22 mai (ancien calendrier) / 4 juin (nouveau)
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

22 mai (ancien calendrier) / 4 juin (nouveau)

Saint Basilisque, évêque de Comanes, martyr à Amasée dans le Pont (vers 312) ; commémoration du second Concile Œcuménique de Constantinople (381) ; sainte Julie, martyre en Corse (Vème s.); sainte Hélène, vierge à Auxerre (Vème s.) ; saint Ausone, évêque d’Angoulême (IVème ou Vème s.); sainte Quitterie, princesse martyre (Vème s.) ; saint Romain, abbé à Druyes (vers 560) ; saints Boetien et Albeu, ermites dans la région de Laon (VIIème s.) ; saint Loup, évêque de Limoges (632); saint Jean-Wladimir, prince de Serbie, martyr et thaumaturge (1015) ; saint Jacques de Borovitchi, thaumaturge de Novgorod (1540).

SAINT BASILISQUE

Saint BasilisqueNeveu de saint Théodore Tiron [17 fév.], saint Basilisque fut soumis à la torture avec saints Eutrope et Cléonique, à Amasée ; mais, à son grand dépit, il ne put jouir avec eux de la gloire du martyre et fut renvoyé en prison après leur exécution. Alors qu’il pleurait et se lamentait dans son cachot, le Christ lui apparut, pour lui assurer qu’Il avait inscrit aussi son nom dans son Royaume, et qu’il ne serait en rien inférieur à ses compagnons, puis Il lui recommanda d’aller faire ses adieux à sa famille. Au lever du jour, Basilisque vit que les portes de la prison étaient ouvertes et il se rendit, accompagné de ses gardes, à son village natal, Choumiala. Il dit adieu à sa mère et à sa parenté, les exhorta à rester fidèles au Christ et à prier pour qu’il soit affermi dans sa confession. Il était de retour à la prison d’Amasée au moment où le nouveau gouverneur, Agrippa, homme terrible et cruel, assumant sa charge, avait réuni les notables de la cité pour un banquet. Comme on lui avait parlé de saint Basilisque, il ordonna de le transférer à Comane (Pont), avec les autres captifs chrétiens, pour y être jugés. Tiré violemment de prison, le saint fut chargé de lourdes chaînes, on lui cloua des sandales de fer aux pieds et, tout le long du chemin, les treize soldats qui l’escortaient le fustigèrent, de sorte que la route était arrosée de son sang. Ayant fait halte au village de Dacozara, ils attachèrent Basilisque, les mains derrière le dos, à un platane desséché depuis de longues années, tandis qu’ils prenaient leur repas chez la maîtresse du village, Troïanée. À la prière du saint, un tremblement de terre se produisit, avec un grand vacarme, qui jeta à terre la foule des badauds rassemblés là. Lorsqu’ils se relevèrent, ils constatèrent avec stupeur que l’arbre avait reverdi et qu’une source d’eau pure coulait aux pieds du bienheureux.

À cette vue, Troïanée crut au Christ avec toute sa maison et le saint, ayant délivré des possédés et guéri des malades, convertit non seulement un grand nombre d’habitants du lieu, mais encore les soldats de son escorte. Désormais pleins de respect pour leur captif, ils le déchargèrent de ses liens et reprirent leur route. En tout lieu, saint Basilisque accomplissait miracles et conversions, refusant de prendre toute nourriture, rassasié qu’il était par la prière et par la présence en lui de la grâce du Christ.

Parvenus à Comane, ils y trouvèrent Agrippa, qui ordonna de conduire sans retard le martyr au temple d’Apollon pour y sacrifier. Les soldats de la garnison locale le frappèrent en se moquant de sa foi en un Dieu invisible. Le saint, rempli d’une mâle assurance, leur répliqua que si Dieu ne peut être vu selon sa nature, Il se manifeste cependant spirituellement, selon l’énergie de sa grâce, autant qu’il est possible à l’intelligence humaine de le saisir, et Il accomplit beaucoup de merveilles par l’intermédiaire de ceux qu’Il a jugés dignes de le recevoir. Présenté au magistrat dans le temple et sommé de sacrifier, il répondit qu’il offrait en tout temps un sacrifice de louange à Dieu. Agrippa lui demanda quel était le nom de ce Dieu. Il répondit : « Mon Dieu est inexprimable, insaisissable, indescriptible, invisible, et les noms qui lui sont donnés par l’Écriture sont : Père, Tout-Puissant, Seigneur et Dieu, Roi suprême et Seigneur des armées, Sauveur et Miséricordieux, Compatissant, Longanime et Riche en pitié. Voilà le Dieu à qui j’offre un sacrifice de louange ! » Le gouverneur irrité reprit : « Sacrifie au nom du dieu que tu veux, mais sacrifie, et finissons-en. » Étendant les mains vers le ciel Basilisque éleva une prière ardente à Dieu pour la destruction des idoles, et aussitôt un feu descendit du ciel, incendia le temple et réduisit en poussière la statue d’Apollon. Le gouverneur sortit précipitamment du bâtiment en flamme et toute la ville fut troublée par cet événement. Revenu à lui et grinçant des dents de rage, Agrippa fit sortir du temple le saint, qui avait été miraculeusement protégé des flammes, et l’accusa de magie. Basilisque répondit qu’il ne s’agissait pas d’artifices magiques, mais de la puissance de Dieu qui avait accompli tout cela pour prouver que les dieux des païens ne sont que néant et illusion. Constatant la fermeté inébranlable du martyr, le magistrat prononça la sentence de mort. Basilisque fut emmené hors de la ville, en un lieu dit Dioscore, où il fut décapité. Un chrétien racheta son corps aux bourreaux et construisit une église à Comane, où il l’inhuma dignement. C’est dans cette église que, le 13 septembre 407, saint Jean Chrysostome, emmené pour son dernier exil, eut une vision de saint Basilisque, qui le réconforta et lui promit qu’ils seraient réunis le lendemain. Effectivement, le lendemain, après avoir revêtu des vêtements blancs et avoir reçu la sainte Communion, le saint hiérarque remit là son âme à Dieu.

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du dimanche du 5ème ton

Fidèles, chantons et adorons le Verbe coéternel au Père et à l’Esprit, né d’une Vierge pour notre salut : car il Lui a plu, en Sa chair, de monter sur la Croix, de subir la mort et de relever les défunts par Sa glorieuse Résurrection !

Tropaire du saint hiéromartyr, ton 5

Comme don royal et victime sacrée, au Roi des siècles et divin Maître des combats dans le martyre courageusement tu t’es offert, illustre Basilisque très-digne d’acclamations qui, renversant l’erreur des multiples divinités, te signalas comme soldat du vrai Dieu, le Christ, auprès duquel à présent tu intercèdes pour nos âmes et leur salut.

Tropaire de saint Jean-Vladimir, ton 4

La Croix lumineuse qui t’es apparue du ciel, tu l’as prêchée à tous admirablement, illuminant tous les peuples, ô glorieux Vladimir, orné de la pourpre de ton sang, tu as été rendu digne des honneurs incorruptibles, te tenant devant la Sainte Trinité ; aussi prie avec confiance pour que nous soyons sauvés.

Kondakion du saint hiéromartyr, ton 4

Illustre Basilisque, ayant reçu, pour ton généreux témoignage, ta part du céleste royaume, en vérité, sauve ceux, qui te chantent avec amour: Réjouis-toi, saint joyau des martyrs.

Kondakion de saint Jean-Vladimir, ton 8

Comme un trésor très précieux et une source épanchant des flots purifiant les habitants de la terre des maladies, ton corps sacré nous a été accordé, accordant la guérison des différentes maladies et la grâce divine à ceux qui accourent à lui, aussi nous t’acclamons : réjouis-toi prince Vladimir !

Kondakion de l’aveugle né, ton 3

Les yeux de mon âme étant aveugles,  je viens à toi, ô Christ, comme l’aveugle de naissance, et avec repentir je te clame : Tu es la Lumière qui resplendit sur ceux qui sont dans les ténèbres.

ÉPÎTRE DU JOUR

Actes XVII, 19-28

Alors ils le prirent, et le menèrent à l’Aréopage, en disant : Pourrions-nous savoir quelle est cette nouvelle doctrine que tu enseignes ? Car tu nous fais entendre des choses étranges. Nous voudrions donc savoir ce que cela peut être. Or, tous les Athéniens et les étrangers demeurant à Athènes ne passaient leur temps qu’à dire ou à écouter des nouvelles. Paul, debout au milieu de l’Aréopage, dit : Hommes Athéniens, je vous trouve à tous égards extrêmement religieux. Car, en parcourant votre ville et en considérant les objets de votre dévotion, j’ai même découvert un autel avec cette inscription : À un dieu inconnu ! Ce que vous révérez sans le connaître, c’est ce que je vous annonce. Le Dieu qui a fait le monde et tout ce qui s’y trouve, étant le Seigneur du ciel et de la terre, n’habite point dans des temples faits de main d’homme ; il n’est point servi par des mains humaines, comme s’il avait besoin de quoi que ce soit, lui qui donne à tous la vie, la respiration, et toutes choses. Il a fait que tous les hommes, sortis d’un seul sang, habitassent sur toute la surface de la terre, ayant déterminé la durée des temps et les bornes de leur demeure ; il a voulu qu’ils cherchassent le Seigneur, et qu’ils s’efforçassent de le trouver en tâtonnant, bien qu’il ne soit pas loin de chacun de nous, car en lui nous avons la vie, le mouvement, et l’être. C’est ce qu’ont dit aussi quelques-uns de vos poètes : De lui nous sommes la race.

ÉPÎTRE DU JOUR

Jn XII, 19-36

Les pharisiens se dirent donc les uns aux autres: Vous voyez que vous ne gagnez rien; voici, le monde est allé après lui. Quelques Grecs, du nombre de ceux qui étaient montés pour adorer pendant la fête, s’adressèrent à Philippe, de Bethsaïda en Galilée, et lui dirent avec instance: Seigneur, nous voudrions voir Jésus. Philippe alla le dire à André, puis André et Philippe le dirent à Jésus. Jésus leur répondit: L’heure est venue où le Fils de l’homme doit être glorifié. En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul; mais, s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle. Si quelqu’un me sert, qu’il me suive; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, le Père l’honorera. Maintenant mon âme est troublée. Et que dirais-je?… Père, délivre-moi de cette heure?… Mais c’est pour cela que je suis venu jusqu’à cette heure. Père, glorifie ton nom! Et une voix vint du ciel: Je l’ai glorifié, et je le glorifierai encore. La foule qui était là, et qui avait entendu, disait que c’était un tonnerre. D’autres disaient: Un ange lui a parlé. Jésus dit: Ce n’est pas à cause de moi que cette voix s’est fait entendre; c’est à cause de vous. Maintenant a lieu le jugement de ce monde; maintenant le prince de ce monde sera jeté dehors. Et moi, quand j’aurai été élevé de la terre, j’attirerai tous les hommes à moi. En parlant ainsi, il indiquait de quelle mort il devait mourir. – La foule lui répondit: Nous avons appris par la loi que le Christ demeure éternellement; comment donc dis-tu: Il faut que le Fils de l’homme soit élevé? Qui est ce Fils de l’homme? Jésus leur dit: La lumière est encore pour un peu de temps au milieu de vous. Marchez, pendant que vous avez la lumière, afin que les ténèbres ne vous surprennent point: celui qui marche dans les ténèbres ne sait où il va. Pendant que vous avez la lumière, croyez en la lumière, afin que vous soyez des enfants de lumière. Jésus dit ces choses, puis il s’en alla, et se cacha loin d’eux.

Chers lecteurs,

Ceci est l’un des cinq articles que nous vous donnons à lire gratuitement.

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

À propos de l'auteur

Emma Cazabonne

Emma Cazabonne

Beside an anthology on Cistercian texts, Emma Cazabonne has translated and published articles on Cistercian spirituality, the Middle Ages, and Orthodoxy. She converted to Orthodoxy in 2008. Her husband is an Orthodox priest. If you are interested in having your book translated into French, she can be contacted here https://wordsandpeace.com/contact-me/

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.



Divider

Articles populaires

20 septembre Vivre avec l'Église 71205

20 septembre Après-fête de l’Exaltation de la Croix ; saint Eustathe-Placide (Eustache), grand-martyr à Rome, avec son épouse, sainte Théopistée et...

7 septembre (ancien calendrier) / 20 septembre (nouveau) Vivre avec l'Église 71203

7 septembre (ancien calendrier) / 20 septembre (nouveau) Avant-fête de la Nativité de la Très-Sainte Mère de Dieu ; saint martyr Sozon de Cilicie (...

Rencontre au Vatican du pape François et du patriarche Bartholomée Actualités 117056

Le 17 septembre, le patriarche Bartholomée a rendu visite au pape François au Vatican. Le communiqué du Vatican précise : « La rencontre s’est déro...

Communiqué from the Archbishop’s Office on the Pastoral Letter of Archbishop Jean Renneteau 116977

To Clerics, monks and all the faithful of the Archdiocese On the night of September 14 to 15, 2019, following the communiqué of the Archbishop’s Of...

6 septembre (ancien calendrier) / 19 septembre (nouveau) Vivre avec l'Église 71199

6 septembre (ancien calendrier) / 19 septembre (nouveau) Commémoration du miracle du saint Archange Michel à Chonais en Phrygie (IVème s.) ; saint ...

Des prêtres orthodoxes russes demandent aux autorités de reconsidérer les peines prononcées à l’é... À la Une 116908

Plus d'une centaine de prêtres de l’Église orthodoxe russe se sont adressés aux autorités de Russie pour leur demander de reconsidérer les verdicts...

Les reliques de saint Georges le Pèlerin sont arrivées à Bucarest Actualités 116904

Les reliques de St Georges le Pèlerin sont arrivées vendredi à l’église de la Sainte-Croix à Bucarest, depuis le monastère de Văratec, où elles rep...

« Notre Église repose sur des principes patriotiques, tout comme l’Église gréco-catholique» décla... À la Une 116900

Il faut chercher des terrains d’entente qui peuvent croître à l’avenir en une bonne collaboration, moyennant quoi la nouvelle Église autocéphale d’...

115 000 fidèles ont participé à la procession en l’honneur de saint Alexandre de la Neva à Saint-... Actualités 116895

La procession en l’honneur du 295èmeanniversaire de la translation des reliques de S. Alexandre de la Neva a eu lieu le 12 septembre à Saint-Péters...

18 septembre Vivre avec l'Église 71120

18 septembre Après-fête de l’Exalation de la Croix ; saint martyr Eumène le thaumaturge, évêque de Gortyne (670) ; sainte martyre Ariadne de Phrygi...

5 septembre (ancien calendrier) / 18 septembre (nouveau) Vivre avec l'Église 71118

5 septembre (ancien calendrier) / 18 septembre (nouveau) Saint prophète Zacharie et juste Elisabeth, parents de saint Jean-Baptiste ; saints martyr...

Paris : le métropolite Antoine de Chersonèse et d’Europe occidentale a reçu le chef du Bure... Actualités 116809

Le 13 septembre, le métropolite Antoine métropolite de Chersonèse et d’Europe occidentale, a rencontré Clément Rouchouse, responsable du Bure...