11 décembre
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Carême de la Nativité – Dispense de poisson
Saint Daniel, stylite près de Constantinople (490) ; saint Mérax, ermite en Égypte (VIIème s.) ; saint Aïthalas et saint Apsées, martyrs en Perse (354) ; saint Luc le Nouveau Stylite (979) ; saints Victoric, Gentien et Fuscien, martyrs à Amiens (303); saint Aupre (ou Avre), hiéromoine en Maurienne (VIIème s.) ; saint Nicon « le sec » de la Laure des Grottes de Kiev (XIIème s.) ; saints néo-martyrs de Russie : Théophane, évêque de Solikamsk et avec lui deux hiéromartyrs et cinq martyrs (1918) ; Nicolas (Vinogradov), prêtre (1937), Jean (Bogoyavlensky), prêtre (1941).

Saint Daniel, stylite près de Constantinople (490)

Saint Daniel le stylite
Astre illuminant le monde de l’éclat de ses vertus et vivante échelle qui, à son exemple, nous invite à monter de la terre vers le ciel, notre saint Père Daniel était originaire du petit village de Mératha (« les Cavernes »), près de Samosate en Syrie (409). Sa mère, restée longtemps stérile, l’obtint par ses prières, à la suite d’une vision lumineuse, signe de la gloire réservée à son enfant. Parvenu à l’âge de cinq ans, il fut conduit par ses parents dans le monastère voisin pour être consacré à Dieu comme le prophète Samuel (1 Sam 1, 19sv). Il reçut alors le nom de Daniel, après avoir, sur l’ordre du supérieur, tiré au hasard le livre du prophète Daniel qui se trouvait placé devant l’autel ; mais il ne fut pas accepté dans le monastère, à cause de son trop jeune âge. Quand il eut atteint ses douze ans, il entendit sa mère lui dire : « Mon enfant, je t’ai consacré à Dieu. » Sans plus attendre, il se rendit de lui-même dans un monastère des environs et obtint par ses instantes supplications d’être reçu parmi les frères, malgré les réticences de l’higoumène. Il fit de tels progrès dans la voie de Dieu et montra une telle ardeur pour les combats de la vertu qu’au bout de peu de temps, le supérieur le tonsura et le revêtit de l’Habit angélique, en présence de ses parents au comble de la joie, puis il en fit son disciple préféré.

Partant un jour pour prendre part à une réunion d’archimandrites convoquée par l’archevêque d’Antioche, son supérieur prit Daniel pour compagnon de voyage et lui donna ainsi l’occasion de réaliser son plus cher désir : vénérer les Lieux saints et rendre visite à l’illustre saint Syméon le Stylite [ler sept.], dont l’ascèse si peu commune attirait l’admiration des uns et les critiques des autres. Parvenus aux pieds de la colonne du saint, le spectacle d’un combat si héroïque mené pour le Christ et le rayonnement de la charité du grand Ancien frappa de stupeur tous ceux qui avaient mis en doute sa sainteté. Daniel fut le seul à surmonter la crainte qui paralysait les higoumènes qu’il accompagnait et, au moyen d’une échelle, il monta prendre la bénédiction du saint qui lui dit : « Courage, Daniel, prends force et patience, car tu auras à supporter pour Dieu bien des fatigues. Mais j’ai confiance dans le Seigneur que je sers, qu’il te fortifiera et se fera ton compagnon de route. »
Quelque temps après, son higoumène ayant été rappelé vers le Seigneur, Daniel, alors âgé de trente-sept ans, fut désigné pour le remplacer (446). Après avoir éprouvé les capacités de son second, il se rendit à nouveau, pour deux semaines, auprès de saint Syméon ; puis il se mit en route pour enfin visiter les Lieux saints et s’enfoncer dans la solitude du désert de Palestine. Sur la route, un vieillard ayant l’apparence de saint Syméon, lui apparut soudain et le persuada de ne pas s’exposer inutilement au danger des rebelles Samaritains, mais de prendre le chemin de Constantinople, la « nouvelle Jérusalem », illustrée par la présence de tant de précieuses reliques et de si nombreux sanctuaires, et aux environs de laquelle on pouvait aisément trouver la quiétude du désert.

Parvenu aux abords de la ville impériale, dans un endroit appelé Anaplous , Daniel se retira d’abord, pendant sept jours, dans une chapelle dédiée à l’Archange Michel pour y prier ; puis, à l’exemple des vaillants héros de la foi : Antoine, Paul et tant d’autres, il pénétra avec audace dans un temple païen infesté de démons qui maltraitaient beaucoup de voyageurs, revêtu de l’armure de Dieu, du bouclier de la foi et du glaive de la prière (Éph 6, 14). Indiffèrent aux cris sauvages qui perçaient le silence de la nuit et aux jets de grosses pierres, l’athlète du Christ persévéra dans la prière, nuits et jours, et mit en fuite les esprits impurs par le feu de la vivifiante Croix. Enfermé dans ce temple, il ne communiquait avec les visiteurs, qui affluèrent bientôt attirés par sa réputation, que par une étroite ouverture. Pris de fureur devant une telle renommée, le démon excita la jalousie de quelques clercs de Saint-Michel, qui allèrent dénoncer le serviteur de Dieu à l’archevêque saint Anatole [3 juil.], en l’accusant d’être monophysite. Après avoir repoussé une première fois les calomniateurs, le sage prélat fit amener Daniel à Byzance. Grandement édifié par sa pure confession de foi et plein de reconnaissance après avoir été délivré d’une grave maladie par la prière du saint ascète, l’archevêque devint l’un de ses plus fervents admirateurs et se résolut difficilement à le laisser regagner sa retraite, accompagné par une foule en liesse.

Neuf années plus tard, âgé de cinquante et un ans (460), Daniel tomba un jour en extase et vit saint Syméon le Stylite debout devant lui, au sommet d’une immense colonne de nuée, entouré de deux hommes à l’apparence lumineuse qui, sur l’ordre du vieillard, vinrent le prendre pour l’amener auprès de lui. Celui-ci l’embrassa paternellement et disparut dans le ciel, en laissant son fils spirituel sur la colonne, en compagnie des deux anges. Cette vision fut bientôt confirmée par l’arrivée d’un des disciples du grand Stylite, le moine Serge, qui venait annoncer le trépas de saint Syméon à l’empereur Léon Ier (457-474), et lui remettre la cuculle de peau du saint . Mais l’entrevue avec le souverain tardant, il remit finalement la précieuse relique à Daniel, devenu ainsi, tel un nouvel Élisée, héritier de la mélote d’Élie après son départ vers le ciel (2 Rois 2, 13).

Confirmé par ces signes et averti du moment propice par un songe, Daniel, aidé de quelques pieux amis, décida de sortir du temple pour suivre la voie de saint Syméon et monter sur une colonne, haute de la taille de deux hommes, qu’une colombe blanche, envoyée par Dieu, avait désignée au saint et à ses compagnons. Le propriétaire des lieux, Gélanios, préposé à la table impériale, fut irrité de cette intrusion et voulut chasser Daniel ; mais à la suite d’un orage soudain qui détruisit ses vignes et devant le spectacle de l’endurance du stylite, il changea d’avis. Dans son enthousiasme pour l’héroïque combattant du Christ, il fit même construire à côté une nouvelle colonne, plus haute, aux pieds de laquelle Serge s’installa afin d’assurer la direction des disciples qui venaient vivre là en nombre sans cesse croissant. Exposé devant les hommes et les anges comme le Christ sur la Croix, Daniel restait immobile, ne vivant que pour le Ciel, et en retour Dieu utilisait sa colonne comme un canal déversant à profusion sa grâce sur les fidèles. Miracles, signes, guérisons, paroles de salut et de sagesse céleste attirèrent bientôt auprès du solitaire un grand nombre de visiteurs, parmi lesquels se trouvaient les personnages les plus illustres du temps : le consul Cyrus, dont les deux filles furent guéries par le saint, l’impératrice Eudocie, fille de Théodose II, à son retour d’Afrique, et l’empereur Léon lui-même, qui obtint un héritier grâce à la prière de Daniel et qui, en témoignage de gratitude, fit jeter les bases d’une troisième colonne.

Dévorés par le démon de la jalousie, des hérétiques envoyèrent alors au bienheureux une célèbre prostituée pour le dévoyer, mais celle-ci fut soudain assaillie et cruellement tourmentée par un démon. Elle en fut finalement délivrée par la prière de Daniel, à la confusion des intrigants qu’elle dénonça en public. Devant une telle renommée, le pieux empereur pressa l’archevêque Gennade [458-471, 17 nov.] d’ordonner prêtre l’homme de Dieu, malgré ses réticences. Mais une fois le hiérarque et sa suite sur les lieux, Daniel, devinant leur projet, ne les laissa pas monter jusqu’à lui. Saint Gennade prononça alors la prière d’ordination à distance, demandant au Christ d’imposer d’en haut invisiblement la main sur son disciple, pendant que la foule criait : « Il est digne ! » Daniel finit par céder et demanda que l’on pose l’échelle pour que l’évêque monte vers lui. Après s’être embrassés, ils reçurent la sainte Communion l’un de l’autre, entre le ciel et la terre.
Peu après l’installation de Daniel sur la troisième colonne, la capitale fut ravagée pendant une semaine par un terrible incendie (ler septembre 465), qui avait été prédit par le saint, mais l’empereur et sa cour n’en avaient pas tenu compte. Le souverain lui-même et son épouse vinrent alors demander pardon et le supplier d’intercéder pour le peuple de Dieu en détresse. Peu après, un violent orage se déchaîna et le vent ébranla la colonne qui avait été mal ajustée, de sorte qu’elle oscillait de droite à gauche sous des trombes d’eau, en mettant à tout moment en danger la vie du solitaire, sous le regard effrayé de ses disciples. Une autre fois, en hiver, le vent emporta sa tunique de peau, et Daniel resta toute la nuit exposé nu à la neige. Lorsque, bien tard, ses disciples vinrent à lui, ils le trouvèrent inanimé et couvert de glace. Après l’avoir ranimé avec de l’eau chaude, ils apprirent avec stupeur que pendant tout ce temps, le saint avait été transporté en esprit dans un lieu de repos, où il s’était entretenu avec saint Syméon le Stylite. À la suite de cet incident, l’empereur exigea que l’on construisît un petit abri au-dessus de la colonne pour protéger Daniel des intempéries. L’empereur Léon était si admiratif devant la conduite du saint stylite qu’il se fit bâtir une demeure à proximité et lui amenait tous ses visiteurs étrangers, rois ou ambassadeurs. C’est ainsi que Daniel joua le rôle de médiateur entre Léon et le roi des Lazes, Goubazios, pour régler leurs différends politiques.

À maintes autres occasions, l’homme de Dieu mit son esprit prophétique, sa sagesse et le pouvoir de sa prière au service du bon droit et de la justice. Lorsque Basilisque usurpa le pouvoir et chassa l’empereur Zénon (475), prenant la défense des monophysites, il voulut rejeter les décisions du saint Concile de Chalcédoine, et menaça l’archevêque Acace qui dut trouver refuge à Sainte-Sophie, entouré par les moines de la capitale. Après avoir repoussé les avances de Basilisque, qui cherchait à l’attirer à son parti, saint Daniel, confirmé par un signe divin, résolut de descendre de sa colonne et de se rendre en ville — comme saint Antoine autrefois — pour venir au secours à l’Église en détresse. Porté par une foule immense et enthousiaste, qui grandissait d’autant plus que les guérisons se multipliaient sur son passage, le saint se rendit d’abord à la Grande Église pour y prêcher la foi orthodoxe, puis il poursuivit sa marche triomphale jusqu’au palais de l’Hebdomon, où s’était réfugié l’usurpateur. En signe de malédiction, il secoua alors devant la porte la poussière de ses pieds, selon la parole évangélique (Mt 10, 14), imité par la foule. Basilisque, effrayé devant ce déploiement de force, fut convaincu lorsque la tour du palais s’écroula à l’arrivée du saint, aussi décida-t-il de rentrer dans la capitale, où il fit profession d’orthodoxie et se réconcilia avec Acace en présence de tout le peuple. De retour sur sa colonne, après d’autres miracles opérés sur le chemin, Daniel prédit la mort prochaine de Basilisque et le retour au pouvoir de Zénon (476-491), lequel lui montra une grande vénération, ainsi que son successeur Anastase (491-518).

La colonne du saint était devenue un des lieux les plus vénérés de la région de Constantinople. On y accourait de toutes parts et, malgré les objections de Daniel, l’empereur y fit construire une vaste hôtellerie, à côté d’une église où étaient déposées les reliques de saint Syméon le Stylite, venues d’Antioche. Tel un ange terrestre, le cœur et les yeux constamment tournés vers Dieu, le saint homme demeurait inaccessible à la vaine gloire ou à l’orgueil. Au contraire, ses innombrables miracles étaient pour lui l’occasion de progresser dans l’humilité, car il ne les attribuait jamais à sa propre vertu, mais demandait à ceux qui venaient à lui d’aller vénérer les reliques de saint Syméon ou de s’oindre avec l’huile des veilleuses qui brûlaient près du tombeau du saint.

Cette humilité admirable, il la manifesta, jusque dans la mort. En effet, après avoir prédit son prochain départ vers le ciel, Daniel tomba malade. Comme son admirateur, l’empereur Anastase, préparait de somptueuses funérailles, il lui fit promettre d’enterrer son corps profondément et de déposer au-dessus les reliques des saints Ananias, Azarias et Misaël [17 déc.], récemment transférées de Babylone à Constantinople, de sorte que si quelqu’un voulait vénérer sa tombe, il attribuât aux saints martyrs la satisfaction de ses demandes.

Âgé de quatre-vingt-quatre ans, saint Daniel assembla ses nombreux disciples, quelques jours avant sa dormition, pour leur livrer son dernier enseignement et demander l’assistance de leurs prières. Alors que la foule venue de la capitale grandissait sans cesse pour assister à ses derniers instants, il tomba en extase de nuit et contempla l’assemblée de tous les saints qui, après l’avoir salué comme l’un des leurs, l’engagèrent à célébrer avec eux la Divine Liturgie. Après être revenu à lui, il communia aux saints Mystères et s’endormit en paix, le lendemain, 11 décembre 493, en délivrant un possédé d’un esprit impur, au moment même où il rendait son dernier soupir. Avec bien des difficultés, on réussit à descendre la dépouille du saint homme du haut de sa colonne où il se tenait recroquevillé depuis trente-trois ans et, après avoir été présenté à la vénération du peuple, il fut enseveli en présence de tous les plus grands personnages de la capitale.

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de saint Daniel, ton 1

Colonne de patience, tu fus digne des patriarches de jadis: * comme Job dans les souffrances et comme Joseph en ses épreuves, * et tu vécus comme un Ange, malgré la chair, * vénérable Père saint Daniel, * prie le Christ notre Dieu de sauver nos âmes.

Kondakion de saint Daniel , ton 8

Tu t’es levé comme un astre éblouissant, Père bienheureux, * tu éclairas le monde sur la colonne par tes saintes actions * et tu dissipas les ténèbres de l’erreur; * fais briller dans les âmes de tes serviteurs * la lumière sans déclin de la connaissance de Dieu.

ÉPITRE DU JOUR

2 Tim I,1-2,8-18

Paul, apôtre de Jésus Christ, par la volonté de Dieu, pour annoncer la promesse de la vie qui est en Jésus Christ, à Timothée, mon enfant bien-aimé : que la grâce, la miséricorde et la paix te soient données de la part de Dieu le Père et de Jésus Christ notre Seigneur. N’aie donc point honte du témoignage à rendre à notre Seigneur, ni de moi son prisonnier. Mais souffre avec moi pour l’Évangile, par la puissance de Dieu qui nous a sauvés, et nous a adressé une sainte vocation, non à cause de nos œuvres, mais selon son propre dessein, et selon la grâce qui nous a été donnée en Jésus Christ avant les temps éternels, et qui a été manifestée maintenant par l’apparition de notre Sauveur Jésus Christ, qui a détruit la mort et a mis en évidence la vie et l’immortalité par l’Évangile. C’est pour cet Évangile que j’ai été établi prédicateur et apôtre, chargé d’instruire les païens.Et c’est à cause de cela que je souffre ces choses ; mais j’en ai point honte, car je sais en qui j’ai cru, et je suis persuadé qu’il a la puissance de garder mon dépôt jusqu’à ce jour-là. Retiens dans la foi et dans la charité qui est en Jésus Christ le modèle des saines paroles que tu as reçues de moi. Garde le bon dépôt, par le Saint Esprit qui habite en nous. Tu sais que tous ceux qui sont en Asie m’ont abandonné, entre autres Phygelle et Hermogène. Que le Seigneur répande sa miséricorde sur la maison d’Onésiphore, car il m’a souvent consolé, et il n’a pas eu honte de mes chaînes ; au contraire, lorsqu’il est venu à Rome, il m’a cherché avec beaucoup d’empressement, et il m’a trouvé. Que le Seigneur lui donne d’obtenir miséricorde auprès du Seigneur en ce jour-là. Tu sais mieux que personne combien de services il m’a rendus à Éphèse.

ÉVANGILE DU JOUR

Lc XIX, 12-28

Il dit donc : Un homme de haute naissance s’en alla dans un pays lointain, pour se faire investir de l’autorité royale, et revenir ensuite. Il appela dix de ses serviteurs, leur donna dix mines, et leur dit: Faites-les valoir jusqu’à ce que je revienne. Mais ses concitoyens le haïssaient, et ils envoyèrent une ambassade après lui, pour dire : Nous ne voulons pas que cet homme règne sur nous. Lorsqu’il fut de retour, après avoir été investi de l’autorité royale, il fit appeler auprès de lui les serviteurs auxquels il avait donné l’argent, afin de connaître comment chacun l’avait fait valoir. Le premier vint, et dit : Seigneur, ta mine a rapporté dix mines. Il lui dit : C’est bien, bon serviteur ; parce que tu as été fidèle en peu de chose, reçois le gouvernement de dix villes. Le second vint, et dit : Seigneur, ta mine a produit cinq mines. Il lui dit : Toi aussi, sois établi sur cinq villes. Un autre vint, et dit : Seigneur, voici ta mine, que j’ai gardée dans un linge ; car j’avais peur de toi, parce que tu es un homme sévère ; tu prends ce que tu n’as pas déposé, et tu moissonnes ce que tu n’as pas semé. Il lui dit : Je te juge sur tes paroles, méchant serviteur ; tu savais que je suis un homme sévère, prenant ce que je n’ai pas déposé, et moissonnant ce que je n’ai pas semé ; pourquoi donc n’as-tu pas mis mon argent dans une banque, afin qu’à mon retour je le retirasse avec un intérêt ? Puis il dit à ceux qui étaient là: Otez-lui la mine, et donnez-la à celui qui a les dix mines. Ils lui dirent : Seigneur, il a dix mines. Je vous le dis, on donnera à celui qui a, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a. Au reste, amenez ici mes ennemis, qui n’ont pas voulu que je régnasse sur eux, et tuez-les en ma présence. Après avoir ainsi parlé, Jésus marcha devant la foule, pour monter à Jérusalem.

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

Parution du Feuillet de l’Archevêché n. 2-2021 Actualités 184592

Nous vous invitons à lire le nouveau numéro du Feuillet de l’Archevéché en ligne qui vient de paraître.

Le foyer des étudiants de la Colline Saint-Serge a rouvert ses portes À la Une 184585

Sur le site de la Colline Saint-Serge, à Paris, le foyer des étudiants a rouvert ses portes pour la rentrée universitaire 2020-2021. 10 chambres so...

Bertrand Vergely : « Le Vigneron » – 19 avril 2021 À la Une 184577

Nous vous invitons à voir la 27e conférence de Bertrand Vergely intitulée : « Le Vigneron » donnée dans le cadre de la huitième série de conférence...

Un chant orthodoxe interprété lors des funérailles du prince Philippe, duc d’Édimbourg À la Une 184554

Lors des funérailles du prince Philippe, duc d’Édimbourg, le 17 avril, à sa demande, un chant orthodoxe a été interprété. Il s’agit du kontak...

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce a publié ses décisions concernant le déroulement d... À la Une 184562

En raison des restrictions sanitaires en vigueur actuellement en Grèce, le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce a décidé d’avancer d’une dem...

Soixantième anniversaire de la canonisation de saint Nectaire d’Égine À la Une 184558

Saint Nectaire d’Égine a été canonisé le 20 avril 1961 par le Patriarcat œcuménique. La vénération du saint avait déjà commencé immédiatement après...

L’Église orthodoxe ukrainienne appelle à la désescalade dans le conflit au Donbass À la Une 184553

L’Église orthodoxe ukrainienne (sous l’omophore du métropolite de Kiev Onuphre) continue à prier pour la paix en Ukraine et appelle à nouveau à la ...

8 avril (ancien calendrier) / 21 avril (nouveau) Vivre avec l'Église 102368

Grand Carême. Saints Hérodion, Agabus, Asyncrite, Rufus, Phlégon et Hermès, apôtres (Ier s.) ; saint martyr Pausilippe (138) ; saint Célestin, pape...

21 avril Vivre avec l'Église 62917

Grand Carême Saint Janvier, évêque de Bénévent en Italie et ses compagnons, saints Procule, Sosie et Fauste, diacres, saint Désiderius, lecteur, sa...

8 avril (ancien calendrier) / 21 avril (nouveau) Vivre avec l'Église 62914

MARDI LUMINEUX Saints Hérodion, Agabus, Asyncrite, Rufus, Phlégon et Hermès, apôtres (Ier s.) ; saint martyr Pausilippe (138) ; saint Célestin, pap...

« A quoi sert la religion ? » Revue du Web 184539

Texte en ligne sur le site Sagesse orthodoxe : « A quoi sert la religion ? »

L’archevêque de Tirana Anastase : « La grandeur n’est pas dans le nombre de ceux que tu opprimes,... À la Une 184532

« La grandeur n’est pas dans le nombre de ceux que tu oppresses, mais dans celui de ceux que tu sers » a souligné l’archevêque d’Albanie Anastase d...