25/06/2017
Actualités
Page d'accueil > A la Une > Recension: Métropolite Séraphim (Tchitchagov), « Chroniques du monastère de Séraphimo-Divéyevo »
Recension: Métropolite Séraphim (Tchitchagov), « Chroniques du monastère de Séraphimo-Divéyevo »

Recension: Métropolite Séraphim (Tchitchagov), « Chroniques du monastère de Séraphimo-Divéyevo »

ChroniquesMétropolite Séraphim (Léonide Tchitchagov), Chroniques du monastère de Séraphimo-Divéyevo. Tome I, Saint Séraphim de Sarov; tome II, Les moniales et le monastère. Traduit du russe sous la direction du monastère Notre-Dame de Toute-Protection (Bussy), Préface du père Boris Bobrinskoy, Éditions du Désert, La Planette, 2016, 569 p. et 464 p.
Il faut saluer comme un événement important cette publication en français et dans leur version intégrale des Chroniques du monastère de Séraphimo-Divéyevo, ouvrage de référence sur la vie, la personnalité et l’enseignement de saint Séraphin de Sarov et sur l’histoire riche en événements et en figures spirituelles du couvent de Divéyevo qu’il a fondé et dirigé de loin.
Publiées en russe en un seul volume, les Chroniques sont publiées ici en deux tomes pour des raisons de commodité éditoriale, mais la séparation paraît naturelle, puisque le tome 1 est centré sur saint Séraphin de Sarov, tandis que le tome 2 porte sur la vie du monastère de Divéyevo depuis la dormitiοn du saint (1833) jusqu’à la fin du XIXe siècle.
C’est l’édition russe de 1903 qui a servi de référence, mais les passages censurés dans les éditions de 1896 et de 1903 ont été rétablis et signalés. La pagination de l’édition russe figure en marge.
La traduction a été revue par les sœurs du monastère de Bussy, et a bénéficié aussi d’une relecture du père Boris Bobrinskoy qui a écrit la préface.
Ces Chroniques ont été composées à partir de 1891 par le futur métropolite et saint nouveau-martyr Séraphin Tchitchagov (1856-1937) à partir des archives du monastère de Divéyevo et des souvenirs des moniales dont certaines avaient personnellement connu saint Séraphin. La première édition des Chroniques en 1896 joua un rôle décisif dans la canonisation de saint Séraphin en 1903. Peu avant sa mort, soit 23 ans avant la naissance de l’auteur et 70 ans avant cette canonisation, saint Séraphin avait prophétiquement évoqué devant une moniale « cet archimandrite Séraphin qui sera l’ordonnateur de ma canonisation » ; une apparition du saint à son biographe fut une marque donnée par lui de son approbation du contenu de l’ouvrage.
Travail colossal réalisé avec une grande rigueur historique dans la recherche, la vérification et le traitement des sources, les Chroniques sont avant tout une œuvre spirituelle qui dessine le portrait le plus complet de saint Séraphin, relate directement ou indirectement ses enseignements – elles sont la source de tous les livres qui ont été écrits sur le saint –, mais présente aussi les riches figures de ses disciples (comme Mantourov ou Motovilov) et des saintes higoumènes, moniales et folles-en-Christ qui ont illustré ce monastère, qui reste aujourd’hui, avec près de 500 moniales et une vaste infrastructure (dont trois très grandes églises) voulue par le saint, l’un des hauts lieux du monachisme féminin en Russie et un lieu de pèlerinage très fréquenté (voir ici la vidéo d’une liturgie célébrée récemment au monastère par le patriarche Kirill).
On peut commander l’ouvrage à son diffuseur: Monastère de la Toute-Protection, 11 rue de la Forêt, F-89400 Bussy-en-Othe. Le prix du tome 1 est de 27 euros, celui du tome 2 de 23 euros ; les frais de port sont de 8,50 euros pour la France et de 3,50 euros pour la Belgique et la Suisse.

Jean-Claude Larchet

Print Friendly
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski