9 novembre (ancien calendrier) / 22 novembre (nouveau)

9 novembre (ancien calendrier) / 22 novembre (nouveau)
Saints Onésiphore et Porphyre, martyrs (vers 310)

Saints Onésiphore et Porphyre, martyrs (vers 310) ; saint Ursin, premier évêque de Bourges (vers 300) ; sainte Matrone, moniale à Constantinople (vers 492) ; saint Antoine, martyr en Syrie ; saints Claude, Castor, Symphorien et Nicostrate, martyrs en Pannonie (IVème s.) ; saint Alexandre, martyr à Thessalonique (IVème s.) ; saint Vanne, évêque de Verdun (vers 525) ; saint Jean Colobos (Vème s.) ; sainte Eustolie (610) et sainte Sopatra (vers 625), moniales à Constantinople ; sainte Théoctiste, ermite dans l’île de Mitylène (881) ; saint Onésiphore des Grottes de Kiev (1148) ; saint Nectaire d’Égine, métropolite de Pentapole, thaumaturge (1920) ; saints néo-martyrs de Russie : Parthène, évêque d’Ananievsk, Constantin (Tcherepanov), Démètre (Rousinov), Nesto (Panine), Théodore (Tchitchkanov), Constantin (Nemechaïev), Victor (Klimov), Élie (Rylko), Paul (Anisimov), prêtres, Joseph (Stchensnovitch), diacre et Alexis (Zadvornov), moine (1937).

SAINT NECTAIRE D’ÉGINE

Notre saint Père Nectaire naquit le ler octobre 1846, à Sélybrie , d’un couple de pauvres mais pieux chrétiens : Dèmos et Marie Képhalas. Nommé Anastase au saint baptême, il montra dès son enfance une grande piété et un goût profond pour l’étude. Comme sa mère lui apprenait le Psaume 50, il aimait à répéter le verset : J’enseignerai tes voies aux pécheurs… (Ps 50, 15). Après avoir reçu l’enseignement élémentaire dans sa patrie, il fut envoyé par ses parents à Constantinople afin d’y compléter son éducation, tout en travaillant comme employé dans un magasin. Le jeune garçon restait insensible aux troubles de la vie mondaine et se préoccupait seulement d’édifier en lui, nuit et jour, l’homme intérieur à l’image du Christ, par la prière et la méditation des écrits des saints Pères. À l’âge de vingt ans, il quitta Constantinople pour devenir instituteur dans l’île de Chio. Il y encourageait avec zèle la jeunesse et les villageois à la piété et aux œuvres de la vertu, non seulement par ses paroles, mais surtout par l’exemple même de sa vie d’ascèse et de prière. Désirant depuis longtemps embrasser la vie semblable aux anges, il devint moine sous le nom de Lazare, le 7 novembre 1876, dans le célèbre monastère de Néa-Moni. Ne recherchant que les choses d’en haut, modèle de douceur et d’obéissance, il se fit aimer de tous les frères, et fut ordonné diacre un an après sa profession monastique. Grâce à la générosité d’un pieux habitant de l’île, puis à la protection du patriarche d’Alexandrie, Sophrone, il put parachever ses études à Athènes et obtenir le diplôme de la faculté de Théologie.

En 1885, il gagna Alexandrie, où il fut bientôt ordonné prêtre, puis consacré évêque de la Pentapole (ancien diocèse correspondant à la Libye supérieure). Prédicateur et secrétaire patriarcal, il fut affecté à l’église Saint-Nicolas au Caire, en tant que représentant du patriarche. Malgré ces honneurs, Nectaire ne perdait rien de son humilité et il savait communiquer à son troupeau spirituel le zèle pour les vertus évangéliques. L’amour et l’admiration que nourrissait le peuple à son égard tournèrent pourtant à son désavantage. À l’instigation du diable, certains membres du patriarcat, jaloux de ses succès, le calomnièrent, en disant qu’il cherchait à s’attirer les faveurs du peuple dans le but de s’emparer du trône patriarcal d’Alexandrie. Comme le saint ne cherchait pas à se justifier et mettait sa confiance dans la promesse du Christ qui a dit : Bienheureux serez-vous quand on vous insultera, qu’on vous persécutera et qu’on vous calomniera de toute manière à cause de moi… (Mt 5, 11), il fut chassé. Il s’embarqua alors pour Athènes, où il se retrouva seul, ignoré, méprisé, et manquant même du pain quotidien, car il ne savait rien garder pour lui-même et distribuait aux pauvres ses maigres ressources. Abandonnant son projet initial de se retirer au Mont Athos, le doux et humble imitateur de notre Seigneur Jésus-Christ, préféra sacrifier son amour de la retraite au salut de son prochain. Il assuma la charge de prédicateur pendant quelques années (1891-1894), puis fut nommé directeur de l’École Ecclésiastique Rizarios, établissement destiné à la formation des futurs prêtres. Sa profonde connaissance de l’Écriture, des saints Pères et même des sciences profanes, ainsi que son autorité pleine de douceur dans la direction des hommes, lui permirent de donner rapidement à cette institution une haute qualité intellectuelle et morale. Le saint hiérarque se chargeait de la direction et des leçons de Pastorale, mais il n’en cessait pas pour autant de suivre le programme d’ascèse, de méditation et de prière d’un moine, en y ajoutant les fonctions de prédication et la célébration régulière des saints Mystères, au sein de l’école et dans la région d’Athènes.

Le serviteur de Dieu gardait pourtant au fond de son cœur un amour brûlant pour la quiétude et la paix qu’offre la vie dans un monastère, aussi profita-t-il du désir exprimé par un certain nombre de ses filles spirituelles pour se retirer des troubles de la vie mondaine et fonder un monastère féminin dans l’île d’Égine (entre 1904 et 1907), où il s’installa en 1908, après avoir démissionné de la direction de l’école ecclésiastique. Malgré d’innombrables soucis et de multiples difficultés, le saint veillait à y instaurer un type de vie cénobitique dans la fidélité scrupuleuse à l’esprit des saints Pères. Il dépensait sans compter ses forces physiques et spirituelles pour l’installation des bâtiments, pour la célébration des offices et pour la direction spirituelle de chacune de ses disciples. On le voyait souvent travailler au jardin, vêtu d’une misérable soutane, ou même réparer les chaussures des moniales. Et lorsqu’il disparaissait pour de longues heures, on devinait qu’il s’était enfermé dans sa cellule pour élever son intelligence vers Dieu. Bien qu’il eût fui tout contact avec le monde et qu’il réglât strictement les visites dans le couvent, la réputation de ses vertus et des grâces que Dieu lui avait accordées se répandit dans la région, et les fidèles venaient vers lui, attirés comme le métal par l’aimant. Il guérit de nombreux laïcs et des moniales des maux qui les affligeaient, et fit venir la pluie sur l’île qui souffrait de la sécheresse. Il soulageait, consolait, encourageait, se faisait tout pour tous, pouvant tout dans le Christ qui habitait en lui par la grâce du Saint-Esprit. Il était familier des saints et de la Mère de Dieu, et ceux-ci lui apparaissaient fréquemment pendant la Divine Liturgie ou dans sa cellule. Malgré les difficultés de la période qui suivit la Première Guerre mondiale, il interdisait strictement à ses moniales de mettre quoique ce fût en réserve pour leur nourriture, et leur ordonna même de distribuer leurs surplus aux pauvres, en se confiant au jour le jour à la miséricorde de Dieu. En plus de toutes ces tâches, saint Nectaire trouvait le temps de rédiger un grand nombre d’ouvrages de théologie, de morale, d’histoire de l’Église pour la confirmation de l’Église dans la tradition des saints Pères, alors souvent ignorée en Grèce du fait des influences occidentales. Vivant comme un ange dans un corps et faisant briller autour de lui les rayons de la lumière incréée de la grâce, le bienheureux eut encore à souffrir calomnies et injustes accusations sur son monastère, de la part de certains membres de la hiérarchie. Il supporta ces dernières épreuves avec la patience du Christ, sans murmure ni révolte.

C’est alors qu’il fut atteint d’une douloureuse maladie pendant plus d’un an et demi. Il rendait grâce à Dieu de l’éprouver ainsi et s’efforça de garder son mal secret jusqu’aux tout derniers temps qui précédèrent sa mort. Après un dernier pèlerinage auprès d’une icône de la Mère de Dieu, située non loin du monastère, il annonça à ses disciples son prochain départ pour le Ciel. Quelques jours passèrent et il dut être transféré dans un hôpital d’Athènes, où, après cinquante jours de souffrances qu’il supporta avec une patience qui édifiait tous ceux qui l’approchaient, il remit en paix son âme à Dieu, le 8 novembre 1920. Les fidèles d’Égine, ses disciples et tous les chrétiens qui l’avaient approchés pleurèrent la perte du doux et compatissant disciple du Christ, qui, toute sa vie, avait supporté calomnies, persécutions et injustes accusations en prenant pour modèle la divine Passion de son Maître. Mais Dieu lui a rendu gloire et, dès son repos, les miracles ont abondé et abondent quotidiennement jusqu’à ce jour pour ceux qui approchent avec foi de ses reliques ou qui se confient à sa puissante intercession.

Le corps de saint Nectaire resta miraculeusement exempt de corruption pendant plus de vingt ans, dégageant un parfum céleste et délicat. En 1953, lorsqu’il fut finalement décomposé selon les lois de la nature, on procéda à la translation de ses reliques et l’on put alors constater que le même parfum s’en dégageait puissamment. Il n’a pas cessé depuis de réjouir les fidèles qui s’approchent de ces précieux restes, en leur donnant l’assurance qu’il a trouvé accès auprès de Dieu dans la demeure des saints. Son culte a été officiellement reconnu en 1961 et le récit de ses miracles ne cesse d’être écrit chaque jour. Son tombeau, à Égine, est devenu un des pèlerinages les plus fréquentés de Grèce.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire des martyrs Onésiphore et Porphyre , ton 4

Tes Martyrs, Seigneur, pour le combat qu’ils ont mené / ont reçu de toi, notre Dieu, la couronne d’immortalité; / animés de ta force, ils ont terrassé les tyrans / et réduit à l’impuissance l’audace des démons; / par leurs prières sauve nos âmes, ô Christ notre Dieu.

Tropaire de sainte Matrone, ton 8

En toi, vénérable Mère, la divine Image se reflète exactement: / afin de lui ressembler, tu as pris ta croix et tu as suivi le Christ; / et par ta vie tu nous apprends à mépriser la chair, qui passe et disparaît, / pour s’occuper plutôt de l’âme, qui vit jusqu’en la mort et par-delà; / c’est ainsi que ton esprit se réjouit, / sainte Matrone, avec les Anges dans le ciel.

Tropaire de saint Nectaire d’Égine, ton 1

Fidèles, honorons le fils de la Sélybrie, le protecteur d’Égine, la colonne de l’Orthodoxie, l’ami véritable de la vertu, Nectaire, le serviteur inspiré du Christ apparu en ces derniers temps ; de lui jaillissent toutes sortes de guérisons pour ceux qui chantent avec piété : gloire au Christ qui t’a glorifié, gloire à Celui qui t’a fait thaumaturge, gloire à Celui qui par toi fit des merveilles, gloire à Celui qui par toi accorde à tous la guérison.

Kondakion des martyrs Onésiphore et Porphyre, ton 2

Les Martyrs qui ont mené tous les deux le plus ferme des combats / ont rasé au sol l’arrogance de l’ennemi, / éclairés qu’en leur gloire ils étaient / par la grâce de la Triade incréée; / eux-mêmes, avec les Anges désormais / auprès d’elle sans cesse ils intercèdent pour nous tous.

Kondakion de sainte Matrone, ton 2

Dans les jeûnes ayant fait fondre ton corps, / au milieu des hommes tu demeuras, / Matrone, et consacrée à l’oraison, / tu servis ton Maître divinement; / pour lui, dans le total renoncement, / vénérable Mère, tu menas sainte vie.

Kondakion de saint Nectaire d’Égine, ton 8

L’astre de l’Orthodoxie qui a brillé récemment, le rempart de l’Église nouvellement édifié, chantons-le dans l’allégresse de notre cœur ; glorifié par la puissance de l’Esprit très-saint, il fait sourdre l’inépuisable grâce des guérisons sur ceux qui chantent : réjouis-toi, Père Nectaire.

ÉPITRE DU JOUR

I Thess. III, 9-13

Quelles actions de grâces, en effet, nous pouvons rendre à Dieu à votre sujet, pour toute la joie que nous éprouvons à cause de vous, devant notre Dieu ! Nuit et jour, nous le prions avec une extrême ardeur de nous permettre de vous voir, et de compléter ce qui manque à votre foi. Que Dieu lui-même, notre Père, et notre Seigneur Jésus, aplanissent notre route pour que nous allions à vou s! Que le Seigneur augmente de plus en plus parmi vous, et à l’égard de tous, cette charité que nous avons nous-mêmes pour vous, afin d’affermir vos cœurs pour qu’ils soient irréprochables dans la sainteté devant Dieu notre Père, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus avec tous ses saints!

Éph. V, 8-19 (S. Nectaire)

Autrefois vous étiez ténèbres, et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Marchez comme des enfants de lumière ! Car le fruit de la lumière consiste en toute sorte de bonté, de justice et de vérité. Examinez ce qui est agréable au Seigneur ; et ne prenez point part aux œuvres infructueuses des ténèbres, mais plutôt condamnez-les. Car il est honteux de dire ce qu’ils font en secret ; mais tout ce qui est condamné est manifesté par la lumière, car tout ce qui est manifesté est lumière. C’est pour cela qu’il est dit : « Réveille-toi, toi qui dors, Relève-toi d’entre les morts, Et Christ t’éclairera ». Prenez donc garde à votre conduite : ne vivez pas comme des insensés, mais comme des sages ; tirez parti du temps présent, car nous traversons des jours mauvais. Ne soyez pas inconsidérés, mais comprenez quelle est la volonté du Seigneur. Ne vous enivrez pas de vin : cela porte à la débauche. Soyez, au contraire, remplis de l’Esprit. Dîtes entre vous des psaumes, des hymnes, et des cantiques spirituels, chantant et célébrant de tout votre cœur les louanges du Seigneur.

ÉVANGILE DU JOUR

Lc XIV, 25-35

De grandes foules faisaient route avec Jésus. Il se retourna, et leur dit: Si quelqu’un vient à moi, et s’il ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, et ses sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut être mon disciple. Et quiconque ne porte pas sa croix, et ne me suis pas, ne peut être mon disciple. Car, lequel de vous, s’il veut bâtir une tour, ne s’assied d’abord pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi la terminer, de peur qu’après avoir posé les fondements, il ne puisse l’achever, et que tous ceux qui le verront ne se mettent à le railler, en disant: Cet homme a commencé à bâtir, et il n’a pu achever? Ou quel roi, s’il va faire la guerre à un autre roi, ne s’assied d’abord pour examiner s’il peut, avec dix mille hommes, marcher à la rencontre de celui qui vient l’attaquer avec vingt mille? S’il ne le peut, tandis que cet autre roi est encore loin, il lui envoie une ambassade pour demander la paix. Ainsi donc, quiconque d’entre vous ne renonce pas à tout ce qu’il possède ne peut être mon disciple. Le sel est une bonne chose; mais si le sel perd sa saveur, avec quoi l’assaisonnera-t-on? Il n’est bon ni pour la terre, ni pour le fumier; on le jette dehors. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende.

Jn X, 9-16 (S. Nectaire)

Je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé ; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages. Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire ; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance. Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis. Mais le mercenaire, qui n’est pas le berger, et à qui n’appartiennent pas les brebis, voit venir le loup, abandonne les brebis, et prend la fuite ; et le loup les ravit et les disperse. Le mercenaire s’enfuit, parce qu’il est mercenaire, et qu’il ne se met point en peine des brebis. Je suis le bon berger. Je connais mes brebis, et elles me connaissent, comme le Père me connaît et comme je connais le Père ; et je donne ma vie pour mes brebis. J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie ; celles-là, il faut que je les amène ; elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger. »

À propos de l'auteur

Photo of author

Jivko Panev

Jivko Panev, cofondateur et journaliste sur Orthodoxie.com. Producteur de l'émission 'Orthodoxie' sur France 2 et journaliste.
Lire tous les articles par Jivko Panev

Articles populaires

Recension: Hiéromoine Grégoire du Mont-Athos, «La foi, la liturgie et la vie de l’Église orthodoxe. Une esquisse de catéchisme orthodoxe»

Ce catéchisme est particulièrement bienvenu pour les parents en attente, pour leurs enfants d’un catéchisme orthodoxe fiable, mais aussi pour ...

Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères…”. La vie et l’œuvre du père Georges Florovsky »

Vient de paraître: Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères… ”. La vie et l’œuvre du Père Georges Florovsky », ...

Le métropolite Antoine de Volokolamsk a reçu le titre de docteur honoris causa de l’Académie diplomatique du ministère des Affaires étrangères de Russie

L’Académie diplomatique du ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie a organisé une cérémonie solennelle de remise du ...

13 artistes contemporains roumano-français célèbrent Brancusi à l’Institut culturel roumain de Paris

Le sculpteur roumain Constantin Brancusi était acolyte et chantre en l’église cathédrale roumaine des Saints-Achanges ,  9 rue Jean de ...

17 juin

Après-fête de l’Ascension Saint Manuel, Sabel et Ismaël, martyrs à Constantinople (362) ; saint Isaure et ses compagnons : saints ...

4 juin (ancien calendrier) / 17 juin (nouveau)

Après-fête de l’Ascension Saint Métrophane, patriarche de Constantinople (vers 325) ; saint hiéromartyr Astius, évêque de Dyrrachium en Macédoine (110) ...

Radio Notre-Dame : « Lumière de l’Orthodoxie » du 16 juin

Nous vous invitons à écouter ou à réécouter l’émission « Lumière de l’Orthodoxie » du 16 juin, animée par Bertrand Vergely. Vous ...

« Orthodoxie » (France-Culture) : « À la rencontre de la Vie éternelle »

Ci-dessous : le podcast audio de l’émission Orthodoxie sur France-Culture, présentée par Alexis Chryssostalis, du 16 juin, intitulée : « ...

Message du patriarche Bartholomée au Sommet pour la paix en Ukraine

Le patriarche Bartholomée, qui a participé comme observateur au Sommet pour la paix en Ukraine qui s’achève ce dimanche 16 juin ...

Le doyen de l’Institut Saint-Serge reconduit pour trois ans dans sa charge

Lors de sa réunion extraordinaire du jeudi 13 juin, le Conseil des enseignants de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge (Paris), ...

Session conjointe des Saint-Synodes des évêques des Églises serbe et russe hors-frontières à Sremski Karlovci (Serbie)

Le vendredi 14 juin 2024, une session conjointe des Saint-Synodes des évêques des Églises orthodoxes serbe et russe hors frontières ...

Des dizaines de milliers de Belgradois ont participé à la procession de l’Ascension, avec l’icône de Koursk et les reliques de saint Justin de Tchélié

Depuis la veille de la fête au soir, lorsque les reliques de saint Justin de Tchélié et l’icône miraculeuse de ...

Renouvellement des membres de la nouvelle Épistasie du Mont Athos

Le vendredi 14 juin 2024 a eu lieu la cérémonie du renouvellement des membres de la nouvelle Épistasie du Mont ...

16 juin

7ème dimanche de Pâques. Après-fête de l’Ascension et dimanche des Saints Pères du 1er Concile Œcuménique (325). Saint Tikhon, évêque ...

3 juin (ancien calendrier) / 16 juin (nouveau)

7ème dimanche de Pâques. Après-fête de l’Ascension et dimanche des Saints Pères du 1er Concile Œcuménique (325). Saint Lucillien, sainte ...

Le patriarche œcuménique a rencontré le président ukrainien Zelensky en Suisse

En marge du Sommet pour la paix en Ukraine qui se déroule le week-end du 15-16 juin 2024 en Suisse, le ...

Recension : « Les chrétiens d’Orient dans le nouveau Grand Jeu »

Marc Fromager, Ukraine, Gaza et autres tracas. Les chrétiens d’Orient dans le nouveau Grand Jeu, Salvator, 2024, 158 pages, 18 euros. ...

Le jour de l’intronisation du nouveau primat de l’Église orthodoxe finlandaise a été fixé

Son Éminence Léo, archevêque d’Helsinki et de toute la Finlande (né en 1948), qui exerce le ministère primatial dans l’Église ...