14 août (ancien calendrier) / 27 août (nouveau)
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

14 août (ancien calendrier) / 27 août (nouveau)

Carême de la Dormition

Avant-fête de la Dormition de la Très-Sainte Mère de Dieu et toujours Vierge Marie. Saint Michée, prophète (VIIIème s. av J.-C.) ; St Marcel, évêque d’Apamée, martyr (vers 389) ; St Arcade de Novotorjok (XIème s.) ; saint néomartyr Syméon de Trébizonde (1644) ; saints néomartyrs de Russie : Basile, archevêque de Tchernigov et avec lui Matthieu Pomerantsev, moine et le martyr Alexis Zverev (1918) ; Vladimir Smirnov et Nicolas Tolgsky, prêtres, Éleuthère Petchennikov, moine, Ève Pavlov, higoumène, Eudocie Prevoznikov et martyr Théodore Zakharov (1937) ; saint Alexandre Ourodov, confesseur (1961).

SAINT PROPHÈTE MICHÉE[1]

Originaire de Moréshèt, à l’ouest d’Hébron dans le pays de Juda, le saint prophète Michée, qui était probablement d’origine paysanne, exerça son ministère sous les règnes des rois de Juda Yotam (740-736), Achaz (736-716) et Ézéchias (716-689) . Il était contemporain des prophètes Isaïe — dont il fut peut-être un des disciples —, Amos et Osée et, comme eux, plein de force et du souffle de Dieu », il entreprit de proclamer « à Jacob son crime et à Israël son péché (3, 8). Prenant à témoin les montagnes qui furent le lieu des grandes révélations divines, il annonce que le Seigneur va entrer en procès contre son peuple pour lui demander compte de son ingratitude : Écoutez, montagnes, le procès du Seigneur, prêtez l’oreille, fondements de la terre, car le Seigneur est en procès avec son peuple, Il plaide contre Israël : « Mon peuple, que t’ai-je fait ? en quoi t’ai-je contristé ? Réponds-moi. Car je t’ai fait monter du pays d’Égypte, je t’ai racheté de la maison de servitude… » (6, 1). Il le trouve en effet coupable non seulement d’impiété et de négligence dans ses devoirs religieux, mais aussi de transgressions de la loi d’amour envers le prochain. Les fidèles ont disparu du pays… tous sont aux aguets pour verser le sang, ils traquent chacun son frère au filet… (7, 2sv). Le péché et l’impiété se sont répandus partout : les accapareurs trament le mal sur leur couche et l’exécutent dès le matin (2, 1), les chefs dévorent la chair du peuple et exècrent la justice, tordant tout ce qui est droit (3, 9), les magistrats jugent pour des présents, les prêtres attendent un salaire, les faux prophètes annoncent bonheur et prospérité à prix d’argent… Et tous s’appuient sur les anciennes promesses de Dieu, disant : « Le Seigneur n’est-il pas au milieu de nous ? le malheur ne tombera pas sur nous » (3, 11). Le prophète se tient prêt à parcourir le pays déchaussé et nu (1, 6), en gémissant et se lamentant, car il n’y pas de remède aux coups du Seigneur qui va descendre de son lieu saint pour répandre sa vengeance, par l’entremise des envahisseurs venus du Nord, les Assyriens : Il descend, Il foule les sommets de la terre. Les montagnes fondent sous ses pas, les vallées s’effondrent, comme la cire devant le feu, comme l’eau répandue sur la pente (1, 4-6). Il va frapper d’abord Samarie, puis ses coups atteindront Jérusalem, pour châtier les crimes du peuple et surtout le plus grand d’entre eux : le schisme entre le royaume du Nord et celui de Juda. Prononçant ces oracles de malheurs, le prophète Michée dédaignait tout respect humain, toute crainte des puissants de ce monde, pour ne regarder que vers le Seigneur et espérer en Dieu qui pourra sauver son peuple comme il le châtie. Certes, Sion deviendra une terre de labour, Jérusalem un monceau de décombres, et la montagne du Temple une hauteur boisée (3, 12), mais au terme de cette épreuve, Dieu se réconciliera avec son peuple et régnera pour toujours en Sion renouvelée : Et il arrivera dans la suite des temps que la Montagne du Temple sera rétablie en tête des montagnes… et tous les peuples afflueront vers Jérusalem (4, 1sv). Les Juifs rescapés de l’Exil, le « reste » d’Israël, mais aussi des peuples nombreux, tous monteront vers le Temple de la gloire de Dieu. Ils briseront leurs épées pour en faire des socs et leurs lances pour en faire des serpes. On ne lèvera plus l’épée nation contre nation, on n’apprendra plus à faire la guerre. Mais chacun restera assis sous sa vigne et sous son figuier, sans personne pour l’inquiéter (4, 3). Cette ère nouvelle, de paix et d’harmonie universelle sera inaugurée à Bethléem, la maison d’Éphrata, le moindre des clans de Juda, au temps où aura enfanté celle qui doit enfanter, pour donner naissance au Roi-Messie, dont les origines remontent aux jours antiques (5, 1-3) . Annonçant ainsi de manière claire et évidente la naissance du Messie, le prophète précise que c’est Lui qui fera paître le troupeau renouvelé, par la puissance du Seigneur… car il sera grand jusqu’aux extrémités du pays. Dans cette nouvelle Sion, la Jérusalem spirituelle qui désigne l’Église, dont les frontières s’étendront aux extrémités du monde, se rassembleront tous les peuples, depuis l’Assyrie jusqu’à l’Égypte, depuis Tyr jusqu’au Fleuve, de la mer à la mer, de la montagne à la montagne (7, 11-12), car une fois de plus Dieu aura pris plaisir à faire grâce. La prophétie de Michée se termine par cet appel à la miséricorde, que le Messie viendra accomplir : Une fois de plus, aie pitié de nous ! foule aux pieds nos fautes, jette au fond de la mer tous nos péchés ! (7, 18). On ne sait si le saint prophète Michée mourut en paix ou s’il fut victime de la colère des Juifs qu’il réprouvait, mais ce qui est certain c’est qu’il fut enterré près de son village natal et que ses reliques furent retrouvées, avec celle du prophète Habacuc, sous le règne de Théodose le Grand, à la suite d’une révélation qu’avait eue l’évêque d’Éleuthéropolis. On édifia alors un sanctuaire en son honneur.

 TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de l’Avant-fête de la Dormition, ton 4

Peuples, d’avance exultez, fidèlement battez des mains, avec amour rassemblez-vous dans l’allégresse de ce jour, tous ensemble criant de joie, car de terre va s’élever jusqu’en la gloire des cieux la Mère de Dieu qu’en nos hymnes nous glorifions.

Kondakion de saint Michée, ton 5

En ton âme ayant trouvé son très-pur instrument, la grâce de l’Esprit y fixa sa demeure et l’éveilla pour exposer comme présent l’avenir, Prophète qui annonces le Christ; aussi ne cesse pas d’intercéder pour nous qui vénérons comme il se doit en ce jour ton illustre souvenir.

Kondakion de l’Avant-fête, ton 4

En ta mémoire glorieuse l’univers, sous l’ornement de grâces brodé par l’Esprit, dans l’allégresse s’écrie: Vierge sainte, réjouis-toi, car tu es la fierté des chrétiens.

ÉPÎTRE DU JOUR

II Cor. VII, 1-10

Purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu. Donnez-nous une place dans vos coeurs ! Nous n’avons fait tort à personne, nous n’avons ruiné personne, nous n’avons tiré du profit de personne. Ce n’est pas pour vous condamner que je parle de la sorte ; car j’ai déjà dit que vous êtes dans nos coeurs à la vie et à la mort. J’ai une grande confiance en vous, j’ai tout sujet de me glorifier de vous ; je suis rempli de consolation, je suis comblé de joie au milieu de toutes nos tribulations. Car, depuis notre arrivée en Macédoine, notre chair n’eut aucun repos ; nous étions affligés de toute manière : luttes au dehors, craintes au dedans. Mais Dieu, qui console ceux qui sont abattus, nous a consolés par l’arrivée de Tite, et non seulement par son arrivée, mais encore par la consolation que Tite lui-même ressentait à votre sujet : il nous a raconté votre ardent désir, vos larmes, votre zèle pour moi, en sorte que ma joie a été d’autant plus grande. Quoique je vous aie attristés par ma lettre, je ne m’en repens pas. Et, si je m’en suis repenti, -car je vois que cette lettre vous a attristés, bien que momentanément, – je me réjouis à cette heure, non pas de ce que vous avez été attristés, mais de ce que votre tristesse vous a portés à la repentance ; car vous avez été attristés selon Dieu, afin de ne recevoir de notre part aucun dommage. En effet, la tristesse selon Dieu produit une repentance à salut dont on ne se repent jamais, tandis que la tristesse du monde produit la mort.

2 Cor. VII, 10-16 (pour le vendredi)

La tristesse selon Dieu produit une repentance à salut dont on ne se repent jamais, tandis que la tristesse du monde produit la mort. Et voici, cette même tristesse selon Dieu, quel empressement n’a-t-elle pas produit en vous ! Quelle justification, quelle indignation, quelle crainte, quel désir ardent, quel zèle, quelle punition ! Vous avez montré à tous égards que vous étiez purs dans cette affaire. Si donc je vous ai écrit, ce n’était ni à cause de celui qui a fait l’injure, ni à cause de celui qui l’a reçue ; c’était afin que votre empressement pour nous fût manifesté parmi vous devant Dieu. C’est pourquoi nous avons été consolés. Mais, outre notre consolation, nous avons été réjouis beaucoup plus encore par la joie de Tite, dont l’esprit a été tranquillisé par vous tous. Et si devant lui je me suis un peu glorifié à votre sujet, je n’en ai point eu de confusion ; mais, comme nous vous avons toujours parlé selon la vérité, ce dont nous nous sommes glorifiés auprès de Tite s’est trouvé être aussi la vérité. Il éprouve pour vous un redoublement d’affection, au souvenir de votre obéissance à tous, et de l’accueil que vous lui avez fait avec crainte et tremblement. Je me réjouis de pouvoir en toutes choses me confier en vous.

ÉVANGILE DU JOUR

Mc I, 29-35

En sortant de la synagogue, ils se rendirent avec Jacques et Jean à la maison de Simon et d’André. La belle-mère de Simon était couchée, ayant la fièvre ; et aussitôt on parla d’elle à Jésus. S’étant approché, il la fit lever en lui prenant la main, et à l’instant la fièvre la quitta. Puis elle les servit. Le soir, après le coucher du soleil, on lui amena tous les malades et les démoniaques. Et toute la ville était rassemblée devant sa porte. Il guérit beaucoup de gens qui avaient diverses maladies ; il chassa aussi beaucoup de démons, et il ne permettait pas aux démons de parler, parce qu’ils le connaissaient.Vers le matin, pendant qu’il faisait encore très sombre, il se leva, et sortit pour aller dans un lieu désert, où il pria.

Mc II, 18-22 (pour le vendredi)

Les disciples de Jean et les pharisiens jeûnaient. Ils vinrent dire à Jésus : Pourquoi les disciples de Jean et ceux des pharisiens jeûnent-ils, tandis que tes disciples ne jeûnent point ? Jésus leur répondit : Les amis de l’époux peuvent-ils jeûner pendant que l’époux est avec eux ? Aussi longtemps qu’ils ont avec eux l’époux, ils ne peuvent jeûner. Les jours viendront où l’époux leur sera enlevé, et alors ils jeûneront en ce jour-là. Personne ne coud une pièce de drap neuf à un vieil habit ; autrement, la pièce de drap neuf emporterait une partie du vieux, et la déchirure serait pire. Et personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres ; autrement, le vin fait rompre les outres, et le vin et les outres sont perdus ; mais il faut mettre le vin nouveau dans des outres neuves.

[1] Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras.

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

23 septembre Vivre avec l'Église 71217

Jour de jeûne Conception du prophète, précurseur et baptiste Jean ; saintes Xanthippe et Polyxène  (109) ; sainte Iraïs, vierge, martyre en Égypte ...

L’accueil de l’étranger fait partie intégrante de l’héritage chrétien, déclare ... À la Une 176683

Dans une interview publié par le Conseil œcuménique des Églises, l’archevêque Jérôme d’Athènes et de toute la Grèce propose des réflexi...

Office orthodoxe d’action de grâces et de commémoration des morts de la COVID, le 12 septembre 20... Actualités 176675

Pendant cette difficile période de pandémie, un office pour les malades, ceux qui les soignent, ainsi que pour les défunts a été célébré ...

Ordination diaconale à Bruxelles à l’occasion de la fête de la paroisse dédiée aux saints Silouan... Actualités 176643

Dimanche 20 septembre 2020,  le métropolite Athénagoras de Belgique et exarque des Pays-Bas et du Luxembourg a présidé la divine Liturgie...

Le président de la Macédoine du Nord s’est adressé au patriarche Bartholomée au sujet de l’Église... À la Une 176621

Par une lettre datée du 20 septembre, Stevo Pendarovski, président de la Macédoine du Nord, s’est adressé au patriarche œcuménique Bartholomée pour...

22 septembre Vivre avec l'Église 71213

22 septembre Saint Phocas, évêque de Sinope, martyr (117) ; sainte Rodène de Levroux, vierge (Ier s.) ; saint Sylvain, ermite dans le Berry (Ier s....

Les reliques de saint Clément, pape de Rome et de saint Potit de Serdica sont accueillies solenne... À la Une 176608

À la veille de la fête des saintes martyres Sophie et de ses filles Foi, Espérance et Charité, l’ancienne église de la capitale bulgare, dédiée aux...

Office de la Nativité de la Mère de Dieu, en version bilingue slavon-français À la Une 176602

L’office de la Nativité de la Mère de Dieu, en version bilingue slavon-français, avec des commentaires, est disponible ici au format pdf.

Le Patriarcat de Moscou crée une base d’archives numérique des églises en ruine Actualités 176612

Le dimanche 13 septembre 2020, un office d’intercession a été célébré après la divine Liturgie en l’église du saint-martyr-Clément-de-Rome à Moscou...

8 septembre (ancien calendrier) /21 septembre (nouveau) Vivre avec l'Église 71208

8 septembre (ancien calendrier) /21 septembre (nouveau) NATIVITÉ DE LA TRÈS-SAINTE MÈRE DE DIEU Saint Sérapion du monastère du Saint-Sauveur à Psko...

9 septembre (ancien calendrier) / 22 septembre (nouveau) Vivre avec l'Église 65401

9 septembre (ancien calendrier) / 22 septembre (nouveau) Après-fête de la Nativité de la Très-Sainte Mère de Dieu ; saint Joachim et sainte Anne, j...

21 septembre Vivre avec l'Église 57390

21 septembre Clôture de l’Exaltation de la Croix ; saint Codrat, apôtre, martyr à Magnésie (vers 130) ; saint prophète Jonas ; saint Jonas le sabba...