29/03/2017
Actualités
Page d'accueil > Lire (page 30)

Category Archives: Lire

Feed Subscription

“Déjà mais pas encore” – par le père Jean Breck

PICT0014
Nous vous proposons la traduction française d'un texte du père Jean Breck publié dans la rubrique "Life in Christ" sur le site de l'Église orthodoxe en Amérique (OCA). Il s'intitule "Déjà mais pas encore" (texte original) et a été mis en ligne en novembre dernier. Pour lire ce texte, cliquez sur ce lien.

Photographie: le père Jean Breck (source)

Canon 16 du Ier Concile œcuménique

[De ceux qui ne restent pas dans les Églises pour lesquelles ils ont été promus]Ceux qui, presbytres ou diacres ou tous ceux qui prennent rang dans le clergé, ont eu l’audace de s’éloigner de leur Église, sans avoir les yeux fixés ni sur la crainte de Dieu ni sur les saints canons, ne doivent en aucun cas être reçus dans une autre Église. On doit les inviter très fermement à retourner dans leur diocèse, et, s’ils restaient, on devrait les priver de communion.
Si quelqu’un avait  l’audace de voler pour ainsi dire un candidat qui appartient à un autre évêque pour l’ordonner, sans l’autorisation de l’évêque qui le comptait dans son clergé dans sa propre Église, cette ordination n’a pas de valeur.

Recension: Le Grand Canon de saint André de Crète.

Andre_de_Crete
Lundi, mardi, mercredi et jeudi prochains, premiers jours du grand carême, sera chanté et lu, le soir, au cours des grandes complies, le Grand Canon pénitentiel de saint André de Crète, une longue prière propre à inspirer aux fidèles les dispositions qui conviennent en cette période de l’année liturgique particulièrement importante pour leur progrès spirituel.
Saint André de Crète est né à Damas vers 660, est devenu archevêque de Gortyne, en Crète, vers 700 et est mort en 740 à Mytilène. Ce canon pénitentiel qu’il a composé s’est vu au cours du temps ajouter à la fin de chaque ode quelques tropaires consacrés aux Apôtres, à sainte Marie d’Égypte et à l’auteur lui-même. Il est constitué, dans sa forme actuelle de plus de 300 tropaires. Divisé en quatre parties pour les quatres premiers jours de la première semaine du grand carême, il est chanté et lu intégralement au cours des matines du jeudi de la cinquième semaine.

Read More »

Recension: Christophe Rico, «Πόλις. Polis. Parler le grec ancien comme une langue vivante»

Polis
Christophe Rico, «Πόλις. Polis. Parler le grec ancien comme une langue vivante», Paris, éditions du Cerf, 2009, 295p. + 1 CD audio.
Les éditions du Cerf viennent de publier le premier volume de la méthode élaborée par Christophe Rico (agrégé de grammaire et docteur en linguistique grecque, professeur à l’Université hébraïque de Jérusalem), permettant d’apprendre le grec ancien comme un langue vivante et d’acquérir ainsi la capacité de lire au moins des textes narratifs simples sans recourir au dictionnaire.
Le grec ancien dont il s’agit est le «koinè» ou «dialecte commun» dans lequel se sont exprimés, entre le IIIe siècle avant J.-C. et la fin de l’Antiquité, des auteurs aussi divers que Polybe, Euclide, Plutarque, les stoïciens, les épicuriens, Aristote ou Plotin, et qui est aussi la langue de la Septante et du Nouveau Testament

Read More »

Recension : Les lois religieuses des empereurs romains de Constantin à Théodose II (312-438), volume II.

Couv8264g_260
«Les lois religieuses des empereurs romains de Constantin à Théodose II (312-438)», volume II, «Code théodosien, I-XV – Code Justinien – Constitutions Sirmondiennes». Texte latin établi par: T. Mommsen †, P. Meyer †, P. Krueger † ; traduction par Jean Rougé †, Roland Delmaire; introduction et notes par Roland Delmaire (Professeur émérite Université de Lille 3), avec la collaboration de Olivier Huck (École française de Rome), François Richard et Laurent Guichard (Université de Nancy 2), Éditions du Cerf, Paris, 2009, 608 pages (collection « Sources chrétiennes » n° 531).
Le livre XVI du « Code Théodosien », précédemment publié dans la même collection, rassemblait un grand nombre des lois émises en matière religieuse par Constantin et ses successeurs jusqu'à Théodose II, qui en fit faire le recueil. Ce volume, qui lui fait suite, contient 1) des lois tirées des quinze autres livres; 2) d’autres, en plus petit nombre, provenant uniquement du Code Justinien; 3) les « Sirmondiennes », petit recueil très ancien de lois religieuses qui n’ont été retenues dans aucun des deux Codes. Toutes ces lois, presque deux cents au total, datant de 312 à 438, ont en commun d'être, au moins par un aspect, des lois religieuses.

Read More »

Communiqué du conseil de l’Archevêché des paroisses russes en Europe occidentale

Suite à sa réunion du 4 février, le conseil de l'Archevêché des paroisses russes en Europe occidentale a publié un communiqué. Parmi les questions abordées: l'élection du patriarche russe Cyrille, à ce propos "Le conseil de l’Archevêché regrette que, malgré l’unité eucharistique
et spirituelle qui nous rassemble dans la foi et la communion,
perdurent aujourd’hui encore certains points d’achoppement entre
l’Archevêché et le Patriarcat de Moscou." Le conseil espère que la reprise du travail préparatoire pour le grand concile orthodoxe "permettra de trouver une solution conforme à l’ecclésiologie orthodoxe
à la question de l’organisation canonique de la « diaspora »."

Read More »

Communiqué de la Métropole grec-orthodoxe de France, à propos de l’archimandrite Denis Guillaume

La Métropole grec-orthodoxe de France a diffusé le communiqué suivant à propos de l'archimandrite  Denis Guillaume:

Après le
décès de l’archimandrite Denis Guillaume, survenu le 21 juin 2008, divers contrevérités
et mensonges ont circulé, parfois sciemment entretenus, notamment quant aux
conditions matérielles dans lesquelles se sont déroulés les derniers mois de sa
vie sur terre. S’il n’est pas question de salir la mémoire de ce prêtre, il n’y
a pas lieu non plus de voir travestir la vérité, pas plus qu’il ne serait
acceptable de se servir de ces contrevérités pour masquer des comportements à
la limite du frauduleux.
 

Read More »

Des livrets d’émissions du père Cyrille Argenti

Argenti
Moine et prêtre à Marseille, le père Cyrille Argenti (1918-1994) a été l’une des figures majeures de la vie orthodoxe française de son époque. D’origine grecque, il a contribué activement à l’implantation de l’Église orthodoxe locale, notamment par la création de la paroisse francophone Saint-Irénée, à Marseille, et son dynamisme au sein de la Fraternité orthodoxe en Europe occidentale. Soucieux de faire de l’Évangile une réalité vécue, il fut toute sa vie à l’écoute des nécessités de son temps, fondant et animant le mouvement de la jeunesse orthodoxe du Midi, construisant une maison de retraite dans la banlieue de Marseille, organisant une aide pour les personnes les plus démunies…

Read More »

Recension: L’embryon, formation et animation.

Embryon
Luc Brisson, Marie-Hélène Congourdeau et Jean-Luc Solère (éd.), «L’embryon, formation et animation. Antiquité grecque et latine, traditions hébraïque, chrétienne et islamique», éditions Vrin, Paris, 2008, 290 p. («Histoire des doctrines de l’Antiquité classique» n° 38).
Les représentations antiques de la conception et du développement de l’embryon humain paraissent aujourd’hui naïves à bien des égards et divergent souvent sur des points essentiels (comme celui du mode et du moment de l’animation). Cependant, alors que la science moderne, au nom du « postulat d’objectivité » qu’elle a mis à son principe, a totalement exclu l’âme de son horizon et s’est dès lors condamnée à ne considérer l’être humain, dans les premiers mois de son existence, que comme un agrégat de cellules, ces conceptions antiques le reconnaissent comme un être constitué d’un corps et d’une âme, et rejoignent à cet égard l’anthropologie des religions bibliques. D’où l’intérêt qu’elles gardent, aujourd’hui encore pour celles-ci, et pour tous ceux qui veulent donner à la bioéthique des bases suffisantes, c’est-à-dire qui puissent justifier le respect dû à la personne humaine dès les premiers moments de sa vie. D’où l’intérêt, donc, de ce livre qui, rassemblant les communications d’un colloque organisé en 2005 au Collège de France, donne un large aperçu des différentes conceptions embryologiques de l’Antiquité grecque et latine, mais aussi du christianisme ancien, du judaïsme et de l’islam.

Read More »

Recension: Luc de Simféropol, Voyages à travers la souffrance

Luc_de_simferopol
Luc de Simféropol, «Voyages à travers la souffrance. Autobiographie d'un archevêque-chirurgien pendant la grande persécution soviétique». Traduction du russe par Françoise Lhoest, introduction par Maxime Egger, Le Sel de la Terre/Cerf, Pully et Paris, 2001, 112 pages.
Ce petit livre est l’autobiographie que l’archevêque Luc de Simféropol (1877-1961), qui a été canonisé comme saint local de Crimée en 1995 et comme saint de l’Église orthodoxe russe tout entière en août 2000, dicta à sa secrétaire en 1958, alors qu'il était complètement aveugle. C’est à la fois un témoignage sur sa vie difficile d’évêque chrétien persécuté, soumis à plusieurs déportations et emprisonnements, sur sa vie parallèle de chirurgien renommé s’étant mis au service des plus démunis, et sur la situation difficile de l’Église russe à l’époque soviétique. Le saint évêque Luc est aujourd’hui très vénéré en Russie, mais aussi en Grèce, et dans divers pays orthodoxes, où de nombreux fidèles lui sont redevables de guérisons miraculeuses accomplies après son décès en 1961.

Read More »

Bloc-notes de Jean-François Colosimo

JFC
Le 27 janvier 2009

Axios ! Trois fois Axios !
Avec l’élection du patriarche Cyrille de Moscou, c’est l’entière orthodoxie qui
revient définitivement sur la scène de l’histoire. Éradication bolchévique à
partir de 1917, expulsion d’Asie mineure en 1923, massacres oustachis entre
1942 et 1944, oppression communiste à l’Est et dans les Balkans à partir de
1945,  conflit du Proche–Orient à partir
de 1948,  partition de Chypre en 1974,
guerres du Liban depuis 1975, d’ex-Yougoslavie entre 1991 et 2000,  d’Irak depuis 2003, séparation du Kosovo en
2007, persécutions diverses en Asie aujourd’hui : le XXe siècle n’aura
été qu’un long martyrologe. L’Eglise orthodoxe en est sortie diminuée,  avec au prorata moins de territoires et de
populations qu’elle n’y était entrée. Or, c’est de la contemplation de ce
désastre qu’est née la vision dont le patriarche Cyrille est l’héritier et
qu’il lui revient désormais de pleinement incarner. C’est à lui, le benjamin des
disciples de Nicodème de Leningrad qu’il échoit de relever le pari, fou
d’espérance, formulé au pire de l’enfer
soviétique et qui n’était autre que celui de la résurrection.

Read More »

Communiqué de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France

L'Assemblée des évêques orthodoxes de France a publié aujourd'hui un communiqué. Celui-ci évoque son séminaire de travail, le 24 janvier dernier, avec les membres des différentes commissions. Parmi les autres sujets: l'élection du nouveau patriarche russe, un hommage à Olivier Clément, la situation à Gaza où les hostilités ont cessé.

Recension: Olivier Clément, «L’essor du christianisme oriental»

Clement_essor
Olivier Clément, «L’essor du christianisme oriental», Desclée de Brouwer, Paris, 2009, p. 138 p.
Juste au moment où Olivier Clément nous quittait, les éditions Desclée de Brouwer publiaient son livre «L’essor du christianisme oriental». Il s’agit de la réédition d’un petit livre paru en 1964 aux Presses universitaires de France, qui allait être suivi de peu, la même année, dans la même collection, d’un volume intitulé : «Byzance et le christianisme», dont on espère que la réédition sera également entreprise dans les prochains mois. Ces deux ouvrages présentent avec beaucoup de clarté, une bonne synthèse de la théologie et de la spiritualité byzantines et de leur développement sur une période qui s’étend du IXe siècle au XVe siècle.

Read More »

Un appel du doyen de l’Institut Saint-Serge

A l'occasion des vœux pour la nouvelle année, le doyen de l'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge, l'archiprêtre Nicolas Cernokrak, a lancé un appel aux anciens élèves et amis de l'Institut pour l'aider financièrement. Il fait également le point sur les nouveaux enseignements mis en place récemment et sur d'importants projets qui se concrétisent actuellement. Pour soutenir ou adhérer à l'association pour le maintien et l'entretien de l'Institut de théologie orthodoxe (AMEITO), l'association qui soutient financièrement l'Institut, cliquez ici.



Sur Olivier Clément – bloc-notes de Jean-François Colosimo

« Dissidentia » :
ne pas s’asseoir à la table commune, refuser de siéger avec les
autres, dire non au mensonge. Tel est le soleil, souvent noir, parfois
aveuglant, toujours sidérant, sous lequel se déroule toute vie intellectuelle
qui n’entend pas, ou ne sait point, se défier de l’appel à la
vérité : le militant désigne l’ennemi pour combler son vide ; celui
qui, ne l’ayant pas choisi, se voit emporté par le daîmon
socratique ou l’ange de la Révélation, ravi dans
la contemplation des substances ou des radiances, se définit contre
son camp. Obligation à l’esprit qui le juge plus qu’elle ne le
fait juge. C’est pourtant la nostalgie du Royaume qui hantait Olivier
Clément
. Et l’éros qui anime le Banquet platonicien qui explique
sa quête du banquet messianique, sa recherche éperdue d’une improbable
unité dont le parfum paradisiaque revient à l’homme, entre naissance
et mort, par fulgurances, en gage d’éternité. Arrhes de l’unique
sabbat. J’ai dit, ailleurs, ce qu’il convient de penser de la destinée
et de l’œuvre qui consista, pour l’essentiel, à sacrifier une
vocation plus profonde de poète à réécrire l’orthodoxie dans
cette langue française, la nôtre, conforme aux génies grec et juif.
Je le redirai au besoin. D’autres le diront entre-temps, s’y essaient
déjà. Mais que dire du secret de la personne à l’heure où semble
s’arrêter le temps, où les frères humains se rassemblent devant
la dépouille mortelle, promise à retrouver la terre originelle, d’enfance,
là-bas au Sud, en coin de l’Hérault ? Indéchiffrable, intransmissible
secret, certainement. Approchable, assurément. Parce que susurré,
confié, en parfaite liberté et humilité, à l’occasion d’une
conversation ordinaire, en réponse à une question sans objet, au détour
d’une phrase banale. Par des sourires, et quelques larmes aussi.

Read More »

Recension: Grégoire de Nysse, Contre Eunome, t. I.

Contre-eunome
Grégoire de Nysse, «Contre Eunome», I,  1-146. Texte grec de W. Jaeger (GNO I,1), introduction, traduction et notes par Raymond Winling, «Sources chrétiennes» n° 521, Éditions du Cerf, Paris, 2008, 240 p.
On se réjouit que commence à paraître dans la collection «Sources chrétiennes», où elle était attendue depuis longtemps, l’une des œuvres majeures de saint Grégoire de Nysse, le traité «Contre Eunome», qui a eu un grande importance pour l’élaboration de la théologie trinitaire chrétienne. Ce vaste travail est le fruit d’une équipe composée de Raymond Winling, Mariette Canévet (tous deux professeurs émérites de la faculté de théologie catholique de Strasbourg), de Michel van Parys et de Matthieu Cassin.
Le texte grec reprend celui de l’édition de W. Jaeger (Gregorii Nysseni Opera) qui continue à faire autorité. L’introduction, la traduction et les notes de ce premier volume sont dus à R. Winling qui avait déjà publié dans la même collection l’excellent «Discours catéchétique» du même Père cappadocien.

Read More »

Vient de paraître: Alain Dufourcq, L’art de l’icône

Dufourq Alain Dufourq, «L’art de l’icône. Une discipline spirituelle et une technique immuable», Atelier des deux Saints Jean, Les Janins, 2007, 158 p.
Présentation de l’auteur:
Ce traité, prenant pour base la technique la plus précise, la plus didactique qui soit, telle qu’elle se transmet de maître à élève depuis la nuit des temps, développe simultanément, une réflexion quelque peu délaissée, sur un aspect fondamental de cette discipline : la fonction ontologique de l’Art Sacré. Pour l’exprimer plus simplement, la Connaissance de l’Être.
Il s’agit de mettre en évidence, comment la quête de l’iconographe, s’inscrivant dans un registre très particulier, lui ouvre la Voie d’une réalisation spirituelle effective. Cette Voie reste cependant très discrète. L’Église Orthodoxe le confirme, en même temps qu’elle atteste du ministère de l’iconographe.
Ainsi tout le processus de réalisation de l’Icône impose à celui-ci, une compréhension des gestes qu’il pose et du sens de ce langage codifié et précis, dans la mise en œuvre de cette cursive méditation. Icône après Icône, cette compréhension (prière), cette opération, doit modifier le regard (intérieur) de l’artiste. Cette modification ne s’explique pas, elle s’opère dans la discrétion.
De la préparation de la planche, jusqu’à l’onction, cette dernière étape, signifiée par le nom calligraphié en rouge, l’œuvre doit constituer le lieu de convergence de la Louange et de la Miséricorde. Ce double mouvement s’effectue dans l’intimité du labeur et passe par ce mystérieux dialogue que le peintre entretient avec son double … en son propre désert.
L’iconographe est témoin!
C’est aussi ce qui impose, nous ne le soulignerons jamais assez, cette exigence de qualité exprimée en ces termes: humilité, respect de la tradition, lucidité, intelligence, générosité dans le labeur… noblesse du dessin, sobriété des harmonies, subtilité et dignité des couleurs, etc …
C’est de tout cela dont il est question dans ce TRAITÉ.
Nous laissons le dernier mot à Léonard de Vinci: “Notre Art explique les mystères et rend simples et sensibles les dogmes obscurs. Le théologien n’en finit pas d’exprimer la Vierge-Mère. Si nous la peignons, tout le monde la comprend et l’honore. Et cependant aucun de notre corporation n’a été canonisé, pas même Fra Angelico!”

L’office de la Nativité du Christ en version bilingue slavon-français

Sur le site du diocèse de Genève et d'Europe occidentale de l'Église russe hors frontières: l'office de la Nativité en version bilingue slavon-français. Cette édition présente aussi une explications de certains termes de l'office, une courte biographie des hymnographes qui ont composé cet office et un glossaire succinct. Pour le lire et le télécharger, cliquez ici (format pdf).

Message de Noël du patriarche serbe Paul

La paix de Dieu – Christ est né !

Chers enfants spirituels, chaque année et cette année encore, nous accueillons Noël, l’anniversaire du Fils de Dieu, avec joie, foi, espérance et amour. Pourquoi en est-il ainsi ? Parce que c’est dans cet évènement que s’est accomplie « la plénitude des temps », « car Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné Son Fils, l’Unique-Engendré, afin que quiconque croit en Lui ne se perde pas, mais ait la vie éternelle » (Jn 3,16). Cet évènement correspond aussi à la plénitude des évènements cosmiques et historiques ; tout ce qui s’est passé au cours de la création divine et de l’histoire des hommes a reçu, en cette journée « qui est l’œuvre de Dieu », toute sa plénitude et son accomplissement. L’entrée de Dieu dans la matrice de la vie représente également l’accomplissement de toutes les aspirations humaines les plus profondes dont les manifestations ont été attestées dans l’ensemble des peuples de la terre avant la naissance du Christ. Sa nativité a fait resplendir à travers le monde la lumière de la connaissance divine. Cette lumière divine nous a révélé le sens véritable du monde et de la nature, ainsi que le but ultime de l’existence des hommes et de toutes les créatures, de tous les univers visibles et invisibles.

Read More »

Recension: Jovan Janjić, «Soyons des hommes. Vie et paroles du patriarche serbe Paul»

Pavle
Jovan Janjić, «Soyons des hommes. Vie et paroles du patriarche serbe Paul», traduit du serbe par Kosta Christitch et Lioubomir Mihailovitch, éditions du Diocèse orthodoxe serbe d’Europe occidentale, Paris et Belgrade, 2008, 256 p.
Ce livre, écrit par Jovan Janjić, collaborateur du principal hebdomadaire serbe «NIN», présente la vie et la personnalité exceptionnelle du patriarche de l’Église orthodoxe serbe Paul, pour lequel tous les orthodoxes ont, en ce temps de Noël une pensée particulière, alors que la faiblesse de son grand âge l’oblige puis plusieurs mois à rester hospitalisé.
C'est le premier ouvrage de cette envergure à être consacré au patriarche lui-même. Tout en apportant de nombreuses informations biographiques et en faisant clairement le point sur ce qui fut la position du premier hiérarque de l'Église serbe lors de la longue et dramatique période de conflits qu'a vécue l'ex-Yougoslavie, il dessine, à travers notamment des anecdotes pleines de saveur, le portrait de celui que beaucoup considèrent comme un saint vivant.

Read More »

Les actes du concile de Moscou (1917-1918) en ligne

Synode_1917
Le site Internet Bogoslov.ru vient de mettre en ligne, les 12 tomes des décisions et des actes complets du concile de Moscou (1917-1918) de l’Eglise orthodoxe russe. Ce concile, évènement majeur de l’histoire moderne de l’Église orthodoxe russe, est à l’origine du renouveau  de l’ecclésiologie orthodoxe de 20ème siècle et le signe de la vitalité de l’Eglise orthodoxe russe. Ce concile a eu le courage de poser, à la veille de la révolution soviétique, des questions que l’évolution de la société posait aux chrétiens et qui restent toujours d’actualité : gouvernement de l’Église, mission, prédication, liturgie, monachisme et vie paroissiale. Les 12 tomes en russe sont téléchargeables gratuitement au format PDF. De même, on peut aussi télécharger, sous le même format, les trois tomes de résumés des trois premières sessions du concile ainsi qu'un tome contenant les biographies des participants.

Recension: Hiéromoine Macaire de Simonos-Pétra, «Le Synaxaire. Vie des saints de l’Église orthodoxe» (nouvelle édition).

Synaxaire Hiéromoine Macaire de Simonos-Pétra, «Le Synaxaire. Vie des saints de l’Église orthodoxe». Préface de S. S. Bartholomée, patriarche de Consantinople. Tome I, Septembre-Octobre. Éditions Indiktos, Athènes, 2008, 670 p.
L’un des événements éditoriaux de cette fin d’année est la nouvelle édition du «Synaxaire» (recueil des Vies des saints de l’Église orthodoxe, classées au jour le jour) réalisé par le Père Macaire, moine d’origine française établi depuis plusieurs décennies au monastère de Simonos-Pétra au Mont-Athos.
Il ne s’agit pas d’une simple réimpression de la première édition, qui a connu un grand succès et est depuis longtemps épuisée, mais d’une édition refondue où les notices ont été révisées, corrigées et complétées, et où de nouvelles notices sont venues s’ajouter, concernant notamment un grand nombre de saints occidentaux et de nombreux saints récemment canonisés appartenant aux diverses Églises orthodoxes locales.
Cette nouvelle édition est un peu plus coûteuse que la précédente, mais les volumes, reliés, sont fort bien présentés et comportent de nombreuses illustrations en noir et blanc et en couleur, tirées notamment du superbe Ménologe de Basile II.

Read More »

Scroll To Top
Jovan Nikoloski