« Pourquoi les jeunes se détournent-ils de l’Église ? » Le conseiller du patriarche roumain s’exprime sur l’avortement, la technologie, la politique et la guerre

Le père Nicolae Dascălu, conseiller patriarcal et directeur du quotidien « Lumina », dans son entretien exclusif avec Europe Libre, le conseiller patriarcal parle également de l’avortement, du consumérisme, de la technologie et des raisons pour lesquelles de nombreux jeunes se détournent de l’Église.

Europe Libre : Père Dascălu, comment le patriarche Daniel voit-il l’époque dans laquelle nous vivons ? Nous avons eu une pandémie, tant de gens sont morts et ont souffert, nous avons encore une pandémie, malheureusement, et nous avons aussi une guerre près des frontières de la Roumanie. Comment est l’époque dans laquelle nous vivons ?

Nicolae Dascălu : Les temps changent, les changements sont rapides, les changements sont inattendus, la plupart du temps. Sa Béatitude, le patriarche Daniel et l’Église en général regardent le monde avec une attention pastorale et une grande espérance, car cette espérance a sa source dans la foi en Dieu.

Nous savons qu’au-dessus de tout ce qui se passe dans notre monde, il y a la sollicitude de Dieu et c’est pourquoi la prière de l’Église se déverse toujours dans le monde et, en même temps, la prière de l’Église appelle la miséricorde et la bonté de Dieu et, en même temps, elle appelle les gens à être remplis de plus de foi, de plus d’amour et de plus de solidarité, de plus de compassion les uns envers les autres.

Parce que la grâce de Dieu agit dans le monde à travers les personnes, et c’est pourquoi les moments de difficulté, d’épreuve, je crois, ne peuvent être résolus qu’en mettant en pratique cette bonté de Dieu.

C’est-à-dire que plus chacun de nous fait la volonté de Dieu, plus nous contribuons à la paix du monde. Nous prions pour la paix du monde entier, pour le bien-être des saintes églises de Dieu, nous prions pour les personnes et pour toute la création.

Les générations passent vite, mais nous nous tournons vers ceux qui nous ont précédés, qui ont vécu des expériences, peut-être souvent similaires ou plus difficiles que celles que nous traversons actuellement. Parce que, voyez-vous, et les régions du monde certaines sont plus éprouvées, d’autres moins.

Le travail de l’Église dans la société d’aujourd’hui est discret, mais en même temps plein d’espoir et d’amour.

Europe libre : Nous ne semblons pas tirer de leçons de l’histoire, car nous avons eu des guerres.

Nicolae Dascălu : Oui, nous n’apprenons pas de l’histoire en tant que communauté humaine, disons, régionale, nationale et internationale, tout comme nous n’apprenons pas vraiment en tant qu’humains. Nous savons que nous répétons souvent les erreurs que nous avons commises, nous en sommes conscients, nous en sommes désolés, mais nous faisons des erreurs.

C’est cette zone de l’humanité. En langage théologique, nous disons que nous luttons contre le péché, contre la nature humaine déchue et que nous essayons toujours de la sanctifier, de la présenter à Dieu comme un sacrifice et, en même temps, d’être utiles les uns aux autres.

Europe Libre : Que pensez-vous des gens, désespérés, fatigués, peut-être effrayés et fatigués de ce qu’ils vivent, vous sentez-vous solidaire ou étranger ?

Nicolae Dascălu : C’est difficile à caractériser parce que nous voyons toujours les gens comme des individus. Ce sont des personnes qui ont des préoccupations et un mode de vie qui nous impressionnent. Ce sont des personnes qui ont dans leur vie, en quelque sorte, l’aile de la sainteté.

En même temps, on pourrait dire que la grande masse des gens ressent bien sûr très fort toutes ces vagues qui se succèdent et il y a une peur du lendemain. C’est une peur de ce qui va arriver. C’est une peur de l’évolution de la société, car nous ne sommes plus isolés.

Nous parlions un peu plus tôt du bon vieux temps. Au moins, nous étions alors un peu enfermés dans une cage. Aujourd’hui, nous communiquons avec le monde entier, nous savons tout ce qui se passe non seulement dans notre propre pays, mais aussi dans le voisinage de notre pays, les menaces qui viennent de loin et nous connaissons aussi les préoccupations des autres.

Nous pourrions dire que nous faisons l’expérience d’une conscience plus large et que, souvent, les inquiétudes des autres nous accablent également de problèmes.

Mais un groupe de croyants peut être la base du renouvellement de la société, parce que ces personnes, nous pourrions les appeler la majorité silencieuse, mais en même temps active, donc pas passive, ces personnes travaillent dans leurs familles, elles travaillent dans l’église et souvent avec beaucoup de discrétion.

Nous faisons confiance à cette couche, on pourrait dire solide, d’un point de vue moral, humain. Bien sûr, lorsque nous voyons ce qui se passe dans le monde qui nous entoure, nous sommes un peu inquiets, car il y a beaucoup d’exagération.

Et nous savons tous que ce qui est sensationnel, exceptionnel, attire davantage l’attention que la complaisance, que le fait de faire son devoir là où l’on est, dans sa famille et dans la société.

Mais nous cultivons toujours l’espérance parce que nous devons toujours avoir comme point de départ et comme point de renouvellement de chaque action de notre vie le Christ qui est la tête de l’Église et qui prend effectivement soin de son corps, de tous les membres de son corps.

Europe libre : Les jeunes s’éloignent de l’Église. Pourquoi pensez-vous qu’ils s’éloignent de l’Église ?

Nicolae Dascălu : Les jeunes s’éloignent de l’Église, car il y a une forte vague de sécularisation. Et, comme cette génération a été appelée la génération connectée, eh bien la génération connectée est beaucoup plus pressée de trouver des réponses dans l’instant. Il est beaucoup plus pressé de défier les modèles précédents. Nous devons toujours remettre en question tout ce que nous avons et toujours découvrir quelque chose de nouveau.

En même temps, les jeunes ont dans leur recherche, même si dans leur mode de manifestation ils semblent éloignés de l’Église, au plus profond d’eux-mêmes, une recherche et un besoin de spiritualité.

Nous avons vu dans de nombreuses générations de personnes qu’il y a cette recherche. Et certainement, cette recherche est peut-être atypique par rapport à ce à quoi nous sommes habitués. Ils n’ont pas, disons, un comportement standard, avec la bougie à l’église, avec la présence à tous les services, avec tout le reste.

Mais j’ai découvert dans des environnements où je ne m’attendais pas à découvrir la beauté et la noblesse de l’âme, et, je le dis, avec le temps, avec la grâce de Dieu, avec le ministère des gens, tout cela va se connecter les uns aux autres.

Comme le disait Eugène Ionescu, il semble que le bien soit si fragile parce qu’il est éternel, et ce bien, même s’il n’est pas visible à l’œil, est comme un fil d’eau profond. Pourtant, elle coule dans les artères de notre jeunesse actuelle.

Je suis optimiste parce que je suis chrétien et j’ai confiance dans le fait que cette génération de jeunes, la génération qui a suivi les changements de 1989, maintenant parents, a dans ses fibres spirituelles le pouvoir de faire avancer ce qui est l’essence de nos valeurs chrétiennes et roumaines.

Europe Libre : Il est clair que nous vivons des temps difficiles pour le monde en général. C’est une période difficile pour les femmes en Amérique, et pas seulement pour les femmes en Amérique. La Cour suprême a invalidé le droit à l’avortement. Comment l’Église considère-t-elle cette décision ? C’était une bonne nouvelle ? Nous parlons de beaucoup de souffrance chez les femmes. Et nous nous souvenons des femmes de la période communiste, des femmes mutilées à la suite d’avortements clandestins ou des bébés abandonnés dans les maternités. La décision américaine a-t-elle été une bonne nouvelle pour l’Église ?

Nicolae Dascălu : Pour autant que je sache, ce qui se passe en Amérique est basé sur le principe de la liberté. Certains États ont une législation plus permissive, d’autres ont une législation qui restreint d’une certaine manière la possibilité d’avorter.

Il faut toujours voir les choses de manière nuancée, car la liberté individuelle n’est pas absolue. La liberté individuelle s’arrête là où commence la liberté de l’autre.

Là aussi, entre le législatif, le moral et le spirituel, il faut voir les nuances, car la législation ne couvre pas toujours la spiritualité. Ainsi, dans un pays, certains comportements, certains actes peuvent être autorisés, mais d’un point de vue moral ou spirituel, à plus forte raison, ils ne sont pas conformes à l’enseignement, à la doctrine.

Pour nous, chrétiens, chaque enfant conçu est un don de Dieu. Ainsi, en tant que don de Dieu, nous, les humains, devons faire très attention à la manière dont nous utilisons ce don. La question qui se pose en Amérique et dans toute discussion sur la bioéthique lorsqu’il s’agit d’un fœtus, un être humain nouvellement conçu, est de savoir à partir de quel âge il est considéré comme une personne ayant des droits.

Donc, si ce nourrisson est considéré comme une personne à part entière, le problème est le suivant, nous tombons sous le coup du décalogue : ” tu ne tueras pas “. Vous n’avez donc pas le droit, en tant que personne qui accueille l’autre personne, de mettre fin à sa vie. C’est le gros problème.

Bien sûr, celui qui élabore la législation a probablement tout cela en tête. La législation est différente selon les pays et nous l’examinons principalement de notre point de vue spirituel.

Europe Libre : L’interdiction de l’avortement est-elle la solution ? Tant de femmes sont mortes sous le communisme parce qu’elles avaient avorté clandestinement, nous parlons de tant d’enfants abandonnés. Cependant, si la femme ne le souhaite pas, elle ne garde pas la grossesse. L’interdiction de l’avortement est-elle la solution ?

Nicolae Dascălu : Je ne pense pas qu’il faille l’interdire. De notre point de vue, d’un point de vue spirituel, la prise de conscience de la situation, je pense, est plus importante que l’interdiction ou la non-interdiction, car la législation va à la surface. Ainsi, dans toute société, la législation est fondamentalement la limite extérieure de la vie dans cette société.

De notre point de vue, le Christ est venu dans le monde pour changer le monde de l’intérieur. Je veux dire qu’avant d’en arriver à cette question, à savoir s’il faut avorter ou non, on pose la question comme ceci : concevons-nous un enfant ou ne concevons-nous pas un enfant ?

Il n’est pas forcément nécessaire d’avoir une formation sanitaire avancée pour savoir que le fruit d’un contact entre deux personnes, un homme et une femme, peut donner naissance à un enfant.

Europe Libre : Si nous ne faisons pas d’éducation sexuelle, alors que devons-nous faire ? La Roumanie est en tête du classement des mères mineures dans l’Union européenne. Que recommandez-vous aux familles pour qu’une fille ne se retrouve pas dans cette situation ? Les parents n’ont plus le temps de parler de cela à leurs enfants ?

Nicolae Dascălu : Je pense que c’est le problème, car, à mon avis, la famille est très importante. L’école vient en second lieu, mais pour nous, la famille et l’église sont plus proches des enfants, des jeunes.

C’est pourquoi je pense que les soins familiaux doivent toujours être la priorité. Le gros problème est qu’aujourd’hui, les parents sont très occupés du matin au soir, ils n’ont peut-être pas le temps de passer plus de temps avec leurs enfants.

Nous entendons souvent des personnes importantes poser la question suivante : « Qu’aimeriez-vous faire davantage au cours de l’année à venir ou de l’année prochaine ? Passer plus de temps avec mes enfants ». Vous voyez donc clairement qu’il y a un besoin.

Il y a aussi la migration des personnes qui travaillent à l’étranger. Il y a des enfants qui ne voient pas leurs parents pendant des années, et c’est là qu’intervient l’aliénation. Il y a un manque de confiance dans ce qui est à venir et, bien sûr, beaucoup de travail doit être fait ici sur notre moralité collective.

Vous parliez des mères mineures, généralement avec les mères mineures, ce ne sont pas des pères mineurs, ce sont des adultes.

Notre problème se situe donc au niveau des adultes, tout d’abord, car les adultes sont des parents. D’autre part, il y a les adultes qui, à leur tour, devraient se préparer à être parents, mais pas de cette manière, mais de la manière la plus morale et la plus honnête possible.

Europe Libre : Vous dites qu’il y a eu une rupture dans la famille. Les parents ne parlent plus à leurs enfants ou ne les écoutent plus ?

Nicolae Dascălu : Oui, et malheureusement il y a beaucoup de familles qui se séparent et ensuite, ayant un parent naturel et un autre parent acquis, après une certaine période, les choses ne fonctionnent plus comme elles le faisaient, disons, dans notre famille traditionnelle.

Je veux dire, si nous nous asseyons et pensons à la famille, bien sûr il y a toujours eu des problèmes dans le monde. Vous ne pouvez pas dire que c’était en quelque sorte un âge idéal, le paradis sur terre. Il y a toujours eu des problèmes, mais il y a des familles tout à fait exceptionnelles, qui ont élevé leurs enfants. À leur tour, ces enfants ont grandi, ont eu des enfants, ont gardé le contact avec leurs grands-parents, je pense que le lien entre les générations est très important.

Nous traversons une crise de l’hédonisme, du sexisme, du jeunisme dans le monde. Lorsque nous avons atteint un certain âge, nous avons tendance à penser que nous sommes plus jeunes que nous ne le sommes. D’une certaine manière, les vieux, les aînés, sont marginalisés parce que les jeunes disent qu’on n’a plus besoin d’eux et la réaction des vieux est de se teindre les cheveux, de porter des vêtements à la mode à ce moment-là.

L’Église voit la femme rationnelle, bien sûr qu’elle la voit rationnelle, parce que l’Église bénit l’homme et la femme dans le mystère du mariage. C’est donc une égalité parfaite.

Il serait bon d’être honnête avec nous-mêmes et de respecter l’âge que nous avons et je pense que nous serions alors plus naturels et que nos enfants et les enfants de nos enfants auraient également l’occasion d’apprendre qu’à cet âge, certaines choses se font et d’autres non. Il est très utile de conseiller aux enfants de garder leur propreté d’esprit et de corps.

Dans la société traditionnelle, le mariage, c’était quoi ? C’était le midi de la vie, comme on disait dans le temps. Eh bien, maintenant, le mariage devient en quelque sorte la conséquence d’une vie qui doit atteindre un certain point.

Europe Libre : Pourquoi l’Église ne considère-t-elle pas les femmes comme des êtres rationnels, comme les hommes, qui peuvent décider de leur propre corps ?

Nicolae Dascălu : L’Église la considère comme rationnelle, bien sûr qu’elle la considère comme rationnelle, parce que l’Église bénit l’homme et la femme dans le mystère du mariage. C’est donc une égalité parfaite.

Le Nouveau Testament, l’Évangile, les écrits de saint Paul ont une modernité qui peut encore répondre aujourd’hui. Je vais juste vous dire ce texte de l’épître aux Galates de l’apôtre Paul : “En Jésus-Christ, nous avons la nouvelle création. Quand il n’y aura plus ni Juif ni Grec, ni esclave, ni libre, ni homme ni femme, mais la nouvelle création, c’est le Christ.” Eh bien, une plus grande égalité que ça ?

Europe Libre : Et pourtant, une femme n’a pas le droit d’interrompre une grossesse.

Nicolae Dascălu : Il n’y a pas d’interdiction. L’Église n’interdit rien à personne, mais restaure la liberté.

Europa Liberă : Une femme ne devrait pas avoir ce droit ou il serait mal pour elle d’avoir un avortement.

Nicolae Dascălu : Dans l’Église, par exemple, si une femme se fait avorter et vient se confesser, le prêtre donne toujours le canon à son mari ou à celui qui a contribué. C’est une période de pénitence, comme pour les autres péchés, il y a des canons, car on considère que l’avortement, après tout, est un meurtre. Je ne vois pas quelle autre explication il pourrait y avoir.

Europa Liberă : Pensez-vous que le droit à l’avortement est en danger en Roumanie ?

Nicolae Dascălu : Nous ne remettons pas en cause les droits de ce type.

Europa Liberă : Mais elle existe. Une femme peut se faire avorter en Roumanie.

Nicolae Dascălu : Oui, elle existe. Bien sûr, on l’a vu aussi chez les Américains, toutes ces lois sont nuancées, parce que dans certaines situations particulières, quand il s’agit de limiter la vie de la mère ou de l’enfant, ou quand il y a une maladie incurable, les choses sont nuancées.

L’Église respecte les droits et les libertés de toutes les personnes. Ce que les gens font de leur liberté a des conséquences sur leur vie personnelle, mais il ne s’agit en aucun cas d’imposer des restrictions, qui peuvent à leur tour avoir des conséquences.

Europe Libre : Cependant, même si l’avortement est autorisé, légal en Roumanie, vous ne pouvez pas vraiment avorter si facilement. Nous disposons d’innombrables exemples tirés de la presse et des enquêtes des journalistes. L’Église encourage-t-elle les prêtres à persuader les médecins de ne pas pratiquer d’avortement ?

Nicolae Dascălu : Pas les médecins, mais les mères, c’est-à-dire que toujours la recommandation du confesseur est de laisser l’enfant, parce qu’elles considèrent cet enfant comme un don de Dieu. Donc, si c’est un cadeau de Dieu, vous devez le recevoir.

Il y a des familles qui ne peuvent pas avoir d’enfants. Je pense qu’ici, dans cette région, nous devons réfléchir, car il y a des familles qui voudraient avoir des enfants et qui ne peuvent pas en avoir. Certains ne veulent pas avoir et Dieu leur donne. Ceux à qui Dieu donne doivent le recevoir et les autres peuvent bien sûr avoir des enfants. Il y a des gens qui par amour d’élever un enfant, le placent en famille d’accueil.

C’est là que nous devons travailler, dans ce domaine où la société ne va pas nécessairement vers la coercition, vers les droits, vers l’annulation des droits, mais vers une vie spirituelle et morale conforme à la tradition chrétienne.

Europe Libre : Pourquoi la confiance dans la classe politique diminue-t-elle ? Pourquoi les Roumains ne font-ils pas confiance aux hommes politiques, à ceux qui dirigent le pays ?

Nicolae Dascălu : Bien sûr, nous nous posons cette question quand nous voyons les sondages, parce que, en fait, je pense que cette cause est entre nous. En fait, la confiance que nous avons les uns envers les autres diminue.

La classe politique est, après tout, l’expression de la volonté des électeurs. Nous avons ce que nous sommes. Nous avons, d’une certaine manière, dans nos politiciens, un miroir, comme d’autres pays ont que, après tout, la classe des politiciens est universelle. Les nôtres ont nos caractéristiques nationales. Mais, je dis, nous devons commencer par la base.

Un classique vivant de la politique disait à propos des émancipés . Eh bien, les politiciens sont des émanations de notre façon d’être. Si nous les regardons bien, je pense que nous nous reconnaissons, si nous sommes honnêtes.

En partant du bas, nous devons travailler. Si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes, si nous voulons que notre pays soit meilleur, je crois que nos hommes politiques seront aussi exactement conformes aux idéaux que nous voulons au fond d’eux-mêmes.

Europe Libre : Nous parlons aussi de la confiance dans l’Église et de cette question des leaders religieux controversés, comme l’archevêque Théodose. On se souvient de l’appel à la non-vaccination ou de l’éloge de Vladimir Poutine. Pourquoi l’Église ne prend-elle pas ses distances avec l’archevêque Théodose ?

Nicolae Dascălu : L’Église est dirigée par le Saint-Synode. Le Saint-Synode est dirigé par le patriarche de Roumanie, mais il est composé de 53 hiérarques, dont l’archevêque Théodose. Les décisions sont prises en consultation avec l’ensemble du Synode.

Il existe également un droit d’opinion. Nous devons qualifier cela. La position ou l’attitude de l’Église est assumée par l’ensemble du Saint-Synode. Lorsqu’elles sont communiquées au nom du Saint-Synode, ces déclarations ont un certain poids.

À son tour, chacun des hiérarques membres du Saint-Synode peut avoir, sur le moment, un jour, sous la pression des émotions ou des faits immédiats, certaines déclarations. Bien sûr, il ne faut pas les absolutiser, car ils représentent un état, peut-être, d’un jour ou deux. Et puis on ne peut pas dire qu’un seul hiérarque exprime la position de l’Église.

La position de l’Église, même pendant la pandémie, comme nous le savons tous, au niveau du Saint-Synode, était exprimée par des documents officiels, c’étaient les paroles de Sa Béatitude le patriarche Daniel, en tant que représentant du Saint-Synode, et bien sûr il y avait aussi des attitudes émotionnelles, peut-être influencées par l’état des fidèles dans cette région.

Nous le savons tous, il y avait des situations différentes dans les hôpitaux et dans les centres d’aide sociale, etc. Je pense qu’il faut voir les choses de manière nuancée et voir l’ensemble du tableau, pas seulement une petite partie.

Europe Libre : Comment l’Église vit-elle et comment voit-elle l’extrémisme dans le monde, la radicalisation, la violence ? Nous examinons ce qui est arrivé à l’écrivain Salman Rushdie, auteur des Versets sataniques, et l’attaque dont il a été victime. Comment voyez-vous cet incident ?

Nicolae Dascălu : L’Église et le christianisme en général ne voient pas la violence comme une façon de travailler, de communiquer dans la société. Nous avons dans la Sainte Écriture les paroles du Sauveur. Lorsqu’il fut crucifié, l’un des apôtres, l’apôtre Pierre, leva son épée et lui dit : “Pierre, range l’épée dans son fourreau, car celui qui lève l’épée périra”. L’Église est donc contre la violence, contre la guerre.

L’Église appelle toujours à la paix, appelle au dialogue, appelle à résoudre les choses dans cette voie de la réconciliation. Nous avons des prières de pardon pour nos péchés et en même temps des prières de réconciliation avec ceux qui nous ont fait du tort.

L’Église prie même pour les ennemis, pas seulement pour les amis, et c’est pourquoi l’Église a toujours été du côté de ceux qui ont recours à la violence.

Bien sûr, il y a des situations et des situations dans le monde. Et le cas de Paris, avec Charlie Hebdo, quand vous allez trop loin avec la liberté de quelqu’un, alors vous pouvez créer des situations incontrôlées. Ici, avec l’écrivain en question, bien sûr, avec ses livres, j’avais lu il y a des années le livre de l’écrivain roumain Virgil Constantin Gheorghiu, “La vie de Mahomet”.

Pourquoi personne n’a rien eu à reprocher à notre écrivain, à notre Roumain, après avoir lu ce livre ? Parce qu’il s’est comporté de manière élégante, même avec le fondateur d’une autre religion que le christianisme. L’écrivain était aussi un prêtre et pourtant il a écrit un livre merveilleux. J’ai mieux compris le livre de Virgil Gheorghiu sur l’Islam que les livres sur l’histoire des religions.

C’est pourquoi, chaque fois que nous attaquons des symboles religieux, nous devons toujours penser que nous attaquons des sensibilités et les résultats sont toujours imprévisibles.

En Pologne, il fut un temps où les attaques contre l’église étaient punies par la loi. L’article 13 de la loi sur les religions contient le paragraphe suivant : “L’inimitié entre les religions et la diffamation des symboles religieux sont interdites en Roumanie”.

Je ne sais pas quelle est la sanction pour avoir enfreint cette règle. Elle est pratiquée dans notre pays, mais vous avez vu que l’Église n’a jamais réagi avec véhémence, même s’il y a eu des critiques injustes, même s’il y a encore des points de vue qui dépassent souvent la limite des bonnes manières.

Europe Libre : Si nous nous concentrons sur les pandémies, la guerre, le réchauffement climatique, les experts nous avertissent qu’il faut arrêter, car nous avons déjà tout consommé, nous pouvons nous déclarer dépassés. À quoi ressemblent le présent et le futur proche ? Parce que l’humanité semble apporter le mal, pas le bien.

Nicolae Dascălu : Oui, si nous le regardons d’un certain point de vue, nous devrions être anxieux. Cette vague de consumérisme, de production dans le but de dominer, de dominer les autres, d’être toujours en tête, est dévastatrice. Ce qui se passe aujourd’hui n’est pas conforme à ce qui devrait être.

Nous voyons le réchauffement de la planète, nous voyons les glaciers des Alpes fondre, les glaciers du nord de l’Europe et d’autres continents vont probablement fondre aussi, tout cela nous impose des contraintes supplémentaires et c’est pourquoi les gens ne peuvent pas être heureux.

Dans notre enseignement de la foi, nous disons que Dieu a créé l’homme après avoir fait tout le reste et l’a fait être une sorte de roi de la création. Si vous vous transformez d’un roi de la création en un dominateur et un exterminateur de la création, vous ne remplissez pas votre rôle.

Un vrai roi, un vrai dirigeant, conduit son peuple à une vie équilibrée et heureuse.

Nous devons toujours revenir à ce qui sert à tous et non à ce qui ne sert qu’à certains. Nous devrions en quelque sorte revenir à cette conscience que, en fait, la planète appartient à Dieu. Bien sûr, pour les laïques, il s’agit de la nature.

De notre point de vue, nous, ce que nous avons ici sur Terre, nous l’avons reçu comme un cadeau pour une période. Et j’invoquerais ici les paroles du roi Michel de Roumanie qui, dans son dernier discours au Parlement, a déclaré que notre pays ne nous appartient pas, mais que nous l’avons emprunté à nos enfants.

Nous devrions penser davantage à nos enfants. Nous devrions être plus désintéressés. Nous devrions nous contenter de moins et rendre plus de gloire à Dieu pour tout ce qu’il nous envoie aujourd’hui et demain et toujours avoir confiance que Dieu veille sur nous. L’important, c’est que nous, les humains, nous en rendions compte aussi.

Source et photographie

À propos de l'auteur

Photo of author

Jivko Panev

Jivko Panev, cofondateur et journaliste sur Orthodoxie.com. Producteur de l'émission 'Orthodoxie' sur France 2 et journaliste.
Lire tous les articles par Jivko Panev

Articles similaires

L’archevêque d’Albanie Anastase a reçu le président allemand Steinmeier

L’archevêque Anastase de Durrës, Tirana et de toute l’Albanie a accueilli, la semaine dernière le président allemand Frank-Walter Steinmeier sur le parvis de la cathédrale de la Résurrection du Christ à Tirana. L’archevêque a fait ensuite visiter au président la cathédrale, l’un des monuments architecturaux les plus remarquables de la capitale albanaise. Le primat a également informé le président sur le travail accompli par l’Église dans le pays, de même

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Liturgie panorthodoxe devant la statue du Christ à Rio de Janeiro

Les hiérarques, le clergé et les fidèles de plusieurs juridictions orthodoxe se sont rassemblés le 30 novembre 2022 pour célébrer la fête du saint apôtre André, devant la célèbre statue du Christ rédempteur qui domine Rio de Janeiro. La divine Liturgie a été célébrée au pied de la statue de 38 mètres de haut par l’archevêque Joseph du Patriarcat de Constantinople, l’évêque Théodore d’Apamée, vicaire du diocèse de Rio de

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Discours du patriarche Bartholomée à la conférence internationale « Nous croyons : Le Status Quaestionis et les thèmes négligés de Nicée et de son Credo »

Sa Toute Sainteté le patriarche œcuménique Bartholomée, dans un long discours prononcé le jeudi 1er décembre 2022, a déclaré l’ouverture de la conférence internationale de deux jours sur le thème « Nous croyons : Le Status Quaestionis et les thèmes négligés de Nicée et de son Credo ». La conférence, qui s’est tenue en vue du 1700e anniversaire du premier concile œcuménique de Nicée en 2025, s’est déroulée sous les auspices du Patriarcat

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Patriarcat œcuménique : « Nous ne sommes pas impliqués dans les prochaines élections de l’archevêque à Chypre »

Le Patriarcat œcuménique a publié une déclaration dans laquelle il précise qu’il n’a pas la moindre implication dans les prochaines élections du nouvel archevêque de Chypre. Plus précisément, le bureau de presse et de communication du Patriarcat œcuménique, clarifie que le Patriarcat œcuménique et le Patriarche œcuménique, Bartholomée, ne sont impliqués d’aucune manière dans les prochaines élections à Chypre. Il est également noté que toutes les autres évaluations, provenant de

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Vidéo de Bertrand Vergely : « La femme adultère » –28 novembre 2022

Bertrand Vergely a donné le lundi 28 novembre 2022 une conférence intitulée : « La femme adultère ».  Ce nouveau cycle de conférences a pour thème : « La théologie morale ».  Pour consulter le programme du 10e cycle de conférences « Les Lundis de Port-Royal », cliquez ICI ! Vous pouvez regarder en ligne : la première série de conférences, la deuxième, la troisième, la quatrième, la cinquième, la sixième et la septième, la huitième, la neuvième et la dixième série.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Lettre ouverte d’un prêtre du Patriarcat œcuménique à l’exarque de Constantinople à Kiev au sujet de l’arbitraire du pouvoir ukrainien à l’égard de l’Église orthodoxe ukrainienne

Le père Taraise Petrouniak, doyen pour l’Espagne méridionale du Patriarcat œcuménique, s’est adressé à l’évêque de Comane Michel, exarque de Constantinople à Kiev, par une lettre ouverte l’exhortant à élever d’élever sa voix contre l’attitude arbitraire du pouvoir ukrainien à l’égard de l’Église orthodoxe ukrainienne (dont le primat est le métropolite de Kiev Onuphre). Nous publions ci-dessous cette lettre in extenso : « Lettre ouverte à S.E. Michel, évêque titulaire de Comane

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

L’Église orthodoxe ukrainienne confirme qu’elle procédera elle-même à la consécration du Saint-Chrême

Lors de sa session du 23 novembre 2022, le Saint-Synode de l’Église orthodoxe ukrainienne a examiné la question du renouvellement de la pratique de la consécration du Saint-Chrême par elle-même [et non par le Patriarcat de Moscou, duquel elle le recevait jusqu’à présent, ndt]. Historiquement, la consécration du Saint-Chrême par la Métropole de Kiev a commencé au milieu du XVème siècle. Par la suite, le Saint-Chrême était préparé en la cathédrale de la Dormition

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Selon le métropolite Basile de Constantia, les critères « géostratégiques et géopolitiques » seront pris en considération dans l’élection du futur primat de l’Église de Chypre

Les questions ecclésiastiques ne seront pas les seules considérations à prendre en compte pour la prochaine élection du primat de l’Église orthodoxe de Chypre, selon l’un des six candidats au trône primatial. En effet, les préoccupations géostratégiques et géopolitiques doivent également être pesées, a déclaré le métropolite de Constantia Basile. S’exprimant à la télévision chypriote, le hiérarque a dit que le nouvel archevêque devait bénéficier de la confiance du Saint-Synode,

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Accueil

Articles populaires

Recension: Hiéromoine Grégoire du Mont-Athos, «La foi, la liturgie et la vie de l’Église orthodoxe. Une esquisse de catéchisme orthodoxe»

Ce catéchisme est particulièrement bienvenu pour les parents en attente, pour leurs enfants d’un catéchisme orthodoxe fiable, mais aussi pour un certain nombre d’adultes qui pour des raisons diverses, n’ont pas été ou ont été insuffisamment catéchisés.Présenté en 250 pages dans un beau volume relié, il est l’œuvre du hiéromoine Grégoire (Chatziemmanouil), qui après avoir été un certain temps second du monastère de Stavronikita, s’est retiré depuis plusieurs décennies dans

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères…”. La vie et l’œuvre du Père Georges Florovsky »

Vient de paraître: Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères… ”. La vie et l’œuvre du Père Georges Florovsky », Éditions des Syrtes, Genève, 2019, 493 p.Le Père Georges Florovsky (1893-1979), après quelques années d’enseignement à Prague et à Paris, fit la plus grande partie de sa carrière aux États Unis où il enseigna dans les plus prestigieuses universités (Harvard, Cambridge, Princeton…). Unissant une vaste érudition, un attachement profond à

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

14 novembre (ancien calendrier) / 27 novembre (nouveau)

24e dimanche après la Pentecôte Saint Philippe, apôtre (I) ; Saint Grégoire Palamas, archevêque de Thessalonique (1357) ; Saint Justinien, empereur (565) et Sainte Théodora, impératrice (548) ; Saint Philippe…

Réunion périodique de l’AEOF du 24 novembre

La réunion périodique des évêques orthodoxes de France s’est tenue le jeudi 24 novembre sous la présidence du métropolite Dimitrios de France, au siège de l’Assemblée des évêques orthodoxe de France (AEOF). Diverses informations ont été échangées sur la vie des diocèses et les sujets d’intérêt commun en France. Les évêques ont salué la venue en France le 9 octobre dernier de Sa Sainteté le patriarche Porphyrios de Belgrade pour

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

26 novembre

Carême de la Nativité Saint Alype, stylite à Andrinople (VIIème s.) ; Saint Amateur, évêque d’Autun, (IIIème s.) saint Jacques, ermite en Syrie (457); saint Stylien de Paphiagonie (Vème-VIème s.) ;…

13 novembre (ancien calendrier) / 26 novembre (nouveau)

Saint Jean Chrysostome, archevêque de Constantinople (407) ; saints martyrs Antonin, Nicéphore et Germain, sainte martyre Manathas, à Césarée de Palestine (vers 308) ; saint Mitre, martyr à Aix-en-Provence (vers 300)…

Nouveaux textes liturgiques en slavon publiés par le Saint-Synode de l’Église orthodoxe ukrainienne

Lors de sa session du 23 novembre 2022, le Saint-Synode de l’Église orthodoxe ukrainienne a donné son approbation à une série de nouveaux textes liturgiques en slavon pour utilisation dans ses paroisses et monastères. Mentionnons notamment l’office des funérailles d’un diacre qui, jusqu’à présent est absent des euchologes (trebniki). Nous publions ci-après les offices avec leur lien sur l’original slavon : – Office des funérailles d’un diacre – Office de consécration

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le patriarche Bartholomée a reçu le nouveau consul général de Belgique

Le 24 novembre 2022, M. Tim Van Anderlecht, nouveau consul général de Belgique à Constantinople, a rendu visite au Patriarcat œcuménique. M. Van Anderlecht a été reçu par Sa Toute-Sainteté le patriarche œcuménique Bartholomée, avec lequel il a eu une longue discussion dans une atmosphère chaleureuse. À la rencontre était présent le métropolite majeur de Chalcédoine, Mgr Emmanuel. Source

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

25 novembre

Carême de la Nativité Clôture de la fête de la Présentation au Temple de la Très-Sainte Mère de Dieu et toujours vierge Marie (jusqu’au 25 Novembre). Saint Clément, pape de…

Matthew Namee : « Les origines de la théorie des ‘Terres barbares’. L’archevêché grec d’Amérique et l’interprétation du canon 28 de Chalcédoine »

Cet article a été initialement présenté par Matthew Namee à la conférence « L’archevêché grec à 100 ans », au Collège Hellénique- Faculté orthodoxe « Sainte-Croix » (Boston), le 7 octobre 2022. Cliquez ici pour voir la présentation originale de la conférence (ainsi qu’une brève séance de questions-réponses) sur YouTube. En 1924, le futur Patriarche Christophore d’Alexandrie, alors métropolite de Léontopolis, a publié un article intitulé « La position du Patriarcat œcuménique dans l’Église orthodoxe »[1].

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

24 novembre

Carême de la Nativité Après-Fête de la Présentation au Temple de la Très-Sainte Mère de Dieu et toujours vierge Marie (jusqu’au 25 Novembre). Sainte Mégalomartyre Catherine (305-313) ; saint Clément I,…

Le Saint-Synode l’Église orthodoxe ukrainienne réfute les accusations de « collaboration » et proteste contre les persécutions

Lors de sa réunion du 23 novembre 2022, le Saint-Synode de l’Église orthodoxe ukrainienne a publié la déclaration suivante : « Depuis plus de 270 jours, une guerre à grande échelle de la Fédération de Russie contre l’Ukraine est en cours. Depuis le premier jour de l’invasion des armées russes, l’Église orthodoxe ukrainienne a condamné cette guerre et s’est conséquemment prononcée pour la préservation de la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale de

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Un projet de loi interdisant l’Église orthodoxe russe en Ukraine a été enregistré à la Rada d’Ukraine

Le projet de loi interdit l’activité de toutes les organisations ou institutions religieuses qui font partie de l’Église orthodoxe russe ou reconnaissent sous quelque forme que ce soit sa subordination « en matière canonique, organisationnelle et autre », selon le site Internet du parti solidarité européenne (dont le chef est l’ancien président Petro Porochenko ndt). Le parti a déclaré que le projet de loi visait à prévenir les menaces à

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :