« Memory eternal ! », par Jean-François Colosimo – hommage au père Thomas Hopko
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

« Memory eternal ! », par Jean-François Colosimo – hommage au père Thomas HopkoFather Tom : c’est ainsi que nous l’appelions, l’interpellions. Cette apparente familiarité soulignait en fait sa franche autorité. En se montrant un éternel étudiant, décidé et émerveillé, de la théologie qui passe la théologie, notre professeur de dogmatique s’imposait comme le chef de notre escouade. Il nous ouvrait la voie de  cette Tradition créatrice qui était la seule raison d’être de notre école. Il nous rendait prompts à la bataille. Il exorcisait en nous la tentation de la tiédeur. Et, sans doute, l’aurions-nous suivi partout. Car rien ne paraissait plus clair que le père Thomas Hopko était le prototype, le premier fruit et le fruit excellent, du Saint Vladimir qu’avaient voulu les pères Alexandre Schmemann et Jean Meyendorff. Il en incarnait aussi l’expression ultime, la joie libératrice de l’orthodoxie. D’un bout à l’autre, le fil de sa destinée prouvait, au sein du Nouveau Monde, que le christianisme reçu des Apôtres, des martyrs, des saints et des Pères constituait la vraie jeunesse du monde.

Cette destinée même aura été de tirer un trait d’union, en apparence tourbillonnant, secrètement ramassé, entre la Mission, l’Église et la Mission. De l’enfant carpatho-russe d’Endicott au docteur en théologie de Fordham, du disciple de Sergeï Verkhoskoy à l’époux d’Anna Schmemann, du prêtre de l’Ohio et du Queens au premier doyen de Crestwood né sur le sol des États-Unis, célébrations et sermons, cours et conférences, écrits et émissions, rencontres et interventions, par dizaines, centaines, bientôt milliers témoignaient incessamment de l’Unique nécessaire. Il y allait comme d’une navette sur le métier à tisser, passant de l’Écriture à la Doctrine et retour.

La jubilation à se savoir en dette de la vérité, à en assumer le tranchant, à devoir la transmettre, résumait sa personne, animait son enseignement et son sacerdoce, signait son style. En cela, le père Thomas était d’abord une présence, une voix, une parole. Un évangélisateur au pays des évangéliques, un prêcheur  au pays des prédicateurs qui baptisait la culture de sa naissance, sans rien en renier, dans les eaux lustrales de la catéchèse antique, qui la tonsurait aux ciseaux des conciles, qui la revêtait de l’huile de la Philocalie. Pour offrir au pied de la Croix, transfigurée, en gage de résurrection, cette Amérique de la Bible et des Commandements qu’il aimait d’autant plus qu’il ne l’ignorait pas exposée aux démons du matérialisme et du relativisme.

C’était aussi, bien sûr, un berger au pays des pasteurs. Le père Thomas ne conseillait pas, il exhortait. Le père Thomas ne condamnait pas, il consolait. La confession des âmes ne se distinguait pas, chez lui, de la confession de la foi. Il y avait une profonde douceur spirituelle dans son extrême vigueur sapientale. Une innocence sans feinte dans son discernement sans faiblesse. Là où tant de hiérarques agitaient comme une amulette le pharisaïsme de la défiance, lui prônait l’orthodoxie de la confiance. C’était un théologien du Peuple que le peuple aimait. Il n’y avait d’ailleurs qu’à avancer un quelconque désaccord avec la moindre de  ses considérations pour éveiller dans son regard un intérêt aussi humble que souverain.

Trente ans ou presque ont passé depuis que, par l’une de mes nuits pascales sous le ciel new-yorkais, avant que ne retentissent les matines de la Résurrection, alors que l’obscurité enveloppait encore la chapelle vide de Saint Vladimir, j’accompagnais, fier acolyte, le père Thomas dans le transfert de l’Épitaphe de la nef vers l’autel. « Cette fois comme toutes les fois, nous attendons la lumière et elle viendra » me souffla-t-il. C’est la lumière sans déclin qui lui est enfin survenue. Comment mesurer son existence toujours héroïque, souvent prophétique aux temps de détresse que traverse le monde orthodoxe, dans la trahison précisément de la théologie hors laquelle ce même monde se confond avec un folklore au mieux absurde, au pire grimaçant ? Sa mort ne clôt-elle pas un temps heureux de renaissance désormais enfoui sous les cendres amères de la médiocrité, de la lâcheté et du mensonge ? Son arrachement précoce, le dernier d’une longue liste qui commence avec les départs brutaux du père Alexandre et du Père Jean,  ne fait-elle pas de nous définitivement des orphelins ? Ce serait ne pas entendre sa voix qui perce l’absence et qui nous répète inlassablement, avec Saint Paul, que les promesses de l’Éternel sont sans repentance. Ce serait infirmer l’Apôtre, et cela ne se peut pas. Ce serait décevoir Father Tom, et cela nous ne le pouvons pas.

Jean- François Colosimo

Chers lecteurs,

Ceci est l’un des cinq articles que nous vous donnons à lire gratuitement.

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

À propos de l'auteur

Christophe Levalois

Christophe Levalois

Professeur d'histoire et de géographie, auteur, derniers ouvrages parus : "La royauté et le sacré" (Cerf, 2016) ; "Le christianisme orthodoxe face aux défis de la société occidentale" (Cerf, 2018).

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.



Divider

Articles populaires

246 nouvelles paroisses de l’Église orthodoxe d’Ukraine ont été ouvertes en 2019 À la Une 144316

Le nombre des lieux de cultes dépendant de l’Église orthodoxe d’Ukraine, dont le primat est le métropolite de Kiev Onuphre, a augmenté de 246 par r...

L’archevêque de Berlin Marc (Église orthodoxe russe hors-frontières) a été élevé au rang de métro... Actualités 144304

Le 10 décembre, à l’issue de la liturgie célébrée à New York en la fête de l’icône miraculeuse de la Mère de Dieu de Koursk et après la lecture de ...

Le patriarche de Bulgarie Néophyte a rencontré le directeur général de la Télévision nationale bu... Actualités 144289

Le patriarche bulgare Néophyte a rencontré, le 10 décembre, le directeur général de la Télévision nationale bulgare Emil Kochloukov. La rencontre a...

Le monastère de Dečani (Kosovo) fournit de l’aide humanitaire aux sinistrés du tremblement de ter... À la Une 143621

Avec la bénédiction de l’évêque de Ras-Prizren Théodose et de l’higoumène Sava, le protosyncelle André et le hiéromoine Pierre, moines de Dečani, s...

L’Église orthodoxe roumaine distribue le Nouveau Testament dans les hôpitaux, les casernes et les... Actualités 143495

La semaine dernière, l’archevêché de Bucarest a distribué 955 exemplaires du Nouveau Testament avec les Psaumes dans les principales unités hospita...

27 novembre (ancien calendrier) / 10 décembre (nouveau) Vivre avec l'Église 59373

27 novembre (ancien calendrier) / 10 décembre (nouveau) Carême de la Nativité Saint Jacques le Persan, mégalomartyr (421); saints dix-sept moines d...

Paris : Rencontre-débat avec Régis Debray et Jean-François Colosimo autour du livre « La religion... Annonces 143112

Jeudi 12 décembre à Paris, en soirée, aura lieu une rencontre-débat avec Régis Debray et Jean-François Colosimo autour du livre La religion françai...

La position du Patriarcat d’Antioche à l’égard de l’autocéphalie ukrainienne reste inchangée À la Une 142673

La position du Patriarcat d’Antioche à l’égard de l’autocéphalie ukrainienne reste inchangée. C’est ce qu’a annoncé le primat de l’Église orthodoxe...

155e anniversaire de la naissance du patriarche Nicodème de Roumanie (+1948) Actualités 142656

Le patriarche Nicodème (Munteanu) est né le 6 décembre 1864 à Pipirig, près de Neamţ, dans une pieuse famille de paysans, et il reçut au baptême le...

Plus de 25 000 fidèles des diocèses de Vinnytsia et de Toultchyn ont adressé un appel au présiden... Actualités 142645

25 265 fidèles et clercs des diocèses de Vinnytsia et de Toultchyn de l’Église orthodoxe d’Ukraine dont le primat est le métropolite de Kiev Onuphr...

26 novembre (ancien calendrier) / 9 décembre (nouveau) Vivre avec l'Église 92893

26 novembre (ancien calendrier) / 9 décembre (nouveau) Carême de la Nativité – Dispense de poisson Saint Alype, stylite à Andrinople (VIIème s.) ; ...

9 décembre Vivre avec l'Église 92891

9 DÉCEMBRE Carême de la Nativité – dispense de poisson Conception de la Très-Sainte Mère de Dieu et toujours Vierge Marie par sainte Anne. Commémor...