Le patriarche de Moscou Cyrille : « Aucun intérêt national n’est supérieur à l’intérêt de l’Église »
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Le 20 novembre, le patriarche de Moscou Cyrille a célébré la divine liturgie en la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou. Ce jour, le patriarche a fêté son 73ème anniversaire et cette année marque également le cinquantenaire de sa profession monastique et de son ordination sacerdotale. À cette occasion concélébraient avec le primat tous les membres du Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe, ainsi que les représentants à Moscou des Églises orthodoxes d’Antioche, de Serbie, de Bulgarie, de Tchéquie et des Terres slovaques, de l’Église orthodoxe en Amérique (OCA), ainsi que l’évêque de Bačka Irénée (Église de Serbie), et le recteur de l’église géorgienne de Moscou. Assistaient à la liturgie plusieurs personnalités officielles dont I.O Schtchegolev, représentant du président de la Fédération de Russie. À la petite entrée, le patriarche a élevé l’évêque de Voskressensk Denis au rang de métropolite, et a remis à l’évêque de Bačka Irénée une croix pectorale à l’occasion du doctorat honoris causa que l’Académie ecclésiastique de Saint-Pétersbourg lui a décerné. À l’issue de la liturgie, le patriarche Cyrille a prononcé l’homélie suivante (vidéo) : « … Mais, c’est le principal, je voudrais remercier tout notre épiscopat, le clergé, le peuple fidèle pour cet immense soutien que je ressens aujourd’hui, en prenant des décisions qui ne sont pas simples, concernant la guérison des schismes, des divisions, des contradictions qui, ces derniers temps, à l’inspiration du diable, créent d’énormes difficultés au maintien de l’unité de l’Église orthodoxe. Ce que nous voyons aujourd’hui, ce n’est pas une initiative des dirigeants religieux. C’est l’initiative de forces extérieures à l’Église. Depuis déjà longtemps a mûri l’idée que l’Église, constitue soi-disant un « soft power ». On ne sait pourquoi, certains adversaires politiques de la Russie sont fort préoccupés par l’Église russe, qu’ils considèrent comme « soft power ». Quelqu’un a posé la question de savoir si les relations de la Russie avec les peuples qui partagent la même foi n’étaient pas trop proches, en premier lieu avec le peuple grec, avec les patriarcats grecs. Et nous savons que l’objectif a été donné de brouiller le monde orthodoxe russe avec le monde orthodoxe grec. Ce que nous voyons aujourd’hui n’est pas le résultat de l’initiative des Églises orthodoxes, c’est le résultat du fait que certaines d’entre elles n’ont pu résister à la pression. Les primats d’Églises locales me disent ouvertement : « On fait pression sur nous », et je réponds à cela : « Ne nous parlez pas à nous, en Russie, de la pression des forces extérieures. Au cours du XXème siècle, ce n’étaient pas que des discussions difficiles avec les puissants de ce monde. Nos ancêtres sont passés par les prisons, les camps, par le polygone de Boutovo, mais l’Église russe n’a pas fléchi le genou devant ceux qui exerçaient les pressions ». Bien sûr, personne ne fait pression de cette façon sur nos Églises orthodoxes locales sœurs, mais peut-être, la vie dans le calme créait une sorte d’impression de bien-être, et certains ne pouvaient pas même supporter la pression diplomatique exercée sur tout un nombre d’Églises, en premier lieu les Églises grecques. Les problèmes dans les relations de l’Église russe avec certaines Églises grecques sœurs, sont le résultat de pressions externes. Et pour autant que ce qui s’est passé ne résulte pas de la vie interne des Églises, je suis profondément convaincu que tout cela cessera très bientôt. Et voici un exemple frappant : à quelle pression a été exposée notre Église en Ukraine sous l’ex-président de ce pays ! Il semblait que toutes les forces du pouvoir étatique travaillaient à rompre les relations entre la Russie et l’Ukraine au niveau ecclésial. Mais nos frères et sœurs en Ukraine ont tenu ! Ils n’ont pas plié sous cette pression ! Où est donc celui qui a organisé tout cela ? Aujourd’hui, il n’y a plus une telle pression et la politique d’immixtion dans la vie de l’Église est critiquée. La même chose ce produira avec ces Églises grecques qui, se trouvant dans une position bien plus calme que l’Église d’Ukraine, ont néanmoins ont cédé aux instances de fonctionnaires de deuxième catégorie. Je parle de tout cela afin que vous le compreniez clairement : aujourd’hui, une pression est exercée sur l’Église orthodoxe, en premier lieu pour que se produise une rupture entre les mondes orthodoxes grec et slave. Et nous devons tout faire pour que ces mauvais desseins ne minent pas l’unité de l’Église orthodoxe sainte, catholique, et apostolique. Je remercie encore une fois notre épiscopat pour son unanimité, pour son soutien au patriarche, qui de par sa position se trouve au centre de ce combat. Naturellement, à un niveau humain, il n’est pas toujours facile de gérer les informations qui arrivent, particulièrement lorsque l’on entend parler de la trahison de personnes proches, de ce qui se produit en dépit de toute logique dans l’une ou l’autre partie de l’orthodoxie mondiale. Mais je prie et je crois que par les prières de toute l’Église orthodoxe universelle, le Seigneur remédiera aux conflits provoqués par l’extérieur. En réponse à ces divisions, en réponse aux tentatives de rompre les liens entre les Églises orthodoxes locales, nous devons renforcer notre unité interne. Tant que cette unité sera impeccable, nous disposerons de la force apte à résister à toutes les tentatives de diviser l’orthodoxie universelle. Notre voix et notre exemple seront convaincants, car nous ne sommes pas l’Église d’un seul pays, la Fédération de Russie, mais l’Église qui étend sa juridiction sur de nombreux États, nous sommes vraiment une Église multinationale. Lorsque nos confrères constantinopolitains nous accusent d’ethnophylétisme, ils ne comprennent pas tout simplement de ce dont ils parlent. L’ethnophylétisme consiste à mettre les valeurs ethniques et les buts ethniques au-dessus de celles de l’Église. Je réponds toujours : nous avons des dizaines d’ethnies. Quelle ethnie pouvons-nous mettre au-dessus des intérêts de l’Église ? Toute tentative de ce genre provoquerait des troubles et des divisions au sein de notre Église. Et s’il est question d’ethnophylétisme, il faut parler alors de ces Églises, dans lesquelles on dit ouvertement que le soutien à l’Église orthodoxe russe serait une trahison des intérêts communs helléniques. C’est ainsi que s’expriment certains politiciens et des représentants de l’épiscopat grecs. L’ethnophylétisme existe réellement, là où l’on ose dire que les intérêts nationaux sont supérieurs à ceux de l’Église une, sainte, catholique et apostolique. Aussi, notre ministère commun au sein de l’Église russe multinationale du Patriarcat de Moscou peut et doit aider tous ceux qui sont dans l’erreur, ceux qui placent le facteur ethnique au-dessus du facteur ecclésial, ceux pour qui la politique devient plus importante que la prédication ecclésiale. Étant passés par de nombreuses épreuves au XXème siècle, nous avons beaucoup appris, en premier lieu qu’il fallait préserver l’unité de l’Église et ne pas permettre de schismes, de divisions, d’hérésies. Nous devons être unis par la puissance de la prière, de l’esprit. Nous devons recevoir la grâce divine d’un seul calice, devant lequel nous inclinons les genoux. Nous croyons que, par la grâce de Dieu, par les prières des saints martyrs et confesseurs de notre Église, qui ont défendu la liberté de l’Église orthodoxe russe, le Seigneur nous donnera la force, en premier lieu, la force de l’amour, la force de nous aimer les uns et les autres, même lorsque surgissent des malentendus humains. Nous ne devons pas perdre l’amour envers nos frères qui aujourd’hui, sur la suggestion de l’extérieur, se sont éloignés de nous. Nous ne devons pas leur répondre de la même façon, mais nous devons continuer à prier pour eux et avoir conscience que même un frère qui est dans l’erreur peut revenir à la maison paternelle après s’être repenti. En réponse aux souffrances des martyrs, en réponse à nos prières, Dieu nous donnera le discernement et les forces de cheminer sur la voie qui nous est préparée, afin de ne pas tomber dans les erreurs, les schismes et les hérésies, mais en préservant la pureté de l’orthodoxie, aspirer à ce que la foi orthodoxe s’enracine dans les cœurs de nos gens, particulièrement la jeunesse. Or, aujourd’hui la partie la plus vulnérable du corps de l’Église, est la jeunesse sur laquelle s’exerce une forte influence au moyen des réseaux sociaux, par de nombreux autres sources d’informations. Aussi, je voudrais appeler tous, en premier lieu la jeunesse, ainsi que tous nos laïcs et bien sûr notre clergé à renforcer l’unité de l’Église par la force de la prière, des offices communs, des célébrations solennelles conjointes et tout ce qui aide à prendre conscience de notre engagement dans l’Église une, sainte, catholique et apostolique, à l’Église orthodoxe russe, la mère de dizaines et de dizaines de millions de personnes ».

Source (de la photographie) : Patriarcat de Moscou

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

Les paroisses de la juridiction du Patriarcat d’Antioche rouvrent leurs portes le 7 juin 173147

C'est par un communiqué que le métropolite Ignace du Patriarcat d'Antioche annonce la reprise des offices célébrés dans les paroisse da sa juridict...

19 mai (ancien calendrier) / 1er juin (nouveau) 108474

19 mai (ancien calendrier) / 1er juin (nouveau) Saints Patrice, évêque de Prousse en Bithynie, avec ses compagnons : Acace, Ménandre et Polyène, pr...

1er juin 108472

1er juin Saint Justin le Philosophe et ses compagnons : Chariton, Charité, Evelpiste, Hiérax, Péon, Valérien et Justin, martyrs à Rome (166) ; sain...

31 mai 69348

7e dimanche de Pâques. Après-fête de l’Ascension et dimanche des Saints Pères du 1er Concile Œcuménique (325). Sainte Pétronille, vierge, martyre à...

Le programme académique 2020-2021 de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge À la Une 173127

Le livret 2020-2021 qui présente l’offre de cursus, de colloques et de formations en théologie orthodoxe de l’Institut Saint-Serge est ...

« Orthodoxie » (France-Culture): « Le visage intérieur » Écouter 173124

Ci-dessous : le podcast audio de l’émission Orthodoxie sur France-Culture du 24 mai intitulée « Le visage intérieur » (rediffusion de l’émiss...

Le documentaire « Saint Mardaire – évêque sans adresse permanente » À la Une 173115

« Saint Mardaire – évêque sans adresse permanente » est un documentaire sur saint Mardaire (Uskoković) (1889-1935), premier évêque du premier...

Une église orthodoxe de Shanghai transformée en librairie Actualités 173109

Sur les murs de l’église de Saint-Nicolas, vous ne verrez pas d’iconographie traditionnelle, mais des étagères en acier pour les livres...

17 mai (ancien calendrier) / 30 mai (nouveau) 105424

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR Tropaire de la fête, ton 4 Tu t’es élevé dans la gloire, ô Christ notre Dieu, réjouissant Tes disciples par la promes...

30 mai 105422

30 mai Saint Isaac, abbé en Dalmatie, confesseur (406) ; saint Maugille, ermite en Picardie (vers 685); saint Hubert, évêque de Tongres et Maastric...

Le Mont Athos sera rouvert le 1er juin aux pèlerins 173078

Conformément à la décision de la Sainte Communauté du Mont Athos ne seront délivrés que des permis (diamonitirion) spéciaux, au nombre maximum de 1...

Novak Djoković fait don de plus de 5 millions d’euros au système de santé publique serbe et aux o... À la Une 173090

Novak Djoković, la star du tennis serbe, a fait un don considérable pour aider les personnes souffrantes dans son pays natal en cette période de pa...