23/10/2017
Actualités
4 octobre

4 octobre

4 octobre

Saint hiéromartyr Hiérothée, évêque d’Athènes, sainte martyre Domnine d’Édesse et ses filles Bernice et Prosdoquée (305), saints martyrs Gaius, Fauste, Eusèbe et Chaeremon d’Alexandrie (III), saint Adaucte, martyr à Mélitène (IV), saint Amon (vers 350) et saint Paul le simple (IV) d’Égypte, sainte Aure, vierge, abbesse à Paris (666), saint hiéromartyr Pierre, évêque de Bostra (715), saint Jean Lampadiste, thaumaturge à Chypre (X), saint Vladimir, prince de Novgorod, thaumaturge (1052) ; saints Onésime, Hellade et Amon, reclus des Grottes de Kiev (XIII) ; invention des reliques de saint Gourias, évêque de Kazan, et de saint Barsanuphe, évêque de Tver (1595), saint Étienne Štiljanović, despote de Srem (1540),saint Eudémos Ier, catholicos de Géorgie (1643), saints néo-martyrs de Russie : Démètre (Voznesensky), prêtre (1918), Nicolas (Verechtchaguine), Michel (Tverdovsky), Jacques (Bobyrev) et Tikhon (Arkhanguelsky), prêtres, Basile (Tzvetkov), moine (1937), sainte Chionia (Arkhanguelsky), confesseur (1945).

SAINT HIÉROTHÉE D’ATHÈNES

Saint hiéromartyr Hiérothée, évêque d’Athènes, (305)

Saint hiéromartyr Hiérothée, évêque d’Athènes, (305)

Saint Hiérothée était, avec saint Denys, un des neuf membres de l’Aréopage. Ils étaient du nombre des quelques auditeurs de saint Paul qui se convertirent, lorsque ce dernier prêcha à Athènes. Quand l’Apôtre repartit, Hiérothée devint le premier évêque d’Athènes, et il se chargea d’initier Denys aux mystères que Dieu avait accordés à son intelligence céleste de contempler. Emporté sur les nuées, avec les apôtres et les saints hiérarques, pour assister aux funérailles de la Mère de Dieu, il entonna alors les hymnes divines avec une telle ferveur, tout entier hors de lui-même et plongé dans la contemplation, qu’il apparut à tous comme divinement inspiré. Ainsi que nous l’avons mentionné dans la notice consacrée à saint Denys [3 oct.], saint Hiérothée ne livra point par écrit le fruit de ses contemplations, ou du moins celles-ci ne nous ont été transmises que sous forme de fragments parmi les œuvres de son disciple. Après avoir réjoui le Seigneur par sa vie et ses enseignements, il s’endormit dans la paix, laissant Denys lui succéder.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de saint Hiérothée, ton 4
Maître en douceur, sobre en tout * et de noble conscience, comme prêtre, revêtu, * au Vase d’élection tu as puisé * les ineffables vérités; * tu as gardé la foi et, comme lui, * mené ta course à bonne fin; * pontife et martyr Hiérothée, * prie le Christ notre Dieu * de sauver nos âmes.

Kondakion de saint Hiérothée, ton 8
Comme évêque d’Athènes nous te célébrons, * nous qui avons connu d’ineffables mystères grâce à toi, * théologien divinement inspiré, bienheureux Hiérothée; * intercède pour que nous soyons sauvés de tout malheur, * afin que nous puissions te dire à haute voix: * Réjouis-toi, vénérable Père sage-en-Dieu.

Évangile du jour
(Mc VII, 5-16)
Les pharisiens et les scribes lui demandèrent: Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens, mais prennent-ils leurs repas avec des mains impures? Jésus leur répondit: Hypocrites, Ésaïe a bien prophétisé sur vous, ainsi qu’il est écrit: Ce peuple m’honore des lèvres, Mais son cœur est éloigné de moi. C’est en vain qu’ils m’honorent, En donnant des préceptes qui sont des commandements d’hommes. Vous abandonnez le commandement de Dieu, et vous observez la tradition des hommes. Il leur dit encore: Vous anéantissez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition. Car Moïse a dit: Honore ton père et ta mère; et: Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort. Mais vous, vous dites: Si un homme dit à son père ou à sa mère: Ce dont j’aurais pu t’assister est corban, c’est-à-dire, une offrande à Dieu, vous ne le laissez plus rien faire pour son père ou pour sa mère, annulant ainsi la parole de Dieu par votre tradition, que vous avez établie. Et vous faites beaucoup d’autres choses semblables. Ensuite, ayant de nouveau appelé la foule à lui, il lui dit: Écoutez-moi tous, et comprenez. Il n’est hors de l’homme rien qui, entrant en lui, puisse le souiller; mais ce qui sort de l’homme, c’est ce qui le souille. Si quelqu’un a des oreilles pour entendre, qu’il entende.

Print Friendly, PDF & Email
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski