Le primat de « l’Église autocéphale d’Ukraine » assure qu’il n’y aura pas de saisie des églises appartenant à l’Église orthodoxe d’Ukraine et déclare que le Tomos sera le « second baptême » de l’Ukraine

1271

Aucune saisie des églises relevant de l’Église orthodoxe d’Ukraine du Patriarcat de Moscou n’aura lieu de la part de « l’Église autocéphale d’Ukraine ». C’est ce qu’a assuré le métropolite Épiphane, primat de la nouvelle Église, au cours de l’émission « Liberté de parole » de la chaîne télévisée ukrainienne ICTV. « Aucune saisie des églises du Patriarcat de Moscou de la part de l’Église Une d’Ukraine n’aura lieu. Les paroisses qui en manifestent le souhait, qui veulent volontairement devenir partie de l’Église Une d’Ukraine, doivent être reçues, mais sans violence et sans quelconques agissements qui provoqueront l’instabilité dans la société » a-t-il déclaré. La réunification des Églises, a-t-il précisé, doit se produire pacifiquement et calmement, et il faut expliquer aux clercs de l’Église orthodoxe russe [i.e. l’Église orthodoxe d’Ukraine du Patriarcat de Moscou, ndt] pourquoi il vaut la peine pour eux de la rejoindre, mais en aucun cas il ne faut recourir à la violence. « Car si nous recourons à la violence, nous récolterons dans le futur les mauvais fruits de cette action », a-t-il mentionné, précisant qu’il était convaincu que seul l’amour et le respect peuvent être le fondement de la réunion des Églises. Le métropolite a également fait remarqué qu’il y a, selon lui, beaucoup de paroisses de l’Église orthodoxe russe qui voudraient passer à l’Église orthodoxe Une. Il y a même dans chaque paroisse, certains qui sont prêts à le faire mais, malheureusement un mécanisme parfait n’a pas encore été développé, qui permettrait de le faire correctement, a-t-il précisé. Concernant le Tomos, le métropolite a déclaré : « Si nous avons reçu le baptême du temps de saint Vladimir, le Tomos est lui le deuxième baptême de l’Ukraine, parce que nous recevons notre Église ukrainienne indépendante » a-t-il déclaré. Il a ajouté qu’il planifiait un nombre significatif de réformes, mais graduellement et raisonnablement, afin que cela ne mène pas au schisme. « Bien sûr, nous devons nous réformer si nous voulons nous développer à l’avenir, adopter les technologies contemporaines et travailler avec la jeunesse. Il ne peut être actuellement question de réformes décisives, afin de ne pas permettre de schisme dans l’Église. Mais il faut réaliser les réformes, graduellement, sagement et sobrement » a-t-il conclu.

Source

  Notre lettre d'informations hebdomadaire gratuite  

Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Orthodoxie.com, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. Et pour cette raison, votre soutien nous est plus que nécessaire. Nous vous invitons à vous y abonner, ou bien à faire un don de soutien !