• Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

« Dissidentia » :
ne pas s’asseoir à la table commune, refuser de siéger avec les
autres, dire non au mensonge. Tel est le soleil, souvent noir, parfois
aveuglant, toujours sidérant, sous lequel se déroule toute vie intellectuelle
qui n’entend pas, ou ne sait point, se défier de l’appel à la
vérité : le militant désigne l’ennemi pour combler son vide ; celui
qui, ne l’ayant pas choisi, se voit emporté par le daîmon
socratique ou l’ange de la Révélation, ravi dans
la contemplation des substances ou des radiances, se définit contre
son camp. Obligation à l’esprit qui le juge plus qu’elle ne le
fait juge. C’est pourtant la nostalgie du Royaume qui hantait Olivier
Clément
. Et l’éros qui anime le Banquet platonicien qui explique
sa quête du banquet messianique, sa recherche éperdue d’une improbable
unité dont le parfum paradisiaque revient à l’homme, entre naissance
et mort, par fulgurances, en gage d’éternité. Arrhes de l’unique
sabbat. J’ai dit, ailleurs, ce qu’il convient de penser de la destinée
et de l’œuvre qui consista, pour l’essentiel, à sacrifier une
vocation plus profonde de poète à réécrire l’orthodoxie dans
cette langue française, la nôtre, conforme aux génies grec et juif.
Je le redirai au besoin. D’autres le diront entre-temps, s’y essaient
déjà. Mais que dire du secret de la personne à l’heure où semble
s’arrêter le temps, où les frères humains se rassemblent devant
la dépouille mortelle, promise à retrouver la terre originelle, d’enfance,
là-bas au Sud, en coin de l’Hérault ? Indéchiffrable, intransmissible
secret, certainement. Approchable, assurément. Parce que susurré,
confié, en parfaite liberté et humilité, à l’occasion d’une
conversation ordinaire, en réponse à une question sans objet, au détour
d’une phrase banale. Par des sourires, et quelques larmes aussi.

La
générosité d’Olivier Clément fut gagnée sur l’angoisse du néant
qui domina sa jeunesse. Elle fut le fruit mûr d’un hiver désolé,
d’une ascèse sans exercice, qui n’avait de commencement et de fin
que le visage de l’autre, de tout autre, de chaque prochain, où affleurait
le seul Autre, la face de Celui qui, comme un voleur, était venu le
chercher dans sa nuit. Mystère de la rencontre, épiphanie de cette
joie que rien, et le Rien plus précisément, ne sauraient dérober.
Mystique du don, inscrite dans le siècle, vingtième de l’ère chrétienne,
cet âge des enfers dont il se voulut le témoin, tâchant d’arracher
au Shéol, parcelle après parcelle, la certitude du Ressuscité d’entre
les morts.  Devenir toujours plus un converti, s’accepter en
nihiliste renversé en prophète de l’anti-nihilisme : ainsi allait
le chemin qui, tôt, s’imposa à Olivier Clément. Il ne pouvait alors
deviner que le prix en serait, rupture sur rupture, le sentiment de
malédiction, au plus intime de l’intime, pour qui prophétise quand
bien même sa prophétie est de bénédiction.

Rupture
et non pas communion ? Ruptures parce que communions. La dissidence comme
signe de contradiction au cours d’une existence manifestement vouée
à l’unité ? Mais ce signe, qui est d’aussi d’élection, transparaît
à chaque étape ! Provincial, il émigre à Paris. Agrégé, il ignore
les honneurs universitaires. Doctorant, il ne soutient pas sa thèse. Athée, il
devient chrétien. Français, il se fait orthodoxe. Historien, le voilà
théologien. Savant, il se préfère essayiste. Et antimoderne, il se veut résolument moderne. Byzantiniste
érudit, il se tourne vers la Russie et s’en détourne, sans jamais
se défaire du roman russe. D’abord disciple de Lossky, il va vers 
Evdokimov. Cartésien de formation, il commente Berdiaev. Patrologue
confirmé, il puise plutôt dans Buber, Marcel, Lévinas. Écrivain exigeant,
rhéteur ardent, il s’astreint à rédiger mille et un communiqués
inutiles pour autant d’institutions qu’il ne prise guère, mais
auxquelles il consent d’être leur scribe attitré. Interlocuteur
à la fois passionné et lucide des papes, des patriarches, des évêques,
des philosophes et des journalistes, il ne s’inquiète que d’être
reçu par la jeunesse. Il parie sur l’avenir et l’avenir dément
ses paris. Les grandes causes, raisons de ses engagements répétés,
de ses obéissances successives, il les voit péricliter une à une
après la chute du Mur de Berlin, – il y a déjà vingt ans de cela ! -, qui
annonce un monde trop désorienté pour ne pas se montrer, au moins
en apparence, insensible à l’espérance dont il sait, corps et âme,
qu’elle est en nous. Lui-même, plus que jamais enraciné dans l’eschaton
face aux violents déracinements de l’histoire, n’entend pas manquer
aux promesses de l’œcuménisme, de l’orthodoxie en France, de l’orthodoxie
tout court, qu’il a tant portées et qui lui sont autant de serments.
Ce sont elles qui ne sont pas au rendez-vous, qui font défaut.
Chevalier
Olivier Clément. Amertume ? Non. Désillusion ? 
Peut-être. L’heure du Nunc dimittis  est venue ? Sans
doute. Tout cela, c’est beaucoup pour un pauvre cœur d’homme, surtout
s’il n’a jamais fini de brûler, ordres et désordres mêlés dans
la suite des jours, pour la Jérusalem céleste. Mais commence alors,
ultime rupture en regard de l’attente fervente de l’ultime rencontre,
une longue agonie sur laquelle se referme le secret.

D’Olivier le dissident, orthodoxe non pas en dépit mais grâce à sa dissidence, j’aimerai dire simplement, et peu m’importe ce qu’on en pensera, qu’il lui sera beaucoup pardonné parce qu’il a beaucoup aimé. Au moment de conclure, ce n’est pourtant pas un verset de l’Evangile qui resurgit, mais le vers d’un de ces jumeaux stellaires que nous élisons comme compagnon  invisible au pire de nos solitudes, ce Rimbaud, que lui-même, Olivier, s’était choisi comme grand aîné, l’adolescent–roi propageant le feu au monde, qu’il aimait lire et relire en s’y reconnaissant : « Elle est retrouvée. Quoi ? L’éternité, c’est la mer mêlée de  soleil ». Puisque c’est par ces mots, je crois, enfin scandés, chantés ensemble, qu’a commencé leur dialogue là-haut. 

Jean-François Colosimo

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.



Divider

Articles populaires

L’archevêque de Bruxelles et de Belgique Simon (Patriarcat de Moscou) s’explique sur sa rencontre... À la Une 131401

L’archevêque de Bruxelles et de Belgique Simon (Patriarcat de Moscou) a communiqué à l’agence russe RIA-Novosti que sa rencontre avec le patriarche...

Bertrand Vergely : « Ta foi t’a sauvé ! » – 13 novembre À la Une 131399

Nous vous invitons à regarder la conférence donnée le 13 novembre.

Le métropolite Antoine, chancelier de l’Église orthodoxe d’Ukraine : « Toutes les épreuves nous s... Actualités 131395

Dans une interview, le métropolite Antoine (Pakanitch), chancelier de l’Église orthodoxe d’Ukraine sous l’omophore du métropolite de Kiev Onuphre, ...

L’Ancien Grégoire, père spirituel du monastère du Saint-Précurseur en Chalcidique, est décédé Actualités 131334

Après des années de maladies, l’Ancien Grégoire (Papasotiriou), père spirituel et fondateur du monastère Saint-Jean-le-Précurseur, au village de Me...

Le patriarche de Géorgie proteste auprès du patriarche de Moscou au sujet de l’envoi d’aumôniers ... À la Une 131328

« Il est inacceptable d’envoyer des prêtres d’autres Églises locales sur le territoire canonique de l’Église orthodoxe de Géorgie sans la bénédicti...

Rencontre du patriarche d’Alexandrie Théodore II avec le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotaki... Actualités 131324

Le pape et patriarche d’Alexandrie Théodore II a rendu une visite protocolaire, le lundi 18 novembre, au Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis....

Conférence de Laurent Kloeble : « Paraclet et Sagesse divine : visions humaines et divines de la ... Actualités 131237

Le mercredi 20 novembre, le prochain cours d’exégèse biblique, portera principalement sur l’hymne à la Sagesse, poème central du livre de Job...

19 novembre Vivre avec l'Église 58754

19 novembre Carême de la Nativité Saint Abdias, prophète (IXème s. av. J.-C.) ; saint Barlaam, martyr à Antioche (vers 304) ; saints Séverin, Exupè...

6 novembre(ancien calendrier) / 19 novembre (nouveau) Vivre avec l'Église 58752

6 novembre (ancien calendrier) / 19 novembre (nouveau) Saint Paul le Confesseur, archevêque de Constantinople (350) ; saint Melaine, évêque de Renn...

En Turquie Revue du Web 130796

Sur le site Orthodoxologie : la traduction d’une information (source) du Patriarcat de Moscou sur l’envoi en Turquie d’un prêtre ...

Pour préparer Noël avec les enfants À la Une 130782

La Fraternité orthodoxe en Europe occidentale propose pour préparer Noël avec les enfants : Un calendrier de l’Avent : au fil des jours une p...

P. Alexandre Winogradsky Frenkel : « Questions d’existences orthodoxes et sémitiques » R... À la Une 130130

Nous vous proposons de regarder la première conférence du nouveau cycle « Questions d’existences orthodoxes et sémitiques » donnée ...