2 décembre

948

2 décembre
Carême de la Nativité

Saint Habaccuc, prophète (VIIème s. av. J.- C) ; saint Athanase le Reclus (vers 1176) et un autre Athanase (XIIIème s.) des Grottes de Kiev ; sainte Mérope, martyre (vers 251) ; saints Jean, Héraclémon, André et Théophile, moines en Egypte (IVème s.) ; saint Avitianus, évêque de Rouen (IVème s.) ; saint Jessé, évêque de Tsilkani en Géorgie (VIème s.) ; saint Étienne Ouroch, roi de Serbie (1367) ; saint Porphyre le Kavsokalybite (1991) ; saints néomartyrs de Russie : Matthieu (Alexandrov), prêtre (1921) ; Démètre (Blagovechtchensky), prêtre et Vera (Grafov), confesseur (1932) ; Alexis, archevêque de Veliki-Oustioug, Constantin (Nekrassov), Nicolas (Zabolotsky), Serge (Kourdiavtsev), Vladimir (Proferansov), Jean (Derjavine), Théodore (Alexinsky), Nicolas (Vinogradsky), Jean (Dneprovsky), Nicolas (Safonov), Paul (Poniatsky), Serge (Felitsyne) prêtres, Danacte (Kalachnikov), Côme (Magda), moines, Marguerite (Zakatchourine), Matrone (Konioukhov) (1937) ; Marie (Tseïpline), moniale (1938) ; Boris (Ouspensky), martyr (1942)

LE SAINT PROPHÈTE HABACUC

Saint prophète Habaccuc
Saint Habaccuc, prophète (VIIème s. av. J.- C)

Habacuc était originaire de la tribu de Syméon. Fils de Saphat, il vécut vers 600 avant notre Seigneur et prédit, sous l’inspiration du Saint-Esprit, la prise de Jérusalem par les Chaldéens et la déportation à Babylone (587), en se lamentant amèrement sur le sort du peuple rebelle. Lorsque Nabuchodonosor vint faire le siège de Jérusalem, le prophète s’enfuit vers l’Ostracène et vécut comme un étranger dans la terre d’Ismaël (Arabie). Il ne retourna en Palestine qu’après le départ des Chaldéens qui emmenèrent captifs vers Babylone une grande partie des habitants de Jérusalem et de l’Égypte.
Un jour, alors qu’on faisait la moisson sur ses terres, il dit à ses serviteurs d’attendre un moment avant de distribuer la nourriture aux moissonneurs, pour qu’il ait le temps de faire une commission au loin. À peine avait-il donné cet ordre qu’il fut enlevé par un ange et transporté à Babylone pour donner à manger au prophète Daniel enfermé dans la fosse aux lions (Dn 14, 33). De retour en Judée par la même force miraculeuse, il se présenta quelques instants plus tard à ses moissonneurs et leur servit le même repas.
Portant un nom qui promettait la délivrance finale du peuple et annonçait la future résurrection (Habacuc : « père de la résurrection »), le saint prophète Habacuc se tenait vigilant, à l’écoute de la parole de Dieu, au sommet du poste de garde de son cœur (Hab 2, 1). C’est de là qu’il entonna son hymne admirable, devenu la quatrième Ode du canon des Matines. Contemplant les signes prophétiques de la manifestation de la puissance de Dieu par l’Incarnation, il s’écria : « Seigneur, j’ai entendu le récit de ton ouvrage, et j’ai été saisi de crainte ; Seigneur, j’ai considéré tes œuvres et j’ai été frappé de stupeur » (Hab 3, 2). Il prédit la naissance du Verbe en désignant mystérieusement la virginité de la Mère de Dieu : « Dieu viendra de Théman et le Saint de la montagne ombragée par la forêt » (3, 3). Décrivant la descente du Christ dans la chair comme une redoutable intervention cosmique de Dieu qui, dans sa colère contre ses ennemis, fait arrêter le soleil et la lune, et effraie la terre entière et les abîmes, Habacuc contemple le Seigneur monté sur les apôtres, comme sur des chevaux et des chars de combat, pour traverser la mer, vaincre la mort et sauver son peuple. C’est pourquoi, saisi de crainte, il se réjouit pourtant dans le Seigneur, son Sauveur, qui affermira ses pas sur le roc de l’Évangile quand viendra la fin des temps, et le fera monter avec le Christ ressuscité sur les hauteurs de la contemplation, afin de chanter en vainqueur son cantique de gloire dans le Royaume éternel.
Le tombeau du prophète Habacuc fut retrouvé sous le règne de Théodose, à la suite d’une révélation, dans le village de Kela (Keila), à quelque distance à l’est d’Éleuthéropolis. On édifia sur les lieux un sanctuaire flanqué d’un monastère, où vécut saint Épiphane [12 mai].

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

 

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du dimanche, 2ème ton

Lorsque Tu descendis dans la mort, Toi, la Vie immortelle, Tu anéantis l’enfer par l’éclat de la Divinité. Lorsque Tu ressuscitas les morts des demeures souterraines, toutes les Puissances des cieux s’écrièrent : « Ô Christ, Source de Vie, notre Dieu, gloire à Toi ! »

Tropaire du saint prophète, ton 2

Célébrant, Seigneur, la mémoire de ton prophète Habacuc, * par ses prières, * nous t’en supplions, sauve nos âmes.

Tropaire de saint Ouroch, ton 3

Tu as fleuri comme jeune homme en ta patrie, toi dont les vertus constituaient l’ornement, bienheureux Ouroch, et dus subir une injuste mort avant le temps, en doux fruit poussé sur la racine des rois, non encore assez mûr pour être cueilli; et, pleuré de tous les tiens, tu es parti habiter les parvis du Seigneur, où désormais tu intercèdes pour nous qui rendons hommage à ta mémoire sacrée.

Tropaire de saint Porphyre le Kavsokalybite, ton 8

Habitacle de la lumière divine et réceptacle des dons de l’Esprit, splendeur des presbytres, véritable étalon des moines, ô sage Porphyre, resplendissant du don des miracles et du discernement, notre Père vénérable, prie le Christ Dieu de sauver nos âmes.

Kondakion du saint prophète, ton 8

Prophète inspiré, tu as proclamé à la face de l’univers que Dieu viendrait du midi, c’est-à-dire de la Vierge Marie, * et du milieu de la nuit où tu veillais devant lui, * tu as annoncé au monde la résurrection du Christ comme tu l’avais appris d’un Ange resplendissant. * C’est pourquoi dans l’allégresse nous te chantons: * Réjouis-toi, brillant trésor de prophétie.

Kondakion de saint Ouroch, ton 6

Comme splendide fleur d’un noble rameau, bienheureux Ouroch, tu as poussé, mais par jalousie tu fus tué de la main de tes propres familiers; toi qu’illuminait l’Esprit divin et qui étais issu d’une famille de saints, pour la sainteté de ta vie et pour ton martyre tu fus couronné; et, puisque tu habites le céleste palais, prie pour nous qui célébrons ta mémoire de tout notre cœur.

Kondakion du dimanche, ton 2

Sauveur Tout-Puissant, Tu es ressuscité du Tombeau : l’enfer, voyant ce prodige, est saisi de stupeur et les morts ressuscitent. A cette vue, la création se réjouit avec Toi; Adam partage l’allégresse, et le monde, ô mon Sauveur, ne cesse de Te louer !

ÉPITRE DU JOUR

Éph. VI, 10-17

fortifiez-vous dans le Seigneur et dans la puissance de sa force. Revêtez l’armure de Dieu, afin de pouvoir résister aux maneuvres du Diable ; car ce n’est pas contre des adversaires de chair et de sang que nous avons à lutter, mais contre les principautés, les puissances, les princes de ce monde de ténèbres, les esprits du mal répandus dans les airs. C’est pour cela qu’il vous faut endosser l’armure de Dieu, afin de pouvoir résister au jour de malheur et tenir ferme après avoir tout surmonté. Tenez donc ferme, ayant pour ceinture la vérité, pour cuirasse la justice, pour chaussures le zèle à propager l’Evangile de paix ; par-dessus tout, prenant le bouclier de la foi, grâce auquel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du Mauvais ; prenez enfin le casque du salut et le glaive de l’Esprit, c’est-à-dire la parole de Dieu.

ÉVANGILE DU JOUR

Lc XIII, 10-17

Jésus enseignait dans une des synagogues, le jour du sabbat. Et voici, il y avait là une femme possédée d’un esprit qui la rendait infirme depuis dix-huit ans; elle était courbée, et ne pouvait pas du tout se redresser. Lorsqu’il la vit, Jésus lui adressa la parole, et lui dit: Femme, tu es délivrée de ton infirmité. Et il lui imposa les mains. A l’instant elle se redressa, et glorifia Dieu. Mais le chef de la synagogue, indigné de ce que Jésus avait opéré cette guérison un jour de sabbat, dit à la foule: Il y a six jours pour travailler; venez donc vous faire guérir ces jours-là, et non pas le jour du sabbat. Hypocrites! lui répondit le Seigneur, est-ce que chacun de vous, le jour du sabbat, ne détache pas de la crèche son bœuf ou son âne, pour le mener boire? Et cette femme, qui est une fille d’Abraham, et que Satan tenait liée depuis dix-huit ans, ne fallait-il pas la délivrer de cette chaîne le jour du sabbat? Tandis qu’il parlait ainsi, tous ses adversaires étaient confus, et la foule se réjouissait de toutes les choses glorieuses qu’il faisait.

  Notre lettre d'informations hebdomadaire gratuite  

Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Orthodoxie.com, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. Et pour cette raison, votre soutien nous est plus que nécessaire. Nous vous invitons à vous y abonner, ou bien à faire un don de soutien !