Interview du supérieur de la laure de la Dormition de Sviatogorsk (Ukraine) qui abrite environ 500 réfugiés et nourrit jusqu’à 4000 personnes par jour
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Monseigneur, dites-nous quelle est la situation maintenant sur le territoire de la laure de Sviatogorsk ? Nous savons que vous avez accueilli les personnes déplacées, des femmes, des enfants. Nous savons aussi qu’il y a beaucoup de réfugiés dans la ville voisine de Sviatogorsk. De quoi ces gens ont-ils besoin, comment pouvons-nous les aider ?

– Notre ville est très petite, à peine 3500 habitants. Étant donné que celle-ci, encore à l’époque soviétique était une ville thermale, de nombreuses pensions, établissements de repos, maison de santé pour enfants y ont été construites. Lorsque les combats ont débuté dans le Donbass, nous avons commencé à accueillir des réfugiés sur le territoire de la laure, et la ville a suivi. Аu plus fort des combats, environ 30.000 personnes se sont réfugiées dans la ville, et près de 800 personnes à la laure. Il y a maintenant, selon les chiffres officiels 11.200 réfugiés dans la ville de Sviatogorsk, tandis qu’environ 500 personnes, dont 100 enfants, vivent à la laure, dans l’hôtellerie destinée aux pèlerins. Il y a eu des moments où la Laure nourrissait de 3.000 à 4.000 personnes chaque jour. Actuellement, hormis les gens qui vivent à la laure, nous nourrissons d’autres défavorisés, ces réfugiés qui sont dépourvus du strict nécessaire. Nous disposons de dix lieux d’accueil dans la ville de Sviatogorsk, dans chacun desquels vivent en moyenne jusqu’à 200 personnes, nous y apportons régulièrement des produits alimentaires. Dieu soit loué, le maire de la ville Alexandre Ivanovitch nous aide. Nous avons avec lui une parfaite entente, nous nous efforçons de nous occuper de ces gens. Je veux encore remercier sincèrement Mgr Syméon du diocèse de Vinnitsa pour son attitude fraternelle et son amour envers les gens. Bien sûr, notre assistance ne serait pas aussi efficace, si des dons ne nous parvenaient du pays entier. Car ce sont les gens les plus démunis qui se sont installés à la laure : des invalides depuis l’enfance, des mamans avec des petits enfants, il y a des grand-mères très âgées, dont une a 95 ans… Les réfugiés qui disposent de quelque assistance financière, peuvent vivre dans des appartements locatifs, ils peuvent acheter eux-mêmes les produits alimentaires. Mais chez nous vivent les gens qui n’ont pas le strict minimum : produits alimentaires, vêtements. Nombreux sont qui ont en outre besoin de médicaments. Je rends grâce à Dieu, que de nombreux diocèses ont fait écho aux demandes d’aide. Celle-ci nous parvient non seulement du territoire de l’Ukraine, mais de tous les endroits où vivent des orthodoxes. Comme le dit le proverbe « c’est dans l’adversité que l’on connaît ses amis ». Lorsque le malheur s’est produit, des dons nous sont parvenus du diocèse de Rovno, d’Oujgorod, de Volhynie, de Dniepropetrovsk, de la région de Kharkov, d’Odessa, de Vinnitsa. Tant le patriarcat que les diocèses métropolitains et les diocèses orthodoxes à l’étranger, personne n’est resté indifférent à notre malheur. Nous nous efforçons de faire tout ce qui est possible afin d’aider les gens à oublier le plus vite possible les horreurs de la guerre – les bombardements, la perte de leurs proches, la faim. Certains enfants ont perdu la parole suite aux bombardements. Il arrivait ici que les enfants sautent sous leur lit lorsque quelqu’un claquait trop fort la porte. Des réfugiés arrivaient de Lougansk, nous les logions dans des chambres au premier étage et ils nous disaient : « Serait-il possible de nous installer dans la cave ? Nous ne pourrons pas nous endormir, ce sera plus calme pour nous dans la cave ». C’est un exemple du stress que ressentaient les gens. Tant les moines que les réfugiés et les pèlerins travaillent ici. En outre, la communauté monastique persévère dans la prière, prie pour la paix dans notre patrie. Tous les jours, la communauté lit l’acathiste à la Protection de la Mère de Dieu devant l’icône miraculeuse de la reine du ciel, dite de « Sviatogorsk ». Au skite de Tous-les-saints, la communauté lit nuit et jour le Psautier pour les vivants et les morts. La laure accomplit un exploit dans la prière, la vertu, mais je le répète à nouveau : nos aspirations resteraient de simples aspirations sans l’aide concrète des autres personnes. Les gens font des dons et nous, nous les distribuons seulement, nous réalisons les souhaits des gens d’aider les réfugiés qui se trouvent maintenant sur le territoire de la laure de Sviatogorsk. Je souhaite encore transmettre des paroles de gratitude à tous ceux qui ont participé dans cette action. Que le Seigneur montre en exemple l’élan généreux de vos cœurs, de vos âmes, à vos enfants et petits-enfants ! Que plus jamais on entende dans vos familles des mots tels que « guerre », « mort », faim », « destruction », « malheur », « chagrin » ! Que pour votre charité le Seigneur accomplisse les mots « Bienheureux les miséricordieux, car il leur sera fait miséricorde ». Notre patrie se trouve maintenant sur la balance de la justice de Dieu. Aussi, nous devons faire le bien immanquablement.

Monseigneur, après avoir pris connaissance de votre problème, s’est posée la question dans toutes les églises qu’il était nécessaire de rassembler des fonds pour la laure de Sviatogorsk, et des gens de Vinnitsa ont beaucoup aidé : ils ont recueilli des choses, ils en ont achetées. Ils sont fortement émus par le sort de ceux qui se trouvent ici. Dites deux mots, pour les bénir.

– Maintenant, en Ukraine, on incite à l’affrontement, l’hostilité, la division entre les hommes. Et le fait que les gens font du bien, c’est très grand aux yeux de Dieu. Parce qu’il y a aussi ceux qui incitent à l’hostilité, la méchanceté et cultivent l’animosité réciproque – mais récoltera ce qu’il a semé. Aussi, nous devons faire des œuvres bonnes. Notre Patrie se trouve maintenant sur la balance de la justice de Dieu. Et il n’est pas clair, en fin de compte, qui l’emportera, l’hostilité et la méchanceté ou au contraire le bien, le constructif, le pardon universel… Aussi, ces gouttes de bonté, que nous pouvons produire maintenant, nous devons les accomplir immanquablement. Créer quelque chose, appeler à la paix, à la compréhension mutuelle, la miséricorde, l’aide mutuelle. Nous nous prononçons en faveur de cela. C’est l’indicateur du fait que nous sommes des disciples du Christ. C’est pourquoi le Seigneur a dit : « À ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres.» Et le fait qu’il y ait dans notre Patrie des gens qui font preuve d’empathie, qui peuvent prendre sur eux le malheur d’autrui comme le leur, et aider le prochain à une époque si complexe, cela montre malgré tout qu’il y a une disposition spirituelle dans notre peuple. Et que Dieu fasse qu’elle s’accroisse, afin qu’il y ait plus de bien parmi nous. Le mal n’engendre que le mal. Or, le bien éteint le mal, et permet que le bien se répande dans la société en général. Aussi, j’espère que le Seigneur aura pitié de nous en fonction de nos bonnes aspirations. Je prie pour que le Seigneur vous recouvre de Son amour pour l’amour que vous donnez, qu’Il protège vos familles, toute notre patrie. Afin que cesse la folie sanglante. Afin que règne finalement la paix, la compréhension mutuelle et que commence quelque chose de constructif dans notre patrie. L’homme nait dans ce monde pour acquérir des amis, et non des ennemis. La sagesse orientale dit : « Lorsque tu es né, tu pleurais, et tous ceux qui étaient autour de toi souriaient et se réjouissaient pour un nouvel homme qui venait au monde. Et toi, tu dois passer ta vie de telle façon que lorsque tu mourras, tu te réjouisses d’une vie vécue avec une conscience pure, et que tous ceux qui sont autour de toi pleurent ton départ dans l’autre monde ». Que Dieu fasse qu’à l’avenir aussi, les gouttes de bien s’accumulent sur la balance de la justice de Dieu, afin que celle-ci soit encline à la miséricorde. Il y a maintenant une situation telle que Dieu seul peut redresser. Parce qu’Il est seul en mesure de changer les mentalités humaines, Il peut faire d’un bandit un saint en une heure. C’est maintenant le temps de la prière, des bonnes œuvres, c’est maintenant que nous passons l’examen de notre christianisme et de fidélité à Dieu.

Pour accéder à l’intégralité de l’article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Source (avec photographies)

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

À propos de l'auteur

Jivko Panev

Jivko Panev

Jivko Panev, maître de conférence en Droit canon et Histoire des Églises locales à l’Institut de théologie orthodoxe Saint Serge à Paris, recteur de la paroisse Notre Dame Souveraine, à Chaville en banlieue parisienne.

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

22 mai (ancien calendrier) / 4 juin (nouveau) Vivre avec l'Église 108723

Troisième invention du chef du saint prophète précurseur et baptiste, Jean (vers 850) [anticipé, en raison de la fête de la Pentecôte qui tombe le ...

4 juin Vivre avec l'Église 108721

4 juin Saint Métrophane, patriarche de Constantinople (vers 325) ; saint hiéromartyr Astius, évêque de Dyrrachium en Macédoine (110) ; saints marty...

Matinée spéciale France 2 « Covid – Espérer ensemble » – 7 juin À la Une 173233

Dans le contexte de la crise sanitaire, les sept émissions religieuses du dimanche matin de France 2 proposent le 7 juin à partir de 8h30 une matin...

Le président serbe Aleksandar Vučić et le Premier ministre bulgare Boïko Borissov se sont rendus ... À la Une 173200

Le président serbe Aleksandar Vučić, accompagné par le Premier ministre bulgare Boïko Borissov, a visité, le 1er juin l’église des Saints-Quarante-...

« Dans le conflit au Donbass, l’Église orthodoxe ukrainienne était et reste la Mère qui unit » a ... À la Une 173194

Le métropolite de Sviatogorsk Arsène, supérieur du monastère qui porte le même nom et qui dépend du primat de l’Église orthodoxe ukrainienne, le mé...

L’un des plus anciens hiérarques de l’Église orthodoxe russe, le métropolite de Tcheboksary et de... À la Une 173178

Le métropolite Barnabé, l’un des plus anciens hiérarques de l’Église orthodoxe russe est décédé le 1er juin 2020. Il avait été hospitalisé à Tchebo...

Réouverture des églises à Constantinople À la Une 173187

Les fidèles pourront revenir dans les églises de Constantinople et des autres diocèses orthodoxes de Turquie. Comme l’annonce le Patriarcat œcuméni...

21 mai (ancien calendrier) / 3 juin (nouveau) Vivre avec l'Église 108695

Jour de jeûne – dispense de poisson Icône de la Mère de Dieu de Vladimir. Saints Constantin, empereur (337) et sa mère, sainte Hélène (327), égaux ...

3 juin Vivre avec l'Église 108693

Jour de jeûne Saint Lucillien, sainte Paule, vierge, et les 4 enfants saints Claude, Hypatios, Paul et Denis, martyrs à Nicomédie (270-275) ; saint...

Lettre du patriarche œcuménique Bartholomée aux primats des Églises orthodoxes locales au sujet d... À la Une 173159

Nous publions ci-dessous le communiqué du Patriarcat œcuménique, suivi de la lettre du Patriarche Bartholomée adressée aux primats des Églises orth...

20 mai (ancien calendrier) / 2 juin (nouveau) Vivre avec l'Église 108513

20 mai (ancien calendrier) / 2 juin (nouveau) Saints Thallalée, Alexandre et Astère, martyrs en Phénicie (vers 284) ; saint Asclas, martyr en Égypt...

2 juin Vivre avec l'Église 108511

Saint Nicéphore, archevêque de Constantinople, confesseur (828) ; saint Pothin, évêque de Lyon, avec saints Sanctus, diacre, Vétius, Epagathus, Mat...