28 novembre (ancien calendrier) / 11 décembre (nouveau)
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Carême de la Nativité

Saint Étienne le Jeune, moine et abbé du Mont-Saint-Auxence, martyr (766) ; saintsÉtienne, Basile, Grégoire, Grégoire et Jean et leurs compagnons, martyrs(VIIIème s.) ;  saintIrénarque, martyr avec sept femmes à Sébaste (303)  ; saint Hilaire et son épouse sainte Quiéta,de Dijon (Vème s.) ;  Saint Étienne leJeune, moine et abbé du Mont-Saint-Auxence, martyr (766) ; saints Étienne,Basile, Grégoire, Grégoire et Jean et leurs compagnons, martyrs (VIIIème s.) ;saint Théodore, archevêque de Rostov, iconographe (1394) ; saints néo-martyrsde Russie : Séraphin (Tchitchagov), métropolite (1937), Alexis (Veselovsky),Alexis (Smirnov), Basile (Zavgorodny), prêtres, Raphaël (Tioupine), Vincent(Nikolsky), moines, et Anisia (Maslanov) (1937), Parascève (Fedorov) (1938),Nicolas (Krylov), prêtre (1941).

VIE DE SAINT ÉTIENNE LE JEUNE

Saint Étienne le Jeune

Saint Étienne le Jeune vit le jour en 715 àConstantinople, de parents pieux et distingués, qui étaient restés longtempssans progéniture. En obtenant de Dieu ce garçon, à la suite d’une apparition dela Toute Sainte Mère de Dieu, ils firent le serment de le consacrer au servicedivin. Lorsque vint le moment pour les parents d’Étienne d’accomplir leur promesseet de consacrer leur fils à Dieu, l’empereur Léon III l’Isaurien (717-741)commençait à prendre ses premières mesures d’interdiction du culte des saintesimages et de persécution des défenseurs de l’Orthodoxie. Ils jugèrent donc plusprudent de s’éloigner de la capitale, et de confier leur fils aux moines duMont Saint-Auxence, près de Chalcédoine. Le jeune garçon de seize ans fut reçuavec joie par ces saints hommes et revêtit le jour même le saint Habitangélique. Il devint le disciple d’un Ancien expérimenté, du nom de Jean.Étienne montrait une parfaite obéissance et un zèle égal pour les obédiencesles plus astreignantes comme pour la louange de Dieu. Au bout de quelque temps,son père mourut, et Étienne se rendit à Constantinople pour régler ses affaireset distribuer ses biens aux pauvres. Jean, son père spirituel, remit lui aussipeu après son âme à Dieu, et Étienne fut choisi à sa place comme higoumène partous les frères réunis. Sous sa direction diligente, et grâce à sa grandehumilité, le petit groupe d’ascètes grandit jusqu’à atteindre le nombre devingt frères, suffisant pour former un monastère cénobitique. Le saint enorganisa la vie, puis il se retira au sommet du mont, pour y vaquer à la prièresilencieuse. La cellule qu’il se bâtit là était dépourvue de toit et exposée àtoutes les intempéries, et elle était si exiguë qu’on pouvait à peine sebaisser. Vêtu d’une mince tunique en tout temps, portant de lourdes chaînes surle corps, et se contentant d’une nourriture juste suffisante pour le garder envie, saint Étienne fit de grand progrès dans la contemplation et attira à lui,sans le vouloir, de nombreux disciples et visiteurs, qui répandirent sarenommée dans tout l’Empire. À la mort de Léon III (741), son fils Constantin Vfut couronné empereur. Sitôt son autorité bien assise, il déclencha une sauvagerépression contre ceux qui vénéraient les saintes images. En 754, le tyranréunit un pseudo concile, composé de plus de trois cents évêques soumis à sonautorité. Il leur fit proclamer officiellement la suppression du culte desicônes. Fort de cette décision, Constantin V fit partout détruire les saintesimages. Partout, des agents de l’empereur frappaient, torturaient etemprisonnaient les confesseurs. Ce fut ainsi l’occasion de mener unepersécution systématique contre le monachisme. On fermait les monastères, etcertains se trouvèrent même convertis en casernes, en bains ou autres édificespublics. On bafouait les moines, les obligeant à revêtir des effets laïcs et àse marier sous peine de torture. Sans crainte des représailles, saint Étienneexhortait à la résistance et apparaissait partout comme le chef du partiorthodoxe. Il fut mis en demeure par les envoyés de l’empereur de se rendre àConstantinople, pour souscrire aux décisions du concile hérétique, ce qu’ilrefusa après avoir courageusement renvoyé les délégués du souverain. Peu après,il fut arrêté et enfermé dans un monastère de Constantinople. Confronté auxthéologiens de l’empereur en public, il exposa brillamment la tradition dessaints Pères concernant la vénération des saintes icônes. Comme on le plaçaitdevant l’alternative : signer les décisions du concile ou mourir dans lestourments, le saint se moqua de ses accusateurs et leur démontra que ce concilene pouvait être légitime, puisque les six premiers Conciles Œcuméniques avaientété réunis dans des églises ornées elles-mêmes d’icônes, et que ses décisionsétaient manifestement hérétiques et étrangères à la tradition de l’Église. Ilfut alors condamné à l’exil, en 755. Il profita de cet exil pour se retirerdans une étroite cellule au sommet d’une colonne, où il entreprit de nouveauxexploits ascétiques. Il obtint ainsi une telle faveur auprès de Dieu, qu’ilaccomplissait des miracles éclatants pour ceux qui venaient vers lui etconfessaient la sainte foi orthodoxe, en vénérant l’image du Christ. Pourmettre fin à sa notoriété, l’empereur fit transférer saint Étienne àConstantinople, dans la prison du Prétoire. Il y retrouva trois centquarante-deux autres moines confesseurs de la foi. Les uns avaient eu le nezcoupé, d’autres les oreilles ou la langue tranchées, d’autres avaient étéhonteusement outragés et couverts de purin. Devant ce spectacle, le saintrendit hommage, en pleurant, à leur foi et à leur endurance. Il redonna courageaux désespérés, les exhortant à demeurer fermes sur le roc de la vraie foijusqu’au terme du combat, et réunit les détenus en un seul corps sous sapuissante autorité spirituelle. Malgré les difficiles conditions de détention,Étienne organisa leur vie comme dans un monastère, au rythme de la louangeperpétuelle de Dieu et dans la charité mutuelle. Il convertit même àl’Orthodoxie certains de ses geôliers, qui avaient écouté avec admiration lesrécits des luttes des saints confesseurs. Après onze mois d’emprisonnement,Étienne reçut la révélation de sa mort prochaine. Il entreprit alors un jeûnede quarante jours, pendant lesquels il enseignait nuit et jour à ses disciplesla voie du salut. Puis, le dernier jour venu, il ordonna de célébrer une vigilede toute la nuit pour recevoir de Dieu la force dans son ultime combat.L’empereur avait fait afficher partout la sentence d’exécution du chef du partiorthodoxe, afin d’effrayer ceux qui cachaient chez eux des moines ou desconfesseurs de la foi, si bien que, dans une grande confusion, des gens derien, excités par les soldats, se précipitèrent au Prétoire. Le saint seprésenta devant eux sans trembler et dit : « Je suis celui que vous cherchez. »Ils le jetèrent alors à terre et, attachant des cordes aux fers dans lesquelsses pieds étaient serrés, ils le traînèrent sur la voie publique, enl’injuriant et le frappant à coups de pieds et au moyen de bâtons. Lorsque lecortège parvint à l’église de Saint-Théodore, le saint se tourna vers lesanctuaire comme pour saluer le saint. Un de ces impies, nommé Philomatios,s’écria alors : « Voyez, il veut finir en martyr ! » Courant vers un posted’eau pour les incendies, il en arracha une grande barre de bois, et en frappale saint avec une telle violence qu’il lui brisa le crâne, laissant sa cervellese répandre sur le sol. Philomatios fut aussitôt saisi de convulsions, et ilresta la proie du démon jusqu’à sa mort. Le cadavre de saint Étienne fut alorsatrocement mutilé, à coups de pierres et de bâtons, par la populace. L’ayantensuite traîné par les rues, le sinistre cortège se rendit jusqu’au monastèreoù vivait la sœur du saint, dans le but de forcer cette dernière à lapider lecorps de son frère. Mais elle s’était cachée, et ne l’ayant pas trouvée, les impiesjetèrent le corps dans une fosse commune destinée aux païens et aux condamnés àmort. Puis ils retournèrent auprès de l’empereur pour lui relater les faits,comme s’il s’agissait d’un acte de bravoure. Ce triste événement eut lieu le 20novembre 765, le saint étant âgé de cinquante-trois ans.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de saint Étienne , ton 4

Entraîné à l’ascèse dans la montagne, tu as défait par l’armure de la Croix, ô Bienheureux, les attaques intérieures des adversaires. Plein de courage, tu t’es présenté à la lutte, abattant le Copronyme par l’épée de la foi. Pour ton ascèse, comme pour ta lutte, Dieu t’a couronné, glorieux Étienne, moine et martyr.

Tropaire du saint hiéromartyr Séraphin, ton 5

Préférant l’armée du Roi Céleste à celle qui est terrestre, tu fus un ardent serviteur de la Sainte Trinité ; gardant en ton cœur les préceptes du pasteur de Cronstadt, tu multiplias pour l’utilité du peuple de Dieu les différents dons qu’Il t’accorda ; maître de la piété et défenseur de l’unité ecclésiale, tu fus digne de souffrir jusqu’au sang, ô hiéromartyr Séraphin, prie le Christ Dieu de sauver nos âmes.

Kondakion de saint Étienne, ton 3

D’une racine stérile a crû une branche, toi le saint qui portas le nom du premier martyr, tu fus un guide éminent des moines, ô Père, ne craignant point la fureur de l’empereur qui ne voulait pas honorer l’icône ; c’est pour elle que tu mourus, ô  Étienne, recevant la couronne du martyre.

Autre kondakion de saint Étienne , ton 8

Amis de la fête, louons fidèlement et de tout cœur, par des chants, le contemplateur de la Trinité, le divin Étienne, car il honora la belle image du Maître et de Sa Mère, et crions-lui maintenant par amour, dans l’allégresse : réjouis-toi, Père éternellement glorieux !

Kondakion du hiéromartyr Séraphin, ton 6

Portant le même nom que le thaumaturge de Sarov, tu éprouvais un amour chaleureux envers lui, annonçant au monde ses labeurs spirituels et ses miracles, tu incitas les fidèles à sa glorification, et tu fus digne de la visite reconnaissante du saint lui-même. Avec lui, saint hiéromartyr Séraphin, tu séjournes dans les demeures célestes ; aussi prie le Christ Dieu que nous soyons participants à séraphique joie.

ÉPITRE DU JOUR

II Tim I,1-2,8-18

Paul, apôtre de Jésus Christ, par la volonté de Dieu, pour annoncer la promesse de la vie qui est en Jésus Christ, à Timothée, mon enfant bien-aimé : que la grâce, la miséricorde et la paix te soient données de la part de Dieu le Père et de Jésus Christ notre Seigneur. N’aie donc point honte du témoignage à rendre à notre Seigneur, ni de moi son prisonnier. Mais souffre avec moi pour l’Évangile, par la puissance de Dieu qui nous a sauvés, et nous a adressé une sainte vocation, non à cause de nos œuvres, mais selon son propre dessein, et selon la grâce qui nous a été donnée en Jésus Christ avant les temps éternels, et qui a été manifestée maintenant par l’apparition de notre Sauveur Jésus Christ, qui a détruit la mort et a mis en évidence la vie et l’immortalité par l’Évangile. C’est pour cet Évangile que j’ai été établi prédicateur et apôtre, chargé d’instruire les païens.Et c’est à cause de cela que je souffre ces choses ; mais j’en ai point honte, car je sais en qui j’ai cru, et je suis persuadé qu’il a la puissance de garder mon dépôt jusqu’à ce jour-là. Retiens dans la foi et dans la charité qui est en Jésus Christ le modèle des saines paroles que tu as reçues de moi. Garde le bon dépôt, par le Saint Esprit qui habite en nous. Tu sais que tous ceux qui sont en Asie m’ont abandonné, entre autres Phygelle et Hermogène. Que le Seigneur répande sa miséricorde sur la maison d’Onésiphore, car il m’a souvent consolé, et il n’a pas eu honte de mes chaînes ; au contraire, lorsqu’il est venu à Rome, il m’a cherché avec beaucoup d’empressement, et il m’a trouvé. Que le Seigneur lui donne d’obtenir miséricorde auprès du Seigneur en ce jour-là. Tu sais mieux que personne combien de services il m’a rendus à Éphèse.

ÉVANGILE DU JOUR

Lc XIX, 12-28

Il dit donc : Un homme de haute naissance s’en alla dans un pays lointain, pour se faire investir de l’autorité royale, et revenir ensuite. Il appela dix de ses serviteurs, leur donna dix mines, et leur dit: Faites-les valoir jusqu’à ce que je revienne. Mais ses concitoyens le haïssaient, et ils envoyèrent une ambassade après lui, pour dire : Nous ne voulons pas que cet homme règne sur nous. Lorsqu’il fut de retour, après avoir été investi de l’autorité royale, il fit appeler auprès de lui les serviteurs auxquels il avait donné l’argent, afin de connaître comment chacun l’avait fait valoir. Le premier vint, et dit : Seigneur, ta mine a rapporté dix mines. Il lui dit : C’est bien, bon serviteur ; parce que tu as été fidèle en peu de chose, reçois le gouvernement de dix villes. Le second vint, et dit : Seigneur, ta mine a produit cinq mines. Il lui dit : Toi aussi, sois établi sur cinq villes. Un autre vint, et dit : Seigneur, voici ta mine, que j’ai gardée dans un linge ; car j’avais peur de toi, parce que tu es un homme sévère ; tu prends ce que tu n’as pas déposé, et tu moissonnes ce que tu n’as pas semé. Il lui dit : Je te juge sur tes paroles, méchant serviteur ; tu savais que je suis un homme sévère, prenant ce que je n’ai pas déposé, et moissonnant ce que je n’ai pas semé ; pourquoi donc n’as-tu pas mis mon argent dans une banque, afin qu’à mon retour je le retirasse avec un intérêt ? Puis il dit à ceux qui étaient là: Otez-lui la mine, et donnez-la à celui qui a les dix mines. Ils lui dirent : Seigneur, il a dix mines. Je vous le dis, on donnera à celui qui a, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a. Au reste, amenez ici mes ennemis, qui n’ont pas voulu que je régnasse sur eux, et tuez-les en ma présence. Après avoir ainsi parlé, Jésus marcha devant la foule, pour monter à Jérusalem.

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

« Transformer la distanciation ecclésiale en union ». Deux articles de la revue « Contacts » À la Une 181347

Nous vous proposons ci-dessous deux textes du dernier numéro paru de la revue Contacts, le n°271 (« Liminaire » et sommaire), au format PDF. Il s&r...

3 janvier (ancien calendrier) / 16 janvier (nouveau) Vivre avec l'Église 94885

Samedi avant la Théophanie ; Saint Malachie, prophète (vers 450 av. J.-C.) ; saint Anthère, pape de Rome, martyr (236) ; saint Gordien, martyr à Cé...

16 janvier Vivre avec l'Église 94883

Vénération de la précieuse chaîne de l’apôtre Pierre ; saint Danacte, lecteur, martyr en Illyrie (IIème s.) ; Speusippe, Éleussippe, Méleussi...

Décisions du Saint-Synode du Patriarcat œcuménique du 14 janvier À la Une 181337

Le bureau de presse du Patriarcat œcuménique a publié le communiqué suivant, daté du 14 janvier : « Le Saint-Synode, sous la présidence de Sa ...

Les églises seront rouvertes en Grèce à partir du 18 janvier À la Une 181333

Selon les informations de l’agence grecque Romfea.gr, le rapport de la Commission des infectiologues est positif au sujet ...

Expulsés de leur paroisse en Volhynie, des fidèles de l’Église orthodoxe ukrainienne ont construi... Actualités 181329

La paroisse du village de Rakov-Les, en Volhynie, appartenant à l’Église orthodoxe ukrainienne, sous l’omophore du métropolite de Kiev Onuphre, a c...

En France, des professionnels de la santé ont été décorés de médailles de l’Église orthodoxe russ... À la Une 181324

Le 10 janvier 2021, dimanche de la Nativité, le métropolite Antoine de Chersonèse et d’Europe occidentale, exarque patriarcal en Europe de l’Ouest,...

« Ambiguïtés et ambitions de la Turquie néo-ottomane », l’émission « L’orthodoxie, ic... À la Une 181313

L’émission de télévision « L’orthodoxie, ici et maintenant » (KTO) du mois de janvier propose un entretien avec Jean-François Colosimo ...

2 janvier (ancien calendrier) / 15 janvier (nouveau) Vivre avec l'Église 94849

Avant-fête de la Théophanie. Saint Sylvestre, pape de Rome (335) ; saint Théogène, évêque de Parios (vers 320) ; saint Aspais de Melun  (573) ; sai...

15 janvier Vivre avec l'Église 94847

Saint Paul de Thèbes, ermite (341) ; saint Jean le Calybite (Vème s.) ; saint Pansophos, martyr à Alexandrie (vers 240-251) ; saint Maur, abbé près...

« La persécution des chrétiens dans le monde s’aggrave » Revue de presse 181301

« Selon un rapport, le nombre de tués en raison de leur foi a augmenté de 60 % en 2020. » Un article de Jean-Marie Guénois dans Le Figaro à lire en...

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce : « Le choix de la vaccination est le libre choix ... À la Une 181294

Le bureau de presse du Saint-Synode permanent de l’Église orthodoxe de Grèce a publié le communiqué suivant : « Le Saint-Synode permanent...