Le patriarche Daniel a célébré l’office des funérailles du roi Michel de Roumanie

708

Le patriarche de Roumanie Daniel a célébré le samedi 16 décembre les funérailles du roi Michel de Roumanie, assisté de plusieurs évêques en la cathédrale patriarcale de Bucarest. Assistaient à l’événement toute la famille royale de Roumanie, des représentants de l’État roumain et des personnalités venues de l’étranger : les membres de plusieurs maisons impériales ou royales du monde entier, des connaissances et des proches du roi défunt. Dans le discours prononcé à cette occasion, le patriarche Daniel a souligné les qualités spirituelles du monarque et ses liens avec l’Église orthodoxe roumaine, et en particulier avec l’édifice dans lequel a été célébré l’office des funérailles. Le roi Michel est venu maintes fois dans cette église dont les protecteurs sont les saints empereurs Constantin et Hélène, et qui a été construite par Constantin Șerban Basarab entre 1654-1658, puis est devenue en 1668 cathédrale métropolitaine, et en 1925 cathédrale patriarcale. Dans cette cathédrale, le roi mineur, à l’âge de six ans, a reçu l’onction royale du patriarche Miron, a rappelé le primat de l’Église roumaine. Celui-ci a souligné également que la foi en Dieu était pour le roi une lumière et une aide dans la vie et c’est pourquoi ses vertus étaient appréciées tant par les maisons royales d’Europe que par les gens simples. Dans la seconde partie de son oraison funèbre, le patriarche a souligné quel est le sens des prières et des textes bibliques lus pendant l’office, à savoir que l’épître et l’Évangile lus dans le cadre de l’office des funérailles sont des fondements solides pour fortifier la foi dans l’immortalité de l’âme et la résurrection du corps lors de la seconde venue du Sauveur. En ce sens, les prières de l’Église pour les défunts sont pleines d’amour et d’espérance. Elles nous montrent que l’amour est plus fort que la mort et que la tombe n’est pas la destination ultime de l’homme. Ensuite, le patriarche a expliqué le symbolisme des cierges, des veilleuses, des collybes dans le cérémonial des funérailles. Enfin, il a prié pour le repos de l’âme du roi défunt et a adressé ses condoléances à la famille royale et à toutes les personnes endeuillées. Le cortège funèbre est parti ensuite à Curtea de Argeș où devait se dérouler, dans la nouvelle cathédrale, l’inhumation du roi. La cérémonie devait avoir lieu en privé, en présence de la princesse Margareta, gardienne de la couronne, de la famille royale de Roumanie et des membres des familles royales étrangères présentes à l’événement. On peut visionner ici un court film vidéo de la fin de l’office en la cathédrale patriarcale de Bucarest.

Source

  Notre lettre d'informations hebdomadaire gratuite  

Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Orthodoxie.com, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. Et pour cette raison, votre soutien nous est plus que nécessaire. Nous vous invitons à vous y abonner, ou bien à faire un don de soutien !