15 novembre
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

23e dimanche après la Pentecôte
Début du carême de la Nativité – Dispense de poisson

Saints Gourias et Samonas, prêtres, martyrs à Edesse (306) ; saint Habib, diacre, martyr à Edesse (322) ; saints Elpide, Marcel et Eustoche, martyrs à Carthage (IVème s.) ; saint Dimitri de Thrace, martyr (307) ; saint Malo, évêque d’Aleth (460) ; Saints Aurèle, Suacre, Scutaire, Armentaire et Bénigne, évêques du diocèse du Puy-en-Velay (IVème-Vème s.), saint Didier, évêque de Cahors (655) ; saint Pavin, abbé près du Mans (vers 700) ; saint Païssy (Velitchkovsky) de Moldavie (1794) ; saints néo-martyrs de Russie : Nicolas (Chtcherbakov) et Pierre (Konardov), prêtre, Grégoire (Dolinine) et Nicétas (Almazov), diacres (1937) ; icône de la Mère de Dieu de Koupiatitsa (1180).

SAINT PAÏSSY VELITCHKOVSKY

Saint Païssy (Velitchkovsky) de Moldavie (1794)

Notre saint Père Païssy naquit en 1722 au sein de la famille nombreuse d’un prêtre de la ville de Poltava, en Ukraine. Doux, réservé, doué d’une grande capacité de recueillement et d’une vive intelligence, il apprit très vite à lire et se plongea avec passion dans la lecture de l’Écriture sainte, des Vies des saints moines et des écrits des Pères de l’Église, particulièrement ceux qui traitaient de l’ascèse. Envoyé à l’Académie Ecclésiastique de Kiev pour y poursuivre ses études, il fut rapidement déçu par son enseignement desséchant, influencé par la scolastique latine. Au bout de quatre ans, il abandonna ses études et se mit en quête d’un père spirituel et d’un monastère où il pourrait vivre dans le dépouillement, imitant la pauvreté du Christ. Il séjourna dans divers monastères, devint rasophore sous le nom de Platon ; puis, ayant entendu vanter le mode de vie que l’on menait dans les skites de Moldo-Valachie (la Roumanie actuelle), il s’y rendit en hâte avec quelques compagnons. Platon vécut là quelques années dans les conditions idéales pour la vie monastique, auprès de pères spirituels avisés qui suivaient fidèlement l’enseignement des saints Pères. Il manifesta alors son ardeur pour acquérir les qualités d’un disciple exemplaire : obéissance absolue, humilité, amour des frères, constance et joie dans les épreuves, zèle pour la méditation et la prière. Comme ses supérieurs, à la vue de ses progrès, voulaient le faire ordonner prêtre avant l’âge requis de trente ans, craignant d’enfreindre en quoi que ce fût les saints Canons, il quitta son monastère et la Roumanie pour se diriger vers le terme de ses aspirations : le Mont Athos. Toutefois, en raison de l’occupation turque, la situation n’y était guère brillante, et n’ayant pu trouver, malgré ses recherches, le père spirituel auquel son âme aspirait, Platon s’installa seul, près du monastère de Pantocrator, n’ayant pour guides que l’Écriture sainte, les écrits des saints Pères et le témoignage de sa conscience. Réduit à la plus extrême pauvreté, il ne mangeait qu’un jour sur deux, luttant chaque jour contre les tentations de découragement, et persévérant dans la prière et la méditation des écrits patristiques. Au bout de quatre années de luttes, le vénérable Basile de Poïana Marului, qu’il avait connu en Roumanie, vint en visite à l’Athos (1756). Il le tonsura moine sous le nom de Païssy et lui conseilla de prendre avec lui quelques compagnons, afin d’échapper aux dangers d’une vie érémitique prématurée. Peu de temps après, un jeune moine roumain, Bessarion, qui comme lui n’avait pu trouver de père spirituel, se présenta et lui demanda de le recevoir comme disciple. Païssy, se jugeant indigne d’enseigner, accepta de le prendre avec lui, non comme disciple mais comme frère et compagnon d’ascèse. Bientôt, d’autres frères, roumains et slaves, les rejoignirent. En 1758, Païssy, qui refusait toujours de se considérer comme leur maître, céda finalement aux instances de ses compagnons et accepta d’être ordonné prêtre et de devenir leur confesseur. Malgré les difficultés matérielles, la communauté s’accroissait sans cesse. Ils changèrent de demeure pour s’établir dans la skite du prophète Élie et, au bout de quelques années, l’endroit étant devenu trop exigu, ils s’installèrent au monastère de Simonos Pétra, qui se trouvait alors fermé pour dettes. Bientôt harcelés par les créanciers, ils décidèrent finalement de quitter l’Athos, pour retourner en Roumanie (1763). Païssy et ses septante disciples furent accueillis avec joie par le métropolite et le despote de Moldavie, qui mirent à leur disposition le monastère de Dragomirna. L’Ancien y organisa la vie communautaire selon les usages athonites et en se conformant scrupuleusement aux prescriptions des saints Pères. C’est dans la communauté du bienheureux Païssy qu’on adopta, pour la première fois, les méthodes de la prière intérieure aux conditions de la vie cénobitique. Jusqu’alors, en effet, cette forme de prière contemplative était réservée aux ermites et aux hésychastes. Dans l’église, les offices étaient parfaitement réglés : un chœur chantait en slavon et l’autre répondait en roumain. Chaque soir les moines se confessaient à leur Ancien, de manière à ne pas laisser le soleil se coucher sur la colère (Éph IV, 26) ou la dissension. Si toutefois un frère gardait rancune à un autre frère, il lui était interdit de pénétrer dans l’église et même de réciter le Notre Père. Comme, depuis Kiev, il souffrait de l’insuffisance des anciennes traductions slaves, lesquelles rendaient souvent le texte incompréhensible, et qu’il s’était vainement fatigué à les comparer lors de son séjour à l’Athos, il apprit le grec ancien et entreprit avec patience la collation de toute une série de copies des écrits patristiques dans leur langue originale. À Dragomirna, il travailla sans relâche à la correction de ces textes, avec un admirable respect et une méthode d’une parfaite rigueur critique, et s’attacha à traduire du grec des œuvres de nombreux Pères, tels que saints Antoine, Hésychios, Macaire, Diadoque, Philothée du Sinaï, Théodore Studite, Syméon le Nouveau Théologien, Grégoire le Sinaïte, et surtout Isaac le Syrien. Aidé par un groupe croissant de collaborateurs, il les corrigeait sans cesse et les éprouvait en les lisant et les commentant à la communauté réunie : un soir en slavon et le lendemain en roumain. À l’issue de la guerre russo-turque (1774), la partie de la Moldavie du Nord (Bucovine), où se trouvait le monastère, ayant été cédée à l’Autriche, la communauté, craignant les pressions de la part des autorités catholiques, décida de quitter Dragomirna pour s’installer au monastère de Sékou. Ce monastère se trouvant bientôt surchargé, Païssy dut accepter, à contrecœur, de diviser sa famille spirituelle, et il alla s’installer avec le plus grand nombre de ses disciples au monastère proche de Néamts (1779), le centre de la vie spirituelle de Moldavie depuis le XIVe siècle. Sa communauté monastique atteignit bientôt le nombre de mille moines : sept cents à Néamts et trois cents à Sékou. Outre les activités liturgiques et spirituelles, de nombreuses activités de bienfaisance avaient été organisées à Néamts. Saint Païssy s’endormit en paix, le 15 novembre 1794, un an après la publication de la première traduction slave de la Philocalie, publiée en grec onze ans auparavant par saint Macaire de Corinthe et saint Nicodème l’Hagiorite. Ces traductions et le rayonnement de la sainteté du bienheureux starets, diffusés par ses disciples en Russie, furent à l’origine d’un vaste mouvement de restauration de la vie spirituelle et du monachisme traditionnel, notamment au célèbre monastère d’Optino avec ses startsy.

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du dimanche du 6ème ton

Les puissances angéliques vinrent à Ton Sépulcre, et ceux qui le gardaient gisaient comme des morts. Marie se tenait près du Tombeau, cherchant Ton Corps immaculé. Toi qui as dépouillé l’enfer, Tu n’as pas été dominé par lui ; Tu es allé à la rencontre de la Vierge, Toi qui donnes la Vie. Ressuscité d’entre les morts, Seigneur, gloire à Toi !

Tropaire des saints martyrs, ton 5

Tu nous as donné les miracles de Tes martyrs comme une enceinte imprenable, Christ Dieu. Par leurs prières, dissipe les desseins des infidèles, affermis la Sainte Église, Toi qui seul es bon et Ami des hommes.

Tropaire de saint Païssy Velitchkovsky, ton 4

Ô saint et très-vénérable Père Païssy, gloire de Poltava et protecteur de la vraie foi, toi qui aimas le Christ dès ta jeunesse, tel un autre Abraham tu délaissas ta patrie, et t’adonnas au combat spirituel sur la montagne de l’Athos ; puis ayant assemblé une multitude de disciples, tu vins alors t’établir sur la terre bénie de Moldavie, où tu fondas le paradis terrestre de la laure de Néamts ; aussi avec les anges, empresse-toi de prier Dieu pour le salut de nos âmes.

Kondakion des saints martyrs, ton 2

Des hauteurs ayant reçu la grâce, ô sages, vous protégez ceux qu’éprouvent les épreuves, vous qui êtes dignes de toute louange;  c’est pourquoi vous avez épargné  à la jeune fille une mort amère; car vous êtes, illustres Martyrs, en vérité, la gloire d’Édesse et la joie du monde.

Kondakion de saint Païssy Veltichkovsky, ton 8

Au vénérable Païssy de Néamts, vase d’élection du Saint-Esprit, père de la Philocalie roumaine, et maître de nombreux disciples qu’il abreuva tous de la parole du saint Évangile, et revivificateur d’une multitude de monastères, chantons en ce jour avec les armées célestes la louange qui lui est due : Réjouis-toi, saint et très-vénérable Père Païssy, gloire de la Moldavie et diadème des vénérables moines !

Kondakion du dimanche du 6ème ton

Par Sa main vivifiante, le Donateur de vie a ressuscité tous les morts de leurs retraites ténébreuses, Lui, le Christ Dieu, qui a fait don de la Résurrection à la race des humains, car, de tous Il est le Sauveur, la Résurrection et la vie et le Dieu de l’univers.

ÉPITRE DU JOUR

Éph. II, 4-10

Frères, Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous, qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c’est par grâce que vous êtes sauvés) ; il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus Christ, afin de montrer dans les siècles à venir l’infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus Christ. Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions.

ÉVANGILE DU JOUR

Lc VIII, 26-39

En ce temps-là, Jésus et les disciples abordèrent dans le pays des Géraséniens, qui est en face de la Galilée. Lorsque Jésus fut descendu à terre, il vint au-devant de lui un homme de la ville, qui était possédé de plusieurs démons. Depuis longtemps il ne portait point de vêtement, et avait sa demeure non dans une maison, mais dans les sépulcres. Ayant vu Jésus, il poussa un cri, se jeta à ses pieds, et dit d’une voix forte : « Qu’y a-t-il entre moi et toi, Jésus, Fils du Dieu Très Haut ? Je t’en supplie, ne me tourmente pas. » Car Jésus commandait à l’esprit impur de sortir de cet homme, dont il s’était emparé depuis longtemps ; on le gardait lié de chaînes et les fers aux pieds, mais il rompait les liens, et il était entraîné par le démon dans les déserts. Jésus lui demanda : « Quel est ton nom ? » « Légion », répondit-il. Car plusieurs démons étaient entrés en lui. Et ils priaient instamment Jésus de ne pas leur ordonner d’aller dans l’abîme. Il y avait là, dans la montagne, un grand troupeau de pourceaux qui paissaient. Et les démons supplièrent Jésus de leur permettre d’entrer dans ces pourceaux. Il le leur permit. Les démons sortirent de cet homme, entrèrent dans les pourceaux, et le troupeau se précipita des pentes escarpées dans le lac, et se noya. Ceux qui les faisaient paître, voyant ce qui était arrivé, s’enfuirent, et répandirent la nouvelle dans la ville et dans les campagnes. Les gens allèrent voir ce qui était arrivé. Ils vinrent auprès de Jésus, et ils trouvèrent l’homme de qui étaient sortis les démons, assis à ses pieds, vêtu, et dans son bon sens ; et ils furent saisis de frayeur. Ceux qui avaient vu ce qui s’était passé leur racontèrent comment le démoniaque avait été guéri. Tous les habitants du pays des Géraséniens prièrent Jésus de s’éloigner d’eux, car ils étaient saisis d’une grande crainte. Jésus monta dans la barque, et s’en retourna. L’homme de qui étaient sortis les démons lui demandait la permission de rester avec lui. Mais Jésus le renvoya, en disant : « Retourne dans ta maison, et raconte tout ce que Dieu t’a fait. » Il s’en alla, et publia par toute la ville tout ce que Jésus avait fait pour lui.

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

Parution du Feuillet de l’Archevêché n. 2-2021 Actualités 184592

Nous vous invitons à lire le nouveau numéro du Feuillet de l’Archevêché qui vient de paraître.

Le foyer des étudiants de la Colline Saint-Serge a rouvert ses portes À la Une 184585

Sur le site de la Colline Saint-Serge, à Paris, le foyer des étudiants a rouvert ses portes pour la rentrée universitaire 2020-2021. 10 chambres so...

Bertrand Vergely : « Le Vigneron » – 19 avril 2021 À la Une 184577

Nous vous invitons à voir la 27e conférence de Bertrand Vergely intitulée : « Le Vigneron » donnée dans le cadre de la huitième série de conférence...

Un chant orthodoxe interprété lors des funérailles du prince Philippe, duc d’Édimbourg À la Une 184554

Lors des funérailles du prince Philippe, duc d’Édimbourg, le 17 avril, à sa demande, un chant orthodoxe a été interprété. Il s’agit du kontak...

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce a publié ses décisions concernant le déroulement d... À la Une 184562

En raison des restrictions sanitaires en vigueur actuellement en Grèce, le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce a décidé d’avancer d’une dem...

Soixantième anniversaire de la canonisation de saint Nectaire d’Égine À la Une 184558

Saint Nectaire d’Égine a été canonisé le 20 avril 1961 par le Patriarcat œcuménique. La vénération du saint avait déjà commencé immédiatement après...

L’Église orthodoxe ukrainienne appelle à la désescalade dans le conflit au Donbass À la Une 184553

L’Église orthodoxe ukrainienne (sous l’omophore du métropolite de Kiev Onuphre) continue à prier pour la paix en Ukraine et appelle à nouveau à la ...

8 avril (ancien calendrier) / 21 avril (nouveau) Vivre avec l'Église 102368

Grand Carême. Saints Hérodion, Agabus, Asyncrite, Rufus, Phlégon et Hermès, apôtres (Ier s.) ; saint martyr Pausilippe (138) ; saint Célestin, pape...

21 avril Vivre avec l'Église 62917

Grand Carême Saint Janvier, évêque de Bénévent en Italie et ses compagnons, saints Procule, Sosie et Fauste, diacres, saint Désiderius, lecteur, sa...

8 avril (ancien calendrier) / 21 avril (nouveau) Vivre avec l'Église 62914

MARDI LUMINEUX Saints Hérodion, Agabus, Asyncrite, Rufus, Phlégon et Hermès, apôtres (Ier s.) ; saint martyr Pausilippe (138) ; saint Célestin, pap...

« A quoi sert la religion ? » Revue du Web 184539

Texte en ligne sur le site Sagesse orthodoxe : « A quoi sert la religion ? »

L’archevêque de Tirana Anastase : « La grandeur n’est pas dans le nombre de ceux que tu opprimes,... À la Une 184532

« La grandeur n’est pas dans le nombre de ceux que tu oppresses, mais dans celui de ceux que tu sers » a souligné l’archevêque d’Albanie Anastase d...