Message pastoral pour Noël du métropolite Silouane de Byblos, Botris et ses dépendances (Mont Liban)

648

« Où est né le Christ ? » (Matthieu 2 : 4)

En célébrant la fête de l’incarnation de notre Seigneur, j’ai honte de trouver en moi la réponse à la question : « Où est né le Christ ? » (Matthieu 2 : 4). Cependant, je l’ai trouvée et je la trouve dans votre amour et dans votre service apostolique, service accompli avec dévouement, abnégation de soi et sacrifice.

Je l’ai trouvée et je la trouve dans les visages baignés des larmes de l’abandon, de la solitude, des besoins, surtout dans un pays lointain, mais qui restent attachés au bien, à la vérité et à la prière.

Je l’ai trouvée et je la trouve aussi dans une communauté et une paroisse qui ne vit pas par elle-même, mais s’étend aux autres dans un service dont les couleurs sont formées par la synergie, la solidarité et la compassion.

Je l’ai trouvée et je la trouve chez les serviteurs et le clergé, qui sont uniquement conscients de leur pauvreté de Dieu et voient l’abondance de la grâce que le Seigneur répand dans leur service et ministère.

Je l’ai trouvée et je la trouve reflétée dans les corps des moines et de leurs âmes en prière, comme prémices du cantique des anges de Noël, et dont le regard fait fuir la misère et l’amertume du cœur de nombreuses personnes, de sorte qu’elles obtiennent, en retour, la paix et la grâce divines.

Je l’ai trouvée et je la trouve chez les membres d’une église qui vivent avec humilité leur repentance et leur apprentissage de l’Évangile, ainsi que dans un témoignage d’amour qui ne cherche pas le sien.

Je l’ai trouvée et je la trouve chez ceux qui portent un pareil témoignage : être pauvre, mais reconnaissant ; être triste mais plein d’espoir ; supporter la douleur de l’absence ou du départ d’un être cher, mais garder sa présence et sa mémoire vivantes ; être riche, mais ne pas s’exalter ; être heureux, sans oublier de partager son bonheur avec autrui.

Je l’ai trouvée et je la trouve dans la prière de ceux qui cherchent à prier mais d’en trouver les premices chez Celui qui la donne ; ou dans l’espoir répandu sur ceux qui ne s’approchent pas de la petite grotte (à Bethléem) ou de la grande grotte de nos temples (l’Église) ; ou dans l’amour qui s’offre malgré le fait qu’il ne peut pas faire grand-chose, mais qui persévère jusqu’à la fin, jusqu’à ce que l’impossible devienne possible.

Je l’ai trouvée et je la trouve dans les louanges pour tous ces « dons » que j’offre à votre paternité et fraternité en Christ, afin que vos cœurs et les cœurs des fidèles qui cherchent l’Enfant né à Bethléem et essayent de suivre Ses pas, se consolent y que la joie y demeure pour toujours.

Joyeux Noël !

+ Silouane

Métropolite de Biblos, Botris et dépendances (Mont Liban)

  Notre lettre d'informations hebdomadaire gratuite  

Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Orthodoxie.com, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. Et pour cette raison, votre soutien nous est plus que nécessaire. Nous vous invitons à vous y abonner, ou bien à faire un don de soutien !