L’évêque Athénagoras de Sinope a été élu métropolite de Belgique par le Saint-Synode du Patriarcat œcuménique

287

Mgr_AthenagorasLors de sa session du 27 novembre, le Saint-Synode du Patriarcat œcuménique a élu à l’unanimité l’évêque Athénagoras (Peckstadt) de Sinope (photographie ci-contre) métropolite de Belgique, en remplacement du métropolite Pantéléimon qui a présenté sa démission le mois dernier.

Source: Amen, traduit du grec pour Orthodoxie.com

Le nouveau métropolite Athénagoras Peckstadt est né est né à Gand, en Belgique. Il est le fils de l’archiprêtre Ignace Peckstadt (paroisse orthodoxe de Gand) et de Marie-Thérèse Janssens. Après quelques années d’études de droit à l’Université de Gand, et grâce à une bourse d’étude du Patriarcat oecuménique, il s’inscrivit à l’Université de Thessalonique, où il étudia la langue grecque et où il obtint, avec grande distinction, le diplôme de master en théologie.  Plus tard, il fut envoyé à l’Institut oecuménique de Bossey (Université de Genève), pour compléter sa formation, tout en rédigeant une thèse. Le 12 novembre 1989, il fut ordonné diacre par le métropolite Bartholomée de Philadelphie, aujourd’hui patriarche oecuménique, qui lui confia le nom d’Athénagoras en mémoire du grand patriarche Athénagoras. Ensuite le métropolite Panteleimon de Belgique l’ordonna archidiacre,  service qu’il exerça jusqu’à son ordination presbytérale, le 17 mars 1996. Six mois plus tard,  il fut élevé au rang d’archimandrite et ensuite  nommé vicaire épiscopal des paroisses néerlandophones et francophones de l’Archevêché (Bénélux). Pendant cinq ans il fut professeur de religion dans différents lycées du pays flamand. Au début de l’année 1994, le métropolite Panteleimon le nomma producteur-responsable pour les émissions orthodoxes à la radio et la télévision belge, tant francophone (RTBF) que néerlandophone (VRT). La même année, le Saint-Synode du Patriarcat oecuménique le nomma collaborateur du nouveau bureau de l’Eglise orthodoxe auprès de l’Union européenne à Bruxelles. En 1995, il fonda, avec la bénédiction du métropolite Panteleimon,  une paroisse orthodoxe à Bruges, dédiée aux saints Constantin et Hélène, et fut nommé premier recteur de cette paroisse. En 2001 il créa la paroisse Saints-Cyrille-et-Méthode à Ostende et en 2008 celle des Trois-Hiérarques à Hasselt. Depuis des années il est l’aumônier orthodoxe de l’Aéroport International de Bruxelles. Il est secrétaire de la Conférence épiscopale orthodoxe du Bénélux et président de différentes commissions orthodoxes. Il est aussi membre de la Concertation des Eglises chrétiennes en Belgique, président de l’E.I.I.R. (Association internationale et interconfessionnelle). Il a pu prendre part à différentes missions et représentations du Patriarcat oecuménique,  mais aussi en tant que membre de la suite patriarcale. Il a aussi  participé à de nombreux congrès interorthodoxes et interconfessionnels. Le 13 mai 2003, le Saint-Synode du Patriarcat oecuménique procéda à son élection – à l’unanimité – d’évêque auxiliaire du métropolite de Belgique, avec le haut titre d’ “Evêque de Sinope”.  Son sacre épiscopal eut lieu le 22 juin 2003 en la cathédrale orthodoxe à Bruxelles.

L’ancien métropolite de Belgique, Mgr Panteleimon Kontogiannis, est né à Chios en 1935. A la fin de ses études secondaires, il s’inscrit à l’Institut de théologie de Halki qu’il termine en 1957. Ordonné diacre au cours de sa deuxième année d’étude (1954), il accède à la prêtrise en 1957. Cette année-là marque le début de son service en Belgique au travers de diverses fonctions, soit comme vicaire, soit comme vicaire épiscopal et puis vicaire général de la Métropole de Belgique dès sa fondation, le 8 août 1969. Le 5 août 1974, il est élu évêque auxiliaire, avec titre d'évêque d’Apollonia. Le 22 décembre 1982, il est élu métropolite de Belgique et exarque des Pays-Bas et du Luxembourg.  Il y réussit après de grands efforts et tentatives, secondés par la compréhension des responsables concernés. L’Eglise orthodoxe fut reconnue de l’Etat belge par la loi (23 mars 1985) publié dans le Moniteur belge numéro 91 du 11 mai de la même année.
La Métropole orthodoxe de Belgique et Exarchat des Pays-Bas et du Luxembourg fait partie de la juridiction du Patriarcat oecuménique de Constantinople. Elle a été crée en 1969 par une décision patriarcale et compte aujourd’hui 29 paroisses (24 en Belgique, 4 aux Pays-Bas et 1 au Grand-Duché de Luxembourg), ainsi qu’un petit monastère féminin. Le premier métropolite de Belgique fut le regretté Mgr Emilianos Zacharopoulos (1969-1982), succédé par Mgr Panteleimon Kontogiannis (1982-2013). Le siège de la Métropole de Belgique est à Bruxelles.
La présence des orthodoxes grecs au Bénélux remonte au XIVe s. Venus d'Asie Mineure et de Grèce, ils arrivèrent comme ambassadeurs, étudiants et commerçants. La première paroisse relevant au Patriarcat oecuménique y fut fondée à Amsterdam en 1750 (paroisse Sainte-Catherine).
En Belgique l’Eglise orthodoxe a été officiellement reconnue en 1985. Un A.R. du 15 mars 1988 précise que l’organe représentatif de l’ensemble de l’Église orthodoxe est le métropolite-archevêque du Patriarcat oecuménique de Constantinople. Le nouveau métropolite sera aussi le président de la Conférence épiscopale orthodoxe du Bénélux, organe qui regroupe tous les évêques orthodoxes ayant des responsabilités pastorales sur le territoire du Bénélux. L’Eglise orthodoxe en Belgique compte aujourd’hui environ 100.000 fidèles, dont la grande majorité relève de la Métropole de Belgique. Aux Pays-Bas les fidèles relevant de cette Métropole doit être autour des 15.000. Au Grand-Duché de Luxembourg le nombre des fidèles orthodoxes grecs est environ 1.200.

Source: Orthobel (information transmise à la rédaction d'Orthodoxie.com)

  Notre lettre d'informations hebdomadaire gratuite  

Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Orthodoxie.com, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. Et pour cette raison, votre soutien nous est plus que nécessaire. Nous vous invitons à vous y abonner, ou bien à faire un don de soutien !

Jivko Panev, maître de conférence en Droit canon et Histoire des Églises locales à l’Institut de théologie orthodoxe Saint Serge à Paris, recteur de la paroisse Notre Dame Souveraine, à Chaville en banlieue parisienne.