5 décembre

24e dimanche après la Pentecôte

Carême de la Nativité – Dispense de poisson

Saint Sabas le Sanctifié, abbé en Palestine (532) ; saint Anastase, martyr ; saint Diogène, martyr ; saint Bassus, évêque de Nice, martyr (vers 250) ; saint Cyrion et son fils Zacharie (IVème s.) ; saint Siran (ou Cyran), abbé-fondateur de Meobecq (657) ; saints moines et confesseurs de l’Athos : Cosmas le prôtos et ses compagnons (XIIIème s.) ; saint Gourias, évêque de Kazan (1563) ; saint Nectaire de Karyès et de son père spirituel Philothée (XVIème s.) ; saints nouveaux martyrs de Russie : Élie (Tcheveroukhine), prêtre (1932) ; Gennade (Letiouk) (1941), moine ; Serge (Pravdolioubov), prêtre (1950).

SAINT SABAS LE SANCTIFIÉ

5 décembre

Notre saint Père théophore Sabas, l’ange dans la chair et le civilisateur du désert de Palestine, vit le jour dans le petit bourg de Moutalaska (auj. Talas) en Cappadoce, en 439. Dès l’âge de huit ans, ayant compris la vanité de toutes choses en ce monde et le cœur brûlant d’amour pour Dieu, il entra au monastère des Flavianes, situé non loin de là. Malgré les tentatives de sa famille pour le faire revenir en arrière, il persévéra et fut initié rapidement à toutes les observances monastiques, en particulier à la tempérance et à la récitation par cœur du Psautier. Un jour, comme il travaillait au jardin, l’envie lui vint de manger une pomme. Mais, il venait à peine de la détacher de l’arbre, qu’il domina avec énergie la tentation de la gourmandise en se disant : « Beau à voir et bon à manger était le fruit qui me donna la mort par l’entremise d’Adam. Adam préféra ce qui apparaissait délectable à ses yeux charnels, et il fit plus de cas de la satisfaction de son ventre que des jouissances spirituelles. N’allons donc pas, dans la torpeur du sommeil spirituel nous éloigner des splendeurs de la tempérance. » Jetant la pomme à terre et la foulant aux pieds, il remporta la victoire sur la convoitise et, jusqu’à sa mort, il ne mangea plus jamais de pomme. L’enfant était si résolu et avait atteint une telle maturité qu’il s’adonnait aux labeurs du jeûne et de la veille comme les ascètes les plus expérimentés, et dépassait tous ses compagnons par l’humilité, l’obéissance et la maîtrise de soi. Après avoir passé dix ans dans ce monastère, il obtint de son supérieur la bénédiction de se rendre à Jérusalem (456). Attiré par la renommée du vénérable Euthyme [20 janv.], Sabas le supplia avec larmes d’être compté parmi ses disciples ; mais le saint vieillard l’envoya d’abord au monastère de saint Théoctiste [3 sept.], car il n’avait pas coutume de recevoir des jeunes gens encore imberbes parmi les rudes anachorètes du désert. Modèle de renoncement à sa volonté et d’humilité, Sabas consacrait, sous la direction de Théoctiste, tout le jour au service des frères et passait ses nuits à glorifier Dieu. Il était si parfait dans toutes les vertus que saint Euthyme le nommait : « L’enfant-vieillard ».

À la mort de saint Théoctiste (469), il obtint la permission de se retirer dans une grotte située à quelque distance du coenobium. Il y passait les cinq jours de la semaine sans prendre aucune nourriture, à prier sans cesse en tressant des feuilles de palmiers pour occuper son corps, et revenait au monastère pour participer à la Liturgie et au repas des frères, le samedi et le dimanche. Pendant le Grand Carême (du 14 janvier au Dimanche des Palmes), saint Euthyme avait coutume de l’emmener avec lui au désert de Rouba, pour s’y exercer aux plus hautes vertus, s’entretenant avec Dieu dans le silence et l’absence de toute consolation humaine. Il parvint ainsi à la mesure des grands athlètes de la foi et, après le décès de saint Euthyme (473), il se retira définitivement dans ces solitudes implacables pour affronter en combat singulier Satan et ses serviteurs, en n’ayant pour toutes armes que le signe de la Croix et l’invocation du saint Nom de Jésus.

Après quatre années passées dans le désert, il fut guidé par un ange vers une grotte perchée au-dessus d’un ravin sur la rive gauche du Cédron. Il y passa cinq ans (478-483) dans la contemplation; puis, assuré par Dieu que le temps était venu, il commença à accepter des disciples. Il procurait à chacun une cellule dans une des nombreuses cavernes des alentours et leur enseignait par l’expérience l’art de la vie solitaire. Comme ses disciples avaient bientôt atteint le nombre de soixante-dix, à la prière du saint, Dieu fit jaillir pour leur consolation une source d’eau vive dans le ravin. Pour leurs offices liturgiques communs, les frères se réunissaient dans une vaste grotte en forme d’église, qui avait été découverte par saint Sabas guidé par une colonne de feu. La Laure  grandissait sans cesse, cent cinquante solitaires s’y étaient rassemblés, et un grand nombre de pèlerins y affluait sans cesse pour y entendre des paroles de salut et offrir des dons, grâce auxquels les moines pouvaient satisfaire tous leurs besoins, sans être obligés de se mêler aux soucis et aux tumultes du monde. Malgré son désir d’échapper au sacerdoce, l’humble Sabas fut cependant contraint d’accepter l’ordination sacerdotale, à l’âge de cinquante-trois ans, pour assurer le bon ordre de son troupeau spirituel.

Le grand nombre de ses disciples ne l’empêchait pas néanmoins de persévérer dans l’amour de la retraite et, chaque année, fidèle à la coutume de son père en Dieu Euthyme, il se retirait dans le désert profond pour le Grand Carême. C’est au cours d’une de ces retraites qu’il s’installa sur une colline infestée de démons, nommée Castellion et, après l’avoir purifiée par sa prière, il y fonda un nouveau monastère cénobitique réservé à des moines déjà éprouvés (492). Pour ceux qui venaient de renoncer au monde, il fonda un troisième établissement, au nord de la Laure, afin qu’ils y soient formés à la vie ascétique et à la récitation du Psautier (493). Il ne laissait en effet demeurer en solitaires que les moines expérimentés, ayant acquis le discernement et la vigilance sur leurs pensées, ainsi qu’un cœur humble et un renoncement parfait à leur volonté propre. Quant aux jeunes encore imberbes, il les envoyait se former au cœnobium de saint Théodose [11 janv.].

À cette époque, comme la nombreuse population monastique de Palestine était troublée par les machinations des hérétiques monophysites opposés au Concile de Chalcédoine, le patriarche de Jérusalem, Salluste, nomma saint Théodose et saint Sabas archimandrites  et exarques de tous les monastères dépendants de la Ville sainte (494) : Théodose pour les cénobites et Sabas pour les anachorètes et les moines demeurant en cellule dans les laures. Ce redoutable ennemi des démons était plein de douceur et d’effacement à l’égard des hommes. C’est ainsi que, lorsque par deux fois certains de ses moines se révoltèrent (490 et 503), le saint vieillard se retira de lui-même, sans chercher à se justifier ou à imposer son autorité, et il n’accepta de reprendre sa charge que sur les instances du patriarche. Ayant appris que les soixante moines, qui avaient fait défection pour se retirer dans une laure abandonnée, qui fut appelée la « Nouvelle Laure » (507), manquaient de tout, il obtint du patriarche une somme d’or qu’il vint lui-même leur apporter, et il les aida à construire une église et à organiser leur monastère, avec leur propre higoumène.

Ayant acquis la bienheureuse impassibilité et inébranlablement fixé en Dieu, saint Sabas pacifiait les animaux sauvages, guérissait les malades et, par sa prière, attirait des pluies bienfaisantes sur la région tourmentée par la sécheresse et la famine. Il fonda d’autres monastères, de sorte que, outre sa fonction d’exarque des solitaires, il était le père spirituel de sept communautés. Ce civilisateur du désert guidait avec sagesse ses légions de combattants spirituels et s’efforçait de les maintenir dans l’unité de la foi. En 512, il fut envoyé, avec d’autres moines, à Constantinople, auprès de l’empereur Anastase (491-518), qui était favorable au parti monophysite, pour soutenir la foi orthodoxe et obtenir des allégements fiscaux en faveur de l’Église de Jérusalem. Ce pauvre et humble ermite aux vêtements en haillons, d’abord repoussé par les gardes du palais comme un mendiant, fit sur l’empereur une forte impression et, pendant son long séjour dans la capitale, le souverain aimait à le convoquer auprès de lui pour profiter de ses enseignements. De retour en Palestine, il dut lutter avec acharnement contre les entreprises du patriarche hérétique d’Antioche, Sévère. En 516, après avoir de nouveau attiré l’empereur dans les filets de l’erreur, Sévère parvint à faire expulser saint Élie [20 juil.] du siège de Jérusalem ; mais, à l’instigation de Sabas et de Théodose, les moines se rassemblèrent au nombre de plus de six mille pour convaincre son successeur, Jean, de lutter pour la défense du Concile de Chalcédoine. Comme à la suite de cette manifestation, l’empereur se préparait à user de la force, Sabas lui envoya, au nom de tous les moines de la Terre Sainte, une audacieuse pétition. Anastase mourut la même année (518) et, grâce à Dieu, la foi fut confirmée par le nouveau souverain, Justin Ier (518-527), qui ordonna de placer le Concile de Chalcédoine dans les saints diptyques. Saint Sabas fut alors envoyé à Scythopolis et Césarée pour annoncer en personne la victoire, au milieu de l’allégresse générale.

En 531, à la suite d’une sanglante révolte des Samaritains, le saint vieillard fut de nouveau envoyé à Constantinople, auprès du pieux Justinien (527-565), afin d’obtenir son aide et sa protection. En retour, il prophétisa à l’empereur la reconquête de Rome et de l’Afrique, ainsi que la victoire définitive sur le monophysisme, le nestorianisme et l’origénisme, qui devait faire la gloire de son règne.

Accueilli avec joie à Jérusalem, cet infatigable serviteur de Dieu, trouva encore le temps de fonder le monastère dit de Jérémie, avant de se retirer enfin à la Grande Laure. Âgé de quatre-vingt-quatorze ans, il tomba malade et s’endormit paisiblement dans le Seigneur, le dimanche 5 décembre 532, laissant la succession à saint Mélitas [3 janv.]. Son corps, miraculeusement conservé exempt de corruption, fut d’abord déposé dans la Laure, en présence d’une foule immense de moines et de laïcs. Transféré à Venise au temps des Croisades, il a été récemment restitué à son monastère (26 octobre 1965).

La Laure de Saint-Sabas, devenue par la suite monastère cénobitique, a tenu une place de premier plan dans l’histoire du monachisme et de l’Église de Palestine. Un grand nombre de saints y ont fleuri : Jean Damascène [4 déc.], Cosmas de Maïouma [14 oct.], Étienne [28 oct.], André de Crète [4 juil.], etc. C’est là que s’est développé et fixé le Typikon qui règle encore nos offices liturgiques, et qu’a été rédigée une partie importante de nos hymnes.

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du dimanche, 7ème ton

Tu as détruit la mort par Ta Croix, Tu as ouvert le paradis au larron,  Tu as transformé le pleur des myrophores, et ordonné à Tes Apôtres de prêcher que Tu es ressuscité,  Christ Dieu, accordant au monde la grande miséricorde.

Tropaire de saint Sabas, ton 8

Par les flots de tes larmes tu as fait fleurir le stérile désert, * par tes profonds gémissements tu fis produire à tes peines cent fois plus, * par tes miracles éclatants tu devins un phare éclairant le monde entier: * vénérable Père, saint Sabbas, prie le Christ notre Dieu * de sauver nos âmes.

Kondakion de saint Sabas, ton 8

Comme dès l’enfance, bienheureux Sabbas, tu t’es offert, * en ta vertu, comme une offrande immaculée * à ce Dieu qui te connaissait bien avant ta naissance, * tu devins le pur joyau des saints Moines, * digne de louange comme citoyen du désert. * C’est pourquoi je te crie dans l’allégresse: * Réjouis-toi, Père vénérable et digne de nos chants.

Kondakion du dimanche, 7ème ton

Désormais l’empire de la mort ne peut retenir les mortels, car le Christ y est descendu pour briser et défaire sa puissance. L’enfer est enchaîné, les prophètes jubilent, disant d’une seule voix : « Il est venu, le Sauveur, pour ceux qui ont la foi ; fidèles, allez à la rencontre de la Résurrection ! »

ÉPITRE DU JOUR

Éph. II, 14-22

Frères, le Christ est notre paix, lui qui en un seul peuple a réuni les Juifs et les païens, et qui a renversé le mur de haine qui les séparait. Ayant anéanti par sa chair la loi des ordonnances dans ses prescriptions, afin de créer en lui-même avec les deux un seul homme nouveau, en établissant la paix, et de les réconcilier, l’un et l’autre en un seul corps, avec Dieu par la croix, en détruisant par elle l’inimitié. Il est venu annoncer la paix à vous qui étiez loin, et la paix à ceux qui étaient près ; car par lui nous avons les uns et les autres accès auprès du Père, dans un même Esprit. Ainsi donc, vous n’êtes plus des étrangers, ni des gens du dehors ; mais vous êtes concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu. Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus Christ lui-même étant la pierre angulaire. En lui tout l’édifice, bien coordonné, s’élève pour être un temple saint dans le Seigneur. En lui vous êtes aussi édifiés pour être une habitation de Dieu en Esprit.

Galates V, 22 – VI,2 (S. Sabas)

Frères, le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la mansuétude, la confiance dans les autres, la douceur, la tempérance ; la loi n’est pas contre ces choses. Ceux qui sont à Jésus Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs. Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi selon l’Esprit. Ne cherchons pas une vaine gloire, en nous provoquant les uns les autres, en nous portant envie les uns aux autres. Frères, si un homme vient à être surpris en quelque faute, vous qui êtes spirituels, redressez-le avec un esprit de douceur. Prends garde à toi-même, de peur que tu ne sois aussi tenté. Portez les fardeaux les uns des autres, et vous accomplirez ainsi la loi de Christ.

ÉVANGILE DU JOUR

Lc VIII, 41-56

Et voici, il vint un homme, nommé Jaïrus, qui était chef de la synagogue. Il se jeta à ses pieds, et le supplia d’entrer dans sa maison, parce qu’il avait une fille unique d’environ douze ans qui se mourait. Pendant que Jésus y allait, il était pressé par la foule. Or, il y avait une femme atteinte d’une perte de sang depuis douze ans, et qui avait dépensé tout son bien pour les médecins, sans qu’aucun ait pu la guérir. Elle s’approcha par derrière, et toucha le bord du vêtement de Jésus. Au même instant la perte de sang s’arrêta. Et Jésus dit: Qui m’a touché? Comme tous s’en défendaient, Pierre et ceux qui étaient avec lui dirent: Maître, la foule t’entoure et te presse, et tu dis: Qui m’a touché? Mais Jésus répondit: Quelqu’un m’a touché, car j’ai connu qu’une force était sortie de moi. La femme, se voyant découverte, vint toute tremblante se jeter à ses pieds, et déclara devant tout le peuple pourquoi elle l’avait touché, et comment elle avait été guérie à l’instant. Jésus lui dit: Ma fille, ta foi t’a sauvée; va en paix. Comme il parlait encore, survint de chez le chef de la synagogue quelqu’un disant : Ta fille est morte; n’importune pas le maître. Mais Jésus, ayant entendu cela, dit au chef de la synagogue : Ne crains pas, crois seulement, et elle sera sauvée. Lorsqu’il fut arrivé à la maison, il ne permit à personne d’entrer avec lui, si ce n’est à Pierre, à Jean et à Jacques, et au père et à la mère de l’enfant. Tous pleuraient et se lamentaient sur elle. Alors Jésus dit : Ne pleurez pas; elle n’est pas morte, mais elle dort. Et ils se moquaient de lui, sachant qu’elle était morte. Mais il la saisit par la main, et dit d’une voix forte : Enfant, lève-toi. Et son esprit revint en elle, et à l’instant elle se leva ; et Jésus ordonna qu’on lui donnât à manger. Les parents de la jeune fille furent dans l’étonnement, et il leur recommanda de ne dire à personne ce qui était arrivé.

Mt XI, 27-30 (S. Sabas )

Toutes choses m’ont été données par mon Père, et personne ne connaît le Fils, si ce n’est le Père ; personne non plus ne connaît le Père, si ce n’est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger.

À propos de l'auteur

Photo of author

Jivko Panev

Jivko Panev, cofondateur et directeur de la rédaction d'Orthodoxie.com. Producteur de l'émission 'Orthodoxie' sur France 2 et journaliste.
Lire tous les articles par Jivko Panev

Articles similaires

22 mai

5e dimanche de Pâques, de la Samaritaine Saint Basilisque, évêque de Comanes, martyr à Amasée dans le Pont (vers 312) ; commémoration du second Concile Œcuménique de Constantinople (381) ;…

9 mai (ancien calendrier) / 22 mai (nouveau)

5e dimanche de Pâques, de la Samaritaine Transfert des reliques de saint Nicolas le Thaumaturge à Bari (1087). Saint prophète Isaïe (VIIIème s. avant Jésus-Christ) ; saint martyr Christophore (vers 250) ;…

21 mai

Saints Constantin, empereur (337) et sa mère, sainte Hélène (327), égaux aux apôtres ; saint Hospice, ermite à Nice (VIème s.) ; saint Constantin, prince de Mourom (1129), et ses…

8 mai (ancien calendrier) / 21 mai (nouveau)

Saint Jean le Théologien, apôtre et évangéliste (98-117) ; saint Arsène le Grand, ermite au désert de Scété (vers 450) ; saint Arsène le laborieux (XIVème s.) et saint Pimène…

7 mai (ancien calendrier) / 20 mai (nouveau)

Jour de jeûne – dispense de poisson Commémoration de l’apparition dans le ciel de la Croix du Seigneur, à Jérusalem, en 346 ; saint Acace, centurion, martyr à Constantinople (303)…

20 mai

Jour de jeûne Saints Thallalée, Alexandre et Astère, martyrs en Phénicie (vers 284) ; saint Asclas, martyr en Égypte (vers 287) ; saint Baudile, martyr à Nîmes (IIIème s.) ;…

17 mai

Saint Andronique, apôtre, et son épouse sainte Junia (Ier s.) ; saint Tropez, martyr (Ier s.) ; saints Solocane, Panphamer et Pamphylon, guerriers, martyrs à Chalcédoine (305) ; saint Étienne,…

4 mai (ancien calendrier) / 17 mai (nouveau)

Sainte Pélagie, vierge, martyre à Tarse (vers 290) ; saint Curcodome, diacre à Auxerre (IIIème s.) saint Érasme, évêque de Formia (303) ; saint Albian, évêque d’Anée, martyr avec ses…

16 mai

Saint Théodore le Sanctifié (ou le Consacré), disciple de saint Pacôme en Égypte (368) ; saints Guy, Modeste et Crescence (env. 303) ; saint Pèlerin, premier évêque d’Auxerre, martyr (304)…

3 mai (ancien calendrier) / 16 mai (nouveau)

Saint Timothée et son épouse sainte Maure, martyrs en Égypte (298) ; saint Théodose, higoumène des Grottes de Kiev (1074) ; saint Pierre, thaumaturge, évêque d’Argos (922) ; saint Théophane,…

2 mai (ancien calendrier) / 15 mai (nouveau)

Invention des reliques de saint Athanase le Grand, archevêque d’Alexandrie (373) ; saints martyrs Exupère, son épouse sainte Zoé et leurs fils saints Cyriaque et Théodule, martyrs en Pamphilie (IIème…

15 mai

4ème dimanche de Pâques, du Paralytique Saint Pacôme le Grand, fondateur du cénobitisme en Haute-Égypte (348) ; saint hiéromartyr Euphrase, évêque, patron d’Ajaccio (Ier s.) ; saints Cassius, Victorin, Maxime…

Accueil

Articles populaires

Recension: Hiéromoine Grégoire du Mont-Athos, «La foi, la liturgie et la vie de l’Église orthodoxe. Une esquisse de catéchisme orthodoxe»

Ce catéchisme est particulièrement bienvenu pour les parents en attente, pour leurs enfants d’un catéchisme orthodoxe fiable, mais aussi pour un certain nombre d’adultes qui pour des raisons diverses, n’ont

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Centenaire du rétablissement du Patriarcat serbe

La célébration du centenaire du rétablissement du Patriarcat serbe aura lieu les 14 et 15 mai 2022 à Sremski-Karlovci, l’un des trois sièges des patriarches serbes

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

13 mai

Jour de jeûne Sainte Glycérie, martyre à Héraclée, et saint Laodice, gardien de prison (vers 177) ; saint Alexandre, martyr à Rome (284-305) ; saint Onésime, évêque de Soissons (vers…

30 avril (ancien calendrier) / 13 mai (nouveau)

Jour de jeûne Saint Jacques, fils de Zébédée, apôtre, martyr (44) ; saint Maxime, martyr à Ephèse (vers 251) ; saint Donat, évêque d’Euria (Albanie) (307) ; saint Eutrope, évêque…

Seule l’Église serbe peut résoudre le statut de l’Église de Macédoine du Nord, disent les représentants des Églises bulgare et russe

Le lundi 9 mai 2022, le Saint-Synode du Patriarcat œcuménique a décidé d’entrer en communion avec l’Église orthodoxe de Macédoine du Nord, sous le nom d’« Archevêché d’Ohrid ». Selon la

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Les Églises orthodoxes se réunissent pour prier et réfléchir à la réconciliation à l’approche de la 11e Assemblée du COE

Les Églises orthodoxes se sont réunies à Chypre cette semaine pour préparer la 11e Assemblée du Conseil œcuménique des Églises (COE), mais également pour prier et réfléchir ensemble à la

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

12 mai

Saint Épiphane, évêque de Salamine à Chypre (403) ; saint Savin, archevêque de Chypre (Vème s.) ; saint Polybius de Chypre, évêque de Rinokyr en Égypte (Vème s.) ; saint…

29 avril (ancien calendrier) / 12 mai (nouveau)

Les Neuf Martyrs de Cyzique : saints Théognide, Rufus, Théostique, Antipater Artème, Magnus, Théodote, Thaumase et Philémon (IIIème s.) ; saints Diodore et Rhodopien, martyrs (305) ; saint Memmon thaumaturge…

L’Église orthodoxe russe a commenté la reconnaissance par le Patriarcat œcuménique de l’« Église d’Ohrid »

Le patriarcat de Moscou considère la reconnaissance de l’Église de Macédoine du Nord par le patriarcat de Constantinople comme une intrusion grossière et politiquement motivée dans la compétence de l’Église

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

28 avril (ancien calendrier) / 11 mai (nouveau)

Jour de jeûne Saints Jason et Sosipater, apôtres, sainte Cercyre, fille du roi Cercylien et leurs compagnons (Ier s.); saints Zenon, Eusèbe, Néon et Vital, martyrs à Corfou (Ier s.)…