014, après son arrivée à Istanbul, le patriarche de Moscou Cyrille s’est rendu au Patriarcat de Constantinople, où s’est déroulée sa rencontre avec le patriarche œcuménique Bartholomée. Celui-ci a salué chaleureusement le primat de l’Église orthodoxe russe et ses accompagnateurs, exprimant sa joie au sujet de la participation du patriarche Cyrille à la synaxe des primats et représentants des Églises locales orthodoxes. « Je remercie votre Sainteté pour l’invitation à participer à la rencontre » a déclaré le patriarche Cyrille. « Vous savez que nous avons une discipline très stricte pendant la première semaine du Grand Carême, et je célèbre toujours les offices, matin et soir, dans les différentes paroisses de Moscou, mais après avoir reçu votre lettre, j’ai pris la décision de venir ici » a-t-il ajouté. De son côté, le patriarche Bartholomée a exprimé sa compréhension pour le regret que ressentent les ouailles de Moscou pour le départ de l’évêque de leur ville, faisant remarquer en même temps que les prochains contacts entre primats des Églises orthodoxes locales serviront à l’œuvre de l’unité ecclésiale générale. Les deux patriarches ont ensuite discuté différentes questions au cours d’une conversation fraternelle. Conformément à la tradition orthodoxe, en relation avec le début du Grand carême, le patriarche Bartholomée et le patriarche Cyrille se sont demandés mutuellement pardon et prières. À la rencontre ont participé le président du Département des affaires ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, le métropolite de Volokolamsk Hilarion, le dirigeant du secrétariat administratif du Patriarcat de Moscou, l’évêque de Solnetchnogorsk Serge et d’autres membres de la délégation accompagnant le patriarche Cyrille, tandis que du côté du Patriarcat de Constantinople étaient présents le métropolite de Pergame Jean, le métropolite de France Emmanuel et le secrétaire général du Saint-Synode l’archimandrite Bartholomée (Samaras). Source et photographie : Pravoslavie.ru

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

“Leaders communistes en enfer” sur une fresque au Monténégro

Le site Parlons d’orthodoxie a mis en ligne un article avec des photographies illustratives sur une fresque de la récente cathédrale de Podgorica au Monténégro qui représente des figures communistes en enfer.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

“Leaders communistes en enfer” sur une fresque au Monténégro

Le site Parlons d’orthodoxie a mis en ligne un article avec des photographies illustratives sur une fresque de la récente cathédrale de Podgorica au Monténégro qui représente des figures communistes en enfer.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

“Leaders communistes en enfer” sur une fresque au Monténégro

Le site Parlons d’orthodoxie a mis en ligne un article avec des photographies illustratives sur une fresque de la récente cathédrale de Podgorica au Monténégro qui représente des figures communistes en enfer.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Les musulmans de Russie honorent la mémoire de saint Serge de Radonège

Le chef de l’Administration spirituelle centrale des musulmans de Russie, Talgat Tadjuddin, a mentionné l’apport de saint Serge de Radonège au développement de la spiritualité en Russie. « Nous, musulmans de Russie, en payant le tribut de notre profonde vénération à l’ascète remarquable et saint moine de l’Église orthodoxe russe [c’est-à-dire saint Serge], considérons notre participation à ce forum comme une possibilité unique d’accomplissement du dialogue interconfessionnel, destiné à atteindre l’unité citoyenne », est-il dit dans l’allocution aux participants du forum « Conférences internationales de Noël », à Moscou, qui sont dédiées au 700ème anniversaire de saint Serge de Radonège. Comme il est dit dans le document remis par le mufti à « Interfax-Religion », il est nécessaire d’honorer « avec gratitude la mémoire du plus grand ascète de la terre de Russie Serge de Radonège, qui par sa vie et ses enseignements, est devenu un exemple authentique d’exploit spirituel, qui a contribué de façon inestimable à l’œuvre de la spiritualité de la nation et de l’éducation morale ». Toujours selon le mufti, de nombreux peuples « soit avec admiration, soit avec une espérance non feinte, regardent avec étonnement aujourd’hui » la Russie, et ses autorités, « qui suivent l’exemple de l’ascète dévoué de la sainte Russie, saint Serge de Radonège, ainsi que d’autres milliers et milliers de saints de Dieu, de véritables patriotes de notre patrie immense et inestimable ». T. Tadjuddin a déclaré également qu’il était important de répandre la culture religieuse, à laquelle il lie le retour des peuples de Russie à ses « valeurs spirituelles immémoriales ». « Nous sommes convaincus que l’apport d’un sens authentique, profond, ce que l’on appelle les valeurs fondamentales de notre spiritualité a permis, et tant qu’existe ce monde mortel, permettra, l’unité et la cohésion des citoyens » est-il encore dit dans l’allocution. Source : Interfax, traduit du russe pour Orthodoxie.com  

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Accueil

Articles populaires

Recension: Hiéromoine Grégoire du Mont-Athos, «La foi, la liturgie et la vie de l’Église orthodoxe. Une esquisse de catéchisme orthodoxe»

Ce catéchisme est particulièrement bienvenu pour les parents en attente, pour leurs enfants d’un catéchisme orthodoxe fiable, mais aussi pour un certain nombre d’adultes qui pour des raisons diverses, n’ont pas été ou ont été insuffisamment catéchisés.Présenté en 250 pages dans un beau volume relié, il est l’œuvre du hiéromoine Grégoire (Chatziemmanouil), qui après avoir été un certain temps second du monastère de Stavronikita, s’est retiré depuis plusieurs décennies dans une callyve près de Karyès pour former avec quelques frères l’une des meilleures petites communautés de la Sainte Montagne.Ce catéchisme se présente comme un exposé linéaire plutôt que sous la forme souvent adoptée de question-réponses, mais il se subdivise en petites unités ce qui rend son usage tout aussi aisé.Après une introduction générale sur la nature et le but de la catéchèse, il comporte trois grandes parties :1. La foi de l’Église, avec comme subdivisions : le Dieu trinitaire ; la création du monde intelligible et sensible ; l’Économie divine ; la Très-Sainte Mère de Dieu ; la Sainte Église ; le Royaume de Dieu.2. La vie liturgique (l’office liturgique et les fêtes ; le lieu de culte ; les saintes icônes et les saintes reliques ; les vases sacrés ; les ornements sacrés et les livres liturgiques ; la Divine Liturgie ; les sacrements).3. La vie en Christ (l’époque de l’Ancien Testament ; l’époque de la grâce ; la prière ; l’ascèse ; la trinité des vertus ; la déification de l’homme.L’épilogue est constitué par la confession de foi de saint Nicodème l’Hagiorite.Un glossaire est proposé en fin d’ouvrage.Ce catéchisme a l’avantage d’être impeccable sur le plan doctrinal, simple dans ses exposés de sorte qu’il peut facilement être utilisé pour la catéchèse des enfants, sobre dans son expression, et constamment fondé sur les enseignements des Pères de l’Église ; s’ajoute à ces qualités la longue expérience spirituelle de l’auteur et sa compétence reconnue dans le domaine liturgique (rappelons

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères…”. La vie et l’œuvre du Père Georges Florovsky »

Vient de paraître: Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères… ”. La vie et l’œuvre du Père Georges Florovsky », Éditions des Syrtes, Genève, 2019, 493 p.Le Père Georges Florovsky (1893-1979), après quelques années d’enseignement à Prague et à Paris, fit la plus grande partie de sa carrière aux États Unis où il enseigna dans les plus prestigieuses universités (Harvard, Cambridge, Princeton…). Unissant une vaste érudition, un attachement profond à la tradition ecclésiale, un souci de répondre aux problèmes contemporains et un sens aigu du dialogue avec les autres confessions chrétiennes, il est considéré comme l’un des plus importants théologiens orthodoxes de notre temps.En France pourtant, son œuvre volumineuse, écrite majoritairement en russe et surtout en anglais, n’a que très peu été traduite.En proposant vingt-cinq de ses articles en traduction française totalisant 340 pages, ce volume entend combler cette lacune.Ces articles sont centrés sur deux thèmes majeurs de la pensée de Florovsky : la nature de la théologie (et donc la façon dont elle doit être pratiquée) et la nature de l’Église. Ces deux thèmes sont eux-mêmes axés sur la notion de Tradition, laquelle tient dans l’œuvre de l’auteur une place essentielle et fait l’objet d’une conception renouvelée où l’indispensable référence aux Pères se conjugue avec la nécessité de répondre de manière adaptée aux besoins de chaque époque. Divers thèmes connexes sont également abordés: le lien de la théologie avec la Révélation et avec la vie liturgique et spirituelle dans l’Église; la catholicité de l’Église; l’Église comme réalité communautaire; le statut du dogme; le statut des Conciles; le statut de l’Écriture et les relations de l’Ancien et du Nouveau Testament; le vrai sens de l’œcuménisme… Écrits entre 1927 et 1967, ces articles gardent un caractère actuel, car les problèmes qu’ils ont affrontés continuent à exister, et les solutions qu’ils proposent sont

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

16 juin (ancien calendrier) / 29 juin (nouveau)

Carême des saints ApôtresSaint Tikhon, évêque d’Amathonte en Chypre (vers 450) ; saint Ferréol, prêtre, et saint Ferréol, prêtre, et ses compagnons, martyrs à Besançon (211) ; saint Similien, évêque…

Patriarche Bartholomée : « Le troupeau du Patriarcat est composé de tous ses enfants orthodoxes, quelle que soit leur origine ethnique »

Le patriarche œcuménique Bartholomée a présidé la divine liturgie, dimanche 26 juin 2022, à Bandırma, (Cyzique) Turquie. Les fidèles de langue slave, qui résident dans cette ville historique de la Mer de Marmara, ont assisté à l’office. La divine liturgie a été célébrée, après l’octroi de l’autorisation correspondante par les autorités de l’État, dans une chambre d’hôtel spécialement conçue au centre de la ville. Dans son discours, le patriarche œcuménique a exprimé sa joie et son émotion de pouvoir rencontrer « face à face » les enfants de l’Église mère qui vivent à Bandırma. « Nous sommes venus, avec notre honorable entourage, pour unir nos prières à Dieu et à notre Sauveur Jésus-Christ, pour qu’il nous donne à tous santé, force, prospérité et toute bénédiction. Nous sommes avec vous pour prier ensemble et supplier le Seigneur bienveillant de mettre fin à la guerre injuste en Ukraine, qui répand la douleur et la mort. Pour que le Dieu d’amour et de paix illumine les responsables, pour que la paix, la réconciliation et la justice reviennent dans ce pays qui souffre depuis longtemps. Lorsque la divine liturgie est célébrée, les cieux s’ouvrent et tout est rempli de la lumière de la résurrection. Ils glorifient Dieu avec nous tous et les âmes des anciens habitants de Bandırma, qui, pendant des siècles, ont maintenu et cultivé les traditions sacrées de l’orthodoxie et partagé pacifiquement sa vie, ses joies et ses peines avec les autres habitants de la région. Le pouvoir de l’Église est spirituel. C’est la force d’une longue tradition, d’une grande civilisation qui a changé le monde et qui reste un espoir pour l’avenir. Nous devons tous nous efforcer de sauver ce précieux héritage. Il ne doit à aucun prix se perdre dans l’âme de la nouvelle génération, ne pas s’effacer, la sensation de notre culture

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

28 juin

Carême des saints Apôtres Translation des reliques des saints Cyr et Jean, anargyres (412) ; saint Zacharie, évêque de Lyon (IIIème s.) ; sainte Téchilde, reine de Bourgogne (vers 600)…

15 juin (ancien calendrier) / 28 juin (nouveau)

Carême des saints ApôtresSaint Amos, prophète (VIIIème s. av. J.-C.) ; saints Guy et Modeste et sainte Crescence, nourrice, martyrs en Italie (vers 303) ; saint Doulas, martyr en Cilicie…

L’archevêque Anastase a fêté ses 30 ans à la tête d’une Église d’Albanie ressuscitée

« Le 24 juin 1992, Sa Béatitude Anastase a été élu archevêque de notre Église après une période sombre marquée par l’athéisme », écrit le service de presse de l’Église orthodoxe d’Albanie. Le 30è anniversaire de l’élection de l’archevêque a été célébré de manière festive vendredi dernier dans l’église de l’Annonciation de la Theotokos à Tirana. Sa Béatitude a célébré la divine liturgie avec Sa Grâce l’évêque Asti de Byllis et le clergé de l’archidiocèse. Après l’office, Mgr Asti a remercié l’archevêque pour ses années de labeur à la tête de l’Église d’Albanie et lui a souhaité de nombreuses années. L’élection de l’archevêque Anastase à la cathèdre de Tirana a marqué également le renouveau canonique de l’Église orthodoxe autocéphale d’Albanie. Son Éminence s’est ensuite adressée aux fidèles, remerciant Dieu pour tout ce qu’Il a permis d’accomplir au cours des 30 dernières années. Il a également évoqué les événements qui ont précédé son élection comme primat de l’Église d’Albanie par le Saint Synode du Patriarcat de Constantinople. Le clergé et les fidèles ont ensuite félicité leur primat, et les enfants d’un groupe scolaire local ont interprété une chanson qu’ils avaient composée en son honneur. L’Église albanaise se souvient de sa renaissance : Le 24 juin 1992, le Patriarcat œcuménique, en tant qu’Église mère qui avait accordé l’autocéphalie, a élu le métropolite Anastase comme premier archevêque après la victoire de la démocratie. C’est au Patriarcat, en 1937, qu’avait été élu le premier archevêque canonique de notre Église. Cet événement a constitué la proclamation de la bonne nouvelle que l’Église d’Albanie était active et pleine de vie et qu’elle poursuivrait l’œuvre spirituelle éclairée par Dieu au profit de l’ensemble de la société albanaise. Le début des années 1990, bien que la liberté de religion ait été officiellement retrouvée, a été dramatique pour la communauté

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le patriarche Daniel : « Le dimanche des saints roumains, nous honorons tous les saints roumains, connus et inconnus »

Le patriarche Daniel a célébré, dimanche 26 juin 2022, la sainte Liturgie dans la salle des saints roumains de la résidence patriarcale. Le deuxième dimanche après la Pentecôte a été institué « dimanche de tous les saints roumains » par une décision du Saint-Synode du 20 juin 1992, afin de souligner l’œuvre de l’Esprit Saint dans le peuple roumain orthodoxe. « Le dimanche des saints roumains, nous honorons tous les saints roumains, connus et inconnus », a déclaré le patriarche Daniel, qui a également mentionné une catégorie surprenante de saints roumains : « La multitude de saints laïcs fidèles, la multitude de mères, de pères, de grands-parents qui ont élevé leurs enfants dans la foi, leur ont appris à aimer le Christ, à aimer Son Église et à aimer le pays et la nation roumaine ». Cette mention a été faite dans le contexte de l’explication par Sa Béatitude du tropaire du dimanche des saints roumains, qui énumère les catégories, ou groupes de saints roumains honorés en ce dimanche. Le premier groupe est composé de « prêtres et de diacres qui ont témoigné la foi apostolique reçue des saints apôtres André, Philippe et leurs disciples. Le second est celui des martyrs, suivi par les vénérables moines et moniales. Le patriarche Daniel a ajouté les pères et grands-pères chrétiens qui se sont humblement sacrifiés, transmettant la foi aux jeunes générations par leur exemple. Le patriarche de Roumanie n’a pas non plus omis les héros et les confesseurs récents : « Une multitude de saints qui se sont sacrifiés sur les champs de bataille pendant les invasions, les incursions barbares, et pendant la domination des autres religions sur le territoire de notre pays, jusqu’à l’époque plus récente du régime communiste, où une multitude de personnes sont mortes dans les prisons, dans les camps et ont souffert parce qu’elles croyaient au

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Lettre de félicitations du patriarche Cyrille pour le centenaire de l’Archevêché des paroisses de tradition russe en Europe occidentale

“À Son Éminence Jean, métropolite de Doubna, chef de l’Archevêché des paroisses de tradition russe en Europe occidentale Éminence, cher Vladyka ! Je vous félicite, ainsi que le clergé, les moines, les moniales et les laïcs de l’Archevêché des paroisses de tradition russe en Europe occidentale, à l’occasion de son 100e anniversaire. Les bouleversements sociaux qui ont frappé la Russie au début du XXe siècle, ont contraint des millions de nos compatriotes à chercher refuge sur d’autres terres, notamment en Europe occidentale. Vivant à l’étranger, dans les travaux et les privations, peuple a gardé précieusement la foi orthodoxe, puisant en elle les forces spirituelles et la consolation, sachant que l’espoir qui vient de l’expérience de la souffrance endurée n’est pas trompeur (Rm 5, 4). Vivre dans un ennotre vironnement culturel étranger a incité les Russes à porter un regard nouveau sur leur richissime patrimoine, et les a aidés à découvrir en lui des significations profondes, inconnues jusqu’alors. Ainsi, l’un des phénomènes spirituels et culturels les plus marquants de cette période en Europe fut l’activité de l’École de théologie de Paris, qui influença les esprits des contemporains et le développement des sciences religieuses orthodoxes en général. Témoignant devant le monde occidental de l’authentique beauté de la tradition chrétienne orientale, les émigrés russes créèrent des communautés paroissiales, bâtirent des églises, fondèrent des écoles de théologie ou des confréries orthodoxes d’hommes et de femmes. Ainsi fut posé le fondement de la structure dont prit la tête le métropolite Euloge, de bienheureuse mémoire, structure qui devint par la suite l’Archevêché. Au cours du siècle écoulé, le cheminement de l’Archevêché des paroisses de tradition russe en Europe occidentale n’a pas été simple. Mais la conscience d’être responsable de la conservation et du développement de la tradition spirituelle et culturelle russe est restée le gage de la réunion tant attendue

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

L’Assemblée des évêques orthodoxes canoniques des États-Unis d’Amérique : déclaration sur le caractère sacré de la vie humaine et sa fin prématurée

« Dimanche 19 juin 2022 Préambule Nous, les membres de l’Assemblée des évêques orthodoxes canoniques des États-Unis d’Amérique, promouvons et défendons l’essence sacrée et inviolable de la vie humaine. Les défis continus de notre époque nous incitent à publier une déclaration plus complète de la considération de l’Église orthodoxe pour la vie humaine et, en particulier, pour l’interruption de la vie humaine. Préparée par notre comité pour l’Église et la société et approuvée par l’Assemblée dans son ensemble, cette déclaration vise à exprimer succinctement l’enseignement chrétien orthodoxe pour les fidèles et à poursuivre la tradition de l’Église en tant que phare et témoin de la vie librement donnée par notre Créateur bon et aimant. Le caractère sacré de la vie Le caractère sacré de la vie est partagé avec toutes les créatures et la création façonnées et mises en place par notre Créateur tout-puissant. Des organismes unicellulaires aux plantes, des reptiles aux oiseaux, ou des souris aux éléphants, tous sont créés et donc sacrés. “Dieu vit tout ce qu’il avait fait, et cela était très bon” (Genèse 1 : 31). En tant qu’êtres humains, il nous incombe de traiter toute vie en conséquence : avec soin, révérence, humilité et amour. La vie humaine est sacrée et inviolable La reconnaissance de chaque personne humaine comme étant créée à l’image et à la ressemblance de Dieu, destinée à la vie éternelle et donc sacrée et inviolable, est une pierre angulaire du christianisme. À travers les canons, le dogme et le code moral de l’Église à travers les siècles, nous avons affirmé cette compréhension de la vie humaine, du sein maternel à la tombe. Ces convictions sont enseignées et témoignées par l’Église orthodoxe dans toutes ses manifestations à travers le monde aujourd’hui. Toute vie humaine est à la fois sacrée et inviolable, indépendamment de

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

27 juin

Carême des saints Apôtres Saint Samson l’hospitalier, anargyre à Constantinople (vers 530) ; sainte Jeanne la myrrhophore ; saint Sévère, prêtre (VIème s.) ; saint Didier d’Autun (579) ; sainte Angadrême, abbesse du…

14 juin (ancien calendrier) / 27 juin (nouveau)

Carême des saints ApôtresSaint Élisée, prophète (IXème s. av. J.-C.) ; saint Méthode, patriarche de Constantinople, confesseur (847) ; saint Mstislav baptisé Georges, prince de Novgorod (1180) ; saint Méthode,…