19/10/2017
Actualités
5 janvier

5 janvier

5 janvier
– Jour de jeûne strict –

Paramonie de la Théophanie ; saint prophète Michée (IXème s. avant J.C.) ; Saint Théopempte, évêque de Nicomédie, et saint Théonas, mage, martyrs (303) ; sainte Synclétique d’Alexandrie (350) ; saint Phostère ; saint Ménas le Sinaïte, ascète (VIème s.) ; saint Grégoire d’Acrite (vers 820) ; saint Romain de Carpennision, néo-martyr grec à Constantinople (1694) ; saint Syméon de Pskov-Petchersky (1960) ; saints néomartyrs de Russie : Joseph (Bespalov) et avec lui les 37 martyrs (1921) ; martyr Eugène (Domojirov) (1933) ; Serge (Lavrov), prêtre (1934) ; martyr Matthieu (Goussev)(1938).

Saint Théopempte, évêque de Nicomédie, et saint Théonas, mage, martyrs (303

SAINT THÉOPEMPTE
Le saint martyr Théopempte était évêque à l’époque où l’empereur Dioclétien déclencha sa terrible persécution contre les chrétiens (303). Ayant bravement confessé sa foi, le saint prélat fut arrêté et, traduit devant l’empereur, il ne craignit pas de blâmer sa cruelle impiété. Il fut jeté dans une fournaise embrasée, mais la grâce de Dieu l’en garda sain et sauf. Après lui avoir arraché un œil, on lui fit boire de force un poison mortel, préparé par un mage païen nommé Théonas. En constatant que le saint restait invulnérable à ses maléfices, celui-ci se convertit au Christ , condamna la tromperie des magiciens, ces collaborateurs des démons, et, à la suite de Théopempte qui mourut décapité, il reçut la couronne du martyre en étant enterré vivant dans une fosse profonde creusée à cet effet.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire, ton 4
Le Jourdain retourna en arrière jadis, / frappé par le manteau d’Elisée, / et les eaux se divisèrent de part en part / après l’assomption d’Elie. / Les flots lui devinrent un ferme chemin / à l’exacte image du Baptême / par lequel nous traversons le cours fluctuant de la vie. / Le Christ se manifeste au Jourdain pour sanctifier les eaux.

Kondakion, ton 4
Descendu en ce jour dans les flots du Jourdain, / le Seigneur dit à Jean : / Ne crains pas de me baptiser : / je suis venu en effet / sauver Adam le premier Père.

Évangile du jour
(Lc III,1-18)

La quinzième année du règne de Tibère César, lorsque Ponce Pilate était gouverneur de la Judée, Hérode tétrarque de la Galilée, son frère Philippe tétrarque de l’Iturée et du territoire de la Trachonite, Lysanias tétrarque de l’Abilène, et du temps des souverains sacrificateurs Anne et Caïphe, -la parole de Dieu fut adressée à Jean, fils de Zacharie, dans le désert. Et il alla dans tout le pays des environs de Jourdain, prêchant le baptême de repentance, pour la rémission des péchés, selon ce qui est écrit dans le livre des paroles d’Ésaïe, le prophète: C’est la voix de celui qui crie dans le désert: Préparez le chemin du Seigneur, Aplanissez ses sentiers. Toute vallée sera comblée, Toute montagne et toute colline seront abaissées; Ce qui est tortueux sera redressé, Et les chemins raboteux seront aplanis. Et toute chair verra le salut de Dieu. Il disait donc à ceux qui venaient en foule pour être baptisés par lui: Races de vipères, qui vous a appris à fuir la colère à venir? Produisez donc des fruits dignes de la repentance, et ne vous mettez pas à dire en vous-mêmes: Nous avons Abraham pour père! Car je vous déclare que de ces pierres Dieu peut susciter des enfants à Abraham. Déjà même la cognée est mise à la racine des arbres: tout arbre donc qui ne produit pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu. La foule l’interrogeait, disant: Que devons-nous donc faire? Il leur répondit: Que celui qui a deux tuniques partage avec celui qui n’en a point, et que celui qui a de quoi manger agisse de même. Il vint aussi des publicains pour être baptisés, et ils lui dirent: Maître, que devons-nous faire? Il leur répondit: N’exigez rien au delà de ce qui vous a été ordonné. Des soldats aussi lui demandèrent: Et nous, que devons-nous faire? Il leur répondit: Ne commettez ni extorsion ni fraude envers personne, et contentez-vous de votre solde. Comme le peuple était dans l’attente, et que tous se demandaient en eux-même si Jean n’était pas le Christ, il leur dit à tous: Moi, je vous baptise d’eau; mais il vient, celui qui est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint Esprit et de feu. Il a son van à la main; il nettoiera son aire, et il amassera le blé dans son grenier, mais il brûlera la paille dans un feu qui ne s’éteint point. C’est ainsi que Jean annonçait la bonne nouvelle au peuple, en lui adressant encore beaucoup d’autres exhortations.

Print Friendly, PDF & Email
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski