9 novembre (ancien calendrier) / 22 novembre (nouveau)
Jour de jeûne

saints Onésiphore et Porphyre - orthodoxie.com
Saints Onésiphore et Porphyre, martyrs (vers 310)

Saints Onésiphore et Porphyre, martyrs (vers 310) ; saint Ursin, premier évêque de Bourges (vers 300) ; sainte Matrone, moniale à Constantinople (vers 492) ; saint Antoine, martyr en Syrie ; saints Claude, Castor, Symphorien et Nicostrate, martyrs en Pannonie (IVème s.) ; saint Alexandre, martyr à Thessalonique (IVème s.) ; saint Vanne, évêque de Verdun (vers 525) ; saint Jean Colobos (Vème s.) ; sainte Eustolie (610) et sainte Sopatra (vers 625), moniales à Constantinople ; sainte Théoctiste, ermite dans l’île de Mitylène (881) ; saint Onésiphore des Grottes de Kiev (1148) ; saint Nectaire d’Égine, métropolite de Pentapole, thaumaturge (1920) ; saints néo-martyrs de Russie : Parthène, évêque d’Ananievsk, Constantin (Tcherepanov), Démètre (Rousinov), Nesto (Panine), Théodore (Tchitchkanov), Constantin (Nemechaïev), Victor (Klimov), Élie (Rylko), Paul (Anisimov), prêtres, Joseph (Stchensnovitch), diacre et Alexis (Zadvornov), moine (1937).

SAINT NECTAIRE D’ÉGINE

Notre saint Père Nectaire naquit le ler octobre 1846, à Sélybrie , d’un couple de pauvres mais pieux chrétiens : Dèmos et Marie Képhalas. Nommé Anastase au saint baptême, il montra dès son enfance une grande piété et un goût profond pour l’étude. Comme sa mère lui apprenait le Psaume 50, il aimait à répéter le verset : J’enseignerai tes voies aux pécheurs… (Ps 50, 15). Après avoir reçu l’enseignement élémentaire dans sa patrie, il fut envoyé par ses parents à Constantinople afin d’y compléter son éducation, tout en travaillant comme employé dans un magasin. Le jeune garçon restait insensible aux troubles de la vie mondaine et se préoccupait seulement d’édifier en lui, nuit et jour, l’homme intérieur à l’image du Christ, par la prière et la méditation des écrits des saints Pères. À l’âge de vingt ans, il quitta Constantinople pour devenir instituteur dans l’île de Chio. Il y encourageait avec zèle la jeunesse et les villageois à la piété et aux œuvres de la vertu, non seulement par ses paroles, mais surtout par l’exemple même de sa vie d’ascèse et de prière. Désirant depuis longtemps embrasser la vie semblable aux anges, il devint moine sous le nom de Lazare, le 7 novembre 1876, dans le célèbre monastère de Néa-Moni. Ne recherchant que les choses d’en haut, modèle de douceur et d’obéissance, il se fit aimer de tous les frères, et fut ordonné diacre un an après sa profession monastique. Grâce à la générosité d’un pieux habitant de l’île, puis à la protection du patriarche d’Alexandrie, Sophrone, il put parachever ses études à Athènes et obtenir le diplôme de la faculté de Théologie.

En 1885, il gagna Alexandrie, où il fut bientôt ordonné prêtre, puis consacré évêque de la Pentapole (ancien diocèse correspondant à la Libye supérieure). Prédicateur et secrétaire patriarcal, il fut affecté à l’église Saint-Nicolas au Caire, en tant que représentant du patriarche. Malgré ces honneurs, Nectaire ne perdait rien de son humilité et il savait communiquer à son troupeau spirituel le zèle pour les vertus évangéliques. L’amour et l’admiration que nourrissait le peuple à son égard tournèrent pourtant à son désavantage. À l’instigation du diable, certains membres du patriarcat, jaloux de ses succès, le calomnièrent, en disant qu’il cherchait à s’attirer les faveurs du peuple dans le but de s’emparer du trône patriarcal d’Alexandrie. Comme le saint ne cherchait pas à se justifier et mettait sa confiance dans la promesse du Christ qui a dit : Bienheureux serez-vous quand on vous insultera, qu’on vous persécutera et qu’on vous calomniera de toute manière à cause de moi… (Mt 5, 11), il fut chassé. Il s’embarqua alors pour Athènes, où il se retrouva seul, ignoré, méprisé, et manquant même du pain quotidien, car il ne savait rien garder pour lui-même et distribuait aux pauvres ses maigres ressources. Abandonnant son projet initial de se retirer au Mont Athos, le doux et humble imitateur de notre Seigneur Jésus-Christ, préféra sacrifier son amour de la retraite au salut de son prochain. Il assuma la charge de prédicateur pendant quelques années (1891-1894), puis fut nommé directeur de l’École Ecclésiastique Rizarios, établissement destiné à la formation des futurs prêtres. Sa profonde connaissance de l’Écriture, des saints Pères et même des sciences profanes, ainsi que son autorité pleine de douceur dans la direction des hommes, lui permirent de donner rapidement à cette institution une haute qualité intellectuelle et morale. Le saint hiérarque se chargeait de la direction et des leçons de Pastorale, mais il n’en cessait pas pour autant de suivre le programme d’ascèse, de méditation et de prière d’un moine, en y ajoutant les fonctions de prédication et la célébration régulière des saints Mystères, au sein de l’école et dans la région d’Athènes.

Le serviteur de Dieu gardait pourtant au fond de son cœur un amour brûlant pour la quiétude et la paix qu’offre la vie dans un monastère, aussi profita-t-il du désir exprimé par un certain nombre de ses filles spirituelles pour se retirer des troubles de la vie mondaine et fonder un monastère féminin dans l’île d’Égine (entre 1904 et 1907), où il s’installa en 1908, après avoir démissionné de la direction de l’école ecclésiastique. Malgré d’innombrables soucis et de multiples difficultés, le saint veillait à y instaurer un type de vie cénobitique dans la fidélité scrupuleuse à l’esprit des saints Pères. Il dépensait sans compter ses forces physiques et spirituelles pour l’installation des bâtiments, pour la célébration des offices et pour la direction spirituelle de chacune de ses disciples. On le voyait souvent travailler au jardin, vêtu d’une misérable soutane, ou même réparer les chaussures des moniales. Et lorsqu’il disparaissait pour de longues heures, on devinait qu’il s’était enfermé dans sa cellule pour élever son intelligence vers Dieu. Bien qu’il eût fui tout contact avec le monde et qu’il réglât strictement les visites dans le couvent, la réputation de ses vertus et des grâces que Dieu lui avait accordées se répandit dans la région, et les fidèles venaient vers lui, attirés comme le métal par l’aimant. Il guérit de nombreux laïcs et des moniales des maux qui les affligeaient, et fit venir la pluie sur l’île qui souffrait de la sécheresse. Il soulageait, consolait, encourageait, se faisait tout pour tous, pouvant tout dans le Christ qui habitait en lui par la grâce du Saint-Esprit. Il était familier des saints et de la Mère de Dieu, et ceux-ci lui apparaissaient fréquemment pendant la Divine Liturgie ou dans sa cellule. Malgré les difficultés de la période qui suivit la Première Guerre mondiale, il interdisait strictement à ses moniales de mettre quoique ce fût en réserve pour leur nourriture, et leur ordonna même de distribuer leurs surplus aux pauvres, en se confiant au jour le jour à la miséricorde de Dieu. En plus de toutes ces tâches, saint Nectaire trouvait le temps de rédiger un grand nombre d’ouvrages de théologie, de morale, d’histoire de l’Église pour la confirmation de l’Église dans la tradition des saints Pères, alors souvent ignorée en Grèce du fait des influences occidentales. Vivant comme un ange dans un corps et faisant briller autour de lui les rayons de la lumière incréée de la grâce, le bienheureux eut encore à souffrir calomnies et injustes accusations sur son monastère, de la part de certains membres de la hiérarchie. Il supporta ces dernières épreuves avec la patience du Christ, sans murmure ni révolte.

C’est alors qu’il fut atteint d’une douloureuse maladie pendant plus d’un an et demi. Il rendait grâce à Dieu de l’éprouver ainsi et s’efforça de garder son mal secret jusqu’aux tout derniers temps qui précédèrent sa mort. Après un dernier pèlerinage auprès d’une icône de la Mère de Dieu, située non loin du monastère, il annonça à ses disciples son prochain départ pour le Ciel. Quelques jours passèrent et il dut être transféré dans un hôpital d’Athènes, où, après cinquante jours de souffrances qu’il supporta avec une patience qui édifiait tous ceux qui l’approchaient, il remit en paix son âme à Dieu, le 8 novembre 1920. Les fidèles d’Égine, ses disciples et tous les chrétiens qui l’avaient approchés pleurèrent la perte du doux et compatissant disciple du Christ, qui, toute sa vie, avait supporté calomnies, persécutions et injustes accusations en prenant pour modèle la divine Passion de son Maître. Mais Dieu lui a rendu gloire et, dès son repos, les miracles ont abondé et abondent quotidiennement jusqu’à ce jour pour ceux qui approchent avec foi de ses reliques ou qui se confient à sa puissante intercession.

Le corps de saint Nectaire resta miraculeusement exempt de corruption pendant plus de vingt ans, dégageant un parfum céleste et délicat. En 1953, lorsqu’il fut finalement décomposé selon les lois de la nature, on procéda à la translation de ses reliques et l’on put alors constater que le même parfum s’en dégageait puissamment. Il n’a pas cessé depuis de réjouir les fidèles qui s’approchent de ces précieux restes, en leur donnant l’assurance qu’il a trouvé accès auprès de Dieu dans la demeure des saints. Son culte a été officiellement reconnu en 1961 et le récit de ses miracles ne cesse d’être écrit chaque jour. Son tombeau, à Égine, est devenu un des pèlerinages les plus fréquentés de Grèce.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR
Tropaire des martyrs Onésiphore et Porphyre , ton 4
Tes Martyrs, Seigneur, pour le combat qu’ils ont mené / ont reçu de toi, notre Dieu, la couronne d’immortalité; / animés de ta force, ils ont terrassé les tyrans / et réduit à l’impuissance l’audace des démons; / par leurs prières sauve nos âmes, ô Christ notre Dieu.

Tropaire de sainte Matrone, ton 8
En toi, vénérable Mère, la divine Image se reflète exactement: / afin de lui ressembler, tu as pris ta croix et tu as suivi le Christ; / et par ta vie tu nous apprends à mépriser la chair, qui passe et disparaît, / pour s’occuper plutôt de l’âme, qui vit jusqu’en la mort et par-delà; / c’est ainsi que ton esprit se réjouit, / sainte Matrone, avec les Anges dans le ciel.

Tropaire de saint Nectaire d’Égine, ton 1
Fidèles, honorons le fils de la Sélybrie, le protecteur d’Égine, la colonne de l’Orthodoxie, l’ami véritable de la vertu, Nectaire, le serviteur inspiré du Christ apparu en ces derniers temps ; de lui jaillissent toutes sortes de guérisons pour ceux qui chantent avec piété : gloire au Christ qui t’a glorifié, gloire à Celui qui t’a fait thaumaturge, gloire à Celui qui par toi fit des merveilles, gloire à Celui qui par toi accorde à tous la guérison.

Kondakion des martyrs Onésiphore et Porphyre, ton 2
Les Martyrs qui ont mené tous les deux le plus ferme des combats / ont rasé au sol l’arrogance de l’ennemi, / éclairés qu’en leur gloire ils étaient / par la grâce de la Triade incréée; / eux-mêmes, avec les Anges désormais / auprès d’elle sans cesse ils intercèdent pour nous tous.

Kondakion de sainte Matrone, ton 2
Dans les jeûnes ayant fait fondre ton corps, / au milieu des hommes tu demeuras, / Matrone, et consacrée à l’oraison, / tu servis ton Maître divinement; / pour lui, dans le total renoncement, / vénérable Mère, tu menas sainte vie.

Kondakion de saint Nectaire d’Égine, ton 8
L’astre de l’Orthodoxie qui a brillé récemment, le rempart de l’Église nouvellement édifié, chantons-le dans l’allégresse de notre cœur ; glorifié par la puissance de l’Esprit très-saint, il fait sourdre l’inépuisable grâce des guérisons sur ceux qui chantent : réjouis-toi, Père Nectaire.

ÉPITRE DU JOUR
2 Th II, 1-12
Pour ce qui concerne l’avènement de notre Seigneur Jésus Christ et notre réunion avec lui, nous vous prions, frères, de ne pas vous laisser facilement ébranler dans votre bon sens, et de ne pas vous laisser troubler, soit par quelque inspiration, soit par quelque parole, ou par quelque lettre qu’on dirait venir de nous, comme si le jour du Seigneur était déjà là. Que personne ne vous séduise d’aucune manière ; car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme du péché, le fils de la perdition, l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore, jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu. Ne vous souvenez-vous pas que je vous disais ces choses, lorsque j’étais encore chez vous ? Et maintenant vous savez ce qui le retient, afin qu’il ne paraisse qu’en son temps. Car le mystère de l’iniquité agit déjà ; il faut seulement que celui qui le retient encore ait disparu. Et alors paraîtra l’impie, que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche, et qu’il anéantira par l’éclat de son avènement. L’apparition de cet impie se fera, par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, et avec toutes les séductions de l’iniquité pour ceux qui périssent parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés. Aussi Dieu leur envoie une puissance d’égarement, pour qu’ils croient au mensonge, afin que tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice, soient condamnés.

ÉVANGILE DU JOUR
Lc XII, 48-59
On demandera beaucoup à qui l’on a beaucoup donné, et on exigera davantage de celui à qui l’on a beaucoup confié. Je suis venu jeter un feu sur la terre, et qu’ai-je à désirer, s’il est déjà allumé? Il est un baptême dont je dois être baptisé, et combien il me tarde qu’il soit accompli! Pensez-vous que je sois venu apporter la paix sur la terre? Non, vous dis-je, mais la division. Car désormais cinq dans une maison seront divisés, trois contre deux, et deux contre trois; le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère. Il dit encore aux foules: Quand vous voyez un nuage se lever à l’occident, vous dites aussitôt: La pluie vient. Et il arrive ainsi. Et quand vous voyez souffler le vent du midi, vous dites: Il fera chaud. Et cela arrive. Hypocrites! Vous savez discerner l’aspect de la terre et du ciel; comment ne discernez-vous pas ce temps-ci? Et pourquoi ne discernez-vous pas de vous-mêmes ce qui est juste? Lorsque tu vas avec ton adversaire devant le magistrat, tâche en chemin de te dégager de lui, de peur qu’il ne te traîne devant le juge, que le juge ne te livre à l’officier de justice, et que celui-ci ne te mette en prison. Je te le dis, tu ne sortiras pas de là que tu n’aies payé jusqu’à dernière pite.

Print Friendly, PDF & Email


Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Orthodoxie.com, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. Et pour cette raison, votre soutien nous est plus que nécessaire. Nous vous invitons à vous y abonner, ou bien à faire un don de soutien !

Partage
Article précédent« Le rapprochement orthodoxe sur la question abkhaze »
Article suivant22 novembre

Jivko Panev, maître de conférence en Droit canon et Histoire des Églises locales à l’Institut de théologie orthodoxe Saint Serge à Paris, recteur de la paroisse Notre Dame Souveraine, à Chaville en banlieue parisienne.