20 novembre
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest
Saint Grégoire le Décapolite
Saint Grégoire le Décapolite, moine (816)

Carême de la Nativité
Avant-Fête de la Présentation au Temple de la Très-Sainte Mère de Dieu et toujours vierge Marie ; Saint Grégoire le Décapolite, moine (816) ; saint Proclus, archevêque de Constantinople (447) ; saint Dasius, martyr à Silistria dans le Bas-Danube (vers 305) ; saints Eustache, Thespèse et Anatole, martyrs à Nicée (vers 235) ; saint Narsès, saint Joseph son disciple, saints Jean, Sapor, Isaac et Hypatios, évêques de Perse, l’eunuque saint Azaz, saint Sasan, saintes Thècle et Anne, et leurs nombreux compagnons, tous martyrs en Perse (343) ; saint Apothème, évêque d’Angers (vers 400) ; Saint Sylvestre, évêque de Chalon-sur-Saône (VIème s.) ; Saint Hippolyte, abbé de Condat (v. 772) sainte Maxence, vierge, recluse, martyre près de Senlis ; saint Diodore, moine à Youregorsk (1633) ; saints néo-martyrs de Russie : Alexis (Amanov), Alexandre (Sakharov), Vladimir (Medvediouk), Jean (Zabolotny), Alexis (Nikatov), Basile (Kandeliabrov), Nicolas (Zelenov), Jean (Sarv), Émilien (Panasevitch), Nicolas (Pokrovsky), prêtres, Arsène (Dmitriev), moine, Eutychius Katchour et Hilarion (Pisarets), moines, Joannicie (Kojevnikov), higoumène, (1937) ; Tatienne (Fomitchev), moniale (après 1937).

SAINT GRÉGOIRE LE DÉCAPOLITE

Saint Grégoire vit le jour à la fin du viiie siècle dans une des villes de la Décapole d’Isaurie, appelée Irènopolis. Grâce à la piété et aux soins de sa mère, le jeune garçon reçut une éducation élémentaire suffisante et, dès l’âge de huit ans, il manifesta nettement sa préférence pour l’étude des saintes Lettres et la fréquentation de l’église. Il s’appliquait avec assiduité au jeûne et à la pratique de toutes les vertus pour reproduire fidèlement en lui-même l’image du Christ. Parvenu au seuil de l’âge adulte, ses parents cherchèrent à le marier, mais, désirant préserver sa virginité pour l’offrir au Seigneur, Grégoire s’enfuit en secret de la maison familiale et se rendit dans un monastère à la tête duquel se trouvait un évêque exilé à cause de la persécution iconoclaste. Quelques années passèrent et, après la mort de son père, sa mère finit par le retrouver. Elle ne s’opposa pas à sa vocation, toutefois elle lui demanda de rejoindre son frère, qui était moine dans un monastère voisin. Grégoire obéit, mais il ne put rester dans cet établissement, car l’higoumène était hérétique. Il se rendit alors dans un autre monastère, dirigé par son oncle Syméon. Il y demeura quatorze ans et y brilla dans toutes les vertus de la vie commune, en particulier l’obéissance et l’humilité.

Comme Grégoire était avide d’une vie plus solitaire, il obtint de son supérieur l’autorisation de se retirer dans une grotte des environs pour s’y consacrer sans interruption à la prière, seul devant Dieu (vers 830). Il y affronta de nombreuses et terribles épreuves suscitées par les démons, jaloux de sa familiarité avec Dieu. Ceux-ci prenaient la forme de serpents ou d’animaux venimeux pour le terrifier et le pousser à quitter sa retraite. Mais le saint, armé du signe de la Croix et de l’espérance en Dieu, se riait de toutes leurs machinations et ne se laissait aucunement troubler dans sa prière. Après avoir essayé de l’effrayer par d’autres machinations, les démons l’attaquèrent au moyen des traits embrasés du désir charnel. Grégoire résista par d’ardentes supplications, mêlées de larmes, et fut finalement délivré de toute tentation charnelle à la suite d’une vision. Il put dès lors progresser de jour en jour vers l’impassibilité plus parfaite encore, qui est imitation de la perfection divine.

Un jour qu’il était assis dans sa grotte, rassemblé en lui-même, il entra en extase et une lumière éclatante venue du ciel, accompagnée d’une suave odeur, remplit l’endroit et persista pendant plusieurs jours. Transporté au Paradis, dans l’état que connaîtront les élus lors de la résurrection générale, le saint avait perdu toute notion du temps et quand, après quatre jours, son disciple vint le servir, il lui sembla qu’il ne s’était pas écoulé plus d’une heure depuis l’apparition de cette lumière. Toutefois, instruit par l’expérience des Pères sur les ruses du démon qui sait se transformer en ange de lumière, Grégoire demanda conseil à l’higoumène du monastère pour savoir si cette vision venait réellement de Dieu. Celui-ci le rassura et l’engagea à poursuivre ses combats ascétiques, pour rendre dignement grâce à Dieu.

Ainsi illuminé par la grâce divine, Grégoire fut bientôt envoyé par le Seigneur dans le monde, afin que resplendissent aux yeux des hommes l’éclat de ses vertus et la fermeté de son enseignement orthodoxe. Il se rendit d’abord à Éphèse et y passa l’hiver dans un monastère. Le printemps venu, il embarqua sur un bateau en partance pour Constantinople, où il voulait se rendre pour confondre les hérétiques iconoclastes. Mais il ne put atteindre que l’île de Proconnèse, dans l’archipel des Princes, où, malgré l’interdiction formelle, prononcée par l’empereur Théophile, de recevoir les moines confesseurs des saintes icônes, il fut accueilli dans la maison d’un pauvre homme. En échange de son hospitalité, ce dernier connut une rapide prospérité. Ne pouvant entrer dans la capitale, le saint partit pour la ville d’Énos (Thrace) et de là parvint à Thessalonique, après avoir échappé à une bande de brigands slaves à proximité de Christoupolis (l’actuelle Kavala). Se joignant à un moine qui était en partance pour Rome, il parvint à Corinthe par voie de terre. De là, il s’embarqua pour l’Italie et atteignit Reggio, en Calabre. Des fidèles voulurent lui donner de l’argent mais, discernant qu’il avait été mal acquis, le saint le refusa et continua son chemin vers Rome. Il y resta trois mois, inconnu de tous, dans une cellule isolée. Cependant, après avoir chassé un démon d’un possédé, il fut assailli par la foule qui le vénérait comme un saint. Il s’enfuit alors à nouveau vers Syracuse, où il s’enferma dans une tour abandonnée pour y trouver l’hésychia. Là encore les démons l’assaillirent par de nombreuses tentations, mais Grégoire les repoussait toujours par son ardente prière. Il convertit même une prostituée qui exerçait sa triste profession à proximité, et la convainquit de devenir moniale et de transformer sa maison de débauche en monastère. Il accomplit d’autres miracles, en particulier contre les démons, et attira à nouveau les foules à lui malgré son désir de solitude. C’est pourquoi il prit une nouvelle fois la route de l’exil volontaire pour fuir la gloire des hommes. Il ne put rester à Otrante, car l’évêque y était gagné à l’hérésie, aussi s’embarqua-t-il pour Thessalonique. Il s’installa dans l’église abandonnée de Saint-Ménas, sans aucun souci pour les choses terrestres. Lorsqu’il avait faim, il sortait et recevait l’hospitalité de quelque voisin. C’est alors que saint Joseph l’Hymnographe fit sa connaissance et réussit à le convaincre de partager sa vie ascétique [3 avr.]. D’autres disciples vinrent se joindre à eux, et le monastère devint un centre de rayonnement de la vraie foi et de la grâce de Dieu, par le grand nombre de miracles que saint Grégoire y accomplissait, grâce au don de clairvoyance que Dieu lui avait accordé.

Vers la fin de sa vie, il fut atteint gravement de la maladie de la pierre. Il supplia Dieu de lui accorder plutôt la maladie de l’hydropisie et fut exaucé. Défiguré par la maladie mais heureux de souffrir pour le Seigneur, le serviteur de Dieu put enfin se rendre à Constantinople et séjourner quelque temps au Mont Olympe de Bithynie, ce haut lieu de la vie monastique et de la défense de l’Orthodoxie. De retour à Byzance, il s’installa avec Joseph dans l’église de Saint-Antipas, située près de Saint-Mocios, et rendit visite dans sa prison à saint Syméon, son père spirituel, qui avait subi de nombreuses persécutions pour la défense des saintes icônes. Tourmenté encore pendant une année par la maladie, saint Grégoire prédit, douze jours à l’avance, le moment de son trépas. Il s’endormit dans la paix en 842, peu avant le rétablissement définitif de l’Orthodoxie.

Vers 1490, un riche et puissant boyard valaque, Barbu Craiovescu, racheta les reliques de saint Grégoire aux Turcs, pour en faire don au monastère de Bistriţa, fondation de sa famille, dans la province d’Olténie en Roumanie (département de Vîlcea), où elles n’ont cessé depuis d’être une source de miracles pour les habitants de la région et les foules de pèlerins qui viennent la vénérer.

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de l’avant-fête, ton 4

Anne nous annonce aujourd’hui la joie, portant dans ses bras le fruit qui dissipe toute tristesse, celle qui, seule, fut toujours Vierge. Accomplissant son vœu, elle présente aujourd’hui dans la joie au Temple du Seigneur Celle qui est le vrai temple du Verbe de Dieu et Sa Mère sans tache.

Tropaire de saint Grégoire le Décapolite, ton 4

Dieu de nos Pères, qui nous traites toujours selon Ta clémence, ne détourne pas de nous Ta pitié, mais, par leurs supplications, dirige en paix notre vie.

Kondakion de l’avant-fête, ton 4

Aujourd’hui l’univers entier, plein d’allégresse en l’heureuse fête de la Mère de Dieu, s’écrie : Voici le tabernacle céleste.

ÉPITRE DU JOUR

I Thess. V, 9-13 ; 24-28

Car Dieu ne nous a pas destinés à la colère, mais à l’acquisition du salut par notre Seigneur Jésus Christ, qui est mort pour nous, afin que, soit que nous veillons, soit que nous dormions, nous vivions ensemble avec lui. C’est pourquoi exhortez-vous réciproquement, et édifiez-vous les uns les autres, comme en réalité vous le faites. Nous vous prions, frères, d’avoir de la considération pour ceux qui travaillent parmi vous, qui vous dirigent dans le Seigneur, et qui vous exhortent. Ayez pour eux beaucoup d’affection, à cause de leur œuvre. Soyez en paix entre vous. Celui qui vous a appelés est fidèle, et c’est lui qui le fera. Frères, priez pour nous. Saluez tous les frères par un saint baiser. Je vous en conjure par le Seigneur, que cette lettre soit lue à tous les frères. Que la grâce de notre Seigneur Jésus Christ soit avec vous !

II Co XI, 1-6 (anticipé)

Si vous pouviez supporter de ma part un peu de folie ! Oui, supportez-moi ! Car je suis jaloux de vous d’une jalousie de Dieu, parce que je vous ai fiancés à un seul époux, pour vous présenter à Christ comme une vierge pure. Toutefois, de même que le serpent séduisit Ève par sa ruse, je crains que vos pensées ne se corrompent et ne se détournent de la simplicité à l’égard de Christ. Car, si quelqu’un vient vous prêcher un autre Jésus que celui que nous avons prêché, ou si vous recevez un autre Esprit que celui que vous avez reçu, ou un autre Évangile que celui que vous avez embrassé, vous le supportez fort bien. Or, j’estime que je n’ai été inférieur en rien à ces apôtres par excellence. Si je suis un ignorant sous le rapport du langage, je ne le suis point sous celui de la connaissance, et nous l’avons montré parmi vous à tous égards et en toutes choses.

ÉVANGILE DU JOUR

Lc XII, 2-12

Il n’y a rien de caché qui ne doive être découvert, ni de secret qui ne doive être connu. C’est pourquoi tout ce que vous aurez dit dans les ténèbres sera entendu dans la lumière, et ce que vous aurez dit à l’oreille dans les chambres sera prêché sur les toits. Je vous dis, à vous qui êtes mes amis : Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui, après cela, ne peuvent rien faire de plus. Je vous montrerai qui vous devez craindre. Craignez celui qui, après avoir tué, a le pouvoir de jeter dans la géhenne ; oui, je vous le dis, c’est lui que vous devez craindre. Ne vend-on pas cinq passereaux pour deux sous? Cependant, aucun d’eux n’est oublié devant Dieu. Et même les cheveux de votre tête sont tous comptés. Ne craignez donc point : vous valez plus que beaucoup de passereaux. Je vous le dis, quiconque me confessera devant les hommes, le Fils de l’homme le confessera aussi devant les anges de Dieu ; mais celui qui me reniera devant les hommes sera renié devant les anges de Dieu. Et quiconque parlera contre le Fils de l’homme, il lui sera pardonné ; mais à celui qui blasphémera contre le Saint Esprit il ne sera point pardonné. Quand on vous mènera devant les synagogues, les magistrats et les autorités, ne vous inquiétez pas de la manière dont vous vous défendrez ni de ce que vous direz ; car le Saint Esprit vous enseignera à l’heure même ce qu’il faudra dire.

Lc IX, 1-6 (anticipé)

Jésus, ayant assemblé les douze, leur donna force et pouvoir sur tous les démons, avec la puissance de guérir les maladies. Il les envoya prêcher le royaume de Dieu, et guérir les malades. Ne prenez rien pour le voyage, leur dit-il, ni bâton, ni sac, ni pain, ni argent, et n’ayez pas deux tuniques. Dans quelque maison que vous entriez, restez-y; et c’est de là que vous partirez. Et, si les gens ne vous reçoivent pas, sortez de cette ville, et secouez la poussière de vos pieds, en témoignage contre eux. Ils partirent, et ils allèrent de village en village, annonçant la bonne nouvelle et opérant partout des guérisons.

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

Le président de l’association Solidarité Kosovo, Arnaud Gouillon, a été nommé directeur du ... À la Une 179431

Arnaud Gouillon, président de l’association humanitaire Solidarité Kosovo, également citoyen serbe, a été nommé par le gouvernement serbe dir...

26 novembre Vivre avec l'Église 58963

26 novembre Carême de la Nativité Saint Alype, stylite à Andrinople (VIIème s.) ; Saint Amateur, évêque d’Autun, (IIIème s.) saint Jacques, e...

13 novembre (ancien calendrier) / 26 novembre (nouveau) Vivre avec l'Église 58961

13 novembre (ancien calendrier)/26 novembre (nouveau) Saint Jean Chrysostome, archevêque de Constantinople (407) ; saints martyrs Antonin, Nicéphor...

Décision du Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Chypre au sujet du problème ukrainien À la Une 179401

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Chypre a publié le communiqué suivant en date du 25 novembre 2020 au sujet du problème ukrainien : «&...

Commentaire du vice-président Département des relations ecclésiastiques extérieures de l’Église o... À la Une 179409

L’archiprêtre Nicolas Danilievitch, vice-président du Département des relations ecclésiastiques extérieures de l’Église orthodoxe ukrainienne se tr...

Commentaires du métropolite Hilarion de Volokolamsk sur le communiqué du Saint-Synode de l’Église... À la Une 179407

Le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, a commenté le c...

Communiqué du métropolite de Kykkos Nicéphore au sujet de la décision de l’Église de Chypre au su... À la Une 179390

Le métropolite de Kykkos et Tylliria Nicéphore a publié le communiqué suivant, en date du 25 novembre 2020, au sujet du problème ukrainien : « Le S...

Le mémorandum du métropolite de Tamassos Isaïe au Saint-Synode de l’Église de Chypre au sujet du ... À la Une 179397

Nous publions ci-dessous la traduction du texte intégral du mémorandum du métropolite de Tamassos Isaïe, lu à l’occasion de la réunion du Saint-Syn...

Un hiérarque de l’Église orthodoxe géorgienne a présidé la célébration de la « Guiorgoba » à l’ég... Actualités 179386

Le 23 novembre, l’Église orthodoxe fait mémoire du supplice de saint Georges. En Géorgie, cette mémoire, dite la « Guiorgoba », est fêtée avec une ...

Lettre de condoléances de Mgr Jean de Doubna pour le décès du patriarche Irénée de Serbie À la Une 179380

À Son Éminence le Métropolite Chrysostome de Dabrobosan, locum-tenens patriarcal, aux évêques, aux clercs et aux fidèles de l’Église orthodoxe serb...

La chaîne YouTube de la paroisse orthodoxe de Louveciennes Revue du Web 179341

La paroisse Saint-Germain et Saint-Cloud de Louveciennes vient de lancer sa propre chaîne YouTube. Photographie : source

25 novembre Vivre avec l'Église 58923

Carême de la Nativité – dispense de poisson Clôture de la fête de la Présentation au Temple de la Très-Sainte Mère de Dieu et toujours vierge Marie...