Le patriarche de Moscou Cyrille s’exprime sur la traduction en russe des offices liturgiques
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Dans son exposé à la réunion diocésaine de la ville de Moscou, le 20 décembre 2019, le Primat de l’Église orthodoxe russe a rappelé que, dans les années 1990, les églises se remplissaient et cela n’exigeait pas en soi d’efforts supplémentaires de la part du clergé. « Les efforts étaient nécessaires pour autre chose : réussir à accorder ne serait-ce qu’un peu d’attention envers tous, afin de répondre à toutes les questions concernant la confession ou sur la célébration d’autres sacrements. Aujourd’hui, les gens continuent de venir à l’église, mais beaucoup de choses ont changé. Le nombre d’églises a augmenté de façon significative et continue à augmenter, moyennant quoi le nombre de paroissiens de chaque église n’augmente plus de façon spectaculaire, bien que restant importante. En outre, on peut dire que les attentes des paroissiens ont changé. Ils sont devenus plus exigeants, dans le bon sens, envers le contenu de la vie paroissiale » a déclaré le patriarche. Cela concerne  en premier lieu l’attitude envers l’office liturgique : « Aujourd’hui, de nombreux paroissiens, peut-être même plus qu’il y a vingt ou vingt-cinq ans, aspirent à participer activement à l’office, à pénétrer son sens. Cela ne peut que réjouir, car comme le soulignait S. Théophane le Reclus, « tous nos hymnes liturgiques sont édifiants, profonds et élevés. En eux se trouvent toute la théologie et tout l’enseignement moral chrétien, toutes les consolations et toutes les mises en garde. Celui qui y prête attention peut se passer de tous les autres livres d’enseignement chrétien ». « En même temps, ce n’est pas seulement aujourd’hui que l’on remarque que les laïcs se heurtent à des difficultés dans la compréhension de l’office » a poursuivi le Primat. « Cette question a, au demeurant, été soulevée de façon très animée lors de ma récente discussion avec les prêtres que j’ai ordonnés, qui sont clercs à Moscou. À ce sujet surgissent parfois des idées de traduire tout l’office en langue russe contemporaine, d’abréger les parties variables et d’autres suggestions similaires ». « Ce seraient précisément de telles décisions qui n’apporteraient rien d’utile », estime le patriarche Cyrille. « En même temps, comme je l’ai mentionné lors de cette rencontre avec le clergé, la langue slavonne a changé organiquement au cours de plus de dix siècles d’existence de l’Église russe. Ces dernières années également, le Saint-Synode a donné, à plusieurs reprises des indications selon lesquelles, lors de l’élaboration de nouveaux textes liturgiques en langue slavonne d’Église, leurs auteurs et la commission liturgique synodale rédigeant ces œuvres doivent éviter les constructions peu compréhensibles, grammaticalement ou lexicalement archaïques. Bien plus, nous nous rappelons qu’en 1909, le Saint-Synode avait approuvé l’édition de textes du Triode de Carême révisés par une commission présidée par le futur patriarche Serge et, deux années après, il donna sa bénédiction à l’édition du Pentecostaire corrigé ainsi qu’à la poursuite des travaux de la commission pour la correction de l’octoèque et des ménées (la révolution a empêché que ce travail soit mené à terme) ». « Toutefois, la difficulté principale dans la compréhension des textes liturgiques par les laïcs provient de leur contenu même, du niveau élevé de leur enseignement dogmatique, de leurs particularités poétiques et de la richesse de leurs références bibliques, qui sont difficiles à comprendre pour ceux qui disposent de connaissances superficielles sur l’enseignement ecclésial et sur l’histoire biblique. Aussi, la tâche de première importance pour les prêtres est, par l’éducation des paroissiens, de les aider à comprendre le contenu et le sens de l’office orthodoxe. Cette tâche d’enseignement n’élimine pas la nécessité d’éradiquer les lacunes pratiques, tels que l’articulation défectueuse ou la hâte dans la prononciation des textes et des ecphonèses  ou, à l’inverse, le fait de traîner dans la lecture, ce qui est fatigant pour l’attention, ou la théâtralité artificielle, l’émotivité ou la prétention ; ou encore, l’emphase incorrecte sur certains passages des textes. Il s’y ajoute l’acoustique défavorable de l’église, que l’on peut corriger par les moyens techniques actuels. Tout cela ne demande pas de gros efforts lorsque l’on a une attitude attentive et responsable envers l’office, de l’amour envers lui. Dans le domaine de l’éducation des fidèles, « il y a aussi des moyens assez nombreux pour aider les laïcs, ne serait-ce qu’à un niveau élémentaire », a souligné le patriarche. « Dans ma conférence de l’an passé à la réunion diocésaine, j’ai mentionné l’exemple de certaines églises, dans lesquelles sont distribués aux fidèles les textes liturgiques des fêtes, et parfois des offices du dimanche, ne serait-ce que les canons, avec en parallèle le texte russe et une explication des endroits difficiles. On peut imprimer de tels textes à peu de frais, avec la présentation la plus simple, sans mise en page spéciale ou une présentation en couleur. Ils sont d’une grande utilité ». Le patriarche estime « qu’il est utile, lors des fêtes et du Grand Carême de lire, après la 6ème ode du canon le synaxaire [explication de la fête ou vie du saint se trouvant en cet endroit dans les livres liturgiques, ndt] ou une vie succincte du saint commémoré, et ce en russe ». Le patriarche a communiqué cette information à l’assistance : « Cette année, j’ai confié à la commission de la Conférence inter-conciliaire pour les questions liturgiques, d’élaborer un projet de recueil, sous une nouvelle rédaction, de textes édifiants lus pendant les offices. Actuellement, ce travail est encore en cours, mais on peut trouver certains textes sur Internet. J’estime également possible que, là où les communautés y sont prêtes, les lectures de l’épître et des parémies, lesquelles sont souvent d’une compréhension la plus difficile, soient effectuées en langue russe. Il en est de même ce qui concerne la lecture de l’Évangile lors des offices privés ou lors de la lecture de l’Évangile en entier les premiers jours de la Semaine Sainte qui, en pratique, est souvent répartie durant toute la durée du Grand Carême. Ce faisant, les recteurs doivent être attentifs à l’opinion de leurs paroisses : ici, l’introduction des pratiques mentionnées sera reçue avec gratitude, là, elle peut appeler le rejet en raison d’une habitude de longue date ». « Il est important de se souvenir que le but principal du prêtre n’est pas de réaliser quelque chose qui lui semble juste en théorie, mais d’aider les paroissiens à accroître leur amour envers l’office divin ». Le primat a également abordé la question de la prédication pendant l’office : « Il y a encore une façon d’éduquer les gens, laquelle exige un peu plus d’efforts de la part des prêtres, mais qui est très utile, à savoir l’explication de l’un ou l’autre texte hymnographique pendant la prédication. En effet, il y a beaucoup à dire sur l’enseignement de l’Église orthodoxe en s’appuyant, par exemple, sur le tropaire de la Transfiguration : que signifie « s’est transfiguré » ? Pourquoi et comment le Seigneur a-t-Il montré Sa gloire aux disciples ? Pourquoi « autant qu’il leur était possible [de Le voir] » Comment la lumière peut-elle briller sur nous pécheurs ? Chers Pères, l’office de l’Église orthodoxe nous donne des possibilités inépuisables pour la prédication de l’enseignement orthodoxe ». « Utilisons ce trésor inépuisable », a exhorté le patriarche Cyrille. « Chers évêques et prêtres, ce n’est pas la première fois que je me concentre précisément sur le sujet de l’office divin, de la prédication, de l’enseignement. Ces thèmes sont essentiels pour la vie paroissiale. La prédication de l’Évangile, c’est ce qui nous est ordonné par le Sauveur (cf. Mc XVI, 15). Quant à l’office, il constitue l’essence la vie de l’Église, il révèle aux hommes, dès à présent, ici, sur terre, la vérité du Royaume de Dieu, auquel nous aspirons » a conclu le Primat de l’Église orthodoxe russe.

Source

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

Antiochian Patriarchate responds to reports about kidnapped Bishops Middle East 168026

The Antiochian Orthodox Church has issued an official statement on the recent reports concerning the fate of the two missing Syrian bishops, Boulos...

Le Patriarcat d’Antioche réagit aux informations sur les deux évêques kidnappés À la Une 168020

Le Patriarcat orthodoxe d’Antioche a publié une déclaration officielle sur les récents rapports concernant le sort des deux évêques syriens enlevés...

Le métropolite Emmanuel à Monaco À la Une 168008

Le métropolite Emmanuel de France a visité la paroisse grecque orthodoxe de la Principauté de Monaco, à l’invitation de la communauté grecque local...

Le jour de la Théophanie, le métropolite de Kiev Onuphre a béni les eaux du Dniepr À la Une 168004

Le 19 janvier, jour de la Théophanie, le métropolite de Kiev Onuphre a béni les eaux du Dniepr après la Liturgie en la Laure des Grottes de Kiev.

8 janvier (ancien calendrier) / 21 janvier (nouveau) Vivre avec l'Église 95123

8 janvier (ancien calendrier) / 21 janvier (nouveau)  Saints Georges de Chozéba (VIIème s.) et Émilien le Confesseur (IXème s.) ; sainte Dominique ...

21 janvier Vivre avec l'Église 95121

21 janvier Saint Maxime le Confesseur (662) ; saints Eugène, Candide, Valérien et Aquilas, martyrs à Trébizonde en Asie Mineure (IIIème s.) saint P...

Lettre de l’archevêque d’Amérique Elpidophore (Patriarcat œcuménique) à Mike Pompeo au sujet de l... À la Une 167993

L’archevêque Elpidophore (Patriarcat œcuménique) a envoyé la lettre suivante au nom de l’Assemblée des évêques orthodoxes canoniques des États-Unis...

Le patriarche Bartholomée a célébré la bénédiction des eaux de la Théophanie à Triglia, selon l’a... Actualités 167982

Pour la deuxième année consécutive, le patriarche Bartholomée a célébré la bénédiction des eaux, à l’occasion de la fête de la Théophanie selon l’a...

Liturgie de la Théophanie à Moscou (vidéo) Actualités 167976

Le dimanche 19 janvier, fête de la Théophanie selon l’ancien calendrier, le patriarche de Moscou Cyrille a célébré la sainte liturgie en la cathédr...

La chorale « Nicolae Lungu » du Patriarcat de Roumanie donnera un concert le 24 janvier à Bruxelles Annonces 167970

Sous l’intitulé « Spiritualité roumaine dans la création musicale religieuse », l’événement est organisé par la représentation du Patriarcat de Rou...

7 janvier (ancien calendrier) / 20 janvier (nouveau) Vivre avec l'Église 95097

7 janvier (ancien calendrier) / 20 janvier (nouveau) Après-Fête de la Théophanie. Synaxe du saint et illustre prophète, précurseur et baptiste Jean...

20 janvier Vivre avec l'Église 95095

20 janvier Saint Euthyme le Grand, abbé en Palestine (473) ; saints Innas, Pinnas et Rimmas, martyrs Goths en Scythie (I-IIème s.) ; saint Agon, év...