5 décembre

373

5 DÉCEMBRE   

Carême de la Nativité – Dispense de poisson

Saint Sabas le Sanctifié, abbé en Palestine (532) ; saint Anastase, martyr ; saint Diogène, martyr ; saint Bassus, évêque de Nice, martyr (vers 250) ; saint Cyrion et son fils Zacharie (IVème s.) ; saint Siran (ou Cyran), abbé-fondateur de Meobecq (657) ; saints moines et confesseurs de l’Athos : Cosmas le prôtos et ses compagnons (XIIIème s.) ; saint Gourias, évêque de Kazan (1563) ; saint Nectaire de Karyès et de son père spirituel Philothée (XVIème s.) ; saints nouveaux martyrs de Russie : Élie (Tcheveroukhine), prêtre (1932) ; Gennade (Letiouk) (1941), moine ; Serge (Pravdolioubov), prêtre (1950).

SAINT SABAS LE SANCTIFIÉ

5 décembreNotre saint Père théophore Sabas, l’ange dans la chair et le civilisateur du désert de Palestine, vit le jour dans le petit bourg de Moutalaska (auj. Talas) en Cappadoce, en 439. Dès l’âge de huit ans, ayant compris la vanité de toutes choses en ce monde et le cœur brûlant d’amour pour Dieu, il entra au monastère des Flavianes, situé non loin de là. Malgré les tentatives de sa famille pour le faire revenir en arrière, il persévéra et fut initié rapidement à toutes les observances monastiques, en particulier à la tempérance et à la récitation par cœur du Psautier. Un jour, comme il travaillait au jardin, l’envie lui vint de manger une pomme. Mais, il venait à peine de la détacher de l’arbre, qu’il domina avec énergie la tentation de la gourmandise en se disant : « Beau à voir et bon à manger était le fruit qui me donna la mort par l’entremise d’Adam. Adam préféra ce qui apparaissait délectable à ses yeux charnels, et il fit plus de cas de la satisfaction de son ventre que des jouissances spirituelles. N’allons donc pas, dans la torpeur du sommeil spirituel nous éloigner des splendeurs de la tempérance. » Jetant la pomme à terre et la foulant aux pieds, il remporta la victoire sur la convoitise et, jusqu’à sa mort, il ne mangea plus jamais de pomme. L’enfant était si résolu et avait atteint une telle maturité qu’il s’adonnait aux labeurs du jeûne et de la veille comme les ascètes les plus expérimentés, et dépassait tous ses compagnons par l’humilité, l’obéissance et la maîtrise de soi. Après avoir passé dix ans dans ce monastère, il obtint de son supérieur la bénédiction de se rendre à Jérusalem (456). Attiré par la renommée du vénérable Euthyme [20 janv.], Sabas le supplia avec larmes d’être compté parmi ses disciples ; mais le saint vieillard l’envoya d’abord au monastère de saint Théoctiste [3 sept.], car il n’avait pas coutume de recevoir des jeunes gens encore imberbes parmi les rudes anachorètes du désert. Modèle de renoncement à sa volonté et d’humilité, Sabas consacrait, sous la direction de Théoctiste, tout le jour au service des frères et passait ses nuits à glorifier Dieu. Il était si parfait dans toutes les vertus que saint Euthyme le nommait : « L’enfant-vieillard ».

À la mort de saint Théoctiste (469), il obtint la permission de se retirer dans une grotte située à quelque distance du coenobium. Il y passait les cinq jours de la semaine sans prendre aucune nourriture, à prier sans cesse en tressant des feuilles de palmiers pour occuper son corps, et revenait au monastère pour participer à la Liturgie et au repas des frères, le samedi et le dimanche. Pendant le Grand Carême (du 14 janvier au Dimanche des Palmes), saint Euthyme avait coutume de l’emmener avec lui au désert de Rouba, pour s’y exercer aux plus hautes vertus, s’entretenant avec Dieu dans le silence et l’absence de toute consolation humaine. Il parvint ainsi à la mesure des grands athlètes de la foi et, après le décès de saint Euthyme (473), il se retira définitivement dans ces solitudes implacables pour affronter en combat singulier Satan et ses serviteurs, en n’ayant pour toutes armes que le signe de la Croix et l’invocation du saint Nom de Jésus.

Après quatre années passées dans le désert, il fut guidé par un ange vers une grotte perchée au-dessus d’un ravin sur la rive gauche du Cédron. Il y passa cinq ans (478-483) dans la contemplation; puis, assuré par Dieu que le temps était venu, il commença à accepter des disciples. Il procurait à chacun une cellule dans une des nombreuses cavernes des alentours et leur enseignait par l’expérience l’art de la vie solitaire. Comme ses disciples avaient bientôt atteint le nombre de soixante-dix, à la prière du saint, Dieu fit jaillir pour leur consolation une source d’eau vive dans le ravin. Pour leurs offices liturgiques communs, les frères se réunissaient dans une vaste grotte en forme d’église, qui avait été découverte par saint Sabas guidé par une colonne de feu. La Laure  grandissait sans cesse, cent cinquante solitaires s’y étaient rassemblés, et un grand nombre de pèlerins y affluait sans cesse pour y entendre des paroles de salut et offrir des dons, grâce auxquels les moines pouvaient satisfaire tous leurs besoins, sans être obligés de se mêler aux soucis et aux tumultes du monde. Malgré son désir d’échapper au sacerdoce, l’humble Sabas fut cependant contraint d’accepter l’ordination sacerdotale, à l’âge de cinquante-trois ans, pour assurer le bon ordre de son troupeau spirituel.

Le grand nombre de ses disciples ne l’empêchait pas néanmoins de persévérer dans l’amour de la retraite et, chaque année, fidèle à la coutume de son père en Dieu Euthyme, il se retirait dans le désert profond pour le Grand Carême. C’est au cours d’une de ces retraites qu’il s’installa sur une colline infestée de démons, nommée Castellion et, après l’avoir purifiée par sa prière, il y fonda un nouveau monastère cénobitique réservé à des moines déjà éprouvés (492). Pour ceux qui venaient de renoncer au monde, il fonda un troisième établissement, au nord de la Laure, afin qu’ils y soient formés à la vie ascétique et à la récitation du Psautier (493). Il ne laissait en effet demeurer en solitaires que les moines expérimentés, ayant acquis le discernement et la vigilance sur leurs pensées, ainsi qu’un cœur humble et un renoncement parfait à leur volonté propre. Quant aux jeunes encore imberbes, il les envoyait se former au cœnobium de saint Théodose [11 janv.].

À cette époque, comme la nombreuse population monastique de Palestine était troublée par les machinations des hérétiques monophysites opposés au Concile de Chalcédoine, le patriarche de Jérusalem, Salluste, nomma saint Théodose et saint Sabas archimandrites  et exarques de tous les monastères dépendants de la Ville sainte (494) : Théodose pour les cénobites et Sabas pour les anachorètes et les moines demeurant en cellule dans les laures. Ce redoutable ennemi des démons était plein de douceur et d’effacement à l’égard des hommes. C’est ainsi que, lorsque par deux fois certains de ses moines se révoltèrent (490 et 503), le saint vieillard se retira de lui-même, sans chercher à se justifier ou à imposer son autorité, et il n’accepta de reprendre sa charge que sur les instances du patriarche. Ayant appris que les soixante moines, qui avaient fait défection pour se retirer dans une laure abandonnée, qui fut appelée la « Nouvelle Laure » (507), manquaient de tout, il obtint du patriarche une somme d’or qu’il vint lui-même leur apporter, et il les aida à construire une église et à organiser leur monastère, avec leur propre higoumène.

Ayant acquis la bienheureuse impassibilité et inébranlablement fixé en Dieu, saint Sabas pacifiait les animaux sauvages, guérissait les malades et, par sa prière, attirait des pluies bienfaisantes sur la région tourmentée par la sécheresse et la famine. Il fonda d’autres monastères, de sorte que, outre sa fonction d’exarque des solitaires, il était le père spirituel de sept communautés. Ce civilisateur du désert guidait avec sagesse ses légions de combattants spirituels et s’efforçait de les maintenir dans l’unité de la foi. En 512, il fut envoyé, avec d’autres moines, à Constantinople, auprès de l’empereur Anastase (491-518), qui était favorable au parti monophysite, pour soutenir la foi orthodoxe et obtenir des allégements fiscaux en faveur de l’Église de Jérusalem. Ce pauvre et humble ermite aux vêtements en haillons, d’abord repoussé par les gardes du palais comme un mendiant, fit sur l’empereur une forte impression et, pendant son long séjour dans la capitale, le souverain aimait à le convoquer auprès de lui pour profiter de ses enseignements. De retour en Palestine, il dut lutter avec acharnement contre les entreprises du patriarche hérétique d’Antioche, Sévère. En 516, après avoir de nouveau attiré l’empereur dans les filets de l’erreur, Sévère parvint à faire expulser saint Élie [20 juil.] du siège de Jérusalem ; mais, à l’instigation de Sabas et de Théodose, les moines se rassemblèrent au nombre de plus de six mille pour convaincre son successeur, Jean, de lutter pour la défense du Concile de Chalcédoine. Comme à la suite de cette manifestation, l’empereur se préparait à user de la force, Sabas lui envoya, au nom de tous les moines de la Terre Sainte, une audacieuse pétition. Anastase mourut la même année (518) et, grâce à Dieu, la foi fut confirmée par le nouveau souverain, Justin Ier (518-527), qui ordonna de placer le Concile de Chalcédoine dans les saints diptyques. Saint Sabas fut alors envoyé à Scythopolis et Césarée pour annoncer en personne la victoire, au milieu de l’allégresse générale.

En 531, à la suite d’une sanglante révolte des Samaritains, le saint vieillard fut de nouveau envoyé à Constantinople, auprès du pieux Justinien (527-565), afin d’obtenir son aide et sa protection. En retour, il prophétisa à l’empereur la reconquête de Rome et de l’Afrique, ainsi que la victoire définitive sur le monophysisme, le nestorianisme et l’origénisme, qui devait faire la gloire de son règne.

Accueilli avec joie à Jérusalem, cet infatigable serviteur de Dieu, trouva encore le temps de fonder le monastère dit de Jérémie, avant de se retirer enfin à la Grande Laure. Âgé de quatre-vingt-quatorze ans, il tomba malade et s’endormit paisiblement dans le Seigneur, le dimanche 5 décembre 532, laissant la succession à saint Mélitas [3 janv.]. Son corps, miraculeusement conservé exempt de corruption, fut d’abord déposé dans la Laure, en présence d’une foule immense de moines et de laïcs. Transféré à Venise au temps des Croisades, il a été récemment restitué à son monastère (26 octobre 1965).

La Laure de Saint-Sabas, devenue par la suite monastère cénobitique, a tenu une place de premier plan dans l’histoire du monachisme et de l’Église de Palestine. Un grand nombre de saints y ont fleuri : Jean Damascène [4 déc.], Cosmas de Maïouma [14 oct.], Étienne [28 oct.], André de Crète [4 juil.], etc. C’est là que s’est développé et fixé le Typikon qui règle encore nos offices liturgiques, et qu’a été rédigée une partie importante de nos hymnes.

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de saint Sabas, ton 8

Par les flots de tes larmes tu as fait fleurir le stérile désert, * par tes profonds gémissements tu fis produire à tes peines cent fois plus, * par tes miracles éclatants tu devins un phare éclairant le monde entier: * vénérable Père, saint Sabbas, prie le Christ notre Dieu * de sauver nos âmes.

Kondakion de saint Sabas, ton 8

Comme dès l’enfance, bienheureux Sabbas, tu t’es offert, * en ta vertu, comme une offrande immaculée * à ce Dieu qui te connaissait bien avant ta naissance, * tu devins le pur joyau des saints Moines, * digne de louange comme citoyen du désert. * C’est pourquoi je te crie dans l’allégresse: * Réjouis-toi, Père vénérable et digne de nos chants.

ÉPITRE DU JOUR

II Tim. IV, 9-22

Mon enfant Timothée, viens au plus tôt vers moi, car Démas m’a abandonné, par amour pour le siècle présent, et il est parti pour Thessalonique ; Crescens est allé en Galatie, Tite en Dalmatie. Luc seul est avec moi. Prends Marc, et amène-le avec toi, car il m’est utile pour le ministère. J’ai envoyé Tychique à Éphèse. Quand tu viendras, apporte le manteau que j’ai laissé à Troas chez Carpus, et les livres, surtout les parchemins. Alexandre, le forgeron, m’a fait beaucoup de mal. Le Seigneur lui rendra selon ses œuvres. Garde-toi aussi de lui, car il s’est fortement opposé à nos paroles. Dans ma première défense, personne ne m’a assisté, mais tous m’ont abandonné. Que cela ne leur soit point imputé ! C’est le Seigneur qui m’a assisté et qui m’a fortifié, afin que la prédication fût accomplie par moi et que tous les païens l’entendissent. Et j’ai été délivré de la gueule du lion. Le Seigneur me délivrera de toute œuvre mauvaise, et il me sauvera pour me faire entrer dans son royaume céleste. À lui soit la gloire aux siècles des siècles ! Amen ! Salue Prisca et Aquilas, et la famille d’Onésiphore. Éraste est resté à Corinthe, et j’ai laissé Trophime malade à Milet. Tâche de venir avant l’hiver. Eubulus, Pudens, Linus, Claudia, et tous les frères te saluent. Que le Seigneur soit avec ton esprit ! Que la grâce soit avec vous !

ÉVANGILE DU JOUR

Lc XX, 1-8

Un de ces jours-là, comme Jésus enseignait le peuple dans le temple et qu’il annonçait la bonne nouvelle, les principaux sacrificateurs et les scribes, avec les anciens, survinrent, et lui dirent: Dis-nous, par quelle autorité fais-tu ces choses, ou qui est celui qui t’a donné cette autorité? Il leur répondit: Je vous adresserai aussi une question. Dites-moi, le baptême de Jean venait-il du ciel, ou des hommes? Mais ils raisonnèrent ainsi entre eux: Si nous répondons: Du ciel, il dira: Pourquoi n’avez-vous pas cru en lui? Et si nous répondons: Des hommes, tout le peuple nous lapidera, car il est persuadé que Jean était un prophète. Alors ils répondirent qu’ils ne savaient d’où il venait. Et Jésus leur dit: Moi non plus, je ne vous dirai pas par quelle autorité je fais ces choses.

This post is also available in: English (Anglais)

  Notre lettre d'informations hebdomadaire gratuite  

Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Orthodoxie.com, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. Et pour cette raison, votre soutien nous est plus que nécessaire. Nous vous invitons à vous y abonner, ou bien à faire un don de soutien !

Emma Cazabonne was born and raised in France. She taught English before entering the Cistercian Order. She translated and published articles relevant to her interest in Cistercian spirituality, the Middle Ages, and Orthodoxy. She moved to the United States in 2001, converted to Orthodoxy in 2008, and married. Her husband is an Orthodox priest. She continued to publish articles, a Cistercian texts anthology, then finally launched her career in literary translation, while teaching French. If you are interested in having your book translated into French, she can be contacted here https://wordsandpeace.com/contact-me/