6 août (ancien calendrier) / 19 août (nouveau)

TRANSFIGURATION DE NOTRE SEIGNEUR, DIEU ET SAUVEUR JÉSUS-CHRIST.

Carême de la Dormition, dispense de poisson

LA TRANSFIGURATION DE NOTRE SEIGNEUR
Six jours après avoir déclaré à ses disciples : « Il en est ici qui ne goûteront pas la mort avant d’avoir vu le Royaume de Dieu venu en puissance » (Mt 16, 28 ; Mc 9, 1), Jésus prit avec lui ses Disciples préférés : Pierre, Jacques et Jean, et les emmenant à l’écart, il monta sur une montagne élevée : le mont Thabor en Galilée, pour y prier. Il convenait en effet que ceux qui allaient assister à son agonie à Gethsémani et qui seraient les témoins privilégiés de sa Passion fussent préparés à cette épreuve par le spectacle de sa gloire. Pierre, car il venait de confesser sa foi en sa divinité ; Jacques, car il fut le premier à mourir pour le Christ, et Jean qui témoigna de son expérience de la gloire divine en faisant retentir comme fils de tonnerre, la théologie du Verbe venu dans la chair. Il les fit monter sur la montagne, en signe de l’ascension spirituelle qui, de vertu en vertu, conduit à la charité, vertu suprême qui ouvre l’accès à la contemplation de Dieu. Cette ascension était en fait le résumé de toute la vie du Seigneur qui, revêtu de notre faiblesse, nous a frayé le chemin vers le Père, en nous enseignant que l’hésychia est la mère de la prière et que c’est la prière qui nous manifeste la gloire de Dieu. Et comme il priait, soudain, l’aspect de son visage devint autre, il se transfigura et brilla comme le soleil, tandis que ses vêtements devinrent resplendissants, d’un blanc fulgurant, tel qu’aucun foulon sur la terre ne peut blanchir (Mc 9, 3). Le Verbe de Dieu incarné manifesta ainsi la splendeur naturelle de la gloire divine, qu’il possédait en lui-même et qu’il avait gardée en son Incarnation, mais qui restait cachée sous le voile de la chair. Dès le moment de sa conception dans le sein de la Vierge, en effet, la divinité s’est unie sans confusion avec la nature de la chair, et la gloire divine est devenue, hypostatiquement, gloire du corps assumé. Ce que le Christ manifestait ainsi à ses disciples au sommet de la montagne n’était donc pas une réalité nouvelle, mais la manifestation éclatante de la divinisation en Lui de la nature humaine tout entière — y compris le corps — et de son union avec la splendeur divine. Alors que le visage de Moïse avait resplendi d’une gloire qui venait de l’extérieur après la révélation du mont Sinaï (cf. Ex 34, 29), le visage du Christ apparut au Thabor comme une source de lumière, source de la vie divine rendue accessible à l’homme, et resplendissant aussi sur ses « vêtements », c’est-à-dire sur le monde extérieur et sur les produits de l’activité et de la civilisation humaines. « Il est transfiguré, assure saint Jean Damascène, non pas en assumant ce qu’il n’était pas, mais en montrant à ses disciples ce qu’il était, leur ouvrant les yeux et, d’aveugles qu’ils étaient, les faisant voyants » . Le Christ ouvrit les yeux de ses disciples, et c’est d’un regard transfiguré par la puissance de l’Esprit Saint que ces derniers virent la lumière divine indissociablement unie à son corps. Ils furent donc eux-mêmes transfigurés, et c’est dans la prière qu’ils purent voir et connaître le changement advenu à notre nature du fait de son union avec le Verbe (S. Grégoire Palamas). « Tel est le soleil pour les choses sensibles, tel est Dieu pour les spirituelles » (S. Grégoire le Théologien), c’est pourquoi les évangélistes rapportent que le visage du Dieu-Homme, qui est la « lumière véritable qui éclaire tout homme venant en ce monde » (Jn 1, 9), brillait comme le soleil. Mais cette lumière était en fait incomparablement supérieure à toute lumière sensible et, incapables de supporter son éclat inaccessible, les disciples tombèrent à terre. Lumière immatérielle, incréée et intemporelle, elle était le Royaume de Dieu venu dans la puissance du Saint-Esprit, conformément à ce que le Seigneur avait promis à ses disciples. Entrevue alors pour un instant, cette lumière deviendra l’héritage permanent des élus dans le Royaume, quand le Christ viendra à nouveau, resplendissant dans tout l’éclat de sa gloire. Il reviendra dans la lumière, dans cette lumière qui a brillé au Thabor et qui a jailli du tombeau le jour de sa Résurrection, et qui, se répandant sur l’âme et le corps des élus, les fera resplendir eux aussi comme le soleil (Mt 13, 43). « Dieu est lumière, et sa vue est lumière ». De la même manière que les Disciples au sommet du Thabor, de nombreux saints ont été témoins de cette révélation de Dieu dans la lumière. Toutefois la lumière n’est pas pour eux seulement objet de contemplation, elle est aussi la grâce déifiante qui leur permet de « voir » Dieu, de sorte que se vérifient les paroles du Psalmiste : Dans ta lumière, nous verrons la lumière (Ps 35, 10). Au sein de cette vision glorieuse, apparurent aux côtés du Seigneur Moïse et Élie, les deux sommets de l’Ancien Testament, représentant respectivement la Loi et les Prophètes, qui lui portaient témoignage en tant que maître des vivants et des morts . Et ils s’entretenaient avec Lui, dans la lumière, de l’Exode qu’Il allait accomplir à Jérusalem, c’est-à-dire de sa Passion, car c’est par la Passion et par la Croix que cette gloire devait être donnée aux hommes. Étant sortis d’eux-mêmes, ravis dans la contemplation de la lumière divine, les Apôtres étaient comme accablés de sommeil et, ne sachant pas ce qu’il disait, Pierre dit à Jésus : « Maître, il est bon que nous soyons ici, et si tu veux nous ferons trois tentes : une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie ». Détournant son disciple de ce désir trop humain, qui consistait à se contenter de la jouissance terrestre de la lumière, le Seigneur leur montra alors une « tente » meilleure et un tabernacle de beaucoup supérieur pour abriter sa gloire. Une nuée lumineuse vint les couvrir de son ombre, et la voix du Père se fit entendre au sein de cette nuée, portant témoignage au Sauveur : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui Je me suis complu ; écoutez-le. » Cette nuée représentait la grâce de l’Esprit d’adoption ; et, comme lors de son Baptême au Jourdain, la voix du Père rendit ainsi témoignage au Fils et manifesta que les trois Personnes de la Sainte Trinité, toujours unies, concourent au Salut de l’homme. La lumière de Dieu, qui avait d’abord permis aux Disciples de « voir » le Christ, les fit accéder à un état supérieur à la vision et à la connaissance humaines quand elle brilla plus intensément. Sortant de tout ce qui se voit ainsi que d’eux-mêmes, ils entrèrent alors dans la ténèbre supra-lumineuse, dans laquelle Dieu fait sa retraite (cf. Ps 17, 12), et « fermant la porte de leurs sens », ils y reçurent la révélation du mystère trinitaire, qui transcende toute affirmation et toute négation. Insuffisamment préparés à la révélation de tels mystères, car ils n’étaient pas encore passés par l’épreuve de la Croix, les Disciples en furent fort effrayés. Mais quand ils relevèrent la tête, ils virent Jésus, seul, ayant retrouvé son aspect habituel, qui s’approcha d’eux et les rassura. Puis, descendant de la montagne, Il leur recommanda de garder le silence sur ce qu’ils avaient vu, jusqu’à ce que le Fils de l’Homme se relève d’entre les morts. La fête d’aujourd’hui est donc par excellence celle de la divinisation de notre nature humaine et de la participation de notre corps corruptible aux biens éternels, qui sont au-dessus de la nature. Avant même d’accomplir notre Salut par sa Passion, le Sauveur montra alors que le but de sa venue dans le monde était précisément de conduire tout homme à la contemplation de sa gloire divine. C’est pour cette raison que la fête de la Transfiguration a connu une faveur particulière parmi les moines, qui ont consacré toute leur vie à la quête de cette lumière.

[1] Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Transfiguration, ton 7
Tu t’es transfiguré sur la montagne, ô Christ notre Dieu, laissant tes Disciples contempler ta gloire-autant qu’ils le pouvaient: fais briller aussi sur les pécheurs que nous sommes ton éternelle clarté, par les prières de la Mère de Dieu; Source de lumière, gloire à toi.

Kondakion de la Transfiguration, ton 4
Sur la montagne tu t’es transfiguré et tes Disciples contemplèrent ta gloire, ô Christ notre Dieu, pour autant qu’ils le pouvaient, afin qu’en te voyant sur la croix ils comprennent que ta Passion était voulue et proclament à la face du monde que tu es en vérité le reflet de la splendeur et de la gloire du Père.

ÉPITRE DU JOUR

2 Pi I, 10-19

Appliquez-vous à affermir votre vocation et votre élection ; car, en faisant cela, vous ne tomberez jamais.  C’est ainsi, en effet, que l’entrée dans le royaume éternel de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ vous sera pleinement accordée.  Voilà pourquoi je prendrai soin de vous rappeler ces choses, bien que vous les sachiez et que vous soyez affermis dans la vérité présente.  Et je regarde comme un devoir, aussi longtemps que je suis dans l’enveloppe de ce corps, de vous tenir en éveil par des avertissements, car je sais que je la quitterai subitement, ainsi que notre Seigneur Jésus Christ me l’a fait connaître. Mais j’aurai soin qu’après mon départ vous puissiez toujours vous souvenir de ces choses.  Ce n’est pas, en effet, en suivant des fables habilement conçues, que nous vous avons fait connaître la puissance et l’avènement de notre Seigneur Jésus Christ, mais c’est comme ayant vu sa majesté de nos propres yeux. Car il a reçu de Dieu le Père honneur et gloire, quand la gloire magnifique lui fit entendre une voix qui disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection. »  Et nous avons entendu cette voix venant du ciel, lorsque nous étions avec lui sur la sainte montagne. Et nous tenons pour d’autant plus certaine la parole prophétique, à laquelle vous faites bien de prêter attention, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour vienne à paraître et que l’étoile du matin se lève dans vos cœurs.

ÉVangile du jour
(Matth. XVII, 1-9)

Six jours après, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques, et Jean, son frère, et il les conduisit à l’écart sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux; son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière. Et voici, Moïse et Élie leur apparurent, s’entretenant avec lui. Pierre, prenant la parole, dit à Jésus: Seigneur, il est bon que nous soyons ici; si tu le veux, je dresserai ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. Comme il parlait encore, une nuée lumineuse les couvrit. Et voici, une voix fit entendre de la nuée ces paroles: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection: écoutez-le! Lorsqu’ils entendirent cette voix, les disciples tombèrent sur leur face, et furent saisis d’une grande frayeur. Mais Jésus, s’approchant, les toucha, et dit: Levez-vous, n’ayez pas peur! Ils levèrent les yeux, et ne virent que Jésus seul. Comme ils descendaient de la montagne, Jésus leur donna cet ordre: Ne parlez à personne de cette vision, jusqu’à ce que le Fils de l’homme soit ressuscité des morts. 

À propos de l'auteur

Photo of author

Jivko Panev

Jivko Panev, cofondateur et directeur de la rédaction d'Orthodoxie.com. Producteur de l'émission 'Orthodoxie' sur France 2 et journaliste.
Lire tous les articles par Jivko Panev

Articles similaires

21 septembre (ancien calendrier) 4 octobre (nouveau)

Clôture de l’Exaltation de la Croix ; saint Codrat, apôtre, martyr à Magnésie (vers 130) ; saint prophète Jonas ; saint Jonas le sabbaïte, prêtre, père de saints Théodore et Théophane “les marqués”,…

4 octobre

Saint hiéromartyr Hiérothée, évêque d’Athènes, sainte martyre Domnine d’Édesse et ses filles Bernice et Prosdoquée (305), saints martyrs Gaius, Fauste, Eusèbe et Chaeremon d’Alexandrie (III), saint Adaucte, martyr à Mélitène…

3 octobre

Saints hiéromartyrs Denys l’Aréopagite, évêque d’Athènes, Rustique, prêtre, et Éleuthère, diacre (96), sainte Menne, ermite (IVème s.), saint Cyprien, évêque de Toulon (VIème s.), saint Jean le Chozébite, évêque de…

20 septembre (ancien calendrier)/3 octobre (nouveau)

Après-fête de l’Exaltation de la Croix ; saint Eustathe-Placide (Eustache), grand-martyr à Rome, avec son épouse, sainte Théopistée et leurs fils Agapios et Théopiste (vers 118) ; saint Hypatios, évêque,…

2 octobre

16e dimanche après la Pentecôte Saint hiéromartyr Cyprien, la vierge Justine, et le martyr Théoctiste, de Nicomédie (304), bienheureux André le fol en Christ (936), saint hiéromartyr Léger, évêque d’Autun…

1er octobre

Protection de la Très sainte Mère de Dieu. Saint apôtre Ananie, des soixante-dix, saint Romain le Mélode (vers 556), saint Mirian III, roi d’Ibérie et son épouse Nana (IVème s.),…

30 septembre

Jour de jeûne Saint hiéromartyr Grégoire, illuminateur de la Grande Arménie (vers 335) ;  saints Victor et Ours, martyrs à Soleure en Suisse (IIIème s.) ; saintes Ripsime, Gaïenne et leurs compagnes,…

29 septembre

Saint Cyriaque l’anachorète, abbé en Palestine (556) ; saints martyrs Dadas, Gobdahala et Kasdios de Perse (IV) ; sainte martyre Goudelia de Perse (IV) ; saint Théophane le miséricordieux, de Gaza ; saint…

16 septembre (ancien calendrier) / 29 septembre (nouveau)

Après-fête de l’Exaltation de la Croix, Sainte Euphémie, mégalomartyre à Chalcédoine (304) ; sainte Sébastienne, martyre (86-96) ; sainte martyre Mélitène (138-161) ; saints Victor et Sosthène, martyrs à Chalcédoine…

Accueil

Articles populaires

Recension: Hiéromoine Grégoire du Mont-Athos, «La foi, la liturgie et la vie de l’Église orthodoxe. Une esquisse de catéchisme orthodoxe»

Ce catéchisme est particulièrement bienvenu pour les parents en attente, pour leurs enfants d’un catéchisme orthodoxe fiable, mais aussi pour un certain nombre d’adultes qui pour des raisons diverses, n’ont pas été ou ont été insuffisamment catéchisés.Présenté en 250 pages dans un beau volume relié, il est l’œuvre du hiéromoine Grégoire (Chatziemmanouil), qui après avoir été un certain temps second du monastère de Stavronikita, s’est retiré depuis plusieurs décennies dans

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères…”. La vie et l’œuvre du Père Georges Florovsky »

Vient de paraître: Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères… ”. La vie et l’œuvre du Père Georges Florovsky », Éditions des Syrtes, Genève, 2019, 493 p.Le Père Georges Florovsky (1893-1979), après quelques années d’enseignement à Prague et à Paris, fit la plus grande partie de sa carrière aux États Unis où il enseigna dans les plus prestigieuses universités (Harvard, Cambridge, Princeton…). Unissant une vaste érudition, un attachement profond à

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Une relique de la ceinture de la Mère de Dieu visitera les paroisses roumaines de La Courneuve (Trois-Saints-Hiérarques) et de Paris (Saints-Archanges)

Le 30 septembre, un coffret avec des fragments de la Ceinture de la Mère de Dieu, venu du monastère de Kato Xenia (Thessalie, Grèce) sera apporté en France. Tout d’abord, la Ceinture de la Mère de Dieu visitera la paroisse orthodoxe roumaine de La Courneuve. Le programme est le suivant : – Vendredi 30 septembre : 18 h accueil de la Ceinture de la Mère de Dieu apportée par une délégation de Grèce ;

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

L’évêque Georges de Canberra a été nommé évêque diocésain d’Australie par l’Assemblée des évêques de l’Église russe hors-frontières

Le 21 septembre 2022, l’Assemblée des évêques de l’Église orthodoxe russe hors-frontières a nommé l’évêque Georges de Canberra évêque diocésain d’Australie et de Nouvelle-Zélande avec le titre « de Sydney, d’Australie et de Nouvelle-Zélande ». Né aux États-Unis en 1950, Paul Schaeffer, le futur évêque Georges, s’est converti à l’Orthodoxie en 1974. L’année suivante, il devint novice au monastère de la Sainte-Trinité à Jordanville (État de New York), puis étudia au séminaire

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

24 septembre

Sainte Thècle, égale aux apôtres, martyre (I) ; saint Coprès, moine en Palestine (530) ; saint Nicandre de Pskov (1581) ; saint Galaction de Vologda (1612) ; saint Vladislav de Serbie…

23 septembre

23 septembreJour de jeûne Conception du prophète, précurseur et baptiste Jean ; saintes Xanthippe et Polyxène (109) ; sainte Iraïs, vierge, martyre en Égypte (vers 308) ; saint André, martyr…

11 septembre (ancien calendrier) / 24 septembre (nouveau)

Samedi avant l’Exaltation de la Croix Après-fête de la Nativité de la Très-Sainte Mère de Dieu ; sainte Théodora d’Alexandrie (474-491) ; saint Marcel, martyr, premier apôtre connu du Velay ; saints Démètre,…

RCF Bordeaux : “Saint Sophrony l’Athonite”

La veille de la fête de Saint Silouane de l’Athos, le 24 septembre, est une occasion d’honorer la mémoire de saint Sophrony l’Athonite.Saint Sophrony a été le disciple de saint Silouane…

Commentaires du diocèse de Vilnius et de Lituanie sur la rencontre entre les représentants du gouvernement lituanien et le patriarche Bartholomée de Constantinople 

Le primat de l’Église orthodoxe de Lituanie n’approuve pas l’ingérence des autorités dans les processus internes de l’Église. Le métropolite Innocent, primat de l’Église orthodoxe de Lituanie, a fait un commentaire officiel sur la visite de représentants du ministère lituanien des Affaires étrangères au Phanar. Son commentaire suit ci-après :« Comme on l’a appris, le lundi 19 septembre, des représentants des autorités lituaniennes ont rencontré le patriarche Bartholomée de Constantinople au Phanar (Istanbul). Selon des communiqués laconiques publiés sur les sites

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

22 septembre

Saint Phocas, évêque de Sinope, martyr (117) ; sainte Rodène de Levroux, vierge (Ier s.) ; saint Sylvain, ermite dans le Berry (Ier s.) ; saint martyr Phocas le jardinier (vers 320)…

Le patriarche de Moscou Cyrille a appelé à l’unité spirituelle des peuples de la Rus’ 

Le 21 septembre 2022, en la fête de la Nativité de la Mère de Dieu, le patriarche de Moscou Cyrille a célébré la sainte Liturgie en l’église de la Nativité-de-la-Mère-de-Dieu au couvent stavropégique Zatchatievsky de Moscou. À l’issue de la Liturgie, le patriarche a prononcé l’homélie suivante : « Ce jour, dans l’histoire de notre Patrie a été marqué par de nombreux événements mais, probablement, le plus saillant et significatif d’entre eux fut la bataille de Koulikovo [contre

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le président Aleksandar Vučić se prononce contre la suppression de l’enseignement religieux dans les écoles publiques serbes 

Le président serbe Aleksandar Vučić est opposé à la suppression de l’instruction religieuse dans les écoles serbes et est convaincu que ceux qui sous-estiment l’Église ne comprennent pas son rôle dans les circonstances actuelles. C’est ce que le dirigeantserbe a déclaré le 19 septembre 2022 à New York, répondant à la question des journalistes qui lui demandaient comment il percevait l’exigence du Comité Helsinki d’abolir l’instruction religieuse dans les écoles publiques en Serbie « Nous n’avons

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :