• Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

« Dissidentia » :
ne pas s’asseoir à la table commune, refuser de siéger avec les
autres, dire non au mensonge. Tel est le soleil, souvent noir, parfois
aveuglant, toujours sidérant, sous lequel se déroule toute vie intellectuelle
qui n’entend pas, ou ne sait point, se défier de l’appel à la
vérité : le militant désigne l’ennemi pour combler son vide ; celui
qui, ne l’ayant pas choisi, se voit emporté par le daîmon
socratique ou l’ange de la Révélation, ravi dans
la contemplation des substances ou des radiances, se définit contre
son camp. Obligation à l’esprit qui le juge plus qu’elle ne le
fait juge. C’est pourtant la nostalgie du Royaume qui hantait Olivier
Clément
. Et l’éros qui anime le Banquet platonicien qui explique
sa quête du banquet messianique, sa recherche éperdue d’une improbable
unité dont le parfum paradisiaque revient à l’homme, entre naissance
et mort, par fulgurances, en gage d’éternité. Arrhes de l’unique
sabbat. J’ai dit, ailleurs, ce qu’il convient de penser de la destinée
et de l’œuvre qui consista, pour l’essentiel, à sacrifier une
vocation plus profonde de poète à réécrire l’orthodoxie dans
cette langue française, la nôtre, conforme aux génies grec et juif.
Je le redirai au besoin. D’autres le diront entre-temps, s’y essaient
déjà. Mais que dire du secret de la personne à l’heure où semble
s’arrêter le temps, où les frères humains se rassemblent devant
la dépouille mortelle, promise à retrouver la terre originelle, d’enfance,
là-bas au Sud, en coin de l’Hérault ? Indéchiffrable, intransmissible
secret, certainement. Approchable, assurément. Parce que susurré,
confié, en parfaite liberté et humilité, à l’occasion d’une
conversation ordinaire, en réponse à une question sans objet, au détour
d’une phrase banale. Par des sourires, et quelques larmes aussi.

La
générosité d’Olivier Clément fut gagnée sur l’angoisse du néant
qui domina sa jeunesse. Elle fut le fruit mûr d’un hiver désolé,
d’une ascèse sans exercice, qui n’avait de commencement et de fin
que le visage de l’autre, de tout autre, de chaque prochain, où affleurait
le seul Autre, la face de Celui qui, comme un voleur, était venu le
chercher dans sa nuit. Mystère de la rencontre, épiphanie de cette
joie que rien, et le Rien plus précisément, ne sauraient dérober.
Mystique du don, inscrite dans le siècle, vingtième de l’ère chrétienne,
cet âge des enfers dont il se voulut le témoin, tâchant d’arracher
au Shéol, parcelle après parcelle, la certitude du Ressuscité d’entre
les morts.  Devenir toujours plus un converti, s’accepter en
nihiliste renversé en prophète de l’anti-nihilisme : ainsi allait
le chemin qui, tôt, s’imposa à Olivier Clément. Il ne pouvait alors
deviner que le prix en serait, rupture sur rupture, le sentiment de
malédiction, au plus intime de l’intime, pour qui prophétise quand
bien même sa prophétie est de bénédiction.

Rupture
et non pas communion ? Ruptures parce que communions. La dissidence comme
signe de contradiction au cours d’une existence manifestement vouée
à l’unité ? Mais ce signe, qui est d’aussi d’élection, transparaît
à chaque étape ! Provincial, il émigre à Paris. Agrégé, il ignore
les honneurs universitaires. Doctorant, il ne soutient pas sa thèse. Athée, il
devient chrétien. Français, il se fait orthodoxe. Historien, le voilà
théologien. Savant, il se préfère essayiste. Et antimoderne, il se veut résolument moderne. Byzantiniste
érudit, il se tourne vers la Russie et s’en détourne, sans jamais
se défaire du roman russe. D’abord disciple de Lossky, il va vers 
Evdokimov. Cartésien de formation, il commente Berdiaev. Patrologue
confirmé, il puise plutôt dans Buber, Marcel, Lévinas. Écrivain exigeant,
rhéteur ardent, il s’astreint à rédiger mille et un communiqués
inutiles pour autant d’institutions qu’il ne prise guère, mais
auxquelles il consent d’être leur scribe attitré. Interlocuteur
à la fois passionné et lucide des papes, des patriarches, des évêques,
des philosophes et des journalistes, il ne s’inquiète que d’être
reçu par la jeunesse. Il parie sur l’avenir et l’avenir dément
ses paris. Les grandes causes, raisons de ses engagements répétés,
de ses obéissances successives, il les voit péricliter une à une
après la chute du Mur de Berlin, – il y a déjà vingt ans de cela ! -, qui
annonce un monde trop désorienté pour ne pas se montrer, au moins
en apparence, insensible à l’espérance dont il sait, corps et âme,
qu’elle est en nous. Lui-même, plus que jamais enraciné dans l’eschaton
face aux violents déracinements de l’histoire, n’entend pas manquer
aux promesses de l’œcuménisme, de l’orthodoxie en France, de l’orthodoxie
tout court, qu’il a tant portées et qui lui sont autant de serments.
Ce sont elles qui ne sont pas au rendez-vous, qui font défaut.
Chevalier
Olivier Clément. Amertume ? Non. Désillusion ? 
Peut-être. L’heure du Nunc dimittis  est venue ? Sans
doute. Tout cela, c’est beaucoup pour un pauvre cœur d’homme, surtout
s’il n’a jamais fini de brûler, ordres et désordres mêlés dans
la suite des jours, pour la Jérusalem céleste. Mais commence alors,
ultime rupture en regard de l’attente fervente de l’ultime rencontre,
une longue agonie sur laquelle se referme le secret.

D’Olivier le dissident, orthodoxe non pas en dépit mais grâce à sa dissidence, j’aimerai dire simplement, et peu m’importe ce qu’on en pensera, qu’il lui sera beaucoup pardonné parce qu’il a beaucoup aimé. Au moment de conclure, ce n’est pourtant pas un verset de l’Evangile qui resurgit, mais le vers d’un de ces jumeaux stellaires que nous élisons comme compagnon  invisible au pire de nos solitudes, ce Rimbaud, que lui-même, Olivier, s’était choisi comme grand aîné, l’adolescent–roi propageant le feu au monde, qu’il aimait lire et relire en s’y reconnaissant : « Elle est retrouvée. Quoi ? L’éternité, c’est la mer mêlée de  soleil ». Puisque c’est par ces mots, je crois, enfin scandés, chantés ensemble, qu’a commencé leur dialogue là-haut. 

Jean-François Colosimo

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.



Divider

Articles populaires

« Nous prions pour que le Seigneur nous aide à guérir ensemble les blessures causées à l’Église » Revue du Web 112124

Dans un entretien à l’agence Romfea, le métropolite Hilarion de Volokolamsk évoque son récent voyage en Grèce et ses rencontres avec les évêq...

Selon un institut de recherche américain, seuls 9 des 47 hiérarques de l’Église orthodoxe de Géor... Actualités 112120

Seuls 9 des 47 hiérarques de l’Église orthodoxe de Géorgie soutiennent, d’une manière ou d’une autre, la nouvelle Église orthodoxe autocéphale d’Uk...

Appel des étudiants du Séminaire Sretensky à Moscou au sujet de la réforme prévue de leur établis... Actualités 112114

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe, réuni le 9 juillet à Valaam a pris les décisions suivantes, relativement au fonctionnement du Séminair...

Bertrand Vergely : Le pardon. « Le péché contre l’Esprit ne sera pas pardonné » ! À la Une 112019

Nous vous invitons à voir la vidéo de la conférence de Bertrand Vergely : « Le péché contre l’Esprit ne sera pas pardonné » !

July 7 (old calendar) / July 20 (new) 112111

July 7 (old calendar) / July 20 (new) Ven. Thomas of Mt. Maleon (10th c.). Ven. Acacius of Sinai, who is mentioned in The Ladder (6th c.). Ven. Eud...

July 20  112109

July 20 Holy Glorious Prophet Elijah (9th c. B.C.). . Repose of Ven. Abramius of Galich (Chukhloma), disciple of Ven. Sergius of Rádonezh (1375). U...

7 juillet (ancien calendrier) / 20 juillet (nouveau) Vivre avec l'Église 112107

7 juillet (ancien calendrier) / 20 juillet (nouveau) Saint Thomas, moine au Mont Maléon (Xème s.) ; sainte Cyriaque, martyre en Bithynie (vers 295)...

20 juillet Vivre avec l'Église 112105

20 juillet Saint Élie, prophète (IXème s. av. J.-C.) ; saint Rorice, évêque de Limoges (507) ; sainte Sévère, abbesse (vers 680) ; saint Abraham de...

After meeting with a representative of the new Orthodox Church of Ukraine, Metropolitan Amfilohij... 112103

On June 24, Metropolitan Amfilohije of Montenegro and the Littoral met with Archbishop Yevstratiy (Zoria) of the new autocephalous Church of Ukrain...

« This year, Wimbledon has become Orthodox » 112101

« This year, Wimbledon has become Orthodox, » wrote Bishop Ignatie of Huşi, about Simona Halep and Novak Djoković who won the London tennis tournam...

For the first time, the relics of holy Prince Peter and Princess Febronia, protectors of the Chri... 112098

For the first time, the relics of holy Prince Peter and Princess Febronia were transported from Murom to Moscow.

Metropolitan Theodosius of Kananga Visited a Parish in Kasaï-Central (Congo) 112096

Metropolitan Theodosius of Kananga visited the parish of Tsisoui in Kasaï-Central (Democratic Republic of Congo) to meet the faithful, to celebrate...