12 novembre (ancien calendrier) / 25 novembre (nouveau)
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

12 novembre (ancien calendrier)/25 novembre (nouveau)

Saint Jean le Miséricordieux
Saint Jean le Miséricordieux, patriarche d’Alexandrie (VIIIème s.)

Saint Jean le Miséricordieux, patriarche d’Alexandrie (VIIIème s.) ; saint Nil l’ascète, du Mont-Sinaï (430) ; saint prophète Achija ; saint Evode, évêque du Puy (IVème s.) ; saint Hésychius, évêque de Vienne (VIème s.) ; saint Paterne, moine, martyr en Normandie (vers 730) ; bienheureux Jean le chevelu, de Rostov (1580) ; saint Nil le Myroblite, du Mont Athos (1651) ; saint Sabas de Nigdi (1726) et saint Nicolas de Marmaras (1732), néo-martyrs grecs ; saints martyrs et confesseurs de Năsăud (Roumanie) : Athanase (Todoran) de Bichigiu, Basile de Mocod, Grégoire de Zagra et Basile de Telciu (1763) ; saints néo-martyrs de Russie : Constantin (Ouspensky), Vladimir (Krasnovsky), Alexandre (Arkhanguelsky), Matthieu (Aloïne), Dimitri (Rozanov), prêtres (1937).

SAINT JEAN LE MISÉRICORDIEUX, PATRIARCHE D’ALEXANDRIE

Saint Jean était le rejeton d’une illustre famille d’Amathonte à Chypre. Sous la pression de ses parents, il se maria et eut plusieurs enfants qui, par permission de Dieu, moururent en bas âge, en même temps que son épouse. Voyant dans cette douloureuse privation l’occasion de se libérer de tous les soucis du monde, il se consacra complètement à Dieu.

En 610, il fut consacré patriarche de l’Église d’Alexandrie, sous le nom de Jean V. Le jour même, il réunit tout le clergé et le personnel de la riche métropole d’Égypte et les envoya faire le recensement exact de ceux qu’il appelait ses « maîtres », c’est-à-dire les pauvres et les mendiants que Dieu place auprès de nous pour que nous gagnions le Royaume des cieux en pratiquant l’aumône. Comme il en avait été dénombré plus de sept mille cinq cents, saint Jean ordonna qu’on leur fournisse chaque jour la nourriture et le couvert. Il disait souvent à Dieu dans sa prière : « Nous verrons bien, Seigneur, lequel de nous deux sera victorieux dans ce combat : ou Toi en me pourvoyant toujours de ce qui est nécessaire à la charité, ou moi, en ne cessant pas de distribuer tes biens aux pauvres. Car je reconnais n’avoir rien que je ne tienne de ta miséricorde et que c’est elle qui soutient ma vie. » De fait, la miséricorde du saint prélat à l’égard des pauvres était inépuisable ; ses aumônes étaient aussi abondantes que les eaux du Nil, lesquelles recouvrent périodiquement les terres d’Égypte pour les rendre fertiles. C’est pourquoi on le surnomma « le Miséricordieux », à l’image du Christ, son maître, qui est la source de toute miséricorde.

Saint Jean ne pouvait voir un pauvre ou un affligé s’approcher de lui sans pleurer abondamment et sans prendre sur lui sa peine. Il donnait sans compter, en puisant dans le trésor de l’Église. Comme le Christ l’a enseigné (Lc 6, 35), en pratiquant l’aumône, il ne faisait aucune distinction entre les bons et les méchants, les dignes ou les indignes. Un jour, un pauvre qui avait déjà reçu de lui une obole se présenta trois fois de suite en se camouflant sous des déguisements différents. Comme on le faisait remarquer au patriarche, celui-ci ordonna de lui donner le double, en disant : « C’est peut-être Jésus, mon Sauveur, qui vient à dessein de m’éprouver ? » Plus il répandait l’aumône, sans se soucier de la quantité ou de ce que serait le lendemain, plus Dieu multipliait les donations destinées à l’Église ; si bien que le peuple recevait confirmation de la promesse faite par notre Sauveur : Ne vous inquiétez pas pour votre existence de ce que vous aurez à manger ou de ce que vous aurez à boire, ni pour votre corps de ce que vous aurez pour vêtement… Cherchez en premier lieu le Royaume de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît (Mt 6, 33). Un des clercs chargé des aumônes (d’où le nom d’aumôniers) n’avait remis à un riche dans le besoin qu’un tiers de la véritable fortune que le saint lui avait ordonné de distribuer, jugeant qu’il était déraisonnable de vider le trésor pour une seule personne. Mais il se vit confondu par saint Jean qui lui révéla qu’une noble femme, qui s’était résolue à faire une importante donation à l’Église, n’avait finalement donné que le tiers de la somme prévue.

Lorsqu’en 614 les Perses envahirent la province de Syrie et prirent de manière sanglante la ville de Jérusalem, un grand nombre de réfugiés afflua vers Alexandrie. Saint Jean les reçut comme ses frères, les consola, fit construire des hôpitaux et d’immenses hôtelleries, et il épuisa toutes les ressources de l’Église pour les nourrir et les pourvoir en argent. Il fréta aussi, à destination de la Palestine, des navires chargés de grains et de vivres, et envoya des ouvriers pour reconstruire les églises détruites. Lui-même visitait les malades et les nécessiteux, et leur montrait en sa personne un reflet de la présence du Christ. Lorsqu’on voulait le remercier de ses bienfaits, il interrompait soudain son interlocuteur en disant : « Tais-toi, mon frère, car je n’ai pas encore répandu mon sang pour toi, ainsi que le Seigneur le demande!»

Chaque mercredi et samedi, il se tenait à la porte de son église et attendait qu’on vînt s’adresser à lui, pour trancher les différends et réconcilier les ennemis. Jamais on ne l’entendait prononcer une parole vaine ou condamner qui que ce fût, même devant les preuves les plus évidentes du péché. Il ne voyait en effet que le bien ou les bonnes intentions. Supposant que les pécheurs avaient fait pénitence en secret, il se gardait bien de s’approprier le jugement qui appartient à Dieu seul. Il remerciait ceux qui le calomniaient ou l’injuriaient pour lui avoir rappelé ses propres péchés, et il leur faisait distribuer de plus larges aumônes qu’aux autres.

Pour corriger les pécheurs, les orgueilleux ou les durs de cœur, le saint patriarche s’adressait toujours à eux en s’attribuant à lui-même les péchés qu’il voulait reprendre et en demandant aux coupables de prier pour qu’il se repente. Il exhortait avec patience ses fidèles à l’humilité et au repentir, en leur rappelant les merveilles que Dieu a faites pour nous en créant le monde, en prenant patience devant nos innombrables fautes et en envoyant son propre Fils pour nous sauver. Mais, plus que par la parole, il préférait transmettre l’enseignement de la sainte Écriture par ses propres actes, comme les saints prophètes. Ainsi, un dimanche, alors qu’il célébrait la Divine Liturgie dans la cathédrale, entouré de son clergé et de tout le peuple, le patriarche s’arrêta soudain avant de prononcer les paroles de la consécration, il demanda au diacre de répéter les litanies et envoya chercher un de ses clercs qui lui portait rancune et ne s’était pas présenté à l’église. Lorsque ce dernier arriva, l’évêque se prosterna devant lui avec larmes et lui demanda pardon. Ce n’est qu’après s’être réconcilié avec lui et l’avoir embrassé, qu’il remonta à l’autel et continua la célébration, ayant appliqué à la lettre le précepte du Seigneur (Mt 5, 23).

Bien qu’il eût été marié, saint Jean aimait les moines et les dépassait de beaucoup par l’austérité de sa vie. Il avait réuni près de sa cathédrale deux communautés monastiques dont il assumait l’entretien. En échange, il leur avait demandé d’intercéder pour lui et pour l’Église au cours des offices liturgiques, et de prier pour leur propre salut tout le reste du temps dans leurs cellules, dégagés de tout souci grâce à sa sollicitude. En tant que patriarche, il habitait un riche palais, mais ne possédait rien en propre. Sa cellule était dépourvue de tout confort ; ce qui amena un notable de la ville à lui offrir un jour une luxueuse couverture. La nuit suivante, le saint ne put trouver le repos et ne cessait de se condamner en pensant que tant de pauvres souffraient du froid et de la faim à sa porte, alors que lui s’entourait d’un tel luxe. Le lendemain, il fit vendre la couverture et en distribua le produit. Or, son bienfaiteur vint à la retrouver à l’étalage du marchand. Il la racheta et contraignit Jean à l’accepter. Mais celui-ci la vendit à nouveau pour faire l’aumône. Comme ni l’un ni l’autre ne voulait céder, la couverture passa ainsi un grand nombre de fois entre leurs mains, et devint pour Jean l’occasion de contraindre indirectement ce riche personnage à distribuer une importante fortune aux indigents.

Sa charité et son extrême humilité n’empêchaient pas cependant le saint hiérarque de se montrer ferme à l’égard des hérétiques monophysites. Tout en leur montrant sa charité et répandant pour eux ses bienfaits, il condamnait strictement leurs erreurs et interdisait sévèrement aux orthodoxes toute participation à leur culte et à leurs prières. Lorsque la famine et les épidémies ravagèrent la ville, le saint fut le premier à assister les malades et à enterrer les morts. Il exhortait ses fidèles à prier assidûment pour les défunts, et prenait occasion de ces malheurs pour leur rappeler la fragilité de notre vie et l’urgence qu’il y a pour nous de faire pénitence.

Quelques années après la prise de Jérusalem, Alexandrie se trouva à son tour menacée par les Perses. C’est pourquoi, à la demande du gouverneur d’Égypte, Nicétas, saint Jean retourna à Chypre, où il s’endormit à l’âge de soixante-quatre ans (en 619), en rendant grâce à Dieu de ne rien lui avoir laissé des si grandes richesses dont il avait été constitué l’intendant au profit des pauvres. Un peu avant son trépas, il vit lui apparaître la même noble vierge qu’il avait déjà vue à l’âge de quinze ans. Elle lui avait dit alors être la Miséricorde en personne, qui a incité le Christ à s’incarner pour notre Salut, et lui avait promis de lui ouvrir le Royaume des cieux. Son âme étant partie rejoindre le chœur des saints, le corps de saint Jean fut enterré à Amathonte, dans le tombeau de saint Tikhon [16 juin], dont il avait écrit la Vie. Quelque temps après sa mort, une huile parfumée (myron) coula du corps du saint hiérarque pour la joie et la consolation des fidèles .

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du dimanche du 1er ton

La pierre étant scellée par les Juifs et les soldats gardant Ton Corps immaculé, Tu es ressuscité le troisième jour, ô Sauveur, donnant la Vie  au monde ; aussi, les Puissances des cieux Te crièrent : Source de Vie, ô Christ, gloire à Ta Résurrection, gloire à Ton règne, gloire à Ton dessein bienveillant, unique Ami des hommes!

Tropaire de saint Jean l’Aumônier, ton 8

Vénérable Père, tu as obtenu / le salaire que tu as mérité par ta patience, / car tu fus infatigable dans l’oraison / et tu aimas les pauvres sans jamais te lasser. / Bienheureux pontife, Jean l’Aumônier, / intercède auprès du Christ notre Dieu / pour qu’il sauve nos âmes.

Tropaire de saint Nil, ton 8

Par les flots de tes larmes tu as fait fleurir le désert stérile, / par tes profonds gémissements tu fis produire à tes peines cent fois plus, / par tes miracles étonnants tu devins un phare éclairant le monde entier: / vénérable Père, saint Nil, prie le Christ notre Dieu / de sauver nos âmes.

Kondakion de saint Jean le Miséricordieux, ton 2

Tu as fait l’aumône de tes biens aux pauvres / et tu as reçu le céleste trésor; / c’est pourquoi nous te glorifions, Père Jean, / célébrant le souvenir de ta charité proverbiale.

Kondakion de saint Nil, ton 8

C’est à la racine que tu as coupé, / bienheureux Nil, par tes oraisons vigilantes / les broussailles rebelles des passions corporelles; / par le crédit que tu possèdes auprès du Seigneur, / délivre-moi de tout péril, afin que je puisse te chanter: / Réjouis-toi, Père acclamé du monde entier.

Kondakion du dimanche du 1er ton

Ô Dieu, Tu es ressuscité du Tombeau dans la gloire, ressuscitant le monde avec Toi ! La nature humaine Te chante comme son Dieu et la mort s’évanouit. Adam jubile, ô Maître, et Ève, désormais libérée de ses liens, Te crie dans sa joie : « C’est Toi, ô Christ, qui accordes à tous la Résurrection ! »

ÉPITRE DU JOUR

2 Th II, 1-12

Pour ce qui concerne l’avènement de notre Seigneur Jésus Christ et notre réunion avec lui, nous vous prions, frères, de ne pas vous laisser facilement ébranler dans votre bon sens, et de ne pas vous laisser troubler, soit par quelque inspiration, soit par quelque parole, ou par quelque lettre qu’on dirait venir de nous, comme si le jour du Seigneur était déjà là. Que personne ne vous séduise d’aucune manière ; car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme du péché, le fils de la perdition, l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore, jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu. Ne vous souvenez-vous pas que je vous disais ces choses, lorsque j’étais encore chez vous ? Et maintenant vous savez ce qui le retient, afin qu’il ne paraisse qu’en son temps. Car le mystère de l’iniquité agit déjà ; il faut seulement que celui qui le retient encore ait disparu. Et alors paraîtra l’impie, que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche, et qu’il anéantira par l’éclat de son avènement. L’apparition de cet impie se fera, par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, et avec toutes les séductions de l’iniquité pour ceux qui périssent parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés. Aussi Dieu leur envoie une puissance d’égarement, pour qu’ils croient au mensonge, afin que tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice, soient condamnés.

2 Thess. II, 13 – III, 5 (anticipé)

Pour nous, frères bien-aimés du Seigneur, nous devons à votre sujet rendre continuellement grâces à Dieu, parce que Dieu vous a choisis dès le commencement pour le salut, par la sanctification de l’Esprit et par la foi en la vérité. C’est à quoi il vous a appelés par notre Évangile, pour que vous possédiez la gloire de notre Seigneur Jésus Christ. Ainsi donc, frères, demeurez fermes, et retenez les instructions que vous avez reçues, soit par notre parole, soit par notre lettre. Que notre Seigneur Jésus Christ lui-même, et Dieu notre Père, qui nous a aimés, et qui nous a donné par sa grâce une consolation éternelle et une bonne espérance, consolent vos cœurs, et vous affermissent en toute bonne œuvre et en toute bonne parole ! Au reste, frères, priez pour nous, afin que la parole du Seigneur se répande et soit glorifiée comme elle l’est chez-vous, et afin que nous soyons délivrés des hommes méchants et pervers ; car tous n’ont pas la foi. Le Seigneur est fidèle, il vous affermira et vous préservera du malin. Nous avons à votre égard cette confiance dans le Seigneur que vous faites et que vous ferez les choses que nous recommandons. Que le Seigneur dirige vos cœurs vers l’amour de Dieu et vers la patience de Christ !

ÉVANGILE DU JOUR

Lc XIII, 48-59

Mais celui qui, ne l’ayant pas connue, a fait des choses dignes de châtiment, sera battu de peu de coups. On demandera beaucoup à qui l’on a beaucoup donné, et on exigera davantage de celui à qui l’on a beaucoup confié. Je suis venu jeter un feu sur la terre, et qu’ai-je à désirer, s’il est déjà allumé ? Il est un baptême dont je dois être baptisé, et combien il me tarde qu’il soit accompli ! Pensez-vous que je sois venu apporter la paix sur la terre ? Non, vous dis-je, mais la division. Car désormais cinq dans une maison seront divisés, trois contre deux, et deux contre trois ; le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère. Il dit encore aux foules : Quand vous voyez un nuage se lever à l’occident, vous dites aussitôt : La pluie vient. Et il arrive ainsi. Et quand vous voyez souffler le vent du midi, vous dites: Il fera chaud. Et cela arrive. Hypocrites ! Vous savez discerner l’aspect de la terre et du ciel ; comment ne discernez-vous pas ce temps-ci ? Et pourquoi ne discernez-vous pas de vous-mêmes ce qui est juste ? Lorsque tu vas avec ton adversaire devant le magistrat, tâche en chemin de te dégager de lui, de peur qu’il ne te traîne devant le juge, que le juge ne te livre à l’officier de justice, et que celui-ci ne te mette en prison. Je te le dis, tu ne sortiras pas de là que tu n’aies payé jusqu’à dernière pite.

Lc XIII, 1-9 (anticipé)

En ce même temps, quelques personnes qui se trouvaient là racontaient à Jésus ce qui était arrivé à des Galiléens dont Pilate avait mêlé le sang avec celui de leurs sacrifices. Il leur répondit : Croyez-vous que ces Galiléens fussent de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens, parce qu’ils ont souffert de la sorte ? Non, je vous le dis. Mais si vous ne vous repentez, vous périrez tous également. Ou bien, ces dix-huit personnes sur qui est tombée la tour de Siloé et qu’elle a tuées, croyez-vous qu’elles fussent plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ? Non, je vous le dis. Mais si vous ne vous repentez, vous périrez tous également. Il dit aussi cette parabole : Un homme avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint pour y chercher du fruit, et il n’en trouva point. Alors il dit au vigneron : Voilà trois ans que je viens chercher du fruit à ce figuier, et je n’en trouve point. Coupe-le : pourquoi occupe-t-il la terre inutilement ? Le vigneron lui répondit : Seigneur, laisse-le encore cette année ; je creuserai tout autour, et j’y mettrai du fumier. Peut-être à l’avenir donnera-t-il du fruit ; sinon, tu le couperas.

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

Bertrand Vergely : « Le Vigneron » – 19 avril 2021 À la Une 184577

Nous vous invitons à voir la 27e conférence de Bertrand Vergely intitulée : « Le Vigneron » donnée dans le cadre de la huitième série de conférence...

Un chant orthodoxe interprété lors des funérailles du prince Philippe, duc d’Édimbourg À la Une 184554

Lors des funérailles du prince Philippe, duc d’Édimbourg, le 17 avril, à sa demande, un chant orthodoxe a été interprété. Il s’agit du kontak...

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce a publié ses décisions concernant le déroulement d... À la Une 184562

En raison des restrictions sanitaires en vigueur actuellement en Grèce, le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce a décidé d’avancer d’une dem...

Soixantième anniversaire de la canonisation de saint Nectaire d’Égine À la Une 184558

Saint Nectaire d’Égine a été canonisé le 20 avril 1961 par le Patriarcat œcuménique. La vénération du saint avait déjà commencé immédiatement après...

L’Église orthodoxe ukrainienne appelle à la désescalade dans le conflit au Donbass À la Une 184553

L’Église orthodoxe ukrainienne (sous l’omophore du métropolite de Kiev Onuphre) continue à prier pour la paix en Ukraine et appelle à nouveau à la ...

8 avril (ancien calendrier) / 21 avril (nouveau) Vivre avec l'Église 102368

Grand Carême. Saints Hérodion, Agabus, Asyncrite, Rufus, Phlégon et Hermès, apôtres (Ier s.) ; saint martyr Pausilippe (138) ; saint Célestin, pape...

21 avril Vivre avec l'Église 62917

Grand Carême Saint Janvier, évêque de Bénévent en Italie et ses compagnons, saints Procule, Sosie et Fauste, diacres, saint Désiderius, lecteur, sa...

8 avril (ancien calendrier) / 21 avril (nouveau) Vivre avec l'Église 62914

MARDI LUMINEUX Saints Hérodion, Agabus, Asyncrite, Rufus, Phlégon et Hermès, apôtres (Ier s.) ; saint martyr Pausilippe (138) ; saint Célestin, pap...

« A quoi sert la religion ? » Revue du Web 184539

Texte en ligne sur le site Sagesse orthodoxe : « A quoi sert la religion ? »

L’archevêque de Tirana Anastase : « La grandeur n’est pas dans le nombre de ceux que tu opprimes,... À la Une 184532

« La grandeur n’est pas dans le nombre de ceux que tu oppresses, mais dans celui de ceux que tu sers » a souligné l’archevêque d’Albanie Anastase d...

“Le vaccin ne peut pas être une condition préalable à la participation à la vie de l’Église » a d... À la Une 184528

L’archevêque Marc de Philadelphie et d’Amérique orientale (Église orthodoxe en Amérique) ne permettra pas dans ses paroisses les intimidations sur ...

Le patriarche de Moscou Cyrille a rencontré le ministre serbe des Affaires étrangères Actualités 184524

Le 16 avril, le patriarche de Moscou Cyrille a rencontré le ministre serbe des Affaires étrangères Nikola Selaković à la résidence synodale du mona...