Les exarques constantinopolitains à Kiev s’exprimeront à la session du Saint-Synode qui commence aujourd’hui à Constantinople

669

La session du Saint-Synode du Patriarcat de Constantinople a commencé ce matin à Constantinople, selon les informations de BBC News Ukraine. La session, qui se poursuivra jusqu’à jeudi, est tenue à huis clos, et l’ordre du jour n’a pas été annoncé officiellement, tandis que les schismatiques ont annoncé à maintes reprises que les évêques discuteront la question ukrainienne lors de cette session et, comme ils le présument, décideront de leur accorder l’autocéphalie. Le patriarche Bartholomée a également déclaré que l’autocéphalie viendra bientôt en Ukraine. Une question connexe pour le Synode est celle de l’anathème prononcé contre le « patriarche » Philarète Denissenko du « Patriarcat de Kiev », qui a réclamé formellement du Patriarcat œcuménique la levée de la sanction prononcée à son égard par l’Église orthodoxe russe, de laquelle il s’est séparé dans les années 1990. Selon une source du Patriarcat œcuménique qui a parlé au journal russe « Kommersant », chaque fois que Philarète parle de la perspective de s’emparer des Laures des Grottes de Kiev et de Potchaïev, cela diffère l’autocéphalie. Bien que le patriarcat de Constantinople attise la russophobie des schismatiques ukrainiens, il ne veut pas encourager la violence émanant des tensions nationalistes. Les exarques patriarcaux envoyés à Kiev le mois dernier, l’archevêque Daniel de Pamphilon et l’évêque Hilarion d’Edmonton ont également été invités à la réunion du Synode afin d’y présenter leurs entretiens avec les schismatiques en Ukraine et dire si l’Ukraine est prête à recevoir l’autocéphalie, selon l’Agence TASS, qui se réfère à la chaîne télévisée ukrainienne Pryamoï.

Source

  Notre lettre d'informations hebdomadaire gratuite  

Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Orthodoxie.com, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. Et pour cette raison, votre soutien nous est plus que nécessaire. Nous vous invitons à vous y abonner, ou bien à faire un don de soutien !