Suite aux deux lettres des hiérarques orthodoxes d’Allemagne, nous publions la réaction du métropolite d’Allemagne Augustin (Patriarcat œcuménique)

Réponse du métropolite d’Allemagne Augustin (Patriarcat œcuménique) aux archevêques Marc et Tikhon (Église orthodoxe russe)
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

« Du fait que moi-même et les autres membres de la Conférence des évêques orthodoxes en Allemagne (OBKD) avons été ces dernières semaines les destinataires de deux lettres ouvertes, lesquelles ont été rédigées par deux évêques diocésains russes en Allemagne, l’archevêque Marc (Lettre ouverte aux membres de l’OBKD du 12 février 2019 et l’archevêque Tikhon (Appel aux membres de l’OBKD du 8 mars), je me permets, puisqu’elles traitent du même sujet, de prendre position sur les deux lettres comme suit.

La rédaction d’une « lettre ouverte » a été qualifiée de « contribution au registre de réclamations de l’histoire » (B. Drücker). Dit autrement : les autres lecteurs de la lettre, c’est-à-dire le public intéressé, les autorités ecclésiastiques dans la patrie, les partenaires œcuméniques, etc… sont au moins aussi importants que le destinataire de la lettre, pour ne pas dire, plus importants. On aurait sinon choisi la forme traditionnelle de communication écrite. La lettre de l’archevêque Marc de l’Église russe hors-frontières, comporte, si je l’ai lue correctement, trois parties : dans la première, l’archevêque s’exprime sur la situation en Ukraine après l’octroi de l’autocéphalie par le Patriarcat œcuménique. Dans la deuxième partie, le rédacteur s’exprime au sujet de ma Personne en tant que cosignataire du Tomos (tel que ce document d’autocéphalie est connu) concerné et sur les conséquences du retrait des membres russes de la Conférence des évêques orthodoxes en Allemagne (OBKD). Dans la dernière partie, l’archevêque Marc insiste sur la nécessité de poursuivre la coopération inter-orthodoxe en Allemagne et propose des nouvelles formes et structures pour cette coopération. En outre, l’archevêque Marc pose encore ici la question fondamentale de l’évaluation ecclésiologique de la « diaspora orthodoxe » car, comme il l’écrit, toutes les Églises orthodoxes ne partagent pas la même conception du Patriarcat œcuménique. Pour ce qui concerne la situation en Ukraine, je ne ferai plus de commentaire ici, car je reste sur ma conviction inébranlable que le deuxième pays d’Europe a le droit à sa propre structure ecclésiale, même si on ne le voit pas de cette façon à Moscou. À quel point il est difficile de recevoir des informations objectives de là-bas, un seul exemple est à même de le montrer. L’agence catholique d’information (KNA-ÖKI) a fait récemment un rapport sur les communautés du Patriarcat de Moscou qui sont passées à la nouvelle Église autocéphale : tandis qu’un représentant de l’Église orthodoxe russe parlait de cent de ces paroisses, le correspondant catholique-romain, sur la même (!) page double de l’Agence, mentionnait 200 paroisses. Ce qui est sûr : nous nous trouvons dans un processus de transformation qui n’est pas simple, mais qui à la fin sera également accepté et respecté par le Patriarcat de Moscou. Au demeurant, l’archevêque Marc évoque lui-même l’histoire de sa propre structure ecclésiale, celle de l’Église russe hors-frontières, dont la réunification avec l’Église Mère était également le résultat d’un processus long et compliqué. Il est donc sûrement prématuré, quelques semaines après l’octroi de l’autocéphalie, d’attendre des « paysages florissants » de l’ecclésialité. La situation en Allemagne est effectivement changée après le retrait des membres russes (trois évêques ainsi que le secrétaire général) de l’OBKD. Autant l’archevêque Marc que l’archevêque Tikhon présentent dans leurs lettres l’activité prospère de la Conférence des évêques orthodoxes, laquelle existe depuis presqu’une décennie. Je ne peux que me joindre à cette évaluation et voudrais exprimer mes remerciements pour l’appréciation de l’OBKD et de son président manifestée dans les deux lettres. Cependant, à ce stade, il se doit d’être répété encore une fois : même si nous, en Allemagne, par la création en 1994 de la Commission de l’Orthodoxie en Allemagne (KOKiD) avions déjà effectué une avancée et peut-être même procédé à un travail de pionniers dans le domaine de la coopération panorthodoxe dans ce que l’on appelle la diaspora, la Conférence des évêques orthodoxes en Allemagne (OBKD), de même que les autre onze organismes de ce type qui existent dans le monde entier, ne sont en aucun cas une invention allemande, ni un instrument de pouvoir arbitrairement mis en place ou imposé par le Patriarcat œcuménique de Constantinople. Elle est plutôt le résultat d’une décision prise conjointement à la IVe Conférence panorthodoxe préconciliaire à Chambésy (près de Genève), et les Églises autocéphales ont décidé à l’unanimité sa création. On ne peut revenir sur cette décision. Si maintenant les frères russes de l’OBKD et de ses organisations-sœurs les quittent dans le monde entier, pour déclarer ensuite que la Conférence des évêques ne peut plus être désignée ou agir ainsi, puisque l’unanimité prescrite n’existe plus, cela, dit avec circonspection, n’est pas constructif.

Cela rappelle, au demeurant, la conduite du Patriarcat de Moscou en 2016, lorsqu’il a soudainement boycotté le Saint et Grand Concile de l’Église orthodoxe en Crète, décidé conjointement et préparé durant des décennies, et a ensuite expliqué qu’il ne s’était pas agi d’un Concile, car tous les Patriarcats n’avaient pas été présents…

Dans la dernière partie de sa lettre, l’archevêque Marc propose des nouvelles structures de coopération orthodoxe. L’archevêque Tikhon du Patriarcat de Moscou concrétise cette idée, selon laquelle il propose une présidence tournante. Cette dernière proposition est – même si elle peut sembler populaire – non seulement utopique ecclésiologiquement (ne devrait-on pas aussi rendre tournante la fonction dirigeante au sein d’un Patriarcat ?), mais n’est pas réalisable du point de vue pratique : du fait que la présidence de l’OBKD serait tournante, l’évêque du Patriarcat œcuménique présiderait donc à son tour. Les évêques russes l’accepteraient-ils ou se retireraient-ils et reviendraient ensuite, lorsqu’ils pourraient eux-mêmes assumer la présidence ? N’y aurait-il pas alors des membres de première ou de deuxième classe dans l’OBKD, ceux qui participeraient à toutes les séances, tandis que d’autres s’abstiendraient aux séances dirigées par certains présidents ? Cela vaut également pour la proposition d’élire le président, parce qu’il y aurait alors des membres « éligibles » et des membres « non éligibles par tous ».

Cela m’amène à la lettre de mon collègue Tikhon, dont j’estime et loue l’engagement pour la cause orthodoxe en Allemagne, bien que les remarques sur le Patriarcat œcuménique et le patriarche Bartholomée ne soient guère encourageantes. Si l’on appelle  à la coopération et à un nouveau départ, cela ne fait pas grand sens d’orner cette lettre avec des évaluations comme celles-ci. Mais cela peut être lié à la forme choisie de lettre ouverte. Précisément parce que je suis actif depuis presque cinq décennies pour cette Orthodoxie en tant qu’évêque en Allemagne, je ne puis me laisser accuser de manque d’engagement dans cette cause, et ce même maintenant dans une situation désagréable, pour laquelle ni moi, ni le Patriarcat œcuménique ne sommes responsables. J’encourage en conséquence tous nos évêques orthodoxes en Allemagne, tous nos clercs et chaque chrétien et chrétienne orthodoxe à poursuivre et renforcer notre collaboration orthodoxe. Et j’assure nos partenaires œcuméniques que l’engagement panorthodoxe – ainsi que le partage œcuménique – continuent de se trouver au centre de l’action de notre diocèse métropolitain et de notre conférence des évêques. Nous réaliserons cela avec imagination et créativité. C’est dans l’unité et pour cette unité que bat notre cœur. Et c’est de cette façon que je comprends fondamentalement aussi les appels de mes  confrères russes.

Bonn, le 22 mars 2019″

Source

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.



Divider

Articles populaires

April 10 (old calendar) /  April 23 (new)

April 10 (old calendar) /  April 23 (new) Great and Holy Tuesday  Martyrs Terence, Pompeius, Africanus, Maximus, Zeno, Alexander, Theodore, Macariu...

April 23 

April 23 Great and Holy Tuesday  Holy Glorious Greatmartyr, Victorybearer and Wonderworker George (303). Martyr Alexandra the Empress, wife of Dioc...

10 avril (ancien calendrier) /  23 avril (nouveau) Vivre avec l'Église

10 avril (ancien calendrier) /  23 avril (nouveau) GRAND MARDI Parabole évangélique des Dix Vierges. Saints Térence, Pompée, Africain, Maxime, Zeno...

23 avril Vivre avec l'Église

23 avril GRAND MARDI Parabole évangélique des Dix Vierges. Saint Georges le grand-martyr, de Lydda en Palestine, et ses compagnons, saints Anatole,...

Construction d’une église orthodoxe à Oman À la Une

Un office de la pose de la première pierre des fondations de l'église Saint-Constantin-et-Sainte-Hélène à Mascate, la capitale d'Oman.

Rappel au Seigneur de Mgr Michel (Storogenko) À la Une

Aujourd’hui, Mgr Michel (Storogenko) de Claudiopolis, né à Kharkov en 1929, évêque vicaire de l’Archevêché des paroisses orthodoxes rus...

« Macédoine: qui sont les chrétiens de ce pays des Balkans ? » À la Une

Une émission de télévision de KTO sur la Macédoine du Nord avec le P. Jivko Panev.

Mgr Stéphane de Tallinn et de toute l’Estonie : « À propos de l’Ukraine » – mise à jour Analyse

Le 4 octobre dernier, nous avons reçu du métropolite Stéphane, primat de l’Église autonome d’Estonie, dans la juridiction du Patriarcat œcuménique,...

April 9 (old calendar) / April 22 (new)

April 9 (old calendar) / April 22 (new) Great and Holy Monday  Martyr Eupsychius of Cæsarea in Cappadocia (362). Martyrs Desan—Bishop, Mariabus—Pre...

April 22 

April 22  Great and Holy Monday  St. Theodore the Sykeote, Bishop of Anastasiopolis (613). Translation of the Relics of Rt. Blv. Vsévolod (in Bapti...

9 avril (ancien calendrier) / 22 avril (nouveau) Vivre avec l'Église

9 avril (ancien calendrier) / 22 avril (nouveau) GRAND LUNDI Mémoire du bienheureux Joseph et du figuier maudit, détruit par le Seigneur. Saint Eup...

22 avril Vivre avec l'Église

22 avril GRAND LUNDI Mémoire du bienheureux Joseph et du figuier maudit, détruit par le Seigneur. Saint Théodore de Sykéon (en Galatie), évêque d&r...