22/10/2017
Actualités
Page d'accueil > A la Une > Rencontre « Littéramorphose» avec Iulia Badea Guéritée – vendredi 22 septembre
Rencontre « Littéramorphose» avec Iulia Badea Guéritée – vendredi 22 septembre

Rencontre « Littéramorphose» avec Iulia Badea Guéritée – vendredi 22 septembre

Vous est-il arrivé un jour de trouver autre chose que ce que vous cherchez, un peu comme Christophe Colomb qui, cherchant la route de l’Ouest vers les Indes, en découvrit un continent inconnu des Européens ? C’est un peu ce qui se passe lors de nos rencontres « Littéramorphose» ; cette année nous débutons avec une heureuse découverte, celle de Iulia Badea Guéritée et de ses nombreux instants de sérendipité. Vous êtes donc chaleureusement invités, vendredi 22 septembre à 19h30, dans les locaux d’Orthodoxie.com (286 rue Saint-Jacques, 75005 Paris), pour un dialogue sur les reportages de la vie, ou encore sur le futur religieux de l’Europe.
Iulia a beaucoup de qualités, mais il y en a une qui lui a rendu de grands services depuis sa tendre enfance: l’audace. « Je ne recule devant rien, dit-elle. C’est la meilleure façon de provoquer la chance ». Et son parcours depuis en est une belle preuve. Née en Roumanie en 1972, elle devient journaliste un peu par hasard. Pour payer ses études de littérature et de droit, elle travaille à l’ambassade de France à Bucarest, et rencontre à cette occasion un groupe de Français qui l’invite à passer un mois à Paris. Elle a 20 ans et débarque sur les bords de Seine, nantie d’une lettre que lui a signée juste avant de partir un journal roumain. Cette lettre lui sert de sésame pour pousser toutes les portes : les coulisses de Roland-Garros, le Louvre, le philosophe roumain Emile Cioran qu’elle rencontre trois ans avant sa disparition dans le studio mansardé qu’il occupe avec sa femme à deux pas de l’Odéon. « Un grand moment », se souvient-elle. Ses récits et ses reportages parisiens font le bonheur des lecteurs à tel point que dès son retour au pays, elle est recrutée comme journaliste. Mais les sirènes de la France la rattrapent. En 1999, elle revient à Paris avec la ferme intention d’intégrer la rédaction d’un grand journal. Les portes restent closes ? Qu’à cela ne tienne : Iulia se fait embaucher comme hôtesse d’accueil au siège du groupe Express-Expansion et profite de chaque temps mort pour écrire. Coup de chance en 2006: le directeur adjoint de la rédaction de l’Express Christophe Barbier passe devant elle. Intrigué par ce qu’elle écrit, il lit le papier qu’elle vient de terminer. C’est une enquête sur les conditions de vie des Roumains travaillant en France. La semaine suivante, le papier est publié dans L’Express, et recevra la même année le prix Louise Weiss décerné par l’Association des journalistes européens. Lire, Réforme, Courrier International, Presseurop.eu… Iulia est appréciée dans tous les titres qui l’embauchent. Diplômée en littérature française du XXème siècle, elle travaille depuis 2000 à Paris. Elle est lauréate 2006 du prix Louise Weiss du meilleur journaliste européen. Elle serra devant nous comme auteur de plusieurs livres d’essais et reportages : Serendipity : sur la Roumanie, l’Europe et le monde apparu chez Libris, « Le dialogue des religions » coécrite avec Alexandu Ojica et en dernier un tout petit bijou pour les enfants, un livre de « Contes pour faire dormir les princesses ».

Print Friendly, PDF & Email
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski