14 avril
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Grand Carême

Saint Martin, pape de Rome, confesseur (655) ; saints Antoine, Jean et Eustache, martyrs en Lituanie (1347) ; saint Ardalion le comédien, martyr (311) ; mille martyrs de Perses et Azat l’eunuque (vers 341) ; saint Prétextat, évêque de Rouen, martyr (586) ; saint Lambert, évêque de Lyon (688) ; saint Démètre du Péloponnèse, néo-martyr grec (1803) ; saint Alexandre (Orlov), confesseur, prêtre (1941).

SAINT MARTIN, PAPE DE ROME

Saint Martin, pape de Rome
Saint Martin, pape de Rome, confesseur (655)

Cette colonne de l’Orthodoxie vécut sous le règne de l’empereur Constans II Pogonat (641-668). Trois mois à peine après avoir été élevé sur le trône pontifical (649), il réunit dans la basilique Saint-Jean du Latran un concile d’une centaine d’évêques, qui condamna l’hérésie monothélite [cf. 21 janv.] et le Typos, édité par l’empereur, dans lequel on confondait la vérité et l’erreur par opportunité politique (octobre 649). Saint Martin, ayant été apocrisiaire du pape Théodore à Constantinople, était bien au fait des intentions de l’empereur et de ses théologiens qui, en proclamant une seule volonté dans le Christ, cherchaient à se rallier de manière détournée les monophysites d’Orient. Dès qu’il apprit la nouvelle, l’empereur envoya en Italie l’exarque Théodore Calliopas avec pour mission d’arrêter le pape. À son arrivée à Rome (juin 653), celui-ci se présenta devant le pontife et l’interrogea sur l’affaire du concile. Saint Martin lui répondit en prononçant l’anathème contre ceux qui oseraient l’accuser de la moindre variation dans la foi des saints Pères. Par crainte du peuple qui était présent, l’exarque répondit avec hypocrisie que la foi de Martin était semblable à la sienne et à celle de tous les chrétiens. Le saint se retira alors, pendant trois jours, dans la basilique du Latran avec tout son clergé. Le lundi matin, Calliopas demanda à perquisitionner dans le palais, sous prétexte d’y trouver des armes. Les soldats se précipitèrent dans la basilique, renversèrent dans un grand tumulte les objets de culte et s’emparèrent du prélat qui souffrait de la goutte. Le mercredi 19 juin 653, ils s’embarquèrent en direction de Constantinople. Pendant ce long et pénible voyage de trois mois, le saint fut privé de toute consolation dans sa maladie et ne pouvait même pas se laver. Aux escales, ses gardes l’empêchaient de descendre et, en le couvrant d’injures, ils s’emparaient des provisions que des prêtres et des fidèles lui avaient apportées

Lorsqu’ils arrivèrent à Constantinople, le 17 septembre, on laissa la populace l’insulter sur son grabat, puis on le mena dans la prison Prandiara, où il fut gardé au secret pendant quatre-vingt-treize jours. Le 20 décembre, à la suite d’une parodie de jugement à l’Hippodrome, au cours duquel on l’empêcha de s’exprimer sur la foi, il fut condamné à mort, puis on déchira publiquement ses vêtements sacerdotaux et on le traîna à travers la ville jusqu’au prétoire, chargé d’une lourde chaîne au cou. Le vieillard, malade et sous-alimenté, pouvait à peine marcher, mais son visage était radieux de souffrir ainsi par amour du Christ et de la vérité. Transféré dans la prison Diomède, on le hissa, en lui écorchant les jambes, jusqu’à un cachot surélevé, réservé aux condamnés à mort. Le lendemain, le patriarche de Constantinople Paul II, malade et redoutant le jugement de Dieu, obtint de l’empereur la commutation de la sentence de mort en exil. Après la mort de Paul et la nomination de Pyrrhus au patriarcat, le saint resta encore quatre-vingt-cinq jours captif, avant d’être expédié clandestinement à Cherson, en Crimée. Il y souffrit cruellement de la faim et des mauvais traitements que lui infligèrent les barbares, et remit à Dieu son âme apostolique le 16 septembre 655.
(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

SAINTS APÔTRES ARISTARQUE, PUDENS ET TROPHIME

Membres du collège des Soixante-Dix, ces trois saints étaient disciples de saint Paul. Ils prêchèrent avec lui le saint Évangile, partageant ses afflictions et ses épreuves, pour l’édification de la sainte Église du Christ. Saint Aristarque était Juif originaire de Thessalonique. Tenu en grande estime par saint Paul, il accompagna l’Apôtre dans ses voyages missionnaires. Lorsqu’ils prêchèrent à Éphèse, les orfèvres du sanctuaire d’Artémis, craignant la perte de leurs profits, se précipitèrent dans un grand tumulte sur Aristarque et les autres compagnons de Paul, et les traînèrent au théâtre (Ac 19). Il aida ensuite l’Apôtre à rassembler la collecte des chrétiens d’Asie Mineure en faveur de leurs frères affligés de Palestine, puis il le suivit jusqu’à Rome, lors de sa première captivité (en l’an 60-62). Saint Paul le nomme son compagnon de captivité (Col 4, 10) et sa consolation. Il devint par la suite évêque d’Apamée en Syrie et jouissait de la réputation d’un second Jean-Baptiste, à cause de la tunique de peau dont il était vêtu et de sa vie ascétique. Il fut martyrisé au cours de la persécution de Néron.

Saints Pudens et Trophime sont mentionnés par saint Paul dans sa seconde Épître à Timothée (4, 20-21), et dans les Actes des Apôtres saint Luc précise que saint Trophime était originaire d’Éphèse. Après l’opposition rencontrée à Éphèse, il accompagna saint Paul en Europe. L’ayant attendu à Troas, il se joignit à Tychique et aux autres compagnons de l’Apôtre lors de sa dernière visite à Jérusalem (Ac 20, 4-5), en tant que représentant des Églises d’Asie, porteur des fruits de la collecte réunie pour venir en aide aux frères éprouvés de la mère des Églises (Ac 20, 1-5 ; 1 Co 16, 1-4). Mais une fois en ville, des pèlerins juifs d’Asie le reconnurent en compagnie de Paul, et après avoir trouvé l’Apôtre dans le Temple avec quatre autres disciples, ils en conclurent qu’il avait introduit un païen dans l’enceinte sacrée, et provoquèrent un grand tumulte dans la foule. On s’empara de Paul et on le tira hors du Temple, en vue de la mettre à mort, mais les soldats de la garnison romaine intervinrent et le conduisirent dans la forteresse Antonia (Ac 21, 27). Dans sa seconde Épître à Timothée (2 Tim 4, 20), Paul rapporte que, conduit vers Rome pour son second emprisonnement, il avait laissé Trophime malade à Milet. Il semble que Trophime fut martyrisé au cours de la persécution de Néron, en compagnie de Pudens et d’autres disciples.

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire des saints Apôtres, ton 3

Saints Apôtres du Seigneur, intercédez auprès du Dieu compatissant pour qu’à nos âmes il accorde le pardon, de nos péchés.

Tropaire des saints martyrs Lithuaniens, ton 4

Ayant renoncé aux terrestres honneurs et à la gloire d’icibas, généreux et vénérables Martyrs, à cause de la foi vous avez supporté avec ferme vaillance les tourments pour le Maître qui s’est lui-même livré, pour la vie de tous, à la mort; c’est pourquoi le Christ depuis le ciel avec gloire fit briller sur vous une colonne de nuée et depuis son trône vous couronna de gloire et d’honneurs; puisqu’en sa présence avec les Anges vous vous tenez, priez-le pour le salut de nos âmes.

Kondakion des saints apôtres, ton 2

La sainte fête des Apôtres brille sur nous, elle chasse les ténèbres du péché pour ceux qui chantent: Voici la lumière, notre délivrance est venue.

Kondakion des saints martyrs Lithuaniens, ton 3

Ayant rompu avec l’ancestral égarement, vous vous êtes tournés vers le Christ ; de toute votre âme et de tout votre cœur vous avez résisté vaillamment jusqu’à la mort; c’est pourquoi vous avez en vérité remporté le trophée des vainqueurs: sans cesse pour nous tous intercédez auprès du Seigneur.

Lectures de l’Ancien Testament

Isaïe XLI, 4-14

Qui a opéré, qui a fait ces choses? C’est Celui qui a appelé la justice, qui l’a appelée dès le commencement des générations. Je suis Dieu, le premier, et pour tous les siècles à venir Je suis. Les nations ont vu, et elles ont eu crainte, et elles sont accourues des extrémités de la terre ; et elles sont venues toutes à la fois. Chaque homme, jugeant pour son prochain, et pour secourir son frère, dira : L’artisan a réuni tous ses efforts, ainsi que l’ouvrier qui forge au marteau ; et il dira : Voilà une pièce bien jointe ; on en a ajusté les parties avec des clous, on va les fixer, et elles ne seront pas ébranlées. Et toi, Israël, toi, Jacob, mon serviteur, toi que J’ai choisi, postérité d’Abraham, mon bien-aimé; Toi que J’ai fait revenir des extrémités de la terre; Je t’ai convoqué du haut de toutes ses collines, et Je t’ai dit : Tu es mon serviteur; je t’ai élu, et Je ne t’ai pas abandonné. Ne crains pas, car Je suis avec toi; ne t’égare pas car Je suis ton Dieu; c’est moi qui t’ai fortifié, moi qui t’ai secouru, et t’ai affermi par la justice de ma droite. Voilà que tous tes adversaires vont être humiliés et confondus ; car ils seront comme s’ils n’étaient pas, et tous tes ennemis périront. Tu les chercheras et tu ne trouveras plus ces hommes qui t’insultaient dans l’ivresse; car ils seront comme s’ils n’étaient pas et ceux qui te faisaient la guerre n’existeront plus. Je suis ton Dieu qui t’ai pris par la main droite et qui te dis: ne crains pas. Jacob, pauvre ver, Israël, si amoindri que tu sois. C’est moi qui t’ai secouru, dit ton Dieu; c’est moi, ô Israël, qui t’ai racheté.

Genèse XVII, 1-9

Abram atteignit sa quatre-vingt-dix-neuvième année, et le Seigneur lui apparut, disant : Je suis ton Dieu ; cherche à plaire à mes yeux ; sois sans péché. J’établirai mon alliance entre moi et toi, et je te multiplierai beaucoup. Abram tomba la face contre terre, et Dieu lui parla, disant: Et moi voici que je fais alliance avec toi, tu seras le père d’une multitude de nations. Et tu ne t’appelleras plus Abram, mais ton nom sera Abraham, parce que je t’ai fait le père de nombreuses nations. Et je t’augmenterai beaucoup, beaucoup ; je te constituerai père de plusieurs peuples, des rois proviendront de toi. J’établirai mon alliance entre moi et entre toi, et entre ta race après toi, dans toutes ses générations ; alliance éternelle par laquelle Je serai ton Dieu et le Dieu de ta race après toi. Je te donnerai, et après toi à ta race, la terre que tu habites, toute la terre de Chanaan, pour héritage perpétuel, et je serai votre Dieu. Dieu ajouta : De ton côté, tu maintiendras mon alliance, toi et ta postérité, dans toutes les générations.

Proverbes XV, 20 – XVI, 9

Le fils sage réjouira son père ; le fils insensé se moque de sa mère. Les voies de l’insensé manquent de sagesse ; l’homme prudent va droit son chemin. Ceux qui n’honorent pas l’assemblée des anciens sont en désaccord ; le conseil demeure dans le cœur des sages. Le méchant n’obéit pas à la raison ; il ne dira rien qui soit à propos et utile au bien public. Les pensées du sage conduisent à la vie ; par elles il se détourne de l’enfer. Le Seigneur abat les maisons des superbes ; il affermit l’héritage de la veuve. Les desseins iniques sont en abomination au Seigneur ; les discours des hommes purs sont vénérés. Il se perd lui-même celui qui se laisse gagner par des présents ; celui qui les repousse avec indignation est sauvé ; les péchés sont purifiés par la foi et l’aumône; tout homme se préserve du mal par la crainte du Seigneur. La foi est le sujet des méditations des cœurs justes ; de la bouche des impies sortent des paroles coupables. Les voies des hommes justes sont agréables au Seigneur ; en les suivant, les ennemis mêmes deviennent amis. Dieu s’éloigne des méchants ; Il exaucera les vœux des justes. Mieux vaut petite récolte avec la justice, que grande abondance avec l’iniquité. Que le cœur de l’homme ait des pensées de justice, afin que Dieu le fasse cheminer dans la droite voie. L’œil réjouit le cœur par la vue des belles choses, et la bonne renommée engraisse les os. Celui qui repousse les corrections est ennemi de soi-même; celui qui se rend aux réprimandes aime son âme. La crainte du Seigneur est enseignement et sagesse; les plus grands honneurs lui seront rendus. Toutes les œuvres de l’homme humble sont rendues manifestes auprès de Dieu, mais pour les impies, ils périssent en un jour fatal. Tout homme au cœur hautain est impur devant Dieu ; celui qui, ayant une pensée injuste, met sa main dans la main d’autrui, ne sera pas innocent pour cela. Pratiquer la justice, c’est le commencement de la bonne voie, plus agréable à Dieu que le sacrifice des victimes. Celui qui cherche le Seigneur trouvera la science et la justice ; ceux qui Le cherchent avec droiture trouveront la paix. Toutes les œuvres du Seigneur sont selon la justice. L’impie est réservé pour un jour fatal.

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

26 avril (ancien calendrier) / 9 mai (nouveau) Vivre avec l'Église 103787

DIMANCHE DE THOMAS Saint Basile, évêque d’Amasée, et sainte Glaphyre, vierge, martyrs (322) ; sainte Exupérance, vierge à Troyes (vers 380) ;...

9 mai Vivre avec l'Église 103785

DIMANCHE DE THOMAS Transfert des reliques de saint Nicolas le Thaumaturge à Bari (1087). Saint prophète Isaïe (VIIIème s. avant Jésus-Christ). Sain...

« Orthodoxie » (France-Culture) : « J’ai frappé le rocher et les eaux ont coulé » avec le m... À la Une 185070

L’émission de radio Orthodoxie sur France-Culture diffusée le 2 mai avait pour titre « J’ai frappé le rocher et les eaux ont coulé », reprise...

Parution de « La lettre du Vicariat » n°13 (mai 2021) À la Une 185058

Le bulletin « La lettre du Vicariat » (1) n°13 (mai 2021) vient de paraître. Il est en ligne ici.

25 avril (ancien calendrier) / 8 mai (nouveau) Vivre avec l'Église 103675

SAMEDI LUMINEUX Saint apôtre et évangéliste Marc (63). Saint Phébade, évêque d’Agen (vers 393) ; saint Rustique, évêque de Lyon (501). Saint ...

8 mai Vivre avec l'Église 103673

SAMEDI LUMINEUX Saint Jean le Théologien, apôtre et évangéliste (98-117) ; saint Arsène le Grand, ermite au désert de Scété (vers 450) ; saint Arsè...

Un fait peu connu : en 1944, pour fêter Pâques, des prisonniers de guerre serbes en Alsace ont in... À la Une 185043

Entre le 22 mars et le 11 avril 1944, des prisonniers de guerre yougoslaves accomplissaient une merveille. Ils ont réussi à transformer une pièce d...

Entretien : « Job et la Covid-19 » par l’archimandrite Élie À la Une 185032

Nous vous proposons le texte d’un entretien donné le 18 avril dernier par l’archimandrite Élie du monastère de la Transfiguration. Prés...

7 mai Vivre avec l'Église 63375

VENDREDI LUMINEUX. Fête de la Source Vivifiante de la Mère de Dieu. Commémoration de l’apparition dans le ciel de la Croix du Seigneur, à Jér...

24 avril (ancien calendrier) / 7 mai (nouveau) Vivre avec l'Église 103582

VENDREDI LUMINEUX. Fête de la Source Vivifiante de la Mère de Dieu. Saint Sabbas, chef des milices et 70 guerriers, martyrs à Rome (272) ; saint Al...

« Autour de la maladie » : les Journées du monastère de la Transfiguration, les 22 et 23 mai À la Une 185020

Dans le cadre des «Journées du monastère», le monastère de la Transfiguration (à Terrasson-Lavilledieu en Dordogne) organise deux journées d’...

23 avril (ancien calendrier) / 6 mai (nouveau) Vivre avec l'Église 103549

JEUDI LUMINEUX Saint Georges le grand-martyr, de Lydda en Palestine, et ses compagnons, saints Anatole, Protoléon, Athanase et Glycère, tous martyr...