12 novembre
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

12 novembre

Saint Jean le Miséricordieux, patriarche d’Alexandrie (VIIIème s.) ; saint Nil l’ascète, du Mont-Sinaï (430) ; saint prophète Achija ; saint Evode, évêque du Puy (IVème s.) ; saint Hésychius, évêque de Vienne (VIème s.) ; saint Paterne, moine, martyr en Normandie (vers 730) ; bienheureux Jean le chevelu, de Rostov (1580) ; saint Nil le Myroblite, du Mont Athos (1651) ; saint Sabas de Nigdi (1726) et saint Nicolas de Marmaras (1732), néo-martyrs grecs ; saints martyrs et confesseurs de Năsăud (Roumanie) : Athanase (Todoran) de Bichigiu, Basile de Mocod, Grégoire de Zagra et Basile de Telciu (1763) ; saints néo-martyrs de Russie : Constantin (Ouspensky), Vladimir (Krasnovsky), Alexandre (Arkhanguelsky), Matthieu (Aloïne), Dimitri (Rozanov), prêtres (1937).

SAINT JEAN LE MISÉRICORDIEUX, PATRIARCHE D’ALEXANDRIE

Saint Jean le Miséricordieux
Saint Jean le Miséricordieux, patriarche d’Alexandrie (VIIIème s.)

Saint Jean était le rejeton d’une illustre famille d’Amathonte à Chypre. Sous la pression de ses parents, il se maria et eut plusieurs enfants qui, par permission de Dieu, moururent en bas âge, en même temps que son épouse. Voyant dans cette douloureuse privation l’occasion de se libérer de tous les soucis du monde, il se consacra complètement à Dieu.

En 610, il fut consacré patriarche de l’Église d’Alexandrie, sous le nom de Jean V. Le jour même, il réunit tout le clergé et le personnel de la riche métropole d’Égypte et les envoya faire le recensement exact de ceux qu’il appelait ses « maîtres », c’est-à-dire les pauvres et les mendiants que Dieu place auprès de nous pour que nous gagnions le Royaume des cieux en pratiquant l’aumône. Comme il en avait été dénombré plus de sept mille cinq cents, saint Jean ordonna qu’on leur fournisse chaque jour la nourriture et le couvert. Il disait souvent à Dieu dans sa prière : « Nous verrons bien, Seigneur, lequel de nous deux sera victorieux dans ce combat : ou Toi en me pourvoyant toujours de ce qui est nécessaire à la charité, ou moi, en ne cessant pas de distribuer tes biens aux pauvres. Car je reconnais n’avoir rien que je ne tienne de ta miséricorde et que c’est elle qui soutient ma vie. » De fait, la miséricorde du saint prélat à l’égard des pauvres était inépuisable ; ses aumônes étaient aussi abondantes que les eaux du Nil, lesquelles recouvrent périodiquement les terres d’Égypte pour les rendre fertiles. C’est pourquoi on le surnomma « le Miséricordieux », à l’image du Christ, son maître, qui est la source de toute miséricorde.

Saint Jean ne pouvait voir un pauvre ou un affligé s’approcher de lui sans pleurer abondamment et sans prendre sur lui sa peine. Il donnait sans compter, en puisant dans le trésor de l’Église. Comme le Christ l’a enseigné (Lc 6, 35), en pratiquant l’aumône, il ne faisait aucune distinction entre les bons et les méchants, les dignes ou les indignes. Un jour, un pauvre qui avait déjà reçu de lui une obole se présenta trois fois de suite en se camouflant sous des déguisements différents. Comme on le faisait remarquer au patriarche, celui-ci ordonna de lui donner le double, en disant : « C’est peut-être Jésus, mon Sauveur, qui vient à dessein de m’éprouver ? » Plus il répandait l’aumône, sans se soucier de la quantité ou de ce que serait le lendemain, plus Dieu multipliait les donations destinées à l’Église ; si bien que le peuple recevait confirmation de la promesse faite par notre Sauveur : Ne vous inquiétez pas pour votre existence de ce que vous aurez à manger ou de ce que vous aurez à boire, ni pour votre corps de ce que vous aurez pour vêtement… Cherchez en premier lieu le Royaume de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît (Mt 6, 33). Un des clercs chargé des aumônes (d’où le nom d’aumôniers) n’avait remis à un riche dans le besoin qu’un tiers de la véritable fortune que le saint lui avait ordonné de distribuer, jugeant qu’il était déraisonnable de vider le trésor pour une seule personne. Mais il se vit confondu par saint Jean qui lui révéla qu’une noble femme, qui s’était résolue à faire une importante donation à l’Église, n’avait finalement donné que le tiers de la somme prévue.

Lorsqu’en 614 les Perses envahirent la province de Syrie et prirent de manière sanglante la ville de Jérusalem, un grand nombre de réfugiés afflua vers Alexandrie. Saint Jean les reçut comme ses frères, les consola, fit construire des hôpitaux et d’immenses hôtelleries, et il épuisa toutes les ressources de l’Église pour les nourrir et les pourvoir en argent. Il fréta aussi, à destination de la Palestine, des navires chargés de grains et de vivres, et envoya des ouvriers pour reconstruire les églises détruites. Lui-même visitait les malades et les nécessiteux, et leur montrait en sa personne un reflet de la présence du Christ. Lorsqu’on voulait le remercier de ses bienfaits, il interrompait soudain son interlocuteur en disant : « Tais-toi, mon frère, car je n’ai pas encore répandu mon sang pour toi, ainsi que le Seigneur le demande!»

Chaque mercredi et samedi, il se tenait à la porte de son église et attendait qu’on vînt s’adresser à lui, pour trancher les différends et réconcilier les ennemis. Jamais on ne l’entendait prononcer une parole vaine ou condamner qui que ce fût, même devant les preuves les plus évidentes du péché. Il ne voyait en effet que le bien ou les bonnes intentions. Supposant que les pécheurs avaient fait pénitence en secret, il se gardait bien de s’approprier le jugement qui appartient à Dieu seul. Il remerciait ceux qui le calomniaient ou l’injuriaient pour lui avoir rappelé ses propres péchés, et il leur faisait distribuer de plus larges aumônes qu’aux autres.

Pour corriger les pécheurs, les orgueilleux ou les durs de cœur, le saint patriarche s’adressait toujours à eux en s’attribuant à lui-même les péchés qu’il voulait reprendre et en demandant aux coupables de prier pour qu’il se repente. Il exhortait avec patience ses fidèles à l’humilité et au repentir, en leur rappelant les merveilles que Dieu a faites pour nous en créant le monde, en prenant patience devant nos innombrables fautes et en envoyant son propre Fils pour nous sauver. Mais, plus que par la parole, il préférait transmettre l’enseignement de la sainte Écriture par ses propres actes, comme les saints prophètes. Ainsi, un dimanche, alors qu’il célébrait la Divine Liturgie dans la cathédrale, entouré de son clergé et de tout le peuple, le patriarche s’arrêta soudain avant de prononcer les paroles de la consécration, il demanda au diacre de répéter les litanies et envoya chercher un de ses clercs qui lui portait rancune et ne s’était pas présenté à l’église. Lorsque ce dernier arriva, l’évêque se prosterna devant lui avec larmes et lui demanda pardon. Ce n’est qu’après s’être réconcilié avec lui et l’avoir embrassé, qu’il remonta à l’autel et continua la célébration, ayant appliqué à la lettre le précepte du Seigneur (Mt 5, 23).

Bien qu’il eût été marié, saint Jean aimait les moines et les dépassait de beaucoup par l’austérité de sa vie. Il avait réuni près de sa cathédrale deux communautés monastiques dont il assumait l’entretien. En échange, il leur avait demandé d’intercéder pour lui et pour l’Église au cours des offices liturgiques, et de prier pour leur propre salut tout le reste du temps dans leurs cellules, dégagés de tout souci grâce à sa sollicitude. En tant que patriarche, il habitait un riche palais, mais ne possédait rien en propre. Sa cellule était dépourvue de tout confort ; ce qui amena un notable de la ville à lui offrir un jour une luxueuse couverture. La nuit suivante, le saint ne put trouver le repos et ne cessait de se condamner en pensant que tant de pauvres souffraient du froid et de la faim à sa porte, alors que lui s’entourait d’un tel luxe. Le lendemain, il fit vendre la couverture et en distribua le produit. Or, son bienfaiteur vint à la retrouver à l’étalage du marchand. Il la racheta et contraignit Jean à l’accepter. Mais celui-ci la vendit à nouveau pour faire l’aumône. Comme ni l’un ni l’autre ne voulait céder, la couverture passa ainsi un grand nombre de fois entre leurs mains, et devint pour Jean l’occasion de contraindre indirectement ce riche personnage à distribuer une importante fortune aux indigents.

Sa charité et son extrême humilité n’empêchaient pas cependant le saint hiérarque de se montrer ferme à l’égard des hérétiques monophysites. Tout en leur montrant sa charité et répandant pour eux ses bienfaits, il condamnait strictement leurs erreurs et interdisait sévèrement aux orthodoxes toute participation à leur culte et à leurs prières. Lorsque la famine et les épidémies ravagèrent la ville, le saint fut le premier à assister les malades et à enterrer les morts. Il exhortait ses fidèles à prier assidûment pour les défunts, et prenait occasion de ces malheurs pour leur rappeler la fragilité de notre vie et l’urgence qu’il y a pour nous de faire pénitence.

Quelques années après la prise de Jérusalem, Alexandrie se trouva à son tour menacée par les Perses. C’est pourquoi, à la demande du gouverneur d’Égypte, Nicétas, saint Jean retourna à Chypre, où il s’endormit à l’âge de soixante-quatre ans (en 619), en rendant grâce à Dieu de ne rien lui avoir laissé des si grandes richesses dont il avait été constitué l’intendant au profit des pauvres. Un peu avant son trépas, il vit lui apparaître la même noble vierge qu’il avait déjà vue à l’âge de quinze ans. Elle lui avait dit alors être la Miséricorde en personne, qui a incité le Christ à s’incarner pour notre Salut, et lui avait promis de lui ouvrir le Royaume des cieux. Son âme étant partie rejoindre le chœur des saints, le corps de saint Jean fut enterré à Amathonte, dans le tombeau de saint Tikhon [16 juin], dont il avait écrit la Vie. Quelque temps après sa mort, une huile parfumée (myron) coula du corps du saint hiérarque pour la joie et la consolation des fidèles.
(Tiré du Synaxaire du père Macaire de Simonos Pétra)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de saint Jean l’Aumônier, ton 8

Vénérable Père, tu as obtenu / le salaire que tu as mérité par ta patience, / car tu fus infatigable dans l’oraison / et tu aimas les pauvres sans jamais te lasser. / Bienheureux pontife, Jean l’Aumônier, / intercède auprès du Christ notre Dieu / pour qu’il sauve nos âmes.

Tropaire de saint Nil, ton 8

Par les flots de tes larmes tu as fait fleurir le désert stérile, / par tes profonds gémissements tu fis produire à tes peines cent fois plus, / par tes miracles étonnants tu devins un phare éclairant le monde entier: / vénérable Père, saint Nil, prie le Christ notre Dieu / de sauver nos âmes.

Kondakion de saint Jean le Miséricordieux, ton 2

Tu as fait l’aumône de tes biens aux pauvres / et tu as reçu le céleste trésor; / c’est pourquoi nous te glorifions, Père Jean, / célébrant le souvenir de ta charité proverbiale.

Kondakion de saint Nil, ton 8

C’est à la racine que tu as coupé, / bienheureux Nil, par tes oraisons vigilantes / les broussailles rebelles des passions corporelles; / par le crédit que tu possèdes auprès du Seigneur, / délivre-moi de tout péril, afin que je puisse te chanter: / Réjouis-toi, Père acclamé du monde entier.

ÉPITRE DU JOUR

I Thess. II, 9-14

Vous vous rappelez, notre travail et notre peine : nuit et jour à l’œuvre, pour n’être à charge à aucun de vous, nous vous avons prêché l’Évangile de Dieu. Vous êtes témoins, et Dieu l’est aussi, que nous avons eu envers vous qui croyez une conduite sainte, juste et irréprochable. Vous savez aussi que nous avons été pour chacun de vous ce qu’un père est pour ses enfants, vous exhortant, vous consolant, vous conjurant de marcher d’une manière digne de Dieu, qui vous appelle à son royaume et à sa gloire. C’est pourquoi nous rendons continuellement grâces à Dieu de ce qu’en recevant la parole de Dieu, que nous vous avons fait entendre, vous l’avez reçue, non comme la parole des hommes, mais, ainsi qu’elle l’est véritablement, comme la parole de Dieu, qui agit en vous qui croyez. Car vous, Frères, vous êtes devenus les imitateurs des Églises de Dieu qui sont en Jésus Christ dans la Judée, parce que vous aussi, vous avez souffert de la part de vos propres compatriotes les mêmes maux qu’elles ont soufferts de la part des Juifs.

ÉVANGILE DU JOUR

Lc XI, 14-23

Jésus chassa un démon qui était muet. Lorsque le démon fut sorti, le muet parla, et la foule fut dans l’admiration. Mais quelques-uns dirent : c’est par Béelzébul, le prince des démons, qu’il chasse les démons. Et d’autres, pour l’éprouver, lui demandèrent un signe venant du ciel. Comme Jésus connaissait leurs pensées, il leur dit : Tout royaume divisé contre lui-même est dévasté, et une maison s’écroule sur une autre. Si donc Satan est divisé contre lui-même, comment son royaume subsistera-t-il, puisque vous dites que je chasse les démons par Béelzébul ? Et si moi, je chasse les démons par Béelzébul, vos fils, par qui les chassent-ils ? C’est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges. Mais, si c’est par le doigt de Dieu que je chasse les démons, le royaume de Dieu est donc venu vers vous. Lorsqu’un homme fort et bien armé garde sa maison, ce qu’il possède est en sûreté. Mais, si un plus fort que lui survient et le dompte, il lui enlève toutes les armes dans lesquelles il se confiait, et il distribue ses dépouilles. Celui qui n’est pas avec moi est contre moi, et celui qui n’assemble pas avec moi disperse.

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

13 janvier (ancien calendrier) / 26 janvier (nouveau) Vivre avec l'Église 95319

13 janvier (ancien calendrier) / 26 janvier (nouveau) Après-fête de la Théophanie Saints Hermile et Stratonique, martyrs à Belgrade (vers 315) ; sa...

26 janvier Vivre avec l'Église 95317

26 janvier Saint Xénophon, son épouse, sainte Marie, et leurs fils Arcade et Jean (VIème s.) ; saint Sévérien, évêque de Mende (IIIème s.) ; saints...

Le Patriarcat de Jérusalem a déposé au tribunal près de 530 000 euros afin de faire respecter ses... À la Une 181639

Conformément aux instructions de Sa Béatitude Théophile III, patriarche de Jérusalem, le Patriarcat orthodoxe de Jérusalem a déposé ce matin la som...

Bertrand Vergely en direct : « La femme adultère » ce soir à partir de 19h30 Annonces 181585

Vous pourrez suivre en direct sur notre chaîne YouTube aujourd’hui à partir de 19h30 la conférence de Bertrand Vergely : « La f...

Recension : « Petite théologie pour les temps de pandémie » de Jean-Claude Larchet (Éditions des ... À la Une 181564

Jean-Claude Larchet, Petite théologie pour les temps de pandémie, Éditions des Syrtes, 282 pages, 2021, 15 euros. Voilà un livre qui arrive au...

Un film documentaire du métropolite Hilarion (Alfeyev) sur la cathédrale Saint-Sava de Belgrade À la Une 181581

Ce film documentaire en russe d’une durée de 40 minutes, diffusé sur la chaîne TV Rossia 24 a été réalisé par le métropolite Hilarion, président du...

Des anciennes icônes volées pendant la seconde guerre mondiale ont été restituées au monastère de... À la Une 181576

Le Conseil de sécurité de la Fédération de Russie a transmis au monastère de Pskov-Petchory des icônes uniques, qui ont été volée par les occupants...

Décès du prêtre et professeur Mircea Păcurariu, « le plus grand historien de l’Église orthodoxe r... À la Une 181571

Né le 30 juillet 1932 à Ruși, dans le district de Hunedoara, dans une famille de prêtres, le père Mircea Păcurariu a suivi, entre 1952 et 1956, les...

12 janvier (ancien calendrier) / 25 janvier (nouveau) Vivre avec l'Église 95241

Sainte martyre Tatienne et ses compagnons, martyrs à Rome (226–235) ; saint Merce, martyr en Afrique (vers 305) ; saint martyr Pierre d’Abessala (3...

25 janvier Vivre avec l'Église 95239

Saint Grégoire le Théologien, archevêque de Constantinople (389) ; sainte Félicité et ses sept fils : Janvier, Félix, Philippe, Sylvain, Alexandre,...

11 janvier (ancien calendrier) / 24 janvier (nouveau) Vivre avec l'Église 95196

33e dimanche après la Pentecôte Après-fête de la Théophanie. Saint Théodose le Grand, le Cénobiarque (529) ; saint Michel de Klops (vers 1453-1456)...

24 janvier Vivre avec l'Église 95192

33e dimanche après la Pentecôte Sainte Xénia de Rome (Vème s.) ; saint Babylas d’Antioche et ses disciples saints Timothée et Agapios, martyr...