23/03/2017
Actualités
Page d'accueil > A la Une > Parution d’un nouveau répertoire mondial des évêques orthodoxes “Orthodoxia”
Parution d’un nouveau répertoire mondial des évêques orthodoxes “Orthodoxia”

Parution d’un nouveau répertoire mondial des évêques orthodoxes “Orthodoxia”

Couverture

Le site Internet Religioscope nous apprend qu’une  nouvelle édition, Orthodoxia 2016-2017, vient d’être publiée par l’Institut d’études œcuméniques de la Faculté de théologie (catholique romaine) de l’Université de Fribourg. La première édition d’Orthodoxia était déjà parue en 1982, à l’initiative de l’Ostkirchliches Institut(Regensburg), avec le P. Nikolaus Wyrwoll (un prêtre catholique romain allemand, aujourd’hui installé à Istanbul) comme cheville ouvrière. Religioscope.info souligne avec raison que la situation peu commune de la publication du seul répertoire mondial des évêques orthodoxes : “depuis plus de quarante ans, le seul répertoire mondial des évêques orthodoxes est publié non par une Église orthodoxe ou une association orthodoxe, mais par des personnes et instituts appartenant à l’Église catholique romaine. Un tel cas est sans doute unique en son genre pour une grande confession chrétienne: il est l’illustration des difficultés d’organisation de cette confession à l’échelle panorthodoxe, difficultés dont témoigne également l’absence de certaines Églises — y compris la plus importante, celle de Russie — au concile qui s’achève en Crète. Si des éditeurs catholiques romains n’en assumaient pas la responsabilité, un tel répertoire n’existerait probablement pas.”

0681_orthodoxia_sample

Page exemple d’Orthodoxia

Le répertoire ne se borne pas à indiquer les fonctions occupées par chaque évêque, son siège épiscopal et son adresse: c’est un véritable résumé de sa biographie ecclésiastique que propose aussi chaque notice, de la date de naissance aux ordinations en passant par les titres académiques, comme on peut le voir sur la page témoin ci-contre qui accompagne le présent article, extraite de la section sur le Patriarcat de Roumanie. Quiconque a eu la tâche de réaliser un travail de cette nature, même bien plus modeste, mesure le travail considérable qu’implique non seulement l’établissement, mais aussi la mise à jour régulière.
Pour les personnes qui ne souhaitent pas acheter ce volume, mais désirent accéder occasionnellement à ces informations, signalons que les responsables d’Orthodoxia, conscients du rôle central d’Internet, ont pris l’initiative bienvenue de rendre tout le contenu accessible en ligne. Il peut être consulté à l’adresse: www.orthodoxia.ch. Le système de consultation est efficace et rapide. Cela permettra également des mises à jour régulières, au fur et à mesure que des changements interviendront dans le parcours des évêques. Dans un répertoire de ce genre, un certain nombre d’erreurs sont inévitables: l’existence d’une version en ligne permettra aussi une correction continue.
Il est bon à signaler que me répertoire ne couvre pas seulement les Églises orthodoxes de tradition byzantine, même si elles forment le plus gros du contenu. Il correspond plutôt à la catégorie générale des «Églises orientales» (mais sans les groupes uniates). En effet, à côté des Églises de tradition byzantine, le répertoire contient également la liste des évêques des Églises préchalcédoniennes (arménienne, copte, éthiopienne, érythréenne, syriaque — y compris les deux branches malankares au Kerala, l’une indépendante, l’autre dans la juridiction de l’Église syrienne d’Antioche) et des deux Églises assyriennes (autrefois souvent dénommées «nestoriennes»). Ainsi la notice introductive précise que le manuel n’est pas un répertoire ecclésiologique et ne se prononce pas sur la canonicité des évêques qui y figurent.

Source

Print Friendly
Scroll To Top
Jovan Nikoloski