20 novembre

Saint Grégoire le Décapolite
Saint Grégoire le Décapolite, moine (816)

23e dimanche après la Pentecôte

Carême de la Nativité – Dispense de poisson


Avant-Fête de la Présentation au Temple de la Très-Sainte Mère de Dieu et toujours vierge Marie ; Saint Grégoire le Décapolite, moine (816) ; saint Proclus, archevêque de Constantinople (447) ; saint Dasius, martyr à Silistria dans le Bas-Danube (vers 305) ; saints Eustache, Thespèse et Anatole, martyrs à Nicée (vers 235) ; saint Narsès, saint Joseph son disciple, saints Jean, Sapor, Isaac et Hypatios, évêques de Perse, l’eunuque saint Azaz, saint Sasan, saintes Thècle et Anne, et leurs nombreux compagnons, tous martyrs en Perse (343) ; saint Apothème, évêque d’Angers (vers 400) ; Saint Sylvestre, évêque de Chalon-sur-Saône (VIème s.) ; Saint Hippolyte, abbé de Condat (v. 772) sainte Maxence, vierge, recluse, martyre près de Senlis ; saint Diodore, moine à Youregorsk (1633) ; saints néo-martyrs de Russie : Alexis (Amanov), Alexandre (Sakharov), Vladimir (Medvediouk), Jean (Zabolotny), Alexis (Nikatov), Basile (Kandeliabrov), Nicolas (Zelenov), Jean (Sarv), Émilien (Panasevitch), Nicolas (Pokrovsky), prêtres, Arsène (Dmitriev), moine, Eutychius Katchour et Hilarion (Pisarets), moines, Joannicie (Kojevnikov), higoumène, (1937) ; Tatienne (Fomitchev), moniale (après 1937).

SAINT GRÉGOIRE LE DÉCAPOLITE

Saint Grégoire vit le jour à la fin du viiie siècle dans une des villes de la Décapole d’Isaurie, appelée Irènopolis. Grâce à la piété et aux soins de sa mère, le jeune garçon reçut une éducation élémentaire suffisante et, dès l’âge de huit ans, il manifesta nettement sa préférence pour l’étude des saintes Lettres et la fréquentation de l’église. Il s’appliquait avec assiduité au jeûne et à la pratique de toutes les vertus pour reproduire fidèlement en lui-même l’image du Christ. Parvenu au seuil de l’âge adulte, ses parents cherchèrent à le marier, mais, désirant préserver sa virginité pour l’offrir au Seigneur, Grégoire s’enfuit en secret de la maison familiale et se rendit dans un monastère à la tête duquel se trouvait un évêque exilé à cause de la persécution iconoclaste. Quelques années passèrent et, après la mort de son père, sa mère finit par le retrouver. Elle ne s’opposa pas à sa vocation, toutefois elle lui demanda de rejoindre son frère, qui était moine dans un monastère voisin. Grégoire obéit, mais il ne put rester dans cet établissement, car l’higoumène était hérétique. Il se rendit alors dans un autre monastère, dirigé par son oncle Syméon. Il y demeura quatorze ans et y brilla dans toutes les vertus de la vie commune, en particulier l’obéissance et l’humilité.

Comme Grégoire était avide d’une vie plus solitaire, il obtint de son supérieur l’autorisation de se retirer dans une grotte des environs pour s’y consacrer sans interruption à la prière, seul devant Dieu (vers 830). Il y affronta de nombreuses et terribles épreuves suscitées par les démons, jaloux de sa familiarité avec Dieu. Ceux-ci prenaient la forme de serpents ou d’animaux venimeux pour le terrifier et le pousser à quitter sa retraite. Mais le saint, armé du signe de la Croix et de l’espérance en Dieu, se riait de toutes leurs machinations et ne se laissait aucunement troubler dans sa prière. Après avoir essayé de l’effrayer par d’autres machinations, les démons l’attaquèrent au moyen des traits embrasés du désir charnel. Grégoire résista par d’ardentes supplications, mêlées de larmes, et fut finalement délivré de toute tentation charnelle à la suite d’une vision. Il put dès lors progresser de jour en jour vers l’impassibilité plus parfaite encore, qui est imitation de la perfection divine.

Un jour qu’il était assis dans sa grotte, rassemblé en lui-même, il entra en extase et une lumière éclatante venue du ciel, accompagnée d’une suave odeur, remplit l’endroit et persista pendant plusieurs jours. Transporté au Paradis, dans l’état que connaîtront les élus lors de la résurrection générale, le saint avait perdu toute notion du temps et quand, après quatre jours, son disciple vint le servir, il lui sembla qu’il ne s’était pas écoulé plus d’une heure depuis l’apparition de cette lumière. Toutefois, instruit par l’expérience des Pères sur les ruses du démon qui sait se transformer en ange de lumière, Grégoire demanda conseil à l’higoumène du monastère pour savoir si cette vision venait réellement de Dieu. Celui-ci le rassura et l’engagea à poursuivre ses combats ascétiques, pour rendre dignement grâce à Dieu.

Ainsi illuminé par la grâce divine, Grégoire fut bientôt envoyé par le Seigneur dans le monde, afin que resplendissent aux yeux des hommes l’éclat de ses vertus et la fermeté de son enseignement orthodoxe. Il se rendit d’abord à Éphèse et y passa l’hiver dans un monastère. Le printemps venu, il embarqua sur un bateau en partance pour Constantinople, où il voulait se rendre pour confondre les hérétiques iconoclastes. Mais il ne put atteindre que l’île de Proconnèse, dans l’archipel des Princes, où, malgré l’interdiction formelle, prononcée par l’empereur Théophile, de recevoir les moines confesseurs des saintes icônes, il fut accueilli dans la maison d’un pauvre homme. En échange de son hospitalité, ce dernier connut une rapide prospérité. Ne pouvant entrer dans la capitale, le saint partit pour la ville d’Énos (Thrace) et de là parvint à Thessalonique, après avoir échappé à une bande de brigands slaves à proximité de Christoupolis (l’actuelle Kavala). Se joignant à un moine qui était en partance pour Rome, il parvint à Corinthe par voie de terre. De là, il s’embarqua pour l’Italie et atteignit Reggio, en Calabre. Des fidèles voulurent lui donner de l’argent mais, discernant qu’il avait été mal acquis, le saint le refusa et continua son chemin vers Rome. Il y resta trois mois, inconnu de tous, dans une cellule isolée. Cependant, après avoir chassé un démon d’un possédé, il fut assailli par la foule qui le vénérait comme un saint. Il s’enfuit alors à nouveau vers Syracuse, où il s’enferma dans une tour abandonnée pour y trouver l’hésychia. Là encore les démons l’assaillirent par de nombreuses tentations, mais Grégoire les repoussait toujours par son ardente prière. Il convertit même une prostituée qui exerçait sa triste profession à proximité, et la convainquit de devenir moniale et de transformer sa maison de débauche en monastère. Il accomplit d’autres miracles, en particulier contre les démons, et attira à nouveau les foules à lui malgré son désir de solitude. C’est pourquoi il prit une nouvelle fois la route de l’exil volontaire pour fuir la gloire des hommes. Il ne put rester à Otrante, car l’évêque y était gagné à l’hérésie, aussi s’embarqua-t-il pour Thessalonique. Il s’installa dans l’église abandonnée de Saint-Ménas, sans aucun souci pour les choses terrestres. Lorsqu’il avait faim, il sortait et recevait l’hospitalité de quelque voisin. C’est alors que saint Joseph l’Hymnographe fit sa connaissance et réussit à le convaincre de partager sa vie ascétique [3 avr.]. D’autres disciples vinrent se joindre à eux, et le monastère devint un centre de rayonnement de la vraie foi et de la grâce de Dieu, par le grand nombre de miracles que saint Grégoire y accomplissait, grâce au don de clairvoyance que Dieu lui avait accordé.

Vers la fin de sa vie, il fut atteint gravement de la maladie de la pierre. Il supplia Dieu de lui accorder plutôt la maladie de l’hydropisie et fut exaucé. Défiguré par la maladie mais heureux de souffrir pour le Seigneur, le serviteur de Dieu put enfin se rendre à Constantinople et séjourner quelque temps au Mont Olympe de Bithynie, ce haut lieu de la vie monastique et de la défense de l’Orthodoxie. De retour à Byzance, il s’installa avec Joseph dans l’église de Saint-Antipas, située près de Saint-Mocios, et rendit visite dans sa prison à saint Syméon, son père spirituel, qui avait subi de nombreuses persécutions pour la défense des saintes icônes. Tourmenté encore pendant une année par la maladie, saint Grégoire prédit, douze jours à l’avance, le moment de son trépas. Il s’endormit dans la paix en 842, peu avant le rétablissement définitif de l’Orthodoxie.

Vers 1490, un riche et puissant boyard valaque, Barbu Craiovescu, racheta les reliques de saint Grégoire aux Turcs, pour en faire don au monastère de Bistriţa, fondation de sa famille, dans la province d’Olténie en Roumanie (département de Vîlcea), où elles n’ont cessé depuis d’être une source de miracles pour les habitants de la région et les foules de pèlerins qui viennent la vénérer.

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du dimanche du 6ème ton

Les puissances angéliques vinrent à Ton Sépulcre, et ceux qui le gardaient gisaient comme des morts. Marie se tenait près du Tombeau, cherchant Ton Corps immaculé. Toi qui as dépouillé l’enfer, Tu n’as pas été dominé par lui ; Tu es allé à la rencontre de la Vierge, Toi qui donnes la Vie. Ressuscité d’entre les morts, Seigneur, gloire à Toi !

Tropaire de l’avant-fête, ton 4

Anne nous annonce aujourd’hui la joie, portant dans ses bras le fruit qui dissipe toute tristesse, celle qui, seule, fut toujours Vierge. Accomplissant son vœu, elle présente aujourd’hui dans la joie au Temple du Seigneur Celle qui est le vrai temple du Verbe de Dieu et Sa Mère sans tache.

Tropaire de saint Grégoire le Décapolite, ton 4

Dieu de nos Pères, qui nous traites toujours selon Ta clémence, ne détourne pas de nous Ta pitié, mais, par leurs supplications, dirige en paix notre vie.

Kondakion du dimanche du 6ème ton

Par Sa main vivifiante, le Donateur de vie a ressuscité tous les morts de leurs retraites ténébreuses, Lui,  le Christ Dieu, qui a fait don de la Résurrection à la race des humains, car, de tous Il est le Sauveur, la Résurrection et la vie et le Dieu de l’univers.

Kondakion de l’avant-fête, ton 4

Aujourd’hui l’univers entier, plein d’allégresse en l’heureuse fête de la Mère de Dieu, s’écrie : Voici le tabernacle céleste.

ÉPITRE DU JOUR

Éph. II, 4-10

Frères, Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous, qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c’est par grâce que vous êtes sauvés) ; il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus Christ, afin de montrer dans les siècles à venir l’infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus Christ. Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions.

ÉVANGILE DU JOUR

Lc VIII, 26-39

En ce temps-là, Jésus et les disciples abordèrent dans le pays des Géraséniens, qui est en face de la Galilée. Lorsque Jésus fut descendu à terre, il vint au-devant de lui un homme de la ville, qui était possédé de plusieurs démons. Depuis longtemps il ne portait point de vêtement, et avait sa demeure non dans une maison, mais dans les sépulcres. Ayant vu Jésus, il poussa un cri, se jeta à ses pieds, et dit d’une voix forte : « Qu’y a-t-il entre moi et toi, Jésus, Fils du Dieu Très Haut ? Je t’en supplie, ne me tourmente pas. » Car Jésus commandait à l’esprit impur de sortir de cet homme, dont il s’était emparé depuis longtemps ; on le gardait lié de chaînes et les fers aux pieds, mais il rompait les liens, et il était entraîné par le démon dans les déserts. Jésus lui demanda : « Quel est ton nom ? » « Légion », répondit-il. Car plusieurs démons étaient entrés en lui. Et ils priaient instamment Jésus de ne pas leur ordonner d’aller dans l’abîme. Il y avait là, dans la montagne, un grand troupeau de pourceaux qui paissaient. Et les démons supplièrent Jésus de leur permettre d’entrer dans ces pourceaux. Il le leur permit. Les démons sortirent de cet homme, entrèrent dans les pourceaux, et le troupeau se précipita des pentes escarpées dans le lac, et se noya. Ceux qui les faisaient paître, voyant ce qui était arrivé, s’enfuirent, et répandirent la nouvelle dans la ville et dans les campagnes. Les gens allèrent voir ce qui était arrivé. Ils vinrent auprès de Jésus, et ils trouvèrent l’homme de qui étaient sortis les démons, assis à ses pieds, vêtu, et dans son bon sens ; et ils furent saisis de frayeur. Ceux qui avaient vu ce qui s’était passé leur racontèrent comment le démoniaque avait été guéri. Tous les habitants du pays des Géraséniens prièrent Jésus de s’éloigner d’eux, car ils étaient saisis d’une grande crainte. Jésus monta dans la barque, et s’en retourna. L’homme de qui étaient sortis les démons lui demandait la permission de rester avec lui. Mais Jésus le renvoya, en disant : « Retourne dans ta maison, et raconte tout ce que Dieu t’a fait. » Il s’en alla, et publia par toute la ville tout ce que Jésus avait fait pour lui.

À propos de l'auteur

Photo of author

Jivko Panev

Jivko Panev, cofondateur et journaliste sur Orthodoxie.com. Producteur de l'émission 'Orthodoxie' sur France 2 et journaliste.
Lire tous les articles par Jivko Panev

Articles similaires

5 décembre

Carême de la Nativité – dispense de poisson Saint Sabas le Sanctifié, abbé en Palestine (532) ; saint Anastase, martyr ; saint Diogène, martyr ; saint Bassus, évêque de Nice,…

4 décembre

25e dimanche après la Pentecôte Carême de la Nativité – dispense de poisson Sainte Barbara (ou Barbe), mégalomartyre à Nicomédie, et sa compagne, sainte Julienne, martyre (vers 305) ; saint…

3 décembre

Carême de la Nativité – dispense de poisson Saint Sophonie, prophète (VIIème s. av. J.-C.) ; saint Théodore, archevêque d’Alexandrie, martyr (606) ; saint Théodule, moine à Edesse (vers 440)…

2 décembre

Carême de la Nativité Saint Habaccuc, prophète (VIIème s. av. J.- C) ; saint Athanase le Reclus (vers 1176) et un autre Athanase (XIIIème s.) des Grottes de Kiev ;…

1er décembre

Carême de la Nativité Saint Nahum, prophète (vers 600 av. J.-C.) ; saint Philarète le Miséricordieux de Paphlagonie (792) ; Sainte Florence, recluse à Comblé (367) ; saint Léonce, évêque de…

28 novembre

23e dimanche après la PentecôteCarême de la Nativité Saint Irénarque, martyr avec sept femmes à Sébaste (303)  ; saint Hilaire et son épouse sainte Quiéta, de Dijon (Vème s.) ; …

Accueil

Articles populaires

Recension: Hiéromoine Grégoire du Mont-Athos, «La foi, la liturgie et la vie de l’Église orthodoxe. Une esquisse de catéchisme orthodoxe»

Ce catéchisme est particulièrement bienvenu pour les parents en attente, pour leurs enfants d’un catéchisme orthodoxe fiable, mais aussi pour un certain nombre d’adultes qui pour des raisons diverses, n’ont pas été ou ont été insuffisamment catéchisés.Présenté en 250 pages dans un beau volume relié, il est l’œuvre du hiéromoine Grégoire (Chatziemmanouil), qui après avoir été un certain temps second du monastère de Stavronikita, s’est retiré depuis plusieurs décennies dans

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères…”. La vie et l’œuvre du Père Georges Florovsky »

Vient de paraître: Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères… ”. La vie et l’œuvre du Père Georges Florovsky », Éditions des Syrtes, Genève, 2019, 493 p.Le Père Georges Florovsky (1893-1979), après quelques années d’enseignement à Prague et à Paris, fit la plus grande partie de sa carrière aux États Unis où il enseigna dans les plus prestigieuses universités (Harvard, Cambridge, Princeton…). Unissant une vaste érudition, un attachement profond à

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

14 novembre (ancien calendrier) / 27 novembre (nouveau)

24e dimanche après la Pentecôte Saint Philippe, apôtre (I) ; Saint Grégoire Palamas, archevêque de Thessalonique (1357) ; Saint Justinien, empereur (565) et Sainte Théodora, impératrice (548) ; Saint Philippe…

Réunion périodique de l’AEOF du 24 novembre

La réunion périodique des évêques orthodoxes de France s’est tenue le jeudi 24 novembre sous la présidence du métropolite Dimitrios de France, au siège de l’Assemblée des évêques orthodoxe de France (AEOF). Diverses informations ont été échangées sur la vie des diocèses et les sujets d’intérêt commun en France. Les évêques ont salué la venue en France le 9 octobre dernier de Sa Sainteté le patriarche Porphyrios de Belgrade pour

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

26 novembre

Carême de la Nativité Saint Alype, stylite à Andrinople (VIIème s.) ; Saint Amateur, évêque d’Autun, (IIIème s.) saint Jacques, ermite en Syrie (457); saint Stylien de Paphiagonie (Vème-VIème s.) ;…

13 novembre (ancien calendrier) / 26 novembre (nouveau)

Saint Jean Chrysostome, archevêque de Constantinople (407) ; saints martyrs Antonin, Nicéphore et Germain, sainte martyre Manathas, à Césarée de Palestine (vers 308) ; saint Mitre, martyr à Aix-en-Provence (vers 300)…

Nouveaux textes liturgiques en slavon publiés par le Saint-Synode de l’Église orthodoxe ukrainienne

Lors de sa session du 23 novembre 2022, le Saint-Synode de l’Église orthodoxe ukrainienne a donné son approbation à une série de nouveaux textes liturgiques en slavon pour utilisation dans ses paroisses et monastères. Mentionnons notamment l’office des funérailles d’un diacre qui, jusqu’à présent est absent des euchologes (trebniki). Nous publions ci-après les offices avec leur lien sur l’original slavon : – Office des funérailles d’un diacre – Office de consécration

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le patriarche Bartholomée a reçu le nouveau consul général de Belgique

Le 24 novembre 2022, M. Tim Van Anderlecht, nouveau consul général de Belgique à Constantinople, a rendu visite au Patriarcat œcuménique. M. Van Anderlecht a été reçu par Sa Toute-Sainteté le patriarche œcuménique Bartholomée, avec lequel il a eu une longue discussion dans une atmosphère chaleureuse. À la rencontre était présent le métropolite majeur de Chalcédoine, Mgr Emmanuel. Source

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

25 novembre

Carême de la Nativité Clôture de la fête de la Présentation au Temple de la Très-Sainte Mère de Dieu et toujours vierge Marie (jusqu’au 25 Novembre). Saint Clément, pape de…

Matthew Namee : « Les origines de la théorie des ‘Terres barbares’. L’archevêché grec d’Amérique et l’interprétation du canon 28 de Chalcédoine »

Cet article a été initialement présenté par Matthew Namee à la conférence « L’archevêché grec à 100 ans », au Collège Hellénique- Faculté orthodoxe « Sainte-Croix » (Boston), le 7 octobre 2022. Cliquez ici pour voir la présentation originale de la conférence (ainsi qu’une brève séance de questions-réponses) sur YouTube. En 1924, le futur Patriarche Christophore d’Alexandrie, alors métropolite de Léontopolis, a publié un article intitulé « La position du Patriarcat œcuménique dans l’Église orthodoxe »[1].

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

24 novembre

Carême de la Nativité Après-Fête de la Présentation au Temple de la Très-Sainte Mère de Dieu et toujours vierge Marie (jusqu’au 25 Novembre). Sainte Mégalomartyre Catherine (305-313) ; saint Clément I,…

Le Saint-Synode l’Église orthodoxe ukrainienne réfute les accusations de « collaboration » et proteste contre les persécutions

Lors de sa réunion du 23 novembre 2022, le Saint-Synode de l’Église orthodoxe ukrainienne a publié la déclaration suivante : « Depuis plus de 270 jours, une guerre à grande échelle de la Fédération de Russie contre l’Ukraine est en cours. Depuis le premier jour de l’invasion des armées russes, l’Église orthodoxe ukrainienne a condamné cette guerre et s’est conséquemment prononcée pour la préservation de la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale de

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Un projet de loi interdisant l’Église orthodoxe russe en Ukraine a été enregistré à la Rada d’Ukraine

Le projet de loi interdit l’activité de toutes les organisations ou institutions religieuses qui font partie de l’Église orthodoxe russe ou reconnaissent sous quelque forme que ce soit sa subordination « en matière canonique, organisationnelle et autre », selon le site Internet du parti solidarité européenne (dont le chef est l’ancien président Petro Porochenko ndt). Le parti a déclaré que le projet de loi visait à prévenir les menaces à

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :